Archives de la catégorie Syndical

Maitres + et rythmes : le Snuipp contre les projets Macron

Les deux points principaux du programme éducatif d’Emmanuel Macron sont en train de se retourner contre lui. Le 17 mai, le Snuipp Fsu saisit le nouveau ministre à propos de la suppression des maitres surnuméraires (maitres +) et de la réforme des rythmes scolaires.

« Il n’est pas acceptable d’opposer la réduction de la taille des classes de CP et de CE1 au maintien du dispositif « plus de maîtres que de classes » », écrit Francette Popineau, co-secrétaire générale duSnuipp Fsu, le premier syndicat du primaire. « L’attribution d’un maître surnuméraire aux écoles de l’éducation prioritaire est plébiscitée par une grande majorité de nos collègues (86% d’enseignants satisfaits d’après l’enquête du SNUipp-FSU de juin 2016). Le dispositif permet de travailler plus collectivement et de faire évoluer les pratiques pédagogiques, il améliore le climat de classe et les apprentissages. Les enseignants de ces écoles ne comprennent pas que vous remettiez en cause un dispositif dans lequel ils se sont fortement engagés et qui montre ses premiers effets sur la réussite des élèves ».

S’agissant des rythmes scolaires, E Macron veut laisser les commune décider librement de l’organisation de la semaine scolaire. « Il est indispensable de remettre à plat cette réforme mais sans accentuer son caractère inégalitaire ce qui ne manquerait pas d’advenir si carte blanche était laissée aux collectivités ».

Le courrier du Snuipp

Le programme d’E Macron

Poster un commentaire

Le Snes et le Snuipp face aux réformes Macron

Un futur ministre sous pression. C’est ce que préparent le Snes et le Snuipp Fsu. Les deux syndicats annoncent déjà vouloir porter des revendications devant le futur titulaire de la rue de Grenelle. Les deux syndicats sont eux mêmes portés par leurs militants hostiles aux premières mesures décidées par E Macron.

Dans une déclaration , le 16 mai, le Snuipp Fsu annonce vouloirs s’adresser au ministre de l’éducation nationale « dès sa nomination » à propos du redéploiement des maitres surnuméraires en CP et à la carte blanche laissée aux maires concernant les rythmes scolaires. Sur ces deux points, le syndicat est en désaccord avec le nouveau président.

Le Snes s’est adressé directement à l’Elysée le 16 mai.  » Nous vous demandons une continuité de certains chantiers initiés sous le précédent quinquennat », écrit le Snes en citant d’abord la revalorisation salariale.  » Nous souhaitons qu’un rendez-vous salarial soit programmé rapidement à la Fonction Publique afin de négocier sur la revalorisation de la valeur du point d’indice, sur la mise en place de pré-recrutements, seuls à même de pallier les difficultés de recrutement dans le second degré ». Le syndicat veut aussi soulever la question de l’autonomie des établissements. « Elle doit pour nous permettre aux équipes pédagogiques d’avoir davantage de pouvoir d’agir sur leur métier, diversifier leurs pratiques et construire des projets tenant compte des publics accueillis, et non pas renforcer le pouvoir du chef d’établissement », écrit le Snes. L’enjeu c’est aussi la réforme du collège et le maintien ou pas des classes bilangues..

Communiqué Snes

Poster un commentaire

La FSU appelle à la grève dans l’enseignement français à l’étranger

« Le problème des détachements de professeurs titulaires se pose à nouveau maintenant pour les deux degrés, primaire et secondaire, car des personnels titulaires sont sanctionnés par des refus de détachement sur un poste qui leur est proposé dans le réseau », écrivent les syndicats Snes, Snuipp et Snep de la Fsu. « Certains de ces collègues sont des titulaires déjà installés physiquement avec leurs familles dans les pays. D’autres sont d’anciens recrutés locaux contractuels, lauréats de concours, et se voient refuser leur détachement par le ministère de l’Éducation nationale alors qu’ils ont obtenu un poste dans l’établissement où ils étaient contractuels. Le refus de détachement de ces personnels est un frein incompréhensible à la formation et à la passation des concours du MEN, pourtant encouragées logiquement par le même ministère. Pour tous ces cas, malgré leurs interventions multiples le SNES-FSU, le SNEP-FSU et le SNUipp- FSU n’ont, à ce jour, pas obtenu de solution acceptable ». Les 3 sydnicats appellent à la grève dans l’ensemble du réseau AEFE.

Poster un commentaire

Lettre de l’Institut de Recherche de la FSU

Si cet email ne s’affiche pas correctement, vous pouvez consulter directement la page.
Newsletter Mai 2017
A LA UNE

Malaise dans la représentativité syndicale

Michel Noblecourt dans Le Monde parle d’un « séisme ».
En réalité, s’il fallait retenir quelque chose de la tectonique des plaques, c’est moins l’idée du tremblement de terre que celle des mouvements très progressifs et de long terme de la dérive des continents.
Loin d’être brutal ou surprenant, le score de la CFDT était prévisible et doit être relativisé.
Rapide mise au point par Karel Yon.

« Changer la loi de 2008 »

L’article « Changer la loi de 2008 » est publié sur le site Syndicollecif par Jean-Claude Mamet, administrateur du site. Il pose la nécessité de défendre une élection interprofessionnelle de représentativité, et notamment de rétablir les élections à la Sécurité sociale, mais aussi la nécessité d’une nouvelle donne syndicale unitaire. Cette proposition fait écho à la tribune de Jacques Julliard parue dans Le Monde (6 avril 2017), intitulée « La CFDT doit lancer une véritable refondation sociale ».

Les Français et le service public local

Ipsos a mené en février 2017 une enquête miroir auprès du grand public et des agents de la fonction publique territoriale pour l’Association des Administrateurs Territoriaux de France (AATF). L’objectif était de mesurer l’attachement de ces 2 populations au service public local, leur souhait de réformer les politiques publiques des collectivités locales ainsi que d’identifier les moyens de faire évoluer le statut de la fonction publique territoriale.
Une étude riche d’enseignements, y compris du coté des agents.

L’INSTITUT

Le billet de la présidente

« Si nous voulons que tout reste tel que c’est, il faut que tout change… »
Ainsi parle Tancrède dans Le guépard, le film de Visconti.
Au soir du deuxième tour de l’élection présidentielle, le nouvel élu revêt ses habits de président. On ne peut que saluer la performance de celui qui est parvenu à être élu alors même qu’il vient du gouvernement d’un François Hollande dont l’impopularité atteint des sommets. En apparence, Emmanuel Macron innove : il est jeune, n’est pas porté par un des partis traditionnels, et son discours répète en boucle la rhétorique de la nouveauté. Sans insulter l’avenir, on peut cependant douter que l’innovation soit ici autre chose que cosmétique. Lire la suite

Le printemps du Maitron Un riche débat entre historiens

Yves Baunay de Institut de recherche de la FSU a participé à cet évènement.
Les organisateurs avaient vu grand en réservant le grand amphi de la Sorbonne : 800 places et tout un symbole faisant écho à « l’ambition pédagogique et citoyenne du Maitron, à tous les niveaux de l’éducation ». Lire la suite

Le vote FN chez les enseignants

Par Laurent Frajerman
Quelques réflexions sur les aléas des statistiques du vote FN chez le enseignants. En complément de cet article : « Le vote FN des enseignants, une bulle médiatique ? »
https://theconversation.com/le-vote-fn-des-enseignants-une-bulle-mediatique-76182 Lire la suite

ON A VU

Mardi 16 mai à 20h50 sur Arte

Etudiants, l’avenir à crédit

Mardi 16 mai à 20h50 sur Arte un film documentaire de Jean-Robert Viallet
Dans le monde, les jeunes poursuivant des études supérieures étaient 13 millions au milieu des années 60. En 2015 ils étaient 200 millions. Dans 15 ans ils seront 400 millions. Un peu partout les jeunes s’endettent et le savoir devient une marchandise. De Shanghaï à New-York, de Paris à Berlin, prises au jeu de la compétition mondiale, les universités se transforment en gigantesques entreprises… Mais à quel prix… et au profit de qui ? Une effrayante descente aux enfers au cœur des universités et des dérives néolibérales. Lire la suite

Changer d’Avenir

Par le Collectif des Économistes atterrés, Éditions Les Liens qui libèrent, 160 pages, 17 euros, parution le 23 mars 2017.
Les politiques ne prennent pas la mesure de la profondeur de la crise et, surtout, de son caractère systémique. Cet aveuglement devient mortifère pour notre société et notre démocratie. Dans cet ouvrage, les Économistes atterrés appellent à une grande bifurcation. Lire la suite

Regards : Travailler c’est souffrir ?

P. 04 – Les faux-semblants de l’union
P. 10 – « Écrémage » en entreprise, la méthode RH qui tue (vraiment)
P. 14 – Comment éteindre l’incendie du burn-out ?
P. 18 – Marie-France Hirigoyen : « Le travail s’est déshumanisé, on a perdu le sens du travail bien fait »
P. 22 – Travail dissimulé : la face de moins en moins cachée de l’ubérisation
P. 26 – Julien Brygo et Olivier Cyran : « La merdification du travail concerne la majorité des secteurs »
P. 32 – Travail en France et en Europe : 12 graphiques
P. 36 – Amandine Mathivet : « Pour agir sur les conditions de travail, il faut repenser le système économique » Lire la suite

Construire l’université au XXIè siècle

Danielle Tartakowsky, qui a présidé l’université Paris 8 – Vincennes-Saint-Denis de 2012 à 2016 publie ce livre qui est le récit vivant de la présidence d’une grande université française dans un moment très particulier : celui de la mise en place des lois qui organisent l’autonomie des établissements d’enseignement supérieur – mais aussi le regroupement de ceux-ci et des tensions qui en découlent. Lire la suite

AGENDA
Mardi 16 mai à 20h50

Etudiants, l’avenir à crédit sur Arte un film documentaire de Jean-Robert Viallet

Mercredi 31 mai, amphithéâtre François Furet, EHESS 105 boulevard Raspail, 75 006 Paris,

Rencontre autour de Pour que vive l’histoire, écrits de Madeleine Rebérioux

Du 23 au 27 août

Université d’été européenne des mouvements sociaux, Toulouse, Université Toulouse – Jean Jaurès

PUBLICATIONS

Regards Croisés N°21

ARTS
Boulangerie Utopie
DOSSIER
Démocratie et populisme
ENTRETIEN
Leila Slimani Lire la suite

En finir avec les idées fausses propagées par l’extrême droite

Nouvelle édition 2017 revue et augmentée.
La banalisation des idées d’extrême droite est un danger pour la démocratie, pour les droits sociaux, pour les libertés. Répliquer à leur propagation là où on travaille, là où on vit suppose de se doter d’arguments solides. Le livre En finir avec les idées fausses propagées par l’extrême droite contrecarre près de 80 de ses slogans en s’appuyant sur des données solides. Lire la suite

IR-FSU

Poster un commentaire

Le Se-Unsa demande une école « durable »

 » L’École n’en peut plus des discours caricaturaux, des oppositions stériles et des allers et retours idéologiques ; elle a besoin de stabilité ». C’est ce que Stéphane Crochet, le nouveau secrétaire général du Se Unsa, écrit à Emmanuel Macron le 10 mai.  Dans cette lettre il fixe quelques points précis de cette durabilité.  » Pour les enseignants de l’Unsa, il faut inscrire la politique éducative dans le long terme en poursuivant les transformations déjà engagées pour une École inclusive et émancipatrice, exigeante et bienveillante » et « intensifier les politiques de réduction des inégalités au sein de notre École en soutenant les nouvelles dynamiques de l’éducation prioritaire, en renforçant les incitations à la mixité sociale et scolaire ».

Communiqué

Poster un commentaire

L’Unsa Education et le Snuipp Fsu divisés face à E Macron ?

L’élection d’E Macron  met-elle un terme à la division syndicale ? L’Unsa Education appelle à la poursuite des réformes. Le Snuipp Fsu s’inquiète de certains éléments du programme Macron.

Pour l’Unsa Education, Laurent Escure appelle à « donner de la voix pour que la France, fière de ses valeurs humanistes et de son ambition européenne, sorte de la dépression pour envisager l’avenir avec confiance et bâtir une société meilleure pour la jeunesse ».  En ce qui concerne l’Ecole il souhaite que « l’Education soit protégée du court-termisme et des instrumentalisations politiciennes. Les réformes récentes ont amélioré la situation de notre École et s’il est toujours nécessaire de les réinterroger, une chose est sure, nous avons besoin de temps et de tranquillité ».

Le Snuipp Fsu pointe du doigt des points du programme éducatif de Macron.  » La baisse des effectifs par classe est la priorité tant ceux-ci sont particulièrement élevés en France comparativement à la plupart des pays équivalents. Mais il ne faudrait pas que des effectifs abaissés ici entrainent mécaniquement des hausses partout ailleurs. Abaisser dès la prochaine rentrée les effectifs des classes de CP en REP+ ne manque donc pas de nous interroger…. M. Macron prévoit de redéployer les postes de maîtres supplémentaires pour dédoubler les CP. Supprimer un dispositif prometteur qui d’après la recherche commence à faire ses preuves au service des élèves de l’éducation prioritaire serait une grave erreur Cette manière de réformer, en supprimant d’emblée un dispositif plébiscité par les enseignants et sans évaluation sérieuse, n’est plus possible et serait un très mauvais signal envoyé à la profession ».

Le syndicat est plus ennuyé par rapport aux rythme scolaires. La réforme est jugée mauvaise.  » Elle s’est faite sans les enseignants et a renforcé le pouvoir des municipalités. Elle a déstabilisé le travail des équipes enseignantes et dégradé leurs conditions de travail ». Mais « laisser aujourd’hui chaque municipalité choisir de poursuivre ou non dans cette voie n’est pas acceptable. Le SNUipp-FSU demande sa remise à plat et le retour à un cadrage national ».

Unsa

Snuipp

Poster un commentaire

Rassemblements ET défilés – Contre le FN – Pour les droits

SNES-FSU, section académique de NantesLa section académique
aux

adhérents de l’académie

SNES
                  national FSU
                  site national
FAIRE DU 1er MAI UNE GRANDE JOURNÉE DE MOBILISATION ET DE RASSEMBLEMENT
contre le Front National, pour faire avancer les droits sociaux, promouvoir la paix, la justice sociale, l’éducation et la démocratie.

DPT Rassemblement Appel
44 Ancenis – Jardin de l’Eperon – 10h site de la FSU 44
Châteaubriant – devant l’Union locale CGT (1, rue de la Gare) – 11h
Nantes – Place de la République – 10h meeting Intersyndical (CGT, FO, FSU, Solidaires) suivi d’un défilé (CGT, FSU, Solidaires)
Saint-Nazaire – Place de l’Amérique Latine – 10h
49 Angers – Place Imbach – 10h30 CGT – FO – FSU – Solidaires – UNEF – UNL
Cholet – Place Travot – 10h30
Saumur – Place Bilange – 10h30
Segré – Place du port – 10h30
53 Laval – Place du jet d’eau – 10h30 CGT – FSU – Solidaires
72 Le Mans – 10h30 – Place de la République CGT – FSU
85 Fontenay le Comte – 10h – Place Verdun CGT – FO – FSU – Solidaires
La Roche sur Yon – 10h30 – square Paul Arnaud (boulevard Rivoli)
Les Sables d’Olonne – 10h – Place de la Liberté

Le secrétariat académique

SNES-FSU
Section académique de Nantes

15, rue Dobrée
44100 Nantes
02-40-73-52-38

site : www.nantes.snes.edu
Page Facebook du SNES Nantes compte
                  Twitter du SNES Nantes
Ce message est envoyé aux adhérents (à jour et non à jour) du SNES ayant fourni leur adresse électronique.
Cette adresse ainsi que les données personnelles communiquées au SNES sont accessibles et modifiables en ligne avec le numéro d’adhérent et le mot de passe qui figurent sur la carte syndicale.

Poster un commentaire

Sécurité dans les écoles : une brochure du Snuipp

Qui finance la sécurisation des écoles ? Comme directeur dois je donner mon numéro de téléphone ? Peut on demander à la commune une alarme supplémentaire ? Qui doit controler les entrées ? Comment gérer les fêtes de fin d’année ? Le Snuipp publie un huit pages qui rappelle et explique la  nouvelle réglementation relative à la sécurisation des écoles. Les points noirs demeurent, notamment les travaux de sécurisation.

 

Le 8 pages

Poster un commentaire

1er mai

Parce que le 1er mai est la fête du travail,

Mobilisons nous lundi en Loire Atlantique et en France
pour réaffirmer les valeurs de solidarité qu’il véhicule
et pour la République

COMMUNIQUE DE LA FSU DE LOIRE ATLANTIQUE

1er mai 2017

NON À L’EXTRÊME DROITE
NON À TOUTE RÉGRESSION SOCIALE

Pas une voix pour le front national !

Les résultats du premier tour de l’élection présidentielle indiquent que la représentante du Front national et un candidat incarnant des valeurs ultralibérales sont qualifiés pour le second tour.

La FSU, porteuse de valeurs de solidarité, de justice sociale, d’égalité et de paix veut affirmer en ce 1er mai la continuité de sa lutte contre des voies politiques qui aggravent le chômage et la précarité, fragilisent les services publics et la protection sociale, amenuisent l’égalité de toutes et tous face aux droits élémentaires, et renforcent les inégalités sociales.

Pour faire entendre notre refus d’une société de rejet et d’exclusion et faire avancer nos propositions alternatives pour une société plus juste et plus solidaire, la FSU de Loire Atlantique appelle à un 1er mai unitaire

A NANTES – PLACE DE LA REPUBLIQUE à 10 H : MEETING INTERSYNDICAL
CGT, FO, FSU, SOLIDAIRES, suivi d’un DEFILE CGT, FSU, SOLIDAIRES

A SAINT-NAZAIRE – PLACE DE L’AMERIQUE LATINE à 10 H

A CHATEAUBRIANT – DEVANT L’UNION LOCALE CGT à 11 H

A ANCENIS – JARDIN DE L’EPERON à 10 H

SNES-FSU
Section Départementale de Loire Atlantique
8 place de la gare de L’Etat
case postale 8
44276 Nantes cedex 2
02.40.35.96.71
https://www.facebook.com/groups/128586234141781/

Poster un commentaire

Election : le Snuipp et la Ligue mobilisent contre le FN

Béziers : le maire soutenu par le FN compte le nombre d’écoliers musulmans. Villers Cotterêts : le maire impose aux enfants des écoles un poème de Charles Péguy alors qu’ils avaient opté pour Rimbaud. Marseille : le représentant FN menace publiquement des enseignants lors d’un conseil d’école. Bollène : la mairie sabre dans les associations et réduit le nombre d’Atsem. Ces quatre exemples de gestion locale par l’extrême droite sont publiés dans un quatre pages édité par le Snuipp pour dénoncer « les vieux démons » du FN. Le Snuipp interroge Claude Lelièvre.

La Ligue de l’enseignement prend position contre l’élection de M Le Pen en appelant « à faire battre M Le Pen au 2d tour en repoussant toute tentation d’abstention ou de vote blanc ». La ligue appelle également à un « 1er mai républicain ».

Le quatre pages

A Béziers la résistance passive des profs face à Menard

Poster un commentaire

Second tour : les syndicats en ordre dispersé face à Le Pen

Alors que le Front national est présent au second tour de l’élection présidentielle; les organisations syndicales sont d’accord pour juger la situation dangereuse. Mais là semble s’arrêter leur prise de conscience commune. C’est avec des mots d’ordre différents qu’elles abordent ces deux semaines décisives pour l’avenir du pays alors que le 1er mai porte historiquement le souvenir de réactions plus vigoureuses. Il n’y aura pas de barrage syndical républicain.

La première fédération , la FSU, juge « l’arrivée au pouvoir du Front national inenvisageable pour la FSU ».Mais c’est pour ajouter que « continuer sur la voie des politiques libérales ne fera qu’aggraver le chômage et la précarité, fragiliser les services publics ». La consigne de la Fsu se limite à un  » Pas de vote pour le Front national ».

L’Unsa Education monte d’un ton.  » L’UNSA Éducation appelle l’ensemble de nos collègues à participer massivement le 7 mai pour faire barrage au F.N. », écrit L Escure. « Mobilisons-nous : Pour la République et contre le FN ».

Le Sgen Cfdt va au bout du raisonnement.  » La CFDT appelle dès maintenant toutes celles et tous ceux qui sont attachés à notre République à se mobiliser pour battre la candidate du Front National, dimanche 7 mai et donc à voter Emmanuel Macron ». Une position qui a couté à la confédération Cfdt le saccage de ses locaux.

Ce 25 avril au matin, le Snalc, FOO et la CGT ne donnent aucune consigne de vote pour le second tour.

Communique Fsu

Communiqué Unsa

Communiqué Sgen Cfdt

Poster un commentaire

Communiqué FSU Élections présidentielles : pas une voix pour le Front national !

Communiqué FSU

Les Lilas le 24 avril 2017

Élections présidentielles : pas une voix pour le Front national !

Les résultats du premier tour de l’élection présidentielle indiquent que la représentante du Front national est qualifiée pour le second tour.

La FSU considère avec une extrême gravité la montée de l’extrême droite dans notre pays.

Depuis des années, la FSU prend une part active pour la combattre. .Elle s’est encore récemment adressée à toutes et tous les agent-es de la Fonction publique pour les alerter sur la dangerosité du Front national pour notre démocratie.

Une arrivée au pouvoir du Front national est inenvisageable pour la FSU.

Outre les replis nationalistes, les discours de haine et de racisme, le programme du Front National est contraire aux objectifs et valeurs de solidarité, justice sociale, égalité et de paix que porte la FSU. Compte tenu des pouvoirs octroyés au président de la Vème République, la prise de pouvoir du Front national serait une catastrophe pour notre pays : préférence nationale et racisme d’État aggraveraient encore les fractures de notre société. Les plus fragiles de nos concitoyens seraient les plus touchés. La FSU ne peut l’envisager.

Contrairement à un affichage anti-système, là où il est en responsabilité, le Front national déploie une organisation clientéliste et discriminatoire. Il dit parler «au nom du peuple» et des «petits», mais brise les solidarités en s’attaquant par exemple au milieu associatif et culturel. Pour réduire les impôts, il fragilise le service public. Et il n’hésite pas à exercer des pressions sur les agent-es, en utilisant honteusement les réseaux sociaux comme moyen d’intimidation.

Mais lutter contre les idées d’extrême droite implique de lutter contre les inégalités et les injustices, les politiques libérales en œuvre qui font le lit de l’extrême-droite depuis des années. Il s’agit de les combattre et de faire avancer nos revendications.

Continuer sur la voie des politiques libérales ne fera qu’aggraver le chômage et la précarité, fragiliser les services publics et la protection sociale, amenuiser l’égalité de toutes et tous face aux droits élémentaires, renforcer les inégalités sociales…

La FSU porte et continue de porter des propositions alternatives pour une société plus juste et plus solidaire : partage du temps de travail, autre répartition des richesses et réforme fiscale, mesures pour une transition écologique pour préparer l’avenir, renforcement des services publics et de la protection sociale pour lutter contre les inégalités, réussite scolaire et élévation d’un niveau de qualification pour tous les jeunes … Elle les portera également lors de la campagne des élections législatives et au-delà.

C’est cette orientation qu’elle continuera de porter et de défendre avec les personnels. Elle construira, chaque fois que nécessaire, avec les salariés, les mobilisations dans l’unité la plus large.

La FSU s’y emploie dès aujourd’hui en appelant à faire du 1er mai un grand rassemblement revendicatif, dans l’unité la plus large, pour une société plus juste, plus égalitaire et plus solidaire, et pour dénoncer l’idéologie du Front National présent au second tour des élections.

Le vote Front national n’est pas la solution pour répondre aux crises et difficultés que connaît notre société.Nous sommes toutes et tous concerné-es. Pas de vote pour le Front national !

Poster un commentaire

appel de l’intersyndicale CGT, FO, FSU, Solidaires pour un 1er mai revendicatif.

Télécharger le tract.

En ce 1er mai 2017, situé dans un contexte d’entre deux tours de l’élection présidentielle,  les
Unions  Départementales  CGT,  Force-Ouvrière,  FSU  et  Solidaires  de  Loire-Atlantique
réaffirment leur attachement à l’action revendicative indépendante.
« Moderniser »  n’est  pas  détruire  le  « modèle »  social  français.  En  direction  de  tous  les
candidats  à  l’élection  présidentielle,  nous  réaffirmons  notre  attachement  à  tout  ce  qui  a  été
construit après-guerre en termes de services publics, garanties collectives et sécurité sociale.
Pour  abaisser  le  coût  du  travail,  le  MEDEF  exige  du  futur  Président  de  la  République  qu’il
poursuive l’œuvre de démolition de toutes ces conquêtes sociales, déjà appliquée depuis des
années par les gouvernements, qu’ils se revendiquent de « gauche ou de droite ».
Dans  la  continuité  de  leur  engagement  contre  la  loi  travail,  dont  elles  revendiquent  toujours
l’abrogation,  les  Unions  Départementales  CGT,  Force  Ouvrière,  FSU  et  Solidaires  de
Loire-Atlantique lancent un appel à l’action, à la résistance et à la reconquête des droits :
– résistance face à tous ceux, Medef et ses alliés en tête, qui voudraient tout voir
disparaître,
– résistance face à la volonté de certains de supprimer  des centaines de milliers de postes
de fonctionnaires,
– résistance face à ceux qui veulent détruire l’hôpital et privatiser tous nos services
publics,
– résistance face à ceux qui veulent remettre en cause le principe républicain d’égal accès
aux soins pour toutes et tous, principe qui récuse toutes formes de discriminations et de
ségrégations,
– résistance face à ceux qui veulent reculer l’âge de départ à la retraite et remettre en
cause notre régime par répartition en le remplaçant par un système à points qui remet en
cause l’élément essentiel qui est celui de la solidarité intergénérationnelle,
– résistance face à ceux qui ont décidé de faire disparaitre les régimes spéciaux et le code
des pensions civiles et militaires,
– résistance à l’égard de tous ceux qui ont détruit l’industrie en France, et veulent liquider
le code du travail et les conventions collectives.
Ce  1er  mai  sera  aussi  celui  du  combat  contre  le  pacte  de  responsabilité,  le  CICE  et  les
56 milliards d’euros de dividendes versés aux actionnaires du CAC 40. 56 milliards pour une
minorité, le chômage et la précarité pour la majorité.
Les Unions Départementales CGT, Force Ouvrière, FSU et Solidaires de Loire-Atlantique
affirment  en  pleine  indépendance  face  aux  politiques,  leur  attachement  aux  valeurs  de  la
république, liberté, égalité, fraternité, laïcité. Elles rejettent le racisme et la xénophobie opposés
aux  principes  de  solidarité  internationale  des  salariés,  ouvriers  et  privés  d’emploi.  Les  droits
sociaux ne sont pas solubles dans l’intérêt général.
Sur ces bases, elles tiendront meeting à

  • Nantes à 10 h Place de la République
  • St Nazaire – Place de l’Amérique latine – 10h
  • Chateaubriant – devant l’UL CGT 1 rue de la gare – 11h
  • Ancenis – jardin de l’éperon – 10h

3 Commentaires

CPE : la grille d’évaluation publiée par le Se Unsa

Comment seront évalués les CPE dans le cadre de la nouvelle évaluation issue du PPCR ? Le Se Unsa publie le projet de grille d’évaluation adopté au dernier CTM ministériel.  Le syndicat salue  » une double évaluation chef d’établissement – IA-IPR-EVS qui devrait rééquilibrer le regard sur les pratiques éducatives et qui permettra de mieux cerner l’appréciation de la valeur professionnelle » et « des formulations globalement en conformité avec notre référentiel-métier et notre circulaire de missions ». Il attire l’attention sur trois points :  » le maintien d’un item relié au suivi pédagogique et éducatif, un temps menacé, qui fait pourtant partie du cœur de métier; l’ajout d’un item illustrant notre contribution à la formation à la citoyenneté participative qui n’avait pas été prise en considération et « l’item traitant de « l’organisation de vie dans l’établissement et de la contribution à la qualité du climat scolaire » devient un domaine de compétence partagé entre IA-IPR et chef d’établissement, ce qui nous semble plus protecteur ». Pour le Se-Unsa  » la grille d’évaluation validée est respectueuse de l’identité professionnelle des personnels d’éducation. »

 

La future grille d’évaluation

Poster un commentaire

Une large intersyndicale contre le transfert des L.P. aux régions

Annoncé par plusieurs candidats à l’élection présidentielle, le transfert de l’enseignement professionnel aux régions est dénoncé par les syndicats Cgt, Snalc, Se Unsa, Snep Fsu, Snuep Fsu, Snetap Fsu, et Sud.  » Les personnels dont les enseignants (es) des lycées professionnels seraient géré-es par les Régions. Un tel transfert constitue une attaque frontale de leur statut », note l’intersyndicale. « Les régions pourraient alors être seules à construire et à mettre en oeuvre les cartes régionales des formations et fusionner facilement les CFA et les lycées professionnels. À terme, la formation professionnelle initiale sous statut scolaire pourrait disparaître au profit de l’apprentissage et les contenus de formation être définis localement ». L’intersyndicale dénonce aussi « un recul majeur de l’Etat » : ce serait  » développer des logiques strictement utilitaristes et à court terme en ne proposant que les formations répondant aux besoins immédiats des entreprises d’un territoire. Cela conduirait à accentuer les inégalités régionales et à offrir des formations ne permettant pas aux futur.es salarié.es en formation d’envisager un avenir professionnel au-delà du territoire où ils ont été scolarisés ».

 

Communiqué

Quel avenir pour l’enseignement professionnel?

Poster un commentaire

Les stagiaires de Grenoble souhaitent l’extension de leur mouvement

Soutenus par le Snes, le Snalc, la Cgt , FO et Sud , les professeurs stagiaires de l’espe de Grenoble en grève depuis début avril, souhaitent une extension de leur mouvement. Les professeurs stagiaires dénoncent al surcharge de travail en année de stage. Ils dénoncent aussi une formation trop théorique et demandent la fin des listes d’émargement qui attestent de leur présence.

 

Article Grenet

Poster un commentaire

Le plus grand syndicat européen d’enseignants nait en Angleterre

« Parler d’une seule voix terrifie le gouvernement ». Pour faire face aux restrictions budgétaires, deux syndicats d’enseignants anglais ont décidé carrément de fusionner. Le NUT et l’ATL créent le National Education Union (NEU) qui devient le plus important syndicat d’enseignants en Europe avec 450 000 membres. L’objectif est de mieux luter contre les restrictions budgétaires qui menacent l’école anglaise. Une journée de grève a été décidée par le NUT.

 

Article du Guardian

Article BBC

Poster un commentaire

L’échec des concours réservés

Censés permettre l’intégration des enseignants contractuels, les concours réservés affichent des taux records d’échec. Pour le Snes c’est le dispositif Sauvadet qui ne fonctionne pas et qu’il faut revoir.

Les résultats des concours réservés  prévus pour résorber l’auxiliariat chez les enseignants sont maintenant presque tous connus. 2250 postes sont proposés en 2017 mais il est clair que moins de la moitié seront attribués.

Ainsi au Capes réservé, on ne compte que 54 admis pour les 140 postes offerts en lettres modernes. En maths c’est pire :64 admis pour 170 postes. En anglais on ne compte que 41 admis pour 155 postes, 31 en espagnol sur 94. En documentation, où 93 postes sont proposés il n’y a que 42 admis. Seule l’EPS fait le plein avec 94 admis pour 94 postes.

Ce n’est pas mieux pour l’examen professionnalisé des PLP , une filière où les contractuels sont particulièrement nombreux. En lettres histoire-géo il n’y a que 31 admis sur 60 postes. En maths c’est 21 sur 51. En biotechnologie 100 postes sont offerts mais seulement 34 pourvus. En arts c’est 15 pour 52 postes proposés.

Pour le Snes, c’st le dispositif Sauvadet qui est fautif. Le Snes dénonce « les conditions toujours trop restrictives pour entrer dans le dispositif Sauvadet qui ont entraîné la radiation de 800 candidats pour non éligibilité, ainsi que l’insuffisance de la préparation aux épreuves, faute de moyens alloués à cette formation ».

Le Snes demande « un vrai plan de titularisation comprenant des dispositions particulières pour la titularisation des CDI et des CDD les plus vieux et l’accès aux concours réservés sur la base d’un seul  critère : 4 années d’ancienneté à la date de clôture des inscriptions ».

Résultats capes réservé

Résultats examen PLP

Communiqué Snes

Poster un commentaire

collectif mixité scolaire et sociale

Pour une véritable mixité scolaire et sociale dans les établissements du second degré en 44.

Vous aussi, vous êtes peut-être confronté-es au phénomène de plus en plus important de recul de la mixité scolaire et sociale, que ce soit en collège ou en lycée, et constatez comme nous que les inégalités se creusent non seulement à l’intérieur des établissements selon les filières et les options choisies mais aussi entre les établissements : contournement de la carte scolaire, explosion des effectifs en séries technologiques ou dans les EDE choisis par stratégie.

Nous cherchons à créer un collectif de travail autour de cette problématique pour construire un diagnostic commun, des revendications et une mobilisation communes.

Il ne s’agit pas de multiplier les réunions mais nous pensons dans un premier temps échanger avec celles et ceux d’entre vous qui seraient intéressé-es.

Pour cela et pour nous faire part de votre expérience à ce sujet, envoyez un message à snes44@nantes.snes.edu

Des collègues des lycées nantais Camus, Carcouët et Guist’hau
SNES-FSU
Section Départementale de Loire Atlantique
8 place de la gare de L’Etat
case postale 8
44276 Nantes cedex 2
02.40.35.96.71
https://www.facebook.com/groups/128586234141781/

Poster un commentaire

Web-lettre de L’École Émancipée


Web-Lettre envoyée le dimanche 2 avril 2017

 Voici les articles publiés sur le site L’École Émancipée depuis 3 semaines

Journées d’étude 2017
Inscrivez-vous aux Jééé !

Pour un 1er mai de mobilisation sociale et antifasciste.

1er avril 2017

Les très chères affaires de certain-es candidat-es à la présidentielle coûtent également à la démocratie. Cette campagne nauséabonde n’en finit pas de surenchérir dans le grotesque, l’impensable et l’on se dit que le pire est peut-être à venir, le jour des résultats. Fillon et son fameux « Et alors ? » (…)

La revue a besoin de vous ! : Abonnez-vous !

28 mars 2017

La revue « L’École Émancipée » n’existe que par le soutien et la fidélité de ses abonné-es. Alors, disons-le… le nombre actuel d’abonnements n’est pas satisfaisant.

Le dernier CDFN s’est tenu mardi 21 et mercredi 22 mars. Vous trouverez ci-dessous les interventions des camarades de l’école émancipée dans le cadre du débat (…)
Le dernier CDFN s’est tenu mardi 21 et mercredi 22 mars. Vous trouverez ci-dessous les interventions des camarades de l’école émancipée dans le cadre du débat (…)

– Judith Fouillard : Intervention générale
– Cécile Ropiteaux :Féminisme et syndicalisme
– Denis Thomas : Pour la défense des services (…)
– Julien Rivoire : « Rendez l’argent ! »

Bulletin d’information du Snes éé Créteil *mars 2017*

22 mars 2017

École Émancipée Snes Créteil – Mars 2017Lire plus de publications sur Calaméo

Retours sur le 8 mars 2017

18 mars 2017

Le 24 octobre 1975, 90 % des Islandaises ont quitté leur poste pour dénoncer les inégalités salariales et manifester à Reykjavik, (photo). Cela a paralysé le pays et éveillé les consciences. Le mouvement a repris en 2005, 2008 et 2016 pour montrer que les inégalités avaient reculé bien trop (…)

Le revenu universel : mauvaise réponse à de bonnes questions ?

18 mars 2017

La campagne des primaires socialistes a vu Benoit Hamon mettre au coeur du débat la revendication d’un revenu universel. Au delà de la dynamique anti Valls, cette revendication a été un marqueur à gauche du candidat, avec un réel attrait pour ce débat au sein d’un électorat traditionnel de la (…)

Les défis du syndicalisme

18 mars 2017

L’extrême-droite semblant inéluctablement qualifiée pour le second tour de la présidentielle, la seule incertitude de cette élection apparait réduite à l’identité de son futur concurrent. Le banquier qui a été le grand inspirateur de la politique libérale du gouvernement et qui promet d’aller encore plus (…)

Revue n°64 (mars-avril 2017)

18 mars 2017

Au sommaire de la revue n°64 p. 2 : Appel : nous, mouvements sociaux p. 3 : édito : Les défis du syndicalisme Société p. 4 et 5 : Flexisécurité, illustration d’une politique de l’oxymore p. 6 et 7 : Le revenu universel : mauvaise réponse à de bonnes questions ? International p. 8 et 9 : Une Europe (…)

Bulletin n°112 du GD 76-27 Mars 2017 (Académie de Rouen)

15 mars 2017

Cliquez ici pour télécharger le bulletin Edito : Climat électoral délétère : préparer la suite 8 Mars : « Repolitiser la journée des femmes » La priorité au primaire . Des promesses et… une situation dégradée. … AGENDA : Stage de l’ÉÉ 76/27 : jeudi 18 Mai à la maison des syndicats (Franklin) au (…)

Avec ou sans oeil de verre, méfie-toi des millionnaires

12 mars 2017

Dans la foulée de l’affaire Théo, on a pu penser que les problèmes des quartiers populaires allaient s’inviter dans le débat politique. Que l’on parlerait de violences policières, de ce chômage de masse qui frappe en premier lieu les jeunes et en particulier les jeunes des banlieues, des inégalités (…)

Poster un commentaire