Archives de la catégorie Rendez-vous

Coordination nationale mercredi 28 au matin + Université d’Été les 26-27-28 août

Chers et chères collègues, chers et chères ami.e.s !

La toute première Université d’Été des Enseignant.e.s et de l’Éducation se tiendra les lundi 26, mardi 27 et mercredi 28 août à la Cartoucherie de Vincennes (94).

Cette Université d’Été émane des luttes contre les réformes Blanquer, mais entend avant tout embrasser l’ensemble des questions d’éducation, et est ouverte à tou.te.s les enseignant.e.s et tou.te.s les acteurs et actrices de l’Éducation, partout ailleurs.

Débats, projections, assemblées, concerts et autres événements seront ainsi proposés pour aborder différents champs de l’École, suivant trois axes principaux :
– « Enseigner » sur le cœur des métiers de l’Éducation
– « Dialoguer » sur les rapports entre l’École et la société
– « Lutter » sur les raisons et les moyens de réaliser un autre projet d’École

Vous trouverez le programme de notre Université d’Été et le planning détaillé en pièce jointe, ainsi qu’à l’adresse suivante pour une version maintenue à jour (avec d’autres événements encore en suspens) :

http://www.uee.education/programme/

Pour participer à l’Université d’Été des Enseignant.e.s et de l’Éducation, n’oubliez pas de vous inscrire rapidement en ligne, même si vous ne pouvez venir qu’une ou deux journées sur les trois :

https://bit.ly/billetterie_uee2019

S’inscrire au plus vite nous permettra de gérer l’affluence, l’organisation des repas, les avances de trésorerie… Une participation financière vous sera demandée (à partir de 1 € pour permettre aux plus précaires de participer librement), sachant que le budget global est estimé à environ 6000 €.

Si vous ne pouvez pas participer à l’Université d’Été, il est tout de même possible de soutenir l’initiative par un don :
https://bit.ly/dons_uee2019
(Pour information sur HelloAsso, il est possible de cocher la case « Je ne souhaite pas laisser de pourboire », en cliquant sur « Modifier » à côté du « pourboire ».)

Cette Université d’Été des Enseignant.e.s et de l’Éducation, inédite par son auto-organisation et son envergure nationale, a reçu de nombreux soutiens d’organisations syndicales, d’associations pédagogiques ou disciplinaires, de collectifs d’enseignant.e.s ou de parents d’élèves, de collectivités territoriales. Vous pouvez consulter ici la liste de nos soutiens, et signer l’appel si vous le souhaitez :

http://uee.education/signataires-et-soutiens/

Enfin, une Coordination nationale des AG et collectifs contre les réformes Blanquer, connue comme « La Chaîne des Bahuts », se réunira le mercredi 28 août dans le cadre de l’Université d’Été, pour décider de la manière de poursuivre les combats entamés depuis des mois.

Pour demander un hébergement en Île-de-France (pour l’ensemble de l’Université d’Été ou seulement pour la Coordination nationale de la Chaîne des Bahuts), c’est par ici :
https://bit.ly/logement_uee2019

De même, pour demander ou proposer un covoiturage de partout en France (notamment pour les lycéen.ne.s de l’UNL dont nous accueillons le Conseil national aux mêmes dates), c’est par là :
https://bit.ly/covoiturage_uee2019

Bonne lecture de notre programme, et rendez-vous les 26-27-28 août à la Cartoucherie de Vincennespour faire le plein d’idées et d’énergie pour une rentrée créative et combative ! L’École, c’est nous !

L’équipe d’organisation de l’Université d’Été des Enseignant.e.s et de l’Éducation

P.S. : Si vous souhaitez soutenir cette initiative, pensez à diffuser cet e-mail avec ses pièces jointes à tous vos collègues, réseaux personnels, associations, syndicats… Si vos mailing-lists n’acceptent pas les pièces jointes supérieures à 500 Ko, n’hésitez pas à réessayer en supprimant le visuel. Merci d’avance !

Site internet : https://www.uee.education
Contact mail : contact@uee.education
Facebook : https://www.facebook.com/UEE19/
Événement Facebook : https://fr-fr.facebook.com/events/2900769823330056/
Twitter : https://twitter.com/UniversiteL

Poster un commentaire

Les opposants aux réformes préparent leur université d’été

« L’université émane des luttes contre les réformes Blanquer et les prolonge naturellement. Elle s’inscrit en relais entre les mouvements de grève de l’année passée et ceux de la rentrée. Elle s’inscrit également dans le temps long d’une refondation de l’école ». Du 26 au 28 août, des organisations de lutte contre les réformes Blanquer organisent une université d’été de trois jours, du 26 au 28 août, à Paris. « Les objectifs de cette université d’été sont triples : fixer un rendez-vous par delà la période estivale, prolongeant les luttes en cours quel que soit leur résultat, reprendre la main sur notre métier et ne plus le laisser à une technocratie éloignée de nos classes, et enfin, le plus important et ce qui nous demandera le plus grand effort, déterminer un nouveau cadre idéologique et pédagogique pour nos écoles, nos collèges, nos lycées et nos universités ».

Inscription

Poster un commentaire

Première Université d’Été des Enseignant.e.s et de l’Éducation

Reprenons la main sur notre école !

La première Université d’Été des Enseignant.e.s et de l’Éducation se tiendra les 26, 27 et 28 août 2019 à la Cartoucherie de Vincennes, avec le soutien du Théâtre du Soleil et de l’ensemble des théâtres de ce lieu.

Cette Université d’Été émane des luttes contre les réformes Blanquer et les prolonge naturellement. Face aux décisions gouvernementales qui s’accumulent sans concertation ni pertinence, de nombreux et nombreuses enseignant.e.s, de la maternelle au post-bac, jugent nécessaire et urgent de se réunir pour un temps de réflexion et d’échanges approfondis sur leur métier et sur l’École.

Débats, ateliers pratiques, projections seront ainsi proposés pour aborder sans tabou différents champs de l’École : formation des enseignant.e.s, programmes et liberté pédagogique, orientation et insertion dans le monde du travail, inégalités scolaires selon les territoires, conditions de travail et souffrance dans le système éducatif, relations entre parents d’élèves et enseignant.e.s, interactions entre institution scolaire, monde politique et médias, luttes enseignantes.

À l’occasion de cette Université d’Été, la Coordination nationale de la Chaîne des Bahuts sera invitée à se réunir pour décider de la manière de poursuivre les combats entamés depuis plusieurs mois.

Cet événement, inédit dans sa forme de par son auto-organisation, a reçu de nombreux soutiens d’organisations syndicales, d’associations pédagogiques ou disciplinaires, de collectifs d’enseignant.e.s ou de parents d’élèves, de collectivités territoriales. Enfin, des chercheurs et chercheuses ayant travaillé sur les questions d’éducation viendront éclairer les débats des résultats de leurs travaux.

Pour que cette université soit la plus constructive et fructueuse possible, pour qu’elle ouvre des perspectives nouvelles et enthousiasmantes, sont invité.e.s à y participer toutes celles et ceux qui se sentent concerné.e.s par l’avenir de l’institution scolaire et les missions fondamentales du service public d’éducation.

Toutes les informations sur notre site :    https://uee.education

Contacts presse : presse@uee.education

L’ensemble de la presse (nationale, régionale, spécialisée) est invité : un espace presse et un studio radio / TV permettront d’assurer dans de bonnes conditions un suivi de l’événement durant ces trois jours.

Poster un commentaire

Université d’Été de l’Éducation (26-28 août) + proposition de coordination nationale le 28 août

Comme vous le savez certainement déjà, la première Université d’Été de l’Éducation se tiendra du lundi 26 au vendredi 28 août, à la Cartoucherie de Vincennes en région parisienne… c’est-à-dire dans exactement un mois !

Initiée par des collègues venant plutôt de lycées parisiens, l’équipe d’organisation s’est depuis largement étoffée, sur la base des liens tissés ces derniers mois en Île-de-France dans les luttes contre les réformes Blanquer.

Cette Université d’Été de l’Éducation est l’occasion de réfléchir à l’École de l’émancipation que nous voulons, et à la manière de la réaliser par nos luttes communes.

Si vous avez déjà coché les 26-27-28 août sur votre agenda, vous pouvez sauter directement au point 3, concernant une proposition de coordination nationale des collectifs et AG contre les réformes Blanquer le mercredi 28 août.

1) Au programme de l’Université d’Été de l’Éducation

Le programme est déjà assez avancé (et il y en aura pour tout le monde !), mais nous attendons de le finaliser en début de semaine prochaine pour le communiquer. En tout état de cause, il sera organisé suivant trois « plateaux » :
– Travailler et enseigner dans l’Éducation nationale
– École et société
– Transformations émancipatrices et luttes

Nous attendons également la MGEN, très probablement la FCPE nationale, des associations pédagogiques ou disciplinaires, ainsi que des organisations syndicales (départementales et académiques pour l’instant).

De plus, nous profiterons du lieu pour héberger le Conseil national de l’UNL, et nous proposerons aux organisations syndicales signataires des communiqués unitaires d’accueillir une réunion intersyndicale de pré-rentrée (au moins francilienne, voire nationale).

2) Appel à participation et à signatures

Nous serions très heureux et heureuses de vous compter parmi les signataires individuelLEs appelant et participant à l’Université d’Été de l’Éducation. CertainEs d’entre vous sur cette mailing-list ont déjà fait part de leur intention de participer, et ont signé notre appel.
Pour en faire de même, merci de nous communiquer votre nom, votre établissement et votre ville à l’adresse suivante : universitedete2019@free.fr

De même, n’hésitez pas à diffuser cette invitation localement au sein de vos collectifs et AG ! Il va de soi que les collègues d’Île-de-France proposeront des solutions d’hébergement, pour vous permettre d’en profiter plus longtemps et avec l’esprit plus léger… Là encore, signalez-nous le plus tôt possible vos éventuels besoins d’hébergement.

Enfin, l’appel à notre Université d’Été est ouvert à la signature de nos différentes structures : syndicats à tous les niveaux (départemental, académique et national), fédérations syndicales de l’Éducation, syndicats du premier degré, du second degré et de la voie professionnelle lorsqu’ils ne sont pas sous le même toit, syndicats du supérieur, de l’enseignement privé, de l’enseignement agricole, mais aussi associations disciplinaires ou pédagogiques à tous les niveaux, sociétés savantes, associations de l’Éducation populaire ou ayant un lien avec l’Éducation, etc.

N’hésitez donc pas à solliciter vos structures et leurs structures « sœurs », pour les inviter à participer, soutenir et appeler à notre Université d’Été !

3) Invitation pour une coordination nationale le mercredi 28 août

Dès le début, l’équipe organisatrice de l’Université d’Été de l’Éducation s’est  proposée pour héberger une éventuelle Coordination nationale des collectifs et AG contre les réformes Blanquer, qui risque d’être fort utile pour tirer un bilan de cette fin d’année et préparer une rentrée combative.

La date qui est ressortie (déjà en juin) était le mercredi 28 août, pour le dernier jour de l’Université d’Été.
Cette date était très contrainte, pour des questions de disponibilité du lieu qui nous accueille (la Cartoucherie de Vincennes), et évidemment pour laisser le temps aux collègues « des régions » d’y retourner sereinement pour la pré-rentrée. Là encore, des solutions d’hébergement seront proposées.

L’AG Éducation Île-de-France interdegrés a accepté formellement cette proposition de Coordination nationale, et se joint à l’équipe organisatrice de l’Université d’Été de l’Éducation pour lancer cette invitation à la Chaîne des Bahuts.

Salutations amicales et militantes, en espérant nous retrouver toutes et tous ensemble fin août !

Pour l’équipe d’organisation de l’Université d’Été de l’Éducation.

Poster un commentaire

Contre-G7, CETA, nouveau rapport d’Attac

  Il nous faudra être massivement mobilisé·e·s au contre-G7 à Hendaye et Irun, du 19 au 26 août, et plus particulièrement : > les 21, 22, 23 pour le contre-sommet, > le 24 pour la manifestation, > le 25 pour les occupations des places publiques. Pourquoi ? Parce que le G7, rencontre de 7 chefs des États parmi les plus riches, se réunit quant à lui du 24 au 26 août à Biarritz, accueilli par Emmanuel Macron. Et parce que ce G7 sera une grande vitrine du capitalisme financier. Malgré des politiques de répression de plus en plus brutales, nous ne nous tairons pas : au Pays Basque, sur des terres de fortes résistances, de nombreuses associations, syndicats et citoyen·ne·s veulent y éteindre l’incendie de la planète perpétré par les politiques de ces 7 chefs d’État. Mobilisons-nous contre le G7, de façon pacifique mais déterminée pour un autre monde, plus juste et désirable, pour la solidarité entre les peuples et pour répondre à l’urgence écologique. Emmanuel Macron accueille ce G7 en promettant ni plus ni moins que ce sommet va « rendre le capitalisme plus juste », aller « vers la réduction des inégalités et la justice fiscale » et même « mettre fin à l’évasion fiscale »… Alors même qu’Emmanuel Macron et son gouvernement ont au contraire mené une exceptionnelle redistribution fiscale vers les ultra-riches. Un président qui démantèle la protection sociale, les services publics et le droit du travail. Un président qui use de son autorité pour faire ratifier en plein été par l’Assemblée nationale, le CETA, l’accord de commerce entre l’Union européenne et le Canada. Mobilisons-nous pour dénoncer cette hypocrisie et préparer la rentrée sociale et écologique, avec tous les mouvements qui seront présents à Hendaye.  
Mobilisations
        Toutes les informations sur le Contre-G7 (Hendaye-Irun 19-26 août) lundi 24 juin 2019, par Attac France     Du 24 au 26 août, Macron accueillera le G7 à Biarritz. Fervents adeptes du système néolibéral, mettant à sac notre planète et faisant souffrir les peuples de leurs politiques austéritaires et pro-business, les sept pays parmi les plus riches du monde et la Commission européenne se réunissent cette année sur le thème des inégalités. lire en ligne  
        URGENCE CETA – Demandez à vos parlementaires de ne pas ratifier le CETA ! jeudi 4 juillet 2019, par Attac France     Le 23 juillet, le CETA (accord de libre-échange entre l’UE et le Canada) sera soumis au vote de l’Assemblée Nationale. Emmanuel Macron espère faire ratifier cet accord en plein été pour ne pas réveiller les contestations. Pour le climat, la santé, l’agriculture, l’emploi et la démocratie, engagez-vous pour bloquer la ratification du CETA ! lire en ligne  

Poster un commentaire

L’Apses entre en résistance pédagogique

Comment faire quand les nouveaux programmes tentent d’imposer une redéfinition de sa discipline ? L’Apses, association qui réunit près de la moitié des professeurs de SES, a une certaine expérience sur ce terrain. Elle vient de publier deux documents expliquant comment appliquer les programmes tout en respectant les valeurs et les pratiques propres à la discipline. Pour l’Apses,  » les enseignant.e.s doivent pouvoir exercer leur liberté pédagogique en organisant leur progression selon ce qui leur paraît le plus adapté aux élèves. En particulier, rien n’oblige à traiter les chapitres dans l’ordre dans lequel ils apparaissent au programme ;  en restant maîtres.ses du degré d’approfondissement des éléments et objectifs d’apprentissage du programme ; en adaptant leurs cours de manière à favoriser une réelle compréhension des enjeux de société que ces savoirs recouvrent. Les objectifs d’apprentissage du programme déterminant ce que « les élèves doivent avoir acquis en fin d’année », les professeur.e.s ont alors la possibilité de regrouper ceux-ci dans un ordre différent du programme officiel et de problématiser les objectifs d’apprentissage pour leur donner du sens ». Dont acte…

Les progressions proposées par l’Apses

Poster un commentaire

Réseau Salariat – Estivales 2019

Le groupe Pays de la Loire organise les Estivales 2019 qui auront lieu dans les Deux- Sèvres au Château de Sanzay du 14 Août 18h au 18 Août 14h.

Ci-après le formulaire d’inscription à remplir avant le 30 juin 2019 :

https://framaforms.org/reseau-salariat-inscription-aux-estivales-2019-1554677371

Nous serons dans les mêmes conditions que l’an dernier, à savoir camping et bonne franquette !

Pour le contenu, les groupes locaux peuvent faire leurs propositions d’ateliers à l’adresse :

estivales2019@protonmail.com

Au plaisir de nous retrouver cet été dans nos contrées !

Informations : http://www.reseau-salariat.info/7dd270c77a44649c240e1d25c68fcd99?lang=fr

Poster un commentaire

Université d’été Education en lutte 26/27/28 août Cartoucherie – appel à signature (suite) et à propositions – 2e réunion de travail mardi 16 juillet

Bonsoir à toutes et tous,
Nous vous faisons suivre le mail au sujet de la seconde réunion d’organisation pour l’université d’été éducation qui se tiendra fin août.Vous trouverez ici et aussi en pièce jointe toutes les informations relatives à cet événement.
A bientôt,L’équipe de BloquonsBlanquer,Magali, Cécile, Perrine, Arthur, Johanna, Julia, Romain, Aurélie, Lou-Ann, Françoise, Adèle, Jean-Marc, Dacha, Sylvain, Emmanuelle, Nathalie, Marjorie, Laetitia, Camille, Célestin, Louise…

UEE19 Prochain RDV mardi 16 juillet 13H

30 bis rue des Boulets Paris 11e

(métro Rue des Boulets)

 Bonjour,

 L’université d’été est organisée par celles et ceux qui sont disponibles pour le faire, un planning bientôt disponible avec listes de tâches qui vont aller se précisant.

 La prochaine réunion de travail se tiendra mardi 16 juillet au local de Sud’Education (merci aux camarades de Sud) au 30 bis rue des Boulets (métro rue des Boulets, ligne 9, une station de Nation).

 Il est possible de participer aussi par téléphone ou skype (envoyez vos coordonnées, numéros / mails et disponibilités sur les 6 semaines de préparation à l’adresse mail de l’université d’été : Contact : universitedete2019@free.fr

 N’oubliez pas également d’envoyer vos signatures pour l’appel à cette même adresse en précisant bien discipline enseignée ou fonction, établissement, Ville, Académie.

 Nous avons acté ce matin que l’Université d’été était appelée par chacune et chacun d’entre nous, enseignants et personnels de l’Education, par nos collectifs de lutte qui souhaiteraient y appeler. C’est ce que l’AG IDF a déjà fait ! Merci aux autres collectifs de se manifester un peu formellement pour signer ensemble cet appel, toujours à la même adresse.

 Cet appel sera par ailleurs soutenu par toutes les associations disciplinaires ou toutes les organisations syndicales qui le souhaitent. Cela aurait une certaine allure si nous réussisions à obtenir le soutien officiel de l’intersyndicale large qui a donné la conférence de presse de lundi 8 juillet et adopté avec les Sylos rouges et la Chaine des bahuts le communiqué qui a été largement diffusé sur ces listes.

 Nous attendons donc encore quelques jours avant de lancer une communication plus large de l’événement avec l’appel actualisé – une actualisation des signatures sera publiée régulièrement, sans doute un site ad-hoc pour signer sera mis en place.

 A très vite

Amitiés combattantes

François (Paul Valéry, Paris 12)

Poster un commentaire

Second degré : l’intersyndicale prête à affronter Blanquer dès la rentrée

« Il (JM Blanquer) a franchi la ligne jaune en livrant les professeurs à la vindicte populaire ». Ces propos de Jules Siran, représentant de Sud éducation, lors de la conférence de l’intersyndicale du 2d degré le 10 juillet, donne une idée de l’état d’esprit des syndicats présents. Le Snes Fsu, la Cgt, FO, Sud, le Snalc, les stylos rouges, la Chaine des bahuts, la Cnt, l’Unl: toutes les organisations présentes ont l’impression d’avoir vécu un moment historique et d’avoir le soutien des enseignants face à un ministre qui a dépassé les bornes. Ils invitent à des assemblées générales dès la pré rentrée et déposent déjà un préavis de grève.

Absence de dialogue

« On a vécu une séquence inédite. On s’est heurté à un ministre réfractaire à tout dialogue… Comme E Macron, JM BLanquer exaspère les collègues même ceux qui ne sont pas grévistes ». Frédérique Rolet, secrétaire générale du Snes Fsu, partage ce sentiment avec les autres organisations syndicales. Toutes dénoncent l’absence de dialogue avec le ministre depuis des mois. « Le ministre a trouvé le moyen de rompre le dialogue avec tout le monde », souligne P Désiré secrétaire général de la Cgt Education.

« On était ouvert au dialogue », explique Jean Rémi Girard, président du Snalc. « On a déposé un préavis pour le bac en février. Ca laissait du temps pour le dialogue. Mais le ministre a refusé de négocier. Si les collègues en sont arrivés là c’est que quelque chose a dysfonctionné avant ». Depuis, pour les organisations présentes, JM Blanquer ne fait que jeter de l’huile sur le feu. « Il continue avec les menaces de sanction », déclare JR Girard. « On soutiendra les collègues, ceux dont les retenues sur salaire ne correspondront pas au droit de grève ou ceux qui auront des sanctions disciplinaires ». Cet engagement là est partagé par les syndicats présents. Une caisse de grève a d’ailleurs déjà été ouverte.

Ligne jaune franchie

Troisième constat partagé : la coupure entre les personnels de l’éducation et le ministre est devenu un fossé.  » Il a franchi la ligne jaune en livrant les professeurs à la vindicte populaire », déclare le représentant de Sud Education. Emmanuel Macron et ses « prises d’otages » est aussi mis en cause. Les syndicats reprochent aussi au ministre d’avoir fait adopter des mesures illégales pendant le bac. Le presse locale comme nationale en a donné de nombreux exemples.

Les syndicats craignent-ils l’opinion publique, apparemment hostile au mouvement ? « On constate qu’à un moment si on veut que nos préoccupations soient au coeur du débat  il faut plus qu’un seul jour de grève », explique JR Girard. « Les collègues se sont emparés du bac comme d’un symbole permettant de réveiller les médias ». Autrement dit, les syndicats ont dépassé cette peur. D’ailleurs ils nient que l’opinion publique leur soit hostile. « A la permanence téléphonique les élèves qui appellent ne se plaignent pas des profs mais de la gestion de la crise par le gouvernement », relève le représentant de l’UNL qui participe à la plate forme sur le bac ouverte par la Fcpe.

Des actions dès la rentrée

L’intersyndicale annonce plusieurs types d’actions. La première ce sont des assemblées générales ou des heures syndicales dès la rentrée. Les syndicats présents pensent que les enseignants seront mobilisés et que la crise du bac a renforcé leur poids. Ils s’attendent à ce que les assemblées votent la grève dès la rentrée. Des préavis ont été déposés en ce sens.

D’autres formes d’opposition sont aussi proposées comme l’appel du Snes Fsu à refuser les charges de professeur principal. Il est justifié par la faiblesse de l’information des enseignants sur la réforme du lycée. Mais il a aussi pour but de matérialiser l’opposition des professeurs aux réformes.

Les organisations syndicales vont soutenir les grévistes qui seraient inquiétés par l’administration au delà de ce qu’elles considèrent comme normal : c’est à adire retenue sur salaire du 2 juillet à la remise des copies corrigées. Pour les syndicats l’annonce de JM Blanquer de faire partir les journées retenues à partir de la remise des copies est illégale.

La question de recours éventuel d’enseignants devant la justice est abordée avec prudence. « Il faut être fondé pour un recours. Si on n’est pas victime on ne peut pas en déposer », estime JR Girard. Cela réduit les recours aux personnels victimes de décisions illégales. Par contre des signalements d’actes illégaux commis durant l’examen sont possibles.

Un moment historique ?

Les syndicats vivent-ils vraiment un moment historique ? Oui car jamais le bac n’avait été aussi perturbés ce qui veut dire que les mentalités enseignantes ont changé. Une partie des enseignants est prête à violer le tabou des examens et une frange encore plus large comprend le mouvement sans y participer. Oui aussi par l’union qui est en train de se faire entre les organisations.  Mais le moment est historique aussi par les menaces qui pèsent sur les syndicats. Au delà de la réforme du lycée, se profile dans les jours à venir le vote de la loi de transformation de la fonction publique qui va leur retirer la capacité à intervenir dans la carrière et le mouvement des enseignants. L aloi va renforcer de façon importante l’autorité des chefs d’établissement et des inspecteurs et encourager la rémunération au mérite. C’est aussi contre cette avancée brutale du New Public Management que les organisations mobilisent.

Le ministre  refuse de recevoir l’intersyndicale. Mais des rendez vous avec les syndicats sont pris toute la semaine prochaine. JM BLanquer saura t-il entendre et tenir compte des revendications ou ces réunions resteront-elles formelles ? C’est la rentrée 2019 qui est en jeu.

Poster un commentaire

Grève du bac : les enseignants grévistes déterminés

« On ne craint pas les sanctions ». Le site Bloquons Blanquer a réuni le 4 juillet plusieurs enseignants en grève. Certains sont entrés en grève suite aux propos du ministre du 3 juillet. Tous refusent les injustices crées par les mesures prises par le ministre  pour remédier à la retenue des notes. Leur détermination annonce une rentrée difficile pour le ministre.

Un arsenal de menaces

Alain, Clara, Sirine, Thibault, Jimmie. Réunis par l’équipe du site Bloquons Blanquer, ils représentent l’assemblée générale francilienne des enseignants grévistes. Alors que les jurys du bac doivent délibérer ce 4 juillet , ils témoignent du trouble créé par la décision prise par JM Blanquer de suppléer les notes manquantes par des notes de controle continu ou même en inventant des notes quand il n’y a pas de livret scolaire.

Tous ont été appelés le 3 juillet pour rendre les notes et participer au jury. « On a eu un arsenal de menaces un peu ubuesque », dit Clara, professeure de philosophie, comme Sirine, une autre enseignante gréviste. « Proviseurs, inspecteurs et même inspecteur général ont appelé pour nos intimider. Cette méthode abjecte ne nous intimide pas ».

Pour l’équité dans le bac

Alain, professeur de maths, est entré en grève le 2 juillet seulement. Il n’a pas entré les notes dans le logiciel et refuse d’assister au jury. Pour lui si le ministre ne fait pas un geste vers les correcteurs les copies ne seront pas rendues. »On ne fait pas cela de gaité de coeur. Mais on a bonne conscience car on met dans la balance l’avenir de l’éducation nationale », dit-il.

Pour Clara,  les directives BLanquer ne permettent pas un minimum d’équité dans l’obtention du bac, certains candidats étant noté sur les épreuves d’autres au controle continu. « IL faut s’attendre à de nombreux recours de parents », estime t-elle. « Pour ne pas perdre la face, le ministre met les élèves dans une situation inédite », dit-elle.

Les sanctions, même pas peur

Alain ne craint pas les sanctions. « Le droit de grève existe. Tant que je suis en grève je résiste aux injonctions. Il est envisageable que des sanctions non justifiées soient prises. Il y aura solidarité des collègues et des syndicats », dit-il.

« Jamais les copies ne seront rendues si le ministre ne change pas de position », affirme Louis Boyard, ancien président de l’UNL. L’esprit de mai 1968 flotte sur les jurys…

Sur Bloquons BLanquer

Poster un commentaire

L’intersyndicale de l’enseignement professionnel mobilisera à la rentrée

« L’intersyndicale nationale de la voie professionnelle appelle l’ensemble des personnels à se réunir et à débattre dans tous les établissements des difficultés rencontrées, pour construire une mobilisation d’ampleur ». Les syndicats CGT Éduc’action, CNT, SNALC, SIES, SNEP-FSU, SNUEP-FSU, SUD Éducation de l’enseignement professionnel dénoncent « les suppressions de postes » et  » l’imposition du mixage des publics dans les classes et l’introduction d’apprentis » qui dégradent les conditions de travail.

Communiqué

Poster un commentaire

Grève du bac : le ministère contraint d’allonger les délais

Les serveurs de saisie des notes du bac vont rester ouverts le 3 juillet, annonce le ministère. Alors que les grévistes estiment que près de 130 000 notes n’ont pas été transmises, le ministère de l’éducation nationale semble pour la première fois dépassé par la grève des examinateurs. Le ministère et les recteurs menacent les grévistes de poursuites pénales et comptent les contacter le 3 juillet pour qu’ils rendent les copies.

126 347 copies

Selon les grévistes, ce sont 126 247 copies dont les notes vont manquer dans les jurys du bac qui se réunissent le 4 juin. Une goutte d’eau dans l’océan des 4 millions de copies du bac. Mais ces notes concernent des disciplines obligatoires à tous les bacs généraux et technologiques comme la philosophie (la moitié des copies non rendues) et l’histoire-géo ou les SES. L’effet est renforcé par une certaine concentration géographique sur Créteil, Versailles, Toulouse, Grenoble et Lille.

Le 2 juillet au soir les grévistes ont tenu des assemblées marquées par un durcissement du mouvement. A Paris plus de 250 enseignants ont décidé collectivement de ne pas rendre les notes. En Lorraine ce sont 2000 copies qui manqueraient mais on craint là aussi un report des jurys. A Toulouse une centaine de correcteurs annoncent ne pas se rendre dans les jurys du 4 juillet.

Menaces de retenues sur salaire

Les autorités alternent douceurs et menaces. JM Blanquer « a confiance dans l’immense majorité des professeurs qui ont une très haute conscience professionnelle et qui n’ont aucune envie de contribuer au sabotage d’un examen ». Ses services sont plus directs. Le ministère a donné instruction de laisser les serveurs de saisie des notes ouverts au moins le 3 juillet. Cela laisse le temps aux rectorats d’appeler les correcteurs pour les convaincre de donner les notes.

D’autre part il menace de sanctions les grévistes évoquant 15 jours de retenue sur salaire entre la date de retrait des copies et celle de leur retour. Si les copies ne sont pas restituées le 4 juillet « des sanctions très graves  » seront prises.

Faire monter la colère

A Dijon, la rectrice menace de faire appel à la police. « Si certains n’apportent pas les copies (jeudi) , ils se mettent en situation de faute professionnelle », prévient-elle dans FRance Bleu. « Cette faute peut aller au pénal, les copies du bac appartiennent à l’Etat ». En cas de blocage des jurys « nous ferons appel aux forces de l’ordre » prévient-elle. Selon L’Yonne, quotidien local, les grévistes se jugent inattaquables car e grève. « Ils ne refusent pas de rendre les copies. Nous sommes simplement en grève le ou les jours où nous devons le faire ». Ils sont prets à les rendre corrigées « lorsque le ministre aura accepté de nous entendre ».

Pour le Snes Fsu, le ministre  » franchit un pas supplémentaire en menaçant de retirer jusqu’à 15 jours de salaire aux professeurs ayant collectivement décidé une rétention des notes, qui feraient valoir leur droit de grève le jour de la remise des notes du baccalauréat. Il prend ainsi la responsabilité de faire monter la colère de toute la profession, aujourd’hui et pour la rentrée, et, il met en péril la communication des résultats du baccalauréat dans les délais prévus ». Le Snes Fsu promet son assistance aux grévistes dans leurs recours.

Alors que le gouvernement poursuit la mise à mort de l’influence syndicale dans l’Education nationale en supprimant le paritarisme, la tentation du pire semble irrésistible.

Pourquoi la grève du bac et du brevet ?

L’Yonne

FRance Bleu

Déclaration Snes

Guerrilla ou pas la révolution BLanquer avance

Poster un commentaire

Journée déterminante pour les grévistes des examens

Dans la plupart des académies, le 2 juillet est la date butoir pour remonter les notes des candidats au baccalauréat. Près de 110 000 copies seraient « retenues » par les correcteurs. C’est aujourd’hui que leur mouvement prend sens. Rencontre avec des professeurs poussés aux extrêmes.

On ne nous laisse pas le choix

Ils étaient quelques centaines, le 1er juillet , à manifester place de la Sorbonne. Parmi eux, David, Hélène et Célia, tous trois professeurs au collège Rep Delalande d’Athis Mons. « On était convoqué pour la surveillance du brevet. On s’est mis en grève », explique David. Selon lui 25 professeurs du collège sur 48 font la grève ce 1er juillet. Ils avent qu’ils n’empêchent pas l’examen d’avoir lieu. « Le principal a revu l’organisation du brevet en regroupant les élèves dans des salles plus grandes et en affectant un seul surveillant par salle. Le secrétariat de l’examen est tenu par une seule personne ». Pour David, faire grève ce premier jour du brevet est « un crève coeur ». « Mais on ne nous laisse pas le choix », nous dit-il.

Ce qui les pousse à la grève c’est tout un ensemble. Les baisses régulières chaque année de la dotation de l’établissement (6 heures cette année), les surveillants qui vont remplacer les professeurs. La fin du paritarisme avec la loi Fonction publique. La suppression de 2600 postes à la rentrée, énumère Hélène. « Les choses s’accumulent. L’Etat se désinvestit de l’éducation. La loi Blanquer c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase », dit Hélène.

Iront-ils jusqu’à bloquer la correction des copies ? Celles du brevet sont corrigées dans des centres. « On se pose la question », répond Hélène. « Plusieurs vont la faire. On n’a pas peur des sanctions car on est nombreux dans l’établissement ».

Le ministre n’entend pas ?

Ce 1er juillet place de la Sorbonne, la question des corrections est la question du jour. « On a déposé un préavis de grève qui couvre chaque journée et on laisse les collègues décider de la modalité qui semble la plus propice », nous dit Frédérique Rolet, secrétaire générale du Snes Fsu, un des syndicats qui appellent à la grève le 1er juillet.

Le 1er juillet ce sont près de 110 000 copies qui seraient retenues par les grévistes du bac. « Le ministre devrait entendre que ce n’est pas un mouvement qui ne touche que quelques établissements mais qu’il y a une mouvement assez général de contestation », dit F Rolet. Elle espère que « le ministre aura une autre réaction devant l’inquiétude des parents que de stigmatiser les grévistes ».

Partie remise à la rentrée ?

Pour le moment, le ministère officiellement méprise le mouvement. Il indique 1.21% de grévistes le 1er juillet. Mais dans les académies on évoque des sanctions contre les enseignants, comme à Dijon.

110 000 copies c’est peu face aux 4 millions de copies du bac. Mais le mouvement  est surtout porté par des professeurs de philosophie et histoire-géographie, deux disciplines incontournables. Les 110 000 copies pourraient bien représenter près de 80 000 candidats. Et le mouvement n’est pas en recul. En Occitanie, en Bourgogne de nouveau x enseignants ont rejoint les grévistes selon la presse locale. D’autres préparent la rentrée comme ces 45 enseignants du lycée Descartes de Rennes qui refusent d’être professeurs principaux, selon Ouest France.

Poster un commentaire

Grève des examens : Négociations enfin ouvertes dans l’enseignement agricole

L’intersyndicale de l’enseignement agricole (Cgt, FO, Snetap Fsu, SEA Unsa, Sud, Snec Cftc, FO MFR, Fep Cfdt) annonce l’ouverture de négociations avec le ministère de l’agriculture. Depuis plusieurs semaines, l’intersyndicale entreprend le bocage des centres d’examens avec un certain succès. L’intersyndicale a obtenu des mesures d’apaisement sur les mesures de rétorsions concernant des correcteurs et un « traitement bienveillant » des retenues salariales pour grève. La réforme des seuils de dédoublement , qui est la cause majeure de la grève, est maintenue mais l’intersyndicale pense pouvoir obtenir quelques postes « pour ajuster le dispositif ». Le passage des CFA de 648 h de service annuel à 1607 h dans certains établissements est en discussion.

Le communiqué

Poster un commentaire

Bac : le grain de sable qui bloque la machine ?

Les mouvements peuvent-ils faire repousser les résultats du bac ? C’est l’objectif souhaité par l’intersyndicale et les collectifs de terrain afin de rendre éclatante l’opposition aux réformes des lycées. L’intersyndicale a lancé un appel à la grève pour le 1er juillet qui devrait toucher prioritairement le brevet.  Elle a aussi déposé des préavis qui couvrent la période des réunions de jury et de saisie des notes.

Le mouvement de blocage des centres de correction a touché de nombreux centres de l’enseignement agricole et de l’enseignement professionnel. Il rend plus difficile le travail des correcteurs mais ne semble pas être capable d’empêcher les jurys de se tenir à la date prévue. Pour le brevet, le raccourcissement du délai de correction pourrait pas contre poser problème à l’administration si la grève du 1er juillet était suivie et continuée.

Selon les Stylos rouges, 81 574 copies du bac seraient « retenues » par des correcteurs grévistes du 2 au 4 juillet. Ce chiffre, qui est en augmentation d’environ 10 000 copies par jour, est dérisoire par rapport aux 4 millions de copies attendues pour le bac. Mais ces grévistes sont répartis sur quelques disciplines dont la philosophie. Autrement dit ces 80 000 copies pourraient bien correspondre à 80 000 candidats différents. Et là on atteindrait 10% des candidats du bac, de quoi retarder la publication des résultats.

Poster un commentaire

L’intersyndicale appelle à la grève le 1er juillet

Sans annuler la journée de mobilisation du 27 juin, l’intersyndicale du second degré prend en compte le report du brevet en métropole. L’intersyndicale (FSU (SNES, SNEP, SNUEP, SNETAP), CGT (Educ’Action, agri, enseignement privé), Solidaires (SUD éducation, SUD rural-territoires, Sundep), SNALC, CNT, SYNEP-CFE-CGC, Snec-CFTC avec le soutien des Stylos rouges, de la Chaîne des Bahuts et de l’APSES) appelle  » à faire du lundi 1er juillet un nouveau temps fort par la grève des surveillance du brevet des collèges et la participation aux rassemblements » pour « une revalorisation significative des rémunérations ;le retrait des réformes des lycées et du baccalauréat ;le retrait de la loi Blanquer et du projet de loi « Fonction publique » ; des créations et non des suppressions de postes (36 000 élèves en plus, 2650 postes en moins à la rentrée prochaine dans le Second degré). Des préavis de grève sont déposés à cet effet sur toute la période des examens et concours ».  

L’appel

Poster un commentaire

L’intersyndicale appelle à la grève le 1er juillet

Le report du brevet a remis en question l’appel à la grève lancé par l’intersyndicale du second degré pour le 27 juin. Selon le Snes, l’intersyndicale réunie le 25 juin appelle à la grève le 1er juillet, premier jour du brevet en métropole après le report décidé par le ministre. A noter qu’une assemblée générale des correcteurs d’Ile de France tenue le 25 juin à Paris a voté la rétention des notes du bac. On compterait 190 correcteurs ayant déjà pris cet engagement. Ces correcteurs se déclareront en grève du 2 juillet (fermeture du serveur d’entrée des notes) au 4 juillet (réunion des jurys).

Pourquoi la grève du bac et du brevet

Poster un commentaire

Collages de la semaine !

Vous vouliez coller des affiches, Fakir vous propose non pas une mais deux actions « collage » cette semaine ! 😀

J’amène les affiches et j’ai la possibilité d’amener 3 seaux de colle + 3 brosses à encoller, mais n’hésitez pas à amener votre propre matos !
Si possible, merci de me prévenir de votre participation (même à la dernière minute !) en répondant à ce mail, ou en vous inscrivant sur Facebook ou sur signons.fr. Pensez aussi à m’indiquer si vous avez des affiches et du matériel de collage (cela me permettra de prévoir le nécessaire).
Collage des affiches « signons ! » sur l’île de NantesDemain mercredi 26 juin, 20h30 – 22h30
Rdv 20h30 au Tram Vincent Gâche
👉 lien Facebook :
https://www.facebook.com/events/2251600531836034/
👉 lien signons.fr :https://referendum.signons.fr/les-actions/action-detail/@https~@~_~_referendum~!signons~!fr~_api~_actions~_61~_(Pour vous inscrire à l’action, pensez à vous inscrire sur signons.fr au préalable et à vous connecter)
————————————————————————————————————————————–
Collage des affiches « signons ! » au centre-ville de NantesJeudi 27 juin, 20h30 – 22h30
Rdv 20h30 sur les marches de la Basilique Saint Nicolas (place Félix Fournier)
👉 lien Facebook :
https://www.facebook.com/events/433679900515410/
👉 lien signons.fr :https://referendum.signons.fr/les-actions/action-detail/@https~@~_~_referendum~!signons~!fr~_api~_actions~_62~_(Pour vous inscrire à l’action, pensez à vous inscrire sur signons.fr au préalable et à vous connecter)

Bien Fakirement,

AndréaFakir Nantes

Poster un commentaire

Point sur la campagne RIP ADP – liens utiles

Petit point sur la campagne de recueil de soutiens pour le référendum :

🎉 Près de 380 000 soutiens ont déjà été validés par le Conseil Constitutionnel ! (soit prés de 8% de l’objectif à atteindre)
Sachant qu’il faut 5 à 7 jours au Conseil Constitutionnel pour valider un soutien, ce chiffre correspond aux soutiens recueillis la première semaine.
À ce rythme, nous devrions atteindre le million début juillet !
Des actions pour la campagne RIP s’organisent un peu partout en France, et en particulier à Nantes et ses environs.
Fakir Nantes vous propose plusieurs actions par semaine, de différentes formes (tractage, porte-à-porte, recueils de soutiens, collage d’affiches, info auprès des commerçants…) afin que chacun puisse participer aux actions qui lui conviennent, au moment qui lui convient.Depuis le lancement, à Fakir Nantes nous avons déjà fait :
– 2 tractages au marché et 1 dans la rue en centre-ville,
– 2 tours de commerçants (buralistes et bars), affichage de l’affichette A4 « signons.fr« ,
– 1 porte-à-porte à Nantes-Nord,- 1 « RIP : Relais – Info – Participation » (table d’information avec ordinateurs pour recueillir des soutiens en direct) qui a eu un grand succès !Encore un grand merci à tous les participants !!!!!

💻 Quelques liens et infos utiles autour de la campagne RIP ADP :

  • SIGNER / FAIRE SIGNER POUR LE REFERENDUM :

👉 Lien « signons »signons.frS’il n’y avait qu’un site à retenir pour la campagne ce serait celui-là (site qui figure sur les affiches et tracts), car :
⏺redirige vers le site du gouvernement pour signer,
⏺propose des explications sur comment signer (avec possibilité d’envoyer un mail pour solliciter de l’aide si l’on y arrive pas),⏺permet de proposer et/ou rejoindre des actions pour le RIP sur une carte : n’importe qui peut rejoindre ou proposer une action !
Ce site a été crée par un collectif apartisan qui crée des outils pour œuvrer pour une transition démocratique et écologique.

👉 Lien du site du gouvernement pour signer :
https://www.referendum.interieur.gouv.fr/
Prévoir sa carte d’identité ou son passeport (permis de conduire pas accepté), et éventuellement sa carte d’électeur (afin de recopier exactement ses informations personnelles telles qu’elles figurent sur la carte d’électeur).
👉 Lien inscription en ligne sur les listes électorales :
https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/N47Prévoir un scan de la pièce d’identité et d’un justificatif de domicile.Il est bien sûr également possible de s’inscrire en Mairie.
📌 Pour les personnes sans accès à internet, deux solutions :
– La personne peut se déplacer :
Elle peut se rendre dans une mairie d’une des communes les plus peuplées du canton (liste en pj).
Des outils sont mis à disposition pour lui permettre de signer et d’imprimer son récépissé.
Attention : le personnel des mairies concernées est peu (voire pas) informé. L’ordinateur (il n’y en a généralement qu’un) mis à disposition est en principe au service des élections. Très souvent, ce service n’est ouvert que du lundi au vendredi.
– La personne ne peut pas se déplacer :Il est possible de retirer un formulaire CERFA dans les mairies sus-citées (voire liste en pj) ou de l’imprimer soi-même.
Il faut bien penser à remettre à la personne son récépissé, partie détachable au bas du formulaire, puis remettre le formulaire dans une des mairies de la liste.        👉 Lien pour imprimer un formulaire CERFA :https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/R39695📎En pj : liste des mairies des communes les plus peuplées du Canton « mairies-plus-peuples-canton.pdf »
📌Impossible de signer en ligne !
Pas de panique !
        👉 Lien d’aide sur « signons »https://signons.fr/soutien-physique-referendum-adp/📎En pj : voir document « conseils-signature-en-ligne.png« 

  • AGIR POUR LA CAMPAGNE :

☝Toutes les actions proposées par Fakir Nantes figurent sur signons.fr ainsi que sur lla page Facebook sous forme d’évènements.
☝Il n’est bien sûr pas obligatoire de s’inscrire à une action, mais sachez que cela facilite grandement l’organisation ! 😉
👉 Lien signons :signons.fr
Pour créer ou s’inscrire à une action, il faut s’inscrire sur le site (on ne demande que nom, prénom, code postal, adresse mail).

👉 Lien page Facebook « Fakir Nantes » :https://www.facebook.com/Fakir-Nantes-1958030157636799/Vous pouvez indiquer que vous participez à l’action en indiquant que vous participez à l’évènement.

  • MATÉRIEL DE CAMPAGNE DE PICARDIE DEBOUT :

Comme la campagne de recueil de soutien pour le référendum s’apparente à une campagne électorale, seuls les partis ou groupements politiques peuvent financer le matériel de campagne :Lien vers le texte (aller à « Chapitre Ier : Financement des actions tendant à favoriser ou défavoriser le recueil des soutiens – Article L. 558-37 ») :
https://www.conseil-constitutionnel.fr/fondements-textuels/referendum-d-initiative-partagee-les-textes-legislatifsC’est donc Picardie Debout, et non Fakir, qui finance les impressions de tracts et affiches.
👉 Lien pour faire un don à Picardie Debout :https://www.picardiedebout.fr/don/
Tous les fonds récoltés seront utilisés pour la campagne RIP ADP.
👉 Lien pour commander des affiches :
https://www.subscribepage.com/referendum-affiches👉 Lien pour commander des tracts :
https://www.subscribepage.com/referendum-tracts
👉 Lien pour télécharger les visuels affiches et tracts :https://drive.google.com/drive/folders/1A8xgWOTwoBVCkR9S-dkwKAAi8mI8SFkNSi le lien ci-dessus ne fonctionne pas, fichiers accessibles depuis le site de François Ruffin, à « Référendum » : https://francoisruffin.fr/referendum/Aller à « Télécharger tout le matériel ! »

  • SUIVRE L’ÉVOLUTION DE LA CAMPAGNE :

👉 Lien vers le compteur de soutiens :
adprip.frAffiche le nombre total de soutiens validés, la répartition géographique des soutiens (par département) et une courbe suivant l’évolution des soutiens acceptés !

Vous pourrez aussi retrouver des informations sur Facebook sur les pages suivantes :
👉 Lien page Facebook « Fakir Nantes » :https://www.facebook.com/Fakir-Nantes-1958030157636799/👉 Lien page Facebook « Pour moi c’est référendum » :https://www.facebook.com/referendumdusiecle/👉 Lien groupe public Facebook « Référendum ! Contre la privatisation de ADP ! » :https://www.facebook.com/groups/contrelaprivatisationdadp/?ref=shareJ’espère que vous vous y retrouverez dans cette avalanche d’infos !
En espérant vous voir aux actions RIP ADP, car la fin c’est nous qu’on va gagner !!!

Fakirement,AndréaFakir Nantes

Poster un commentaire

Réunion Nantes Secteur ouest pour une autre école – mardi 25 juin

Pour info, la prochaine réunion du Secteur Ouest pour écrire un autre projet d’école aura lieu le mardi 25 juin à 19h00 à l’école de la Crémetterie de Saint-Herblain.

Invitation en pièce jointe à diffuser sur vos réseaux.

Poster un commentaire