Archives de la catégorie Rendez-vous

22 mai : Enseignants et grévistes : que disent-ils

« Je sais que j’aurai des classes entières qui n’auront pas de réponses favorables ce soir ». Les chemins de la grève et de la manifestation sont nombreux chez les enseignants. Tour d’horizon à l’occasion de la troisième journée de grève pour la fonction publique… et parfois davantage pour certains professeurs…

Combien étaient-ils dans la rue le 22 mai ? Fait rarissime, pour cette journée les 9 fédérations de la fonction publique avaient appelé ensemble à cesser le travail. Du coté des enseignants, encore une fois, les chiffres du ministère et des syndicats ne se rencontrent pas. La FSU compte un professeur gréviste sur trois aussi bien dans le premier que le second degré. Le ministère ne voit que 16% de grévistes dans le 1er degré et 10% dans le second. Le mouvement est un peu plus fort dans le premier degré que celui du 22 mars. Il l’est un peu moins dans le second degré.

« Nous avons des doutes sur la pérennité du statut des enseignants ». Sous le ballon du SNUipp-FSU, Francette Popineau, porte-parole du SNUipp, explique pourquoi son syndicat mobilise. « Il y a déjà les raisons qui nous ont mobilisées lors des deux précédentes grèves, telles que le jour de carence que l’on trouve particulièrement injuste, le calendrier PPCR qui est reporté et le gel du point d’indice. S’ajoutent maintenant toutes les menaces pesant sur le statut de la fonction publique et notamment celui des enseignants. Comme ce rapport, rendu il y a peu, qui laisse entendre que l’on pourrait avoir des enseignants contractualisés sur une durée de cinq ans maximum. Nous nous interrogeons, aussi, sur le devenir du service public quand nous voyons une forme de régionalisation des académies, comme celles de Limoges et de Poitiers qui seraient rattachées à Bordeaux ».

Enfin, il y a les circulaires Blanquer.  » Des enseignants se sentent méprisés par les dernières recommandations – telles que les circulaires ou le guide du CP – qui sont assorties d’un certain nombre de déclarations insinuant qu’il n’y a plus de dictées, plus de calcul mental, que la méthode globale sévie dans 50% des écoles au moins. Écrits qui laissent aussi entendre que la liberté pédagogique s’apparente à l’anarchie. Ce sont finalement toutes ces petites phrases, loin de l’école de la confiance, qui créent une forme de défiance, installant le doute chez les familles et instillant l’idée que les enseignants doivent être remis dans le rang. Les enseignants souhaitent que l’on recentre le débat sur l’école car en effet, l’école est en difficulté. Notre système est très inégalitaire ».

Dans le cortège parisien nous avons croisé Catherine Remermien, une psychologue de l’éducation nationale. « Le ministère, sans aucune concertation a annoncé le 3 avril, qu’il fermait tous les CIO, nous dit-elle. Il faut savoir que les CIO, c’est aussi l’accueil des élèves lors des vacances scolaires, des ateliers pour recevoir les jeunes, les décrocheurs, les primo arrivants. Qui va se charger de ces missions institutionnelles ? Notre crainte, c’est l’ouverture d’un marché privé, d’une privatisation du service.»  Une manifestation spécifique est annoncée le 5 juin.

La réforme du lycée et celle de l’accès au supérieur font « barrage » empêchant une certaine catégorie d’élèves, issus de milieux populaires, d’accéder à l’enseignement supérieur selon Jean François Guet. « J’enseigne dans un lycée assez difficile dont les élèves sont issus de milieux populaires, je sais que j’aurais des classes entières qui n’auront pas de réponses favorables ce soir. Ce n’est pas dans les bons lycées parisiens que cela va se ressentir. Quel est le message que l’on envoie aux élèves de milieux défavorisés ? Comment peuvent-ils se projeter si on leur ferme les portes dès la fin de terminale ? Si même la fac ne veut pas d’eux ?»

Thierry Adrasse, enseignant du premier degré, est en grève contre la suppression des 120 000 postes de fonctionnaires mais aussi contre « la dérive libérale » du gouvernement. « Sous Sarkozy, il y a eu 80 000 postes de supprimés. On a vu les résultats, concrètement, dans les écoles, sur les moyens de remplacement par exemple. Les premiers impactés de ce genre de mesure sont les élèves de milieux populaires. La république se doit de protéger les plus faibles. Moi, par exemple, je suis entré dans la fonction publique sur la base de mes compétences qui sont reconnues et non de ma couleur de peau ; ce qui n’était pas le cas dans le privé. »

Publicités

Poster un commentaire

Les enseignants au rendez-vous de la journée de grève de la Fonction publique ?

Combien d’enseignants participeront-ils à la 3ème journée de grève de la Fonction publique ? Les 9 organisations syndicales de la Fonction publique appellent ensemble à un mouvement qui devrait faire barrage aux projets de gouvernementaux de remise en cause du statut des fonctionnaires. On attend davantage de grévistes qu’en octobre et en mars…

Les 9 syndicats ensemble

C’est assez rare pour être souligné. Le 22 mai les neuf fédérations syndicales de la Fonction publique appellent ensemble à une journée de grève et de manifestations. Elles appellent « les agents à dire leur rejet du projet de suppression de 120 000 emplois et le recours accru au contrat qui dégraderont les conditions de travail des agent-es, considérant que le développement de la contractualisation constitue une attaque contre le statut de même que la possible rémunération « au mérite » ».

Autre motif de grève : la rémunération. Cfdt, Cgc, Cftc, Cgt, FA, FO, Fsu, Solidaires et Unsa demandent  » que le gouvernement propose des mesures qui permettent une réelle amélioration du pouvoir d’achat pour toutes et tous : fin du gel de la valeur du point d’indice et sa revalorisation, rattrapage des pertes subies, abrogation de la journée de carence, compensation pérenne de la hausse de la CSG, respect des engagements en matière d’évolution de carrière, amélioration des déroulements de carrière ».

Quel taux de grévistes ?

La publication le 16 mai du rapport des « experts  » de Cap 22 a encore mis de l’huile sur le feu en recommandant la généralisation de l’embauche de contractuels. Olivier Dussopt a du promettre qu’il « y aura des ajustements, une modernisation mais pas de remise en cause » du statut des fonctionnaires, sans répondre précisément aux inquiétudes.

Chez les enseignants, une première journée de grève le 10 octobre avait réuni 18% de grévistes (19% dans le premier degré et 16% dans le second), selon le ministère.  Les syndicats revendiquaient entre un tiers et 50% de grévistes. La seconde journée, le 22 mars avait vu 25% de grévistes dans le premier degré et 40% dans le second selon la Fsu (16 et 14% selon le ministère). Le Snuipp annonce entre 25 et 30% de grévistes pour la journée du 22 mai dans le premier degré. On attend donc un peu plus de grévistes que le 22 mars, sans que le pic d’octobre soit dépassé.

Poster un commentaire

Parcoursup : crise annoncée le 22 mai

Alors que les résultats des demandes portées dans Parcoursup, la nouvelle plateforme d’orientation post bac, sont attendus le 22 mai, la ministre de l’enseignement supérieur a ouvert de nouveaux contre feux ce week end. Elle a notamment annoncé la publication des algorithmes de Parcoursup et publié trois décrets sur la phase complémentaire.

810 000 lycéens attendent la publication le 22 mai à 18 heures des résultats de leurs demandes de voeux pots bac. Depuis une semaine F Vidal, la ministre de l’enseignement supérieur, n’a pas épargné les paroles rassurantes. Ainsi le 15 mai elle répondait que  » l’engagement qui a été pris c’est que nous finançons des places supplémentaires là où il y a le plus de demandes d’après les projections et autant de places seront financées pour que chaque lycéen puisse avoir une proposition au plus près de ce qu’il souhaite ».

C’est que tout laisse présager d’une énorme vague de déceptions le 22 mai. Comme les voeux ne sont pas hiérarchisés et qu’il y a une forte hausse du nombre de lycéens, il est clair qu’une majorité sera sans réponse positive.

Des données publiée spar Le nouvel observateur montre un écart énorme entre les voeux et les places disponibles dans toutes les universités franciliennes. Ainsi en droit on aurait près de 15 000 voeux pour 640 places à Panthéon Sorbonne mais encore 1409 pour 145 places à Orsay. En éco gestion 17 000 voeux pour 1445 places à Panthéon Sorbonne mais encore 1565 pour 220 places à Saint Quentin en Yvelines.

La ministre a annoncé que  les rectorats mettront en place dès le 22 mai des commissions chargées d’apporter uen réponse aux candidats qui n’ont que des réponses négatives.

Trois décrets ont été publiés au Journal Officiel du 20 mai. Un premier texte précise le fonctionnement de la phase complémentaire, celle qui suivra la phase normale pour les laissés pour compte. « La phase complémentaire… permet au candidat qui remplit les conditions fixées… de se porter candidat dans des formations qui disposent de places vacantes ». Autrement dit probablement éloignées des voeux des candidats. Le candidat aura un délai parfois fort court pour accepter la proposition de la commission rectorale prise parmi les formations où il y a encore de la place.

Un second décret porte sur le réexamen des demandes pour les jeunes handicapés ou les sportifs de haut niveau. Un dernier décret concerne les 10% de lycéens bénéficiant d’un accès prioritaire.

Dernière étape de la communication ministérielle, la publication le 21 mai des algorithmes de Parcoursup. Cette publication ne lève pas tous les voiles de décisions qui dépendent de critères locaux des établissements protégés par le secret des jurys.

Décret phase complémentaire

Au Jo Réexamen

Au Jo Meilleurs bacheliers

Nous avions annoncé la sortie de ce texte

Publication de l’algorithme

F Vidal le 15 mai

Nouvel Observateur

Poster un commentaire

RDV à la Montagne samedi 26 mai

Grosse journée SAMEDI 26 MAI A LA MONTAGNE... 2 rendez-vous sont proposés et nous espérons très vivement vous y voir nombreux et nombreuses !

15H – Place de la mairie de la Montagne : La Marée humaine

Ce jour-là, la « Marée humaine » est organisée dans de nombreuses villes françaises, à l’appel d’associations, syndicats et organisations. Cette manifestation se veut être l’écho de la « Fête à Macron » et nous faire entendre de tous les coins de l’hexagone pour une justice économique et sociale dans les hôpitaux, les écoles, les entreprises, …

A la Montagne, la température sera de 24°, avec un ciel dégagé, très ensoleillé.
La marée sera haute à 15H, place de la mairie où nous participerons à la « Marée humaine » en Sud Loire (amis et amies de Bouguenais, Saint-Jean-de-Boiseau, Le Pellerin, Bouaye, Brains etc. rejoignez-nous !). Nous nous ferons entendre, nous partagerons le bout de gras, peut-être même que nous jouerons ! Soyons nombreux, chacun-e muni d’un outil qui fait du bruit (casserole, sifflet, tambour, …), un maximum de bruit !

17H : dans le bourg de la Montagne : Tuppercut TV en balade reportage

Tuppercut TV, c’est la télévision de nos rêves : sans micro ni cravate, en prise directe avec le public, des citoyen-nes comme vous et moi enquêtent, et discutent de sujets de fonds ou d’actualité. Cette fois, Tuppercut TV nous emmène en reportage en vrai, sur les sentes et les chemins de la Montagne, à la découverte d’un mois de mai pas comme les autres.

RDV Place de l’église de la Montagne pour une balade accessible à tous et toutes et qui se concluera pour ceux et celles qui le souhaitent par un barbecue partagé.

Poster un commentaire

Pour une marée populaire le 26 mai en France


La FSU appelle à former une marée populaire pour l’égalité, la justice sociale et la solidarité, contre une société de la concurrence entre tous.

Départ de la manifestation à 14h30 au miroir d’eau à Nantes

Pique-nique dès 13h au miroir d’eau

Soyons nombreux pour exprimer notre volonté et notre solidarité.

Bien cordialement,

——————————————————————————–
SNES-FSU
Section Départementale de Loire Atlantique
8 place de la gare de L’Etat
case postale 8
44276 Nantes cedex 2
02.40.35.96.71
pour échanger entre adhérents du 44 : https://www.facebook.com/groups/128586234141781/

Poster un commentaire

[ATTAC] Du 22 au 26 août rendez-vous à Grenoble pour l’Université d’été : les inscriptions sont ouvertes !

Du 22 au 26 août rendez-vous à Grenoble pour l’Université d’été : les inscriptions sont ouvertes !

Communiqué 17 mai 2018

Migrations, transitions, écologie, droits humains, démocratie… Vous pensez qu’un autre monde est possible ? Vous avez envie de participer à des formations , des ateliers , des séminaires et des moments festifs autour de nombreuses thématiques liées à la solidarité et aux initiatives citoyennes ?

Inscrivez-vous dès aujourd’hui à l’Université d’été solidaire, citoyenne et rebelle, qui aura lieu du 22 au 26 août 2018, sur le campus de l’Université de Grenoble !

Une quarantaine d’organisations, associations, syndicats, médias indépendants, collectifs et réseaux, se chargent de vous concocter ce rendez-vous incontournable. Rejoignez les quelques milliers de participant·e·s qui se retrouveront pour ce temps fort de convergence des mouvements sociaux, citoyens, de solidarité internationale et d’éducation populaire.

  • > Le programme détaillé et toutes les informations pratiques (notamment en ce qui concerne l’hébergement) seront bientôt disponibles sur notre site : ue2018.org. Vous y trouverez déjà des informations concernant les organisations participantes.
  • > Pour vous inscrire, c’est par ici : ue2018.org
  • > Et pour ne rien rater de notre actualité et de celle des organisations et partenaires, suivez-nous sur les réseaux sociaux ! Rendez-vous sur Facebook et sur Twitter

Venir à l’Université d’été c’est aussi l’occasion de se rencontrer et fêter ensemble nos 20 ans !

L’équipe d’organisation

Attac France — 2018
Twitter |  Facebook |  Viméo


Attac France

21 ter rue Voltaire
75011 PARIS
France

Poster un commentaire

La FSU appelle à participer à la « marée populaire » du 26 mai

« Incompréhension, inquiétudes, colère…dans le secteur privé comme dans le public, les mécontentements se multiplient et se manifestent notamment à la SNCF, Air France, dans la Fonction publique…. mais aussi chez les jeunes qui refusent la sélection et souhaitent une réelle démocratisation de l’université ou encore chez les retraités qui exigent, ce qui devrait être une évidence, un pouvoir d’achat décent et de meilleures conditions de vie, mais aussi dans les populations les plus en difficulté sur le plan social et éducatif. Toutes les colères qui s’expriment dans les secteurs mobilisés ont un point commun : le rejet de la volonté du gouvernement de porter un coup fatal à notre modèle social. Car les réformes en cours risquent d’affaiblir notre modèle social et toutes les garanties collectives », écrit la Fsu. La fédération « appelle à participer à la mobilisation citoyenne du 26 mai prochain pour rassembler les colères, faire valoir des alternatives à ces politiques libérales, porter les revendications sur le financement et le développement des services publics et un autre projet de société ». La manifestation du 26 mai est organisée par un collectif d’organisations politiques, syndicales et associatives.

Poster un commentaire

tract 26 mai

Télécharger le tract.

Poster un commentaire

22 mai, grève unitaire dans l’Éducation !

www.fsu.fr

22 mai, grève unitaire dans l’Éducation !

Sous couvert de discours modernistes, ce sont bien des reculs sociaux majeurs que prépare le gouvernement: réduction des capacités d’action de la Fonction publique, atteinte au statut des fonctionnaires, remise en cause des instances de dialogue social dégradation des conditions de rémunération et de travail des personnels …

En savoir plus

Le Service Public, notre richesse !

Alors que les Services Publics ont été largement reconnus comme des amortisseurs à la crise en 2008, le gouvernement Philippe sous la houlette du président Macron ont décidé de faire des Services Publics et des agents qui les mettent en œuvre, la variable d’ajustement budgétaire !

Pour la FSU, cela va à l’encontre des besoins, tant des agents que des usagers !

Lire la suite

Salaires et carrières, urgence !

Loin d’une augmentation du pouvoir d’achat, c’est une nouvelle dégradation de celui-ci qui a été constaté sur la paye de janvier 2018.

Lire la suite

Moderniser l’action publique ?

Le gouvernement a lancé 4 “chantiers de refondation du contrat social avec les agents publics”. Ces orientations sont de nature à dynamiter le statut.

Lire la suite

22 mai : les organisations préparent la mobilisation dans la Fonction publique.

Lire le communiqué unitaire

Une Ecole à contre sens !

Les réformes éducatives et les politiques portées par le ministre Blanquer vont à contre sens ! Elles vont accentuer les inégalités scolaires, dégrader nos conditions de travail, dévoyer nos missions, nos métiers, notre professionnalité.

Le 22 mai dans la rue pour porter une autre ambition pour le Service Public de l’Education Nationale.

Lire la tribune

Le travail de la FSU 

au Comité Technique Ministériel

Forte de sa position majoritaire confirmée aux élections professionnelles, la FSU dispose de 6 sièges sur 15 au comité technique ministériel de l’éducation nationale (CTMEN). Cela lui permet de représenter efficacement les métiers de l’éducation nationale , et tous les personnels : enseignants du 1er et du 2nd degré, administratifs, techniques, encadrement, inspection, sociaux ou de santé.

Lire la suite

​     Share   ​​      Tweet   ​
La FSU dans l’éducation nationale

La preuve par 9 !

La FSU compte neuf syndicats dans l’Éducation nationale, correspondants aux différents métiers de l’éducation et qui rassemblent tous les personnels. En fonction de votre métier, contactez celui qui répondra le mieux à vos questions.

la FSU, 

pour la Fonction publique,  pour les personnels, pour le service public d’éducation, pour nos métiers

 

Poster un commentaire

Situation à l’université de Nantes

Les sections syndicales SUD Éducation et SNESup-FSU ont recueilli différents témoignages et ont été elles-mêmes témoins des conditions de déroulement des examens depuis le début de la semaine. Nous avons constaté avec effroi les violences policières commises sur des étudiant-e-s mobilisé-e-s pacifiquement, et le fichage systématique de ces dernier-e-s.

Nous avons également été alerté-es sur des agissements inacceptables de la part de membres de l’équipe présidentielle et de l’administration : intimidations, prise de photos, fouilles, menaces de conseils de discipline, d’expulsion de l’université, … Tous les étudiant-e-s subissent les conséquences néfastes de cette situation scandaleuse.

Partant de ce constat, nous déclarons que les conditions ne sont pas réunies pour que les examens se déroulent normalement. Cette situation de violences découle directement de l’incapacité de la présidence à organiser un vrai débat démocratique sur l’atteinte grave à la mission de service public de l’université que contient la loi ORE.

Nous demandons donc :

– l’annulation des examens terminaux comme cela a été fait dans d’autres universités (Lyon II par exemple),

– une audience d’urgence avec le président avant vendredi soir dernier délai.

Nous rappelons notre opposition à la tenue des examens sous présence policière et appelons les collègues à se mettre en grève en signe de protestation.

Les sections syndicales SNESup-FSU et SUD Éducation, avec le soutien du comité de mobilisation des personnels.

Poster un commentaire

GRÈVE DANS TOUTES LA FONCTION PUBLIQUE LE 22 MAI

SNES-FSU, section académique de NantesLa section académique

aux

adhérent.e.s de l’académie

SNES
                  National
p { margin-bottom: 0.25cm; line-height: 120%; }

Contre les reculs sociaux, en avant !
STATUTS / SALAIRES
GRÈVE DANS TOUTE LA FONCTION PUBLIQUE LE 22 MAI
Avec les organisations Cfe/Cgc, Cftc, Cgt, Fa fp, Fo, Solidaires, UNSA, CFDT, la FSU appelle à une nouvelle journée de grève et de manifestations le 22 mai prochain car la Fonction publique est aujourd’hui clairement menacée.

Le secrétariat académique

SNES-FSU
Section académique de Nantes

15, rue Dobrée
44100 Nantes
02-40-73-52-38

site : www.nantes.snes.edu
Page Facebook du SNES Nantes compte
                  Twitter du SNES Nantes

Poster un commentaire

La FSU appelle à manifester le 26 mai

Communiqué FSU

Les Lilas le 16 mai 2018

La FSU appelle à manifester le 26 mai.

Emmanuel Macron et son gouvernement mènent une politique économique et sociale qui, y compris aux dires des observateurs comme l’OFCE, favorise les plus riches au détriment des plus fragiles et des classes moyennes. à l’injustice sociale s’ajoutent une injustice fiscale qui profite aux plus fortunés, une politique de contrôle envers les plus fragiles comme les chômeurs, les précaires, mais aussi une politique hostile aux migrants.

Ils déploient dans la même logique une politique qui remet en cause le modèle social en réduisant les capacités d’action des services publics et de la Fonction publique. Pourtant ceux-ci jouent un rôle essentiel pour la cohésion sociale du pays, la redistribution des richesses, l’accès des citoyen.ne.s aux droits sociaux et dans la lutte contre les inégalités.

Incompréhension, inquiétudes, colère…dans le secteur privé comme dans le public, les mécontentements se multiplient et se manifestent notamment à la SNCF, Air France, dans la Fonction publique…. mais aussi chez les jeunes qui refusent la sélection et souhaitent une réelle démocratisation de l’université ou encore chez les retraités qui exigent, ce qui devrait être une évidence, un pouvoir d’achat décent et de meilleures conditions de vie, mais aussi dans les populations les plus en difficulté sur le plan social et éducatif. Toutes les colères qui s’expriment dans les secteurs mobilisés ont un point commun : le rejet de la volonté du gouvernement de porter un coup fatal à notre modèle social. Car les réformes en cours risquent d’affaiblir notre modèle social et toutes les garanties collectives.

C’est à l’opposé de ce que porte la FSU pour une société plus juste et plus égalitaire, ce qui suppose de préserver et développer les services publics.

Affaiblir les services publics, c’est porter atteinte à l’égalité de tous et toutes sur le territoire, c’est tourner le dos au principe de solidarité, d’égalité qui fondent l’organisation de la société. C’est à l’opposé du projet de société que porte la FSU.

Aujourd’hui, le gouvernement reste sourd et méprisant, tout autant sur les revendications que sur les propositions faites notamment par les organisations syndicales.

Dans ce contexte, la FSU appelle à participer à la mobilisation citoyenne du 26 mai prochain pour rassembler les colères, faire valoir des alternatives à ces politiques libérales, porter les revendications sur le financement et le développement des services publics et un autre projet de société.

Elle appelle le mouvement syndical à se retrouver pour construire et faire valoir des alternatives aux politiques en cours.

Poster un commentaire

Pour l’égalité, la justice sociale et la solidarité, Marée populaire le samedi 26 mai

Un collectif large, constitué d’associations, de syndicats, de partis politiques, appelle le samedi 26 mai, à une « marée populaire » pour l’égalité, la justice sociale et la solidarité.

Un constat s’impose, Emmanuel Macron, son gouvernement et le  Medef sont décidés à imposer coûte que coûte une restructuration en profondeur de la société française : politique d’austérité, destruction des droits des salarié.es, introduction de la sélection à l’entrée de l’université, casse des services publics, aggravation du sort des sans emplois, réorganisation aggravant les inégalités en matière d’accès à la justice, réforme fiscale favorable aux plus riches, loi répressive contre les migrant.es, priorité donnée au secret des affaires contre le droit à l’information, introduction de l’état d’urgence dans le droit commun, répression des mouvements sociaux et des jeunes des quartiers populaires, utilisation de l’égalité femmes-hommes comme simple outil de communication, sans moyens financiers, alors que les femmes sont les premières concernées par les régressions sociales… sans oublier une politique militariste au niveau international. La multiplication des mesures prises avec brutalité sur tous les fronts a un objectif, celui de créer un effet de sidération et espérer ainsi empêcher toute riposte. Le patronat profite de la situation pour multiplier les restructurations et rester sourd aux revendications du monde du travail. En s’en prenant aux personnels à statut, en particulier aux cheminot.es, Emmanuel Macron espère, s’il l’emporte, casser tout esprit de résistance.

Ce coup de force peut échouer, car les mobilisations se multiplient dans le pays, chacune avec sa spécificité : journée nationale d’action, grèves, occupation d’universités, manifestations… Il appartient évidemment aux organisations syndicales de décider, avec les personnels concernés, de leurs formes d’action. Chacune d’entre elles a, a priori, des ressorts différents, mais au-delà de tel ou tel aspect, ce dont il est question concerne la nature même de la société dans laquelle nous voulons vivre. Voulons-nous vivre dans une société où les droits sociaux seraient réduits à néant, où les services publics et la sécurité sociale auraient disparu, où l’inégalité de traitement des territoires serait la règle, où l’accès à l’université serait de plus en plus réduit, où les lanceuses et lanceurs d’alerte et journalistes seraient bâillonnés, où les défis écologiques seraient soumis aux intérêts de la finance, où le logement, les HLM et les locataires seraient marchandises, où la lutte contre les discriminations se réduit à des discours ? Ou, au contraire, voulons-nous une société plus juste, plus solidaire, plus démocratique, plus égalitaire avec un meilleur partage des richesses ? Tel est l’enjeu.

Le gouvernement espère que ces mobilisations sectorielles restent isolées et qu’il pourra les défaire les unes après les autres en tenant bon, en les laissant s’épuiser ou en les réprimant. Affichant sa détermination, il espère ainsi nous décourager. Il se trompe, comme le montre la multiplication des collectifs citoyens en lien avec les salarié.es, les retraité.es et les étudiant.es ainsi que le succès de la solidarité aux grévistes, notamment à ceux de la SNCF. Il s’agit maintenant d’aller plus loin et, toutes et tous ensemble, d’affirmer dans la rue que des alternatives existent, que nous ne nous résignons pas au sort que nous promet ce gouvernement. Il fait la sourde oreille, il faut le forcer à nous entendre et à retirer ses projets.

Dans le respect de nos champs d’interventions respectifs, nous voulons aller au-delà de toutes les mobilisations positives qui existent déjà et rassembler toutes les forces sociales, syndicales, associatives, politiques pour construire et réussir ensemble un grand rendez-vous citoyen. Partout en France organisons le samedi 26 mai une marée populaire pour l’égalité, la justice sociale et la solidarité. 

Signataires :

Alternative et autogestion
Alternative Libertaire
APEIS
ATTAC
Climat social
Collectif des Associations Citoyennes
Collectif National pour les Droits des Femmes
Collectif La Fête à Macron
Confédération Générale du Travail
Coordination nationale de défense des hôpitaux et maternités de proximité
Convergence nationale de défense des services publics
DIDF
DIEM25
Droit au Logement
Ecologie sociale
Europe Ecologie Les Verts
Les Effronté.es
Ensemble !
Femmes Egalité
Fondation Copernic
France Insoumise
Gauche Démocratique et Sociale
Génération.s
MJCF
Mouvement Ecolo
Mouvement National des Chômeurs et Précaires
Nouvelle Donne
Nouveau Parti Anticapitaliste
Parti Communiste Français
Parti de Gauche
Parti Ouvrier Indépendant Démocratique
PCOF
PCRF
République et Socialisme
Résistance Sociale
Snesup-FSU
Solidaires
Syndicat des Avocats de France
Syndicat de la Magistrature
UEC
UNEF
Union Nationale Lycéenne

Poster un commentaire

Fonction publique : une rencontre pour rien

Reçues le 15 mai par le secrétaire d’Etat auprès du ministre des comptes publics, les 9 fédérations syndicales de la Fonction publique CGC, CFTC, CGT, FA, FO, FSU, Solidaires, Unsa et Cfdt estiment que  » le Ministre n’a apporté aucune réponse satisfaisante aux organisations. Cela confirme qu’il n’y a pas de véritables concertations ouvertes par le gouvernement ». Les organisations syndicales « réaffirment la nécessité d’une forte mobilisation le 22 mai prochain. Elles appellent toutes et tous les agent-es à être en grève et à manifester pour faire entendre leurs exigences ».

Poster un commentaire

Collège en panne à La Duchère

« On refuse toutes leurs initiatives, et on remet en cause leur pédagogie. À force, ils ont craqué ». Selon Lyon capitale, rien en va plus au collège Schoelcher de Lyon entre professeurs et direction. Installé dans le quarter de La Duchère, le collège est un établissement Rep+. Une semaine après une journée de grève pour dénoncer  » un énorme problème en termes de management du personnel », les enseignants ne semblent pas écoutés par le rectorat.

 

Sur Lyon capitale

Poster un commentaire

GAZA_-_Urgence_!_Rassemblement_et_remise_de_lettre_à_la_Préfète_pour_E_Macron

URGENCE GAZA !

Après le massacre d’aujourd’hui,

soyons très nombreux

au rassemblement déjà annoncé

mercredi 16 mai à 18h

Rue Barillerie/50 Otages

  • Pose d’une plaque « rue de la Nakba »
  • Marche vers la Préfecture
  • Remise d’une lettre pour E. Macron

Israël tue ! L’inaction internationale aussi !

La France doit imposer des sanctions.

Le bureau de l’AFPS44

 

Poster un commentaire

1ère semaine de la Quinzaine politique à La Montagne et à Bouguenais

C’est avec plaisir que nous vous transmettons l’information concernant les rendez-vous de la première semaine de la quinzaine politique concoctée par L’UPPERCUT et Bouguenais Agir Solidaires. Cela commence lundi prochain (oui, oui demain) et nous vous espérons nombreuses et nombreux. Alors à bientôt ?

Les équipes de L’UPPERCUT et de Bouguenais Agir Solidaires

TACHE D’HUILE : QUINZAINE POLITIQUE A LA MONTAGNE ET A BOUGUENAIS

En mai 2018, mai 1968 résonnera. Pas de commémoration ici, mais le souhait de se rappeler les choses qui ont marqué la vie des habitant-es de nos communes respectives. La grève de Sud Aviation, première usine occupée le 14 mai 68, et qui entraîna dans son sillage bon nombre d’autres, est un fait marquant. Nous, Bouguenais Agir Solidaires et Uppercut avons souhaité revenir sur la singularité de ce qui s’est passé sur cette période: une tentative d’alliance entre ouvriers, paysans et étudiants. La parole sera donnée à celles et ceux qui ont vécu ces événements, qu’ils soient syndicalistes, femmes de grévistes, paysan-es solidaires… et à celles et ceux qui en ressentent les répercussions aujourd’hui. Où en sommes-nous des revendications d’hier ? Qu’est-ce qui se propage ? Qu’est-ce qui fait tache d’huile ? ORGANISATION : L’UPPERCUT ET BOUGUENAIS AGIR SOLIDAIRES

LUNDI 14 MAI 2018 – A PARTIR DE 18H30 – APÉRITIF CONVIVIAL DE LANCEMENT

Sud Aviation est désormais Airbus. En 68, plus de mille ouvriers ont occupé leur usine pendant un mois. Venez avec vos revendications boire un verre devant l’ancien « café de l’envol », haut lieu de rencontres des grévistes d’hier, que nous ferons revivre à notre manière. LUNDI 14 MAI À 18 H 30 À BOUGUENAIS, RUE DE L’AVIATION SUR LE TROTTOIR SITUÉ FACE À L’AÉROSPATIAL (ARRÊT « AÉROSPATIAL » DU BUS N° 98). APÉRITIF CONVIVIAL DE LANCEMENT

MARDI 15 MAI 2018 – 20H – FILM DOCUMENTAIRE

« L’autre mai » apporte un éclairage pertinent sur les conditions économiques et sociales qui expliquent l’union exceptionnelle des ouvrier-ères, des paysan-nes et des étudiant-es en Loire-Atlantique. Ce documentaire propose une rencontre avec plusieurs des acteurs et des témoins de ces événements, illustrée d’archives riches et souvent inédites. France | 2008 | 1h20. MARDI 15 MAI À 20H AU CINÉMA LE BEAULIEU, 26 RUE DE BEAULIEU À BOUGUENAIS. L’AUTRE MAI, NANTES MAI 68, UN FILM DOCUMENTAIRE DE JACQUES WILLEMONT EN PRÉSENCE DE CHRISTOPHE PATILLON DU CENTRE D’HISTOIRE DU TRAVAIL (CHT). 6 € et 5 € (TARIF REDUIT).

MERCREDI 16 MAI 2018 – A 18H30 – OUVERTURE DU CAFÉ DE L’ENVOL

Tous les soirs de la quinzaine (sauf les soirs où il y a des actions et week-end) le bar de l’ALM, Rue Violin à la Montagne, sera exceptionnellement ouvert et rebaptisé LE CAFÉ DE L’ENVOL – LES NOUVELLES DU FRONT. De 18h30 à 20h30, possibilité de se retrouver, refaire le match, le monde, et plus encore!

JEUDI 17 MAI 2018 – A 20H30 – ARPENTAGE

L’arpentage est une technique d’éducation populaire pour prendre connaissance collectivement d’un livre qu’on ne lirait pas tout seul chez soi. Pour cette quinzaine, nous avons choisi « Mai 68 par celles et ceux qui l’ont vécu » de Christelle DORMOY-RAJRAMANAN, Boris GOBILLE, Erik NEVEU, publié aux Éditions de l’Atelier. À travers ces récits de vie, nous prendrons connaissance de différents points de vue et nous ouvrirons le débat. Inscrivez vous à arpentage@uppercut.net JEUDI 17 MAI À 20H30 AU BAR DE L’ALM, 45 RUE VIOLIN À LA MONTAGNE. ARPENTAGE

VENDREDI 18 MAI 2018 – A 18H30 – OUVERTURE DU CAFÉ DE L’ENVOL

Tous les soirs de la quinzaine (sauf les soirs où il y a des actions et week-end) le bar de l’ALM, Rue Violin à la Montagne, sera exceptionnellement ouvert et rebaptisé LE CAFÉ DE L’ENVOL – LES NOUVELLES DU FRONT. De 18h30 à 20h30, possibilité de se retrouver, refaire le match, le monde, et plus encore!

Poster un commentaire

Lycée : un appel contre la réforme

« Avec la diminution des horaires en seconde, la fin des dédoublements et des heures de travail en groupe qui se profile, la transformation d’enseignements communs en spécialités ou options facultatives, le travail sur l’orientation dévolu aux enseignants, cette réforme conduira à une transformation profonde du métier enseignant. Toutes les disciplines subiront d’une manière ou d’une autre une dénaturation ou une perte horaire assortie d’une hausse des effectifs de classe », écrivent dans un communiqué commun le Snes Fsu et d’autres syndicats Fsu (Snep, Snetap, Snuep, Snpi) , FO, Sud, la Cgt et des associations professionnelles où sont réunis le Gfen et Sauvez les lettres,l’Apses, l’Aplv, l’Udppc, l’Apden, Aggiornamento. « Nous refusons le principe d’une réforme qui produira à coup sûr un accroissement considérable des inégalités géographiques et sociales. Nous exigeons le retrait des textes sur le bac et le lycée », demande l’appel.

L’appel

Poster un commentaire

Commet faire la révolution sur scène

Nous contacter pour organiser cela par chez vous…

Poster un commentaire

[ATTAC] Obtenons la relaxe de Nicole Briend le jeudi 7 juin 2018 à Carpentras !

Obtenons la relaxe de Nicole Briend le jeudi 7 juin 2018 à Carpentras !

Communiqué 7 mai 2018

Bonjour,

Le 6 février dernier, 1000 personnes sont venues à Carpentras pour la soutenir, mais son procès a été reporté au jeudi 7 juin, dans un mois jour pour jour.

Pour obtenir sa relaxe, nous devons être présent.e.s à ses côtés, nombreux et déterminés. Cette militante d’Attac est poursuivie pour avoir participé à une action symbolique de réquisition de chaises visant à dénoncer l’évasion fiscale orchestrée par la plus grande banque européenne, BNP Paribas.

L’évasion fiscale crée un manque à gagner pour l’État et les services publics, faisant 67 millions de victimes en France. Et pourtant, pendant que BNP Paribas poursuit ses pratiques d’évasion fiscale à grande échelle, c’est Nicole Briend que l’État poursuit.

Dans ce message, vous trouverez toutes les informations pour vous mobiliser, diffuser l’information et venir à Carpentras.

Le programme du rassemblement

  • > 12h : RDV sur la place de la mairie (place Maurice Charretier) pour partager un repas ; celles et ceux qui seront à Carpentras dès le matin sont invités à nous rejoindre sur la place pour préparer ce repas.
  • > 13h15 : nous accompagnerons Nicole, qui est convoquée à 13h30 au tribunal.
  • > Puis nous reviendrons sur la place de la mairie où se tiendront des animations musicales, des prises de parole et le suivi du procès.
  • > Le rassemblement prendra fin vers 17h.

Diffuser l’information

Vous pouvez d’ores-et-déjà communiquer dans vos réseaux autour de ce procès, en diffusant ce tract.

Si vous êtes actif sur les réseaux sociaux, vous pouvez :

Si ce n’est pas déjà fait, signez et partagez l’appel pour sa relaxe.

Venir à Carpentras

Carpentras est facilement accessible en transport en commun.
Attention, le 7 juin, il y a grève SNCF.
Nous vous conseillons :

  • > soit de venir dès le 6 juin, nous pouvons vous héberger sur place ;
  • > soit de venir avec un autre moyen de transport que le train.

Toutes les informations pratiques sont à retrouver sur cette page.

Merci pour votre soutien et à bientôt sous le soleil de Carpentras !

Attac France — 2018
Twitter |  Facebook |  Viméo


Attac France

21 ter rue Voltaire
75011 PARIS
France

Poster un commentaire