Archives de la catégorie Rendez-vous

Les profs d’EPS pédalent contre la réforme territoriale

C’est à une « cyclaction » qu’invite le Snep Fsu de la nouvelle Aquitaine le 21 octobre.  » Les professeurs d’EPS du SNEP-Fsu s’élanceront des rectorats de Poitiers, Limoges et Bordeaux, pour une randonnée cycliste, la Cycl’Action SNEP, qui les conduira à Angoulême, devant la DSDEN, à la Cité administrative près du Champ de Mars. En convergeant en vélo depuis chacun des 3 rectorats (Poitiers, Limoges et Bordeaux) vers Angoulême, ville centrale de la région Nouvelle-Aquitaine, soit environ 150 km, les professeurs d’EPS souhaitent donner corps à leur opposition à cette nouvelle réforme territoriale. »

Sur le site du Snep

Poster un commentaire

Stage IRFSU : l’école face à la radicalisation

Le chantier « Politiques de sécurité publiques » de l’IRFSU organise un stage syndical le 13 décembre 2018 au siège du SNUipp, 12 Rue Cabanis, 75014 Paris.
L’école est au premier chef concernée par des phénomènes de radicalisation qui touchent d’abord une population jeune, la conduite à tenir est alors toujours délicate comme le fait lui-même difficilement détectable. Comment l’enseignant peut-il et doit-il réagir ? Comment concilier l’impératif de protection de la société avec celui de la protection de l’enfance ? Qu’est-ce qu’un signalement et quelles sont ses conséquences ?

Il s’agira d’étudier la « radicalisation » au sein des établissements scolaires, par une approche à la fois locale et générale. Partant d’expériences vécues au sein de la ville de Trappes nous nous interrogerons sur les signaux faibles et forts permettant de détecter un phénomène de radicalisation. Enfin nous aborderons le cadre juridique qui borde l’action des enseignants et les suites d’un signalement.

Programme prévisionnel :

9h – accueil des participants –

9h30 – 12h30

-

 Présentation de la journée – modérateur : Thierry Novarese

La rupture terroriste, perspective historique / Patrick Laclémence (professeur des Université, membre du chantier Politiques de Sécurité Publique de l’IRFSU)

Enseigner à Trappes, les territoires du jihad / Didier Lemaire (professeur de philosophie)

Ma fille sous influence / témoignage

14h – 16h30

Le processus de radicalisation dans le cadre scolaire et son signalement / Miviludes

Les suites d’un signalement, le cadre juridique / Luc Pham (sous réserve)

Inscrivez-vous auprès du centre de formation de la FSU.

Poster un commentaire

Retraités en colère : appel pour le 18 octobre

Nantes Rassemblement Jeudi 18 octobre 11h Place Bretagne

Saint-Nazaire Rassemblement Jeudi 18 octobre 11h devant la CPAM

Télécharger le tract :

Poster un commentaire

5ème jour de blocage à Aspet

Le collège rural d’Aspet (Haute-Garonne) n’en peut plus. Depuis mardi 9 octobre , selon France 3, il est bloqué par des enseignants et des parents. Ils demandent l’ouverture d’une troisième classe de 6ème. Les deux classes actuelles comptent plus de 30 élèves par classe.

Sur France 3

Poster un commentaire

URGENT : rassemblement 1er ministre lundi 15/10, 9h45, Cité des Congrès de NANTES

Le premier ministre Edouard Philippe et Agnès Buzyn, ministre de la santé, seront présents à Nantes, lundi 14 matin, à l’occasion du congrès national des Centres Communaux d’Action Sociale (CCAS).

Nous avons après via un communiqué que l’UD CGT 44 appelait à un rassemblement à partir de 9h45 devant la Cité des Congrès à Nantes ce lundi.

Bien que cet appel ne se soit pas fait dans un cadre intersyndical, la SD FSU de Loire Atlantique a décidé d’appeler ses militants et adhérents à rejoindre ce rassemblement afin de continuer à manifester notre refus des projets destructeurs de ce gouvernement.

SD FSU Loire Atlantique

Ci-dessous le communiqué initial de la CGT 44 :

Nous avons appris hier soir qu’Edouard Philippe, 1er ministre, et Agnès Buzyn, ministre de la santé, seront présents à Nantes, lundi matin, à l’occasion du congrès national des Centres Communaux d’Action Sociale (CCAS).

Au regard des violentes attaques gouvernementales que subissent les salariés du privé, les agents du public, les retraités, les privés d’emploi et les jeunes, il va sans dire que nous ne pouvons laisser ces sinistres personnages venir sur notre territoire sans réagir.

 Aussi, dans la suite de notre mobilisation du 9 octobre dernier, nous appelons tous les camarades disponibles à participer à un rassemblement, lundi 15 octobre, à partir de 9 h 45, devant la Cité des Congrès, à Nantes.

 Comptant sur votre présence,

 Fraternellement, Fabrice DAVID,  SG UD CGT 44

Poster un commentaire

Stage de l’école émancipée: retraites – sécu et répartition des richesses – lundi 17 décembre

Pour s’inscrire, et ainsi recevoir l’autorisation d’absence et nous permettre d’organiser techniquement le stage au mieux, veuillez écrire à Nathalie Pszola (nathaliepszola@msn.com).

Et pour les réfractaires aux images dans les mails: Stage de l’école émancipée le 17 décembre 2018Retraites, sécu et répartition des richesses12 rue Cabanis, 75013 Paris – métro Glacière
10h: Intervention de Philippe Léger – les déterminants des inégalités économiques
14h: les enjeux politiques de la sécurité sociale face à la réforme à venir des retraites 
16h: le projet de salaire à vie de Bernard Friot en question
Et le mardi 17 et mercredi 18 décembre, il y a le stage Extrême-droite organisé par la FSU, dans les mêmes lieux.

Poster un commentaire

Enseignement professionnel : l’intersyndicale annonce une semaine d’actions

 » L’intersyndicale CGT Éduc’action – SNUEP FSU – SNEP FSU – SNALC – SUD Éducation – SNCL -SSIES FAEN – CNT « se félicite du succès des mobilisations du 27 septembre et du 9 octobre. Le succès de ces deux premières journées de mobilisation montre le profond rejet de la réforme par les PLP ». Elle estime les avancées ministérielles obtenues au CSE du 10 octobre insuffisantes et annonce des actions.  » L’intersyndicale s’engage à poser dans le courant de la semaine prochaine un calendrier d’actions pour obtenir le retrait de cette réforme. La mobilisation pour la défense de la voie professionnelle doit se mener dans le cadre unitaire le plus large possible ».

La réforme du LP repoussée par le CSE

Poster un commentaire

Manifestation du 9 octobre : des professeurs contre les suppressions de postes

Combien d’enseignants dans le cortège parisien du 9 octobre ? Bien peu. Alors que la FSU Ile de France, FO, Sud et la CGT appelaient à manifester, les quelques centaines d’enseignants étaient noyés dans la foule des salariés manifestant pour leur retraite et leur régime d’assurance chômage. Les préoccupations des enseignants étaient toutes autres. En premier lieu les suppressions de postes et la loi Blanquer qui commence tout juste à interroger.

 « Je ne supporte pas l’idée qu’on continue à supprimer des postes pour augmenter le nombre de contractuels », nous a dit Hugo Esquerre, professeur d’EPS au collège Rep Roland Garros de Villeneuve Saint Georges. « On a déjà 25 élèves par classe et ce n’est aps évident de prendre e compte chaque élève dans sa diversité. Et là on va augmenter le nombre d’élèves par classes ». L’annonce des 2500 suppressions de postes dans le 2d degré alors qu’il y aura 40 000 élèves en plus à la rentrée, essentiellement en collège, a de quoi inquiéter. « La qualité de l’enseignement va diminuer ». Mobilisé le 9 octobre, H Esquerre est certain de faire grève le 12 novembre, la journée d’actions strictement éducation nationale retenue par l’intersyndicale Fsu – Unsa et Sgen Cfdt.

Amanda Berthommé enseigne les maths au lycée Branly de Créteil en série STI. Ce sont les suppressions de postes mais aussi les incertitudes sur la réforme du lyéce qui l’amènent à manifester. « On a de plus en plus d’élèves par classe. On leur demande d’apprendre les mêmes contenus mais avec moins d’heures. Et on s’étonne, alors qu’ils ne sont ni moins intelligents ni moins travailleurs,  qu’ils aient du mal ! » A Berthommé s’attend à perdre des heures avec la réforme du lycée technologique. Elle aimerait au moins savoir combien mais elle n’a même pas cette information, notamment sur le partage des heures dans l’option pluridisciplinaire.

Du coté des syndicat, ce 9 octobre, c’est le projet de loi Blanquer qui est sur les lèvres. « Le gouvernement profite de cette loi sur la scolarisation des enfants à 3 ans pour introduire des mesures qui vont dans le sens du coté très normatif du ministre », nous confie Frédérique Rolet, secrétaire générale du Snes Fsu. « On rebaptise les ESPE en Institut du professorat ce qui enlève le mot « éducation » avec ce que ça comporte sur le sens des missions. La modification du statut des AED pour en faire des personnels qui pourront avoir une activité pédagogique veut dire qu’on va en faire des remplaçants à bon marché ». Les projets gouvernementaux sur les retraites suscitent aussi l’inquiétude. « L’argument qui consiste à dire que les pensions ne vont pas baisser car on prendra toutes les rémunérations ne fonctionnent pas pour les professeurs ».

« Peut-être que les collègues ne mesurent pas tout le danger de la période, par exemple le système de la retraite par points », nous dit Rachel Schneider, secrétaire départementale du Snuipp Fsu 93. Du projet de loi Blanquer elle craint qu’il amène une formation des enseignants au rabais. « Le fait que les AED remplacent des enseignants est dramatique. Ils auront nettement moins de volume de formation que ce qui est nécessaire ».

A Paris le cortège a réuni entre 11 000 (police) et 50 000 (orgaénisateurs) manifestants. La police annonce 5000 manifestants à Nantes, Marseille et Lyon, 3000 au Havre, à Rennes, Grenoble et Caen.

Poster un commentaire

Discours FSU du 9 octobre 2018

Poster un commentaire

Les écoles perturbées par la journée de grève interprofessionnelle

Lancée par les syndicats CGT, FO, FSU, Solidaires et les syndicats de lycéens et d’étudiants FIDL, UNL et UNEF, la journée de grève et manifestations du 9 octobre aura un impact dans les écoles et établissements scolaires. La journée veut stopper les projets gouvernementaux en matière sociale particulièrement la réforme annoncée des retraites. Elle veut aussi  » améliorer les conditions de travail et augmenter les salaires, les retraites, les aides sociales pour l’autonomie des jeunes, les minima sociaux » et « défendre la Fonction publique et les services publics : statuts, missions, emplois, salaires, conditions de travail et s’opposer aux suppressions de postes et au transfert de missions vers le secteur privé ». Les établissements scolaires vont être touchés déjà par la grève d’une partie des enseignants. Ainsi à Rennes on annonce 13 écoles sur 83 en service minimum d’accueil. Le grève des agents territoriaux va aussi affecter les services de restauration. Toujours à Rennes, par exemple, 41 écoles seront privées de repas, soit presque la moitié.

Poster un commentaire

En grève et dans la rue le 9 octobre 2018 !!

La section académique
aux
adhérent.e.s de l’académie
Contre les reculs sociaux mis en œuvre par le gouvernement Macron et ceux encore annoncés par lui ! Pour la défense de nos statuts, salaires, conditions de travail, face aux attaques contre la Fonction Publique ! Voir notre article en ligne.
Les manifestations dans l’académie : Nantes CHU 10h30 St Nazaire place de l’Amérique Latine 10h00 Chateaubriand Mairie 10h30 Ancenis Station ESSO 10h00 Angers place Leclerc 10h30 Cholet place Travot 10h30 Saumur place Bilange 10h30 Segré place du Port 10h30  Laval place de la Trémoille 10h00  Renazé rond-point de l’Ardoise 11h00  Mayenne square de Yougoslavie, pôle santé 14h30  Evron gare SNCF 14h30 Le Mans Palais des Congrès 9h30  La Roche sur Yon place Napoleon  10h00
SNES-FSU
Section académique de Nantes

15, rue Dobrée
44100 Nantes
02-40-73-52-38
site : www.nantes.snes.edu
Ce message est envoyé aux adhérents (à jour et non à jour) du SNES ayant fourni leur adresse électronique.
Cette adresse ainsi que les données personnelles communiquées au SNES sont accessibles et modifiables en ligne avec le numéro d’adhérent et le mot de passe qui figurent sur la carte syndicale.

Poster un commentaire

En grève contre des 6ème surchargées

Le collège du Tonkin à Villeurbanne est en grève le 8 octobre à l’appel du Snes-Fsu, de la Cgt et du Sgen-Cfdt. Les trois syndicats protestent contre « des 6èmes surchargées alors qu’elles accueillent des élèves en situation de handicap et de nouveaux arrivants non francophones ». Les syndicats demandent l’ouverture d’une nouvelle classe de 6ème.

Poster un commentaire

Le 9 octobre, journée de grève et de manifestations dans tous les secteurs

par Rédaction 6 octobre 2018

Retraites, assurance-chômage, Parcoursup, austérité… Plusieurs organisations syndicales, de retraités et des mouvements étudiants et lycéens appellent à une journée de mobilisation le 9 octobre. Voici la carte des initiatives prévues.

Le 9 octobre, les organisations syndicales CGT, FO et Solidaires, les organisation d’étudiants et de lycéens, Unef et UNL, appellent à une journée d’action nationale, de grève et de manifestation contre la politique anti-sociale du gouvernement. « Au moment où est annoncée une fois encore l’explosion des dividendes en France et dans le monde, la CGT appelle le gouvernement à enfin mener une politique de partage des richesses pour augmenter les salaires, les pensions et les minima sociaux », écrit la CGT dans son appel à manifester.

À Paris, le rendez-vous pour la manifestation unitaire est fixé à 14h gare Montparnasse. Des manifestations sont aussi prévues dans de nombreuses villes.

La carte nationale des mobilisations du mardi 9 octobre.

Tous les secteurs sont concernés par l’appel à mobilisation : services publics, éducation, énergie, santé… Tous comme les étudiants, les lycéens et les retraités. Réforme à venir sur les retraites, avec un système à points défavorable pour de nombreux travailleurs ; réforme future de l’assurance-chômage, avec le contrôle accru des demandeurs d’emploi, considérés comme les uniques responsables de leur sort ; réforme de Parcoursup, qui exclut les élèves d’origine modestes de l’accès à l’enseignement supérieur ; réforme de la SNCF qui prépare la privatisation du rail… les raisons de manifester ne manquent pas pour les mouvements sociaux.

« La réforme de l’assurance chômage s’annonce comme une volonté de fliquer et de culpabiliser les personnes sans emplois, légitimant une baisse des droits », souligne ainsi le syndicat Solidaire dans son appel à mobilisation. Les organisations de retraités demandent aussi de véritables moyens humains et financiers pour les maisons de retraites, ainsi qu’une augmentation des salaires, des pensions et des minima sociaux. Les retraités prévoient une nouvelle journée de mobilisation le 18 octobre.

Photo : © Serge d’Ignazio

Poster un commentaire

Grève le 9 octobre

    LE 9 OCTOBRE MOBILISONS NOUS !

POUR :
   – le maintien d’un régime d’assurance chômage sans étatisation et permettant l’augmentation des allocations (droits nouveaux) ;
    – le maintien de tous les régimes de retraite existants, contre un régime universel par points dont l’objectif est d’abaisser les pensions de 15% en moyenne ;
    – l’augmentation générale des salaires, des pensions et minimas sociaux.



RDV :
    A NANTES – 10H30 – Devant le CHU
    A SAINT NAZAIRE – 10 h – Place de l’Amérique Latine
    A CHATEAUBRIAND – 10 h 30 – Mairie
    A ANCENIS – 10 h – Station ESSO



    ET AG éducation – 14h00 – Gare de l’Etat – NANTES


Lien vers le communiqué des UD CGT, FSU, Solidaires et UNEF de Loire-Atlantique :

http://www.fsu44.org/spip.php?article1095

Et affiche en PJ pour le tableau syndical..



Syndicalement vôtre,

SNES-FSU
Section Départementale de Loire Atlantique
8 place de la gare de L’Etat
case postale 8
44276 Nantes cedex 2
02.40.35.96.71
pour échanger entre adhérents du 44 : https://www.facebook.com/groups/128586234141781/

La force du SNES repose sur ses adhérents. Pour vous syndiquer ou vous re-syndiquer, c’est ici:
http://www.nantes.snes.edu/index.php/adhesion

Poster un commentaire

Privé : la Fep Cfdt appelle à la grève le 12 novembre

« Les suppressions d’emplois qui affecteront l’Education nationale et l’enseignement agricole ne sont pas acceptables… Ces suppressions sèches auxquelles s’ajouteront d’autres suppressions dans les lycées professionnels vont dégrader encore plus les conditions de travail des personnels et les conditions d’étude des élèves ».

Communiqué

Poster un commentaire

Une intersyndicale contre la mairie de Marseille

Fruit de l’incurie de la ville de Marseille, le plan de reconstruction d’une trentaine d’écoles primaires de Marseille en urgence fait scandale chez les enseignants. Une intersyndicale, réunissant CGT Educ’action, FSU13, Maison de l’architecture et de la ville, L’Artisanat du Bâtiment CAPEB13, Syndicat des Architectes des Bouches-du-Rhône SA13, Mouvement Départemental des Parents d’Élèves de l’enseignement public MPE13, SE-UNSA, SNES-FSU, Sud Education, SNUIPP-FSU, SNUTER-FSU, Solidaires13, UNSA13, UNSA Education, UNSA Territoriaux, Vivent les Services Publics VSP13, et CNT SO, s’oppose au plan reposant sur un partenariat public privé.  » Cette procédure coûte plus cher que le financement direct de la Mairie et la gestion du projet sera attribuée à de grands groupes financiers multinationaux. Une fois encore, la mairie choisit d’endetter considérablement les marseillais pendant plus de 25 ans. » Une action est engagée devant le tribunal administratif.

Le site des opposants

Poster un commentaire

[LDH] Fwd: Pour une vague citoyenne de défense de l’Aquarius et du sauvetage en mer, mobilisation européenne le 6/10

Sur Nantes le rendez-vous est Square Daviais.
voir : http://www.sosmediterranee.fr/evenements/rassemblement-citoyen-pour-laquarius

——– Message transféré ——–


  Une fois encore la Ligue des droits de l’Homme appelle à soutenir l’Aquarius dont la mission de sauvetage en mer est mise à mal.
1260 personnes sont mortes depuis le début de l’année en essayant de traverser la Méditerranée : il y a urgence à relayer l’appel de SOS
Méditerranée et à construire une large mobilisation citoyenne.   Rappeler aux Etats d’Europe leurs responsabilités en Méditerranée centrale
Ces derniers mois, l’Aquarius, affrété par SOS Méditerranée et opéré en partenariat avec Médecins sans frontières (MSF), a été la cible de manœuvres politiques visant à criminaliser ses équipes et à mettre un terme à sa mission vitale de sauvetage. Après la fermeture des ports italiens et les difficultés récurrentes à trouver un lieu sûr pour débarquer les rescapés, l’Aquarius a été attaqué à deux reprises par l’Etat du pavillon – Gibraltar en août puis Panama qui a annoncé son intention de radier le navire de ses registres. Sans pavillon, l’Aquarius serait contraint de rester à quai, alors qu’aux portes de l’Europe, en l’absence de tout navire de sauvetage civil en Méditerranée centrale, les morts se multiplient. Autant de vies qui disparaissent en silence, tandis que les Etats européens ferment les yeux. L’Aquarius doit retourner en mer au plus vite pour sauver des vies. SOS Méditerranée et MSF appellent à une mobilisation citoyenne urgente à l’échelle européenne afin de demander à tous les Etats d’Europe : De prendre toutes les mesures pour permettre à l’Aquarius de reprendre sa mission de sauvetage le plus rapidement possible ; De faire respecter le devoir d’assistance aux personnes en détresse en mer ; D’assumer leurs responsabilités étatiques en établissant un véritable modèle de sauvetage en Méditerranée. Vague orange le 6 octobre dans les rues d’Europe Le 6 octobre, une vague citoyenne orange, aux couleurs des gilets de sauvetage et de l’Aquarius, est appelée à descendre dans la rue afin de soutenir les valeurs d’humanité portées par SOS Méditerranée et MSF. Les citoyens, marins, humanitaires, secouristes, artistes, intellectuels, associations, entreprises, mouvements religieux, syndicats et collectivités publiques sont invités à rejoindre les rassemblements pacifiques et apolitiques avec comme seul signe distinctif un t-shirt orange. Des rassemblements citoyens seront organisés dans plusieurs villes d’Europe en Allemagne (Berlin), Italie (Palerme) et en France notamment à Paris, Marseille, Lyon, Nantes, Montpellier, Toulouse, Brest, Bordeaux, Grenoble, Saint-Etienne…
Soyons au rendez-vous ! Sauvons l’Aquarius et le sauvetage en mer ! Ensemble, soyons moteur et appelons à ces rassemblements citoyens le 6 octobre dans plusieurs villes d’Europe afin de porter ces messages. Pour organiser une manifestation : mobilisation@sosmediterranee.org Pour en savoir plus sur les événements déjà organisés : www.sosmediterranee.org (rubrique événement)   Je signe !   En tant que citoyens, nous nous associons à l’équipage de l’Aquarius, le dernier navire civil de sauvetage en mer Méditerranée centrale, pour demander à tous les Etats d’Europe de respecter l’obligation de sauvetage en mer. Cet impératif doit primer sur toute considération d’ordre politique, dans le respect du droit international. Nous exhortons tous les Etats en Europe à : Prendre toutes les mesures nécessaires pour permettre à l’Aquarius de repartir au plus vite mener sa mission vitale de sauvetage, Respecter l’obligation de porter assistance aux personnes en détresse en mer, Assumer leurs responsabilités étatiques en établissant un véritable modèle de sauvetage en Méditerranée. 
 



Poster un commentaire

Tract unitaire « Aller à une AG à la fac contre ParcourSup n’est pas un délit ! Relaxe pour les 3 de Nanterre » signé par FSU, SNESUP… | RDV 17/10 TGI Nanterre à 8h pour verdict

Vous trouverez ci-dessous(en .pdf pour impression) le tract du collectif unitaire national qui s’est mis en place suite aux réquisitions du procureur le 19 septembre dernier (https://mobile.lemonde.fr/campus/article/2018/09/20/blocage-de-l-universite-de-nanterre-prison-requise-contre-trois-manifestants_5357870_4401467.html)

La campagne pour la relaxe qui se met en place est particulièrement large. Parmi les premières organisations signataires nationales : FSU, SNESUP, FERC CGT, Union syndicale Solidaires, UNL, DAL, Front Social, mais aussi Ensemble !, NPA, PCF, PG, GDS, POID…

Le SNASUB de fac de Nanterre est également signataire.

N’hésitez pas à diffuser l’information le plus largement possible sur vos listes syndicales.

Les enjeux sont importants pour les camarades : les réquisitions sont très lourdes alors que les dossiers sont vides. On peut gagner mais le rapport de forces mis en place d’ici le 17 est essentiel.

Salutations syndicales,

Aller à une AG à la fac contre ParcourSup n’est pas un délit ! Relaxe et abandon des charges pour les trois étudiants de Nanterre arrêtés le 9 avril 2018.

Rassemblement de soutien mercredi 17 octobre à partir de 8h devant le TGI de Nanterre pour le rendu du verdict

179/191 avenue Frédéric et Irène Joliot-Curie, Nanterre-Préfecture (RER A, Bus 304…)

La loi ORE, via Parcoursup, instaure la sélection qui a pour conséquence la non affectation de milliers de bacheliers et bachelières, comme s’ils n’avaient pas leur place dans l’enseignement supérieur.

Les facs ont connu au printemps 2018 un large et grand mouvement contre la loi ORE. Plus de la moitié ont été touchées et ont connu des assemblées générales de masse, avec des milliers de jeunes dans la rue. Ce mouvement a été marqué par une forte répression, tant chez les salarié.e.s que chez les lycéen.ne.s et étudiant.e.s.

Après le scandale de Montpellier, où le doyen de la faculté de droit avait chargé une milice d’extrême de droite de s’en prendre aux étudiant.e.s mobilisé.e.s, les présidences d’universités ont successivement fermé les sites touchés par les blocages et les occupations, prétextant des raisons de sécurité afin d’affaiblir la mobilisation. La contestation se généralisant, la réponse n’a plus été la fermeture, mais les interventions policières. Ainsi les campus de Nantes, Bordeaux, Paris, Lille, Caen, Dijon, Grenoble, Strasbourg ont connu de brutales interventions. Pis, les CRS ont frappé les étudiant.e.s et les cheminot.e.s rassemblés sur le campus de Lille 2.

C’est dans ce contexte que, le 9 avril, la police est intervenue à Nanterre pour déloger les étudiant.e.s réunis en assemblée générale malgré la fermeture administrative. Ces derniers, longuement séquestrés ont été frappés, traînés, plaqués et molestés malgré leur total pacifisme. Du gaz lacrymogène a été utilisé dans la salle. Le résultat de cette opération a été plusieurs blessés, dont un grièvement.

L’irruption des CRS dans un amphithéâtre d’université est un fait grave.

À cela s’ajoute l’arrestation de sept étudiants, dont six ont été placés en garde à vue alors qu’ils n’opposaient aucune résistance. Ils ont passé la nuit et la journée suivante au poste avant d’être libérés.

Pour trois étudiants, militants à l’université de Nanterre, dont Stan mais aussi Victor un élu UNEF à la CFVU de l’Université, la première partie du procès s’est tenue ce 19 septembre. Le verdict sera rendu le 17 octobre prochain. Ils sont poursuivis pour « violences sur personne dépositaire de l’autorité publique » et les réquisitions du procureur de la République ne peuvent que soulever l’indignation : de 4 mois de prison avec sursis à 6 mois ferme pour avoir participé à une AG à la fac contre ParcourSup ! Rien ne justifie depuis le départ cette procédure par ailleurs entachée de nombreuses irrégularités, comme a pu largement le faire valoir la défense. Sa seule conclusion ne peut donc être que la relaxe.

Nous exigeons l’abandon des poursuites contre les trois étudiants qui passent en procès. Nous ne pouvons pas accepter de voir l’avenir d’étudiants remis en cause pour s’être réunis et mobilisés contre la sélection à l’université. Une campagne large de solidarité pour leur relaxe doit se mettre en place d’ici le 17 octobre.

Soyons nombreuses et nombreux à être présents pour le rendu du verdict :

Rassemblement de soutien mercredi 17 octobre à partir de 8h devant le TGI de Nanterre

179/191 avenue Frédéric et Irène Joliot-Curie Nanterre-Préfecture (RER A, Bus 304…)

Premiers signataires : UNEF Nanterre, Solidaires étudiant-e-s Nanterre, UL CGT Nanterre, CGT éduc’action 92, FERC CGT, DAL, FSU, SNESUP-FSU, SNASUB-FSU Nanterre, Union syndicale Solidaires, SUDéducation 92, SUD Poste 92, UNL, UNL-SD, Front Social,

AL 92, Ensemble !, France Insoumise Paris 10, GDS, Jeunes Socialistes 92, NPA, PCF, Parti de Gauche, POID…

Poster un commentaire

Cinq fédérations syndicales appellent à manifester le 9 octobre

 » Depuis plus d’un an, le président de la République, le Premier ministre et le gouvernement accumulent les mesures régressives et mettent en oeuvre une politique d’austérité pour le plus grand nombre, satisfaisant ainsi les voeux d’une minorité tournée vers une société de profit qui considère le service public comme une charge financière inutile », écrivent la Cgt, FA, FO, la Fsu et Solidaires. « Dans ce contexte général, la Fonction publique et ses agent·e·s sont, malheureusement, placé·e·s aux premières loges de cette frénésie libérale.. Gel prolongé de la valeur du point d’indice, rétablissement du jour de carence, suppressions d’emplois, mobilité forcée, abandon des missions, privatisations… la liste des reculs serait trop longue à énumérer ». Elles appellent à faire grève et manifester le 9 octobre pour le dégel du point d’indice et des créations d’emplois.

Poster un commentaire

Enseignement professionnel : l’intersyndicale prépare une nouvelle mobilisation

Après le succès de la grève du 27 septembre, l’intersyndicale de l’enseignement professionnel (CGT Éduc’action- SNUEP FSU – SNEP FSU – SNALC – SUD Éducation – SNCL – SIES FAEN) annonce qu’elle  » se retrouvera le 10 octobre à l’issu du CSE » et elle « s’engage dès maintenant à poursuivre les mobilisations pour une autre réforme de la voie professionnelle dans l’intérêt des élèves et des personnels ». Elle annonce des heures d’information syndicale dans la semaine du 15 au 19 octobre.

Communiqué

Lycée professionnel : pourquoi la grève ?

Quelle place pour le bac pro

La grève du 27

Poster un commentaire