Archives de la catégorie Rendez-vous

Les soirées classes de l’UPPERCUT reviennent !

En cette période électorale, et sans nous attarder sur l’actualité que chacun-e peut juger à sa guise, il nous paraît toujours plus nécessaire de faire le pari de l’éducation populaire et de continuer à développer nos rendez-vous réguliers pour échanger, réfléchir, rêver, expérimenter. Bref, pour résister…

Après la première édition de ses soirées classes, organisée en juin 2016, et parce que la lutte continue d’être indispensable, l’UPPERCUT réitère l’événement et invite à une nouvelle quinzaine politique où il sera question d’école, d’éducation et de formation. Nos institutions éducatives réduisent-elles les inégalités sociales ? Au contraire, les accroissent-elles ? Le débat est lancé…

Nous vous transmettons par ce mail le programme de ces soirées classes qui, nous l’espérons, saura vous mobiliser. Parce qu’il n’y a pas d’autres alternatives que de la lutte pour l’éducation et pour la pensée critique… Nous vous attendons !

Télécharger le programme.

L’équipe de l’UPPERCUT

Poster un commentaire

l’Huma-café

L’Huma-café® vous rappelle son avant-dernier rendez-vous de la saison 2017 – 2018 avec un thème qui aura été le grand oublié de la dernière campagne électorale des présidentielles :

70 ans après Hiroshima et Nagasaki,

L’arme nucléaire en question

VENDREDI 19 Mai à 18H au SALON de MUSIQUE du Lieu Unique

Quels sont aujourd’hui les enjeux de la paix ?

« Cent ans après une guerre dont nous avait dit qu’elle serait la dernière » (Aragon), le monde est en plein chaos.

A l’heure de la mondialisation, ne faut-il pas d’abord mondialiser la paix ?

Avec Arielle DENIS

Rencontre animée par Vincent MAGRÉ

L’équipe de l’H-c®

Attention : places en nombre limité

Poster un commentaire

Le rassemblement des Glières, les 19, 20 et 21 mai prochain


Le rassemblement des Glières,
les 19, 20 et 21 mai prochain

Cher-e-s ami-e-s
Le paysage politique vient de changer. Nous avons un nouveau Président de la République élu par les plus aisés et les plus diplômés de notre société *. Il s’inscrit dans la continuité des précédents gouvernements et des politiques libérales impulsées par la Commission Européenne. De quoi rester vigilant quant aux acquis du programme du Conseil National de la Résistance tels que la Sécurité sociale, les retraites, le Code du travail, etc.
De l’autre côté, il reste neuf millions de pauvres dans la quatrième puissance économique mondiale, des classes populaires qui se tournent dangereusement vers le Front National et un pôle de gauche et écologiste qui semble émerger.
Tous ces faits politiques viendront irriguer ou percuter les réflexions lors du Forum des Résistances et les « Paroles de Résistances » au Plateau des Glières.
Une bonne occasion de réfléchir et de se cultiver avant l’échéance des élections législatives de juin prochain !

Rendez-vous tous à Thorens-Glières et au Plateau des Glières les 19,20 et 21 mai

* Sondage IPSOS sorti des urnes du dimanche 7 mai


Des conférences, des débats, des films, du thèâtre, des expositions, des concerts et des prises de paroles sollennelles pendant 3 jours !

Retrouvez le programme complet en cliquant ICI

Vous désirez donner un coup de main à l’organisation?
Vous pouvez vous inscrire sur les différents postes ICI

Retrouvez toutes les informations pratiques (trajet, covoiturage, logement, etc) ICI


La bande annonce du rassemblement :

Poster un commentaire

Les profs stagiaires se rebiffent à Paris

Qui a dit qu’Emmanuel Macron n’aurait pas de période de grâce ? Alors que l’on parie sur l’identité du prochain ministre de l’Education, les chantiers sont, eux, bien identifiés. A commencer par la formation des enseignants, une réforme plutôt ratée du quinquennat Hollande. Après Grenoble, un collectif de profs stagiaires s’est créé à Paris pour réclamer des améliorations.

Tout commence en mars dernier. Un petit groupe de profs stagiaires d’histoire se retrouvent pour convenir que leur formation à l’Espé (Ecole supérieure du professorat et de l’éducation) de Paris ne va pas. Trop de travail et trop d’enseignements déconnectés de leurs besoins, pas assez de cours pour apprendre le métier et les aider dans le mi temps qu’ils assument au collège.

Les stagiaires en colère entendent alors parler de l’appel de Grenoble lancé par des stagiaires eux aussi insatisfaits de leur formation. Ils s’aperçoivent qu’ils ne sont pas   seuls à éprouver ce malaise. Ils se rencontrent pendant les vacances pour dresser la liste de leurs griefs.

Pétition

 » A la rentrée, explique Martin, prof stagiaire en histoire, nous avons contacté les syndicats pour nous aider à mobiliser, faire des tracts et organiser une AG. Mais tout le reste, c’est nous.  »

Le 26 avril,  ils sont près de 70 stagiaires, du second et aussi du premier degré, réunis dans l’amphi de l’Espé du site Molitor où se tient l’AG. Preuve que le mécontentement est partagé.

Un cahier de doléances commence à circuler pour cerner ce qui ne va pas. Une pétition est mise en ligne. En l’espace d’une semaine, elle dépasse les 210 signatures – 269 à la date du 8 mai. Elle sera bientôt remise au directeur de l’Espé.

Surcharge

Sans surprise, les stagiaires se plaignent d’une surcharge de travail. Un point dénoncé par les syndicats lors de la mise en place de la réforme. En Master 2, un étudiant doit à la fois rédiger un mémoire, suivre des cours et enseigner à mi temps – soit 9 heures par semaine pour les profs de collège.

 » Lorsque nous avons cours à l’Espé, nous rentrons chez nous vers 18-19 heures. C’est alors que nous nous mettons à préparer nos cours, explique Martin, d’où un niveau de stress et de fatigue.  »

Il reconnaît ne pas être le plus mal loti. Certains mettent une heure et demie pour venir à l’Espé. Or souvent les cours ont lieu sur les deux sites, le matin aux Batignolles, l’après-midi à Molitor. Ils peuvent ainsi faire plus de 4 heures de transports dans la journée…

Meubler 

Les stagiaires dénoncent aussi l’inadéquation de la formation, loin de leurs attentes.  »  Notre principal besoin est d’être formés au métier d’enseignant, souligne  Martin. Or nous avons toute une série de cours qui sont là pour meubler la formation. »

Il cite des cours du tronc commun aux premier et second degrés. Par exemple  » l’option yoga de 18 heures, sortie de nulle part et sur laquelle on est évalué « . Ou encore les projets de classe interdisciplinaires.  » Le cours est inter-degrés. Un enseignant de maternelle peut alors se retrouver avec un prof de lycée. Si le projet ne tient pas, on nous dit : ce n’est pas grave, ce sont de faux projets… En plus, ils sont longs à préparer, il faut se voir en dehors.  »

Théorique

Martin évoque aussi l’anglais dans lequel les étudiants de Master 2 doivent valider un certain niveau.  » Le problème là encore est que l’enseignement n’est en rien lié aux pratiques enseignantes et aux besoins que l’on pourrait avoir pour la classe.  »

Il y a enfin les cours théoriques comme ceux du mercredi matin, dispensés par des profs de fac qui n’ont pas enseigné dans des écoles depuis belle lurette. Des cours magistraux sur l’histoire de la Chine ou de Byzance qui peuvent être intéressants et inscrits au programme, mais jugés trop déconnectés.

 » Or, on a un an pour apprendre le métier, souligne Martin, découvrir le maximum de pratiques, apprendre par exemple comment faire une vraie différenciation. On préfèrerait avoir plus de didactique et plus de pédagogie.  »

Infantilisation

Comme leurs homologues grenoblois, les stagiaires parisiens déplorent enfin une  infantilisation de la part des formateurs des Espé, avec remise de devoirs, suivi des présences…  » On ne se sent pas considéré comme des adultes responsables alors même que l’on est devant des élèves trois jours par semaine « , regrette Martin.

A l’Espé de Paris, il n’a pas été question de lancer un grève. Les cours finissent fin mai et en Master 2, les étudiants terminent et soutiennent leur mémoire.  » Pour nous c’est trop tard, mais ce mouvement, on l’a lancé pour les stagiaires de l’an prochain, précise Martin, on a même proposé de revenir pour les aider. La solidarité entre étudiants est quelque chose de très important.  »

Véronique Soulé

Lire les précédentes chroniques

La pétition en ligne 

Et pour suivre le mouvement

Sur Facebook

Et Twitter

Sur les stagiaires en grève de l’Espé de Grenoble

Poster un commentaire

Présidentielle : comme une menace sur l’Ecole….

Peut-on être enseignant et au FN ? L’élection présidentielle qu’est ce que ça change pour l’Ecole ? Jamais une élection a vu s’affronter des projets aussi opposés pour l’avenir du pays. Et cette opposition concerne bien évidemment aussi l’Ecole avec des visions de l’enfant et de l’éducation totalement opposées. Alors que les simulations de vote montrent que le résultat pourrait être très serré, quelques raisons pour aller voter le 7 mai…

La résistance du monde enseignant aux idées FN

Peut-on être d’extrême droite et enseignant ? Pendant longtemps on ne s’est pas posé la question. Maintenant on sait que c’est possible car il y a des enseignants d’extrême droite. Certes le milieu enseignant est particulièrement résistant face à l’extrêmisme de droite. En 2015 aux départementales le FN avait présenté 150 candidats enseignants. Selon un sondage, 5% des enseignants auraient voté pour le FN au 1er tour de la présidentielle 2017. Un taux qui est très inférieur au résultat global de la candidate et surtout qui n’a pas augmenté depuis 2012. Apparemment les idées FN n’adhèrent pas au corps enseignant. Ca glisse.

Cela tient à l’incompatibilité des valeurs portées par le corps enseignant avec celles du FN. Les enseignants croient en l’éducabilité de tous. Ils croient en l’égalité et la fraternité et les mettent en pratique à leur niveau au quotidien. Ce sont les premiers combattants contre le racisme et les préjugés. Ce sont aussi les héros quotidiens de la solidarité et de la justice. Sur tous ces points il s’opposent aux idées d’extrême droite.

Enseignant et extrême droite sont-ils compatibles ?

Les enseignants qui se réclament du FN disent faire attention à bien distinguer leur conviction politique et leur enseignement. Mais il suffit de les écouter pour que l’intolérable apparaisse. Ainsi , dans un reportage de L’Express publié en 2015 sur les candidats FN enseignants aux départementales, Libie Cousteau raconte comment un professeur des écoles candidat FN, valide les propos de Le Pen sur « le détail » de l’extermination des juifs. A La Baule, un autre candidat FN, juge qu’il y a trop d’Islam. A Créteil, une candidate dénonce l’immigration clandestine.

Comment un professeur peut-il s’adresser à un élève immigré qu’il souhaite voir expulsé ? Comment un enseignant accueille- t-il un enfant musulman qu’il juge en surnombre ? Comment confier un enfant  juif à un enseignant qui juge que la Shoah relève du détail ?

Un programme destructeur pour l’Ecole

Il faut bien aussi évoquer le programme éducation du Front national. Il reste très flou dans son application concrète. Visiblement le FN n’a pas préparé la gestion du ministère de l’éducation nationale comme nous l’avons montré dans un article. Ce programme tel qu’on le connait serait désastreux. Le FN promet le tri précoce des enfants avec l’envoi en apprentissage  dès 14 ans des enfants faibles c’ets à dire des familles populaires. Pour restaurer l’autorité des maitres il prévoit d’éloigner les élèves en les envoyant dans des internats qui deviendraient rapidement des centres de relégation. Il prétend aussi imposer ses idées dans les programmes , avec un nouvel enseignement « civique » et dans les méthodes, comme la méthode syllabique  qui deviendrait obligatoire au primaire.

Autour de l’Ecole, les collectivités territoriales gérées par le FN font la guerre à l’Ecole. A Béziers, des enseignants ont été insultés par le maire. Une tentative de fichage des écoliers musulmans a finalement été écartée. A Beaucaire le maire les a dénoncé dans un écrit distribué en ville. Au Pontet le maire a mis fin à la gratuité de la cantine pour les familles pauvres.

Dans toutes ces communes, les enseignants évoquent une atmosphère pesante. Leurs élèves entendent des propos haineux. Ils passent devant des affichages qui agressent une partie des familles et des camarades. Tout cela rejaillit sur l’ambiance des établissements.

Le score que fera Le Pen aura un impact dans nos écoles. Selon son importance cela libérera plus ou moins largement les pulsions et les paroles chez des collègues comme chez des élèves et des parents. Pour cette raison là aussi il faut aller voter le 7 mai.

A Béziers les profs et le FN

L’Express

Le programme de Macron

Le programme de Le Pen

Simulation du report des voix

Poster un commentaire

Ne restons pas spectateurs…

Vous trouverez ci-dessous et par un lien à la suite le texte Ne restons pas spectateurs… signé par 61 associations et ONG paru dans le Journal du Dimanche de ce 30 avril.

———————————————————-

Ne restons pas spectateurs…

 

DANS QUELQUES JOURS, nous élisons un(e) président(e) de la République.

Pendant cinq ans, il ou elle aura le pouvoir de changer les choses. Pour le meilleur… ou pour le pire.

A la veille de cette élection aux enjeux majeurs, nous, organisations de la société civile, souhaitons lancer un cri d’alarme pour défendre les valeurs qui nous animent et qui constituent le socle de la société dans laquelle nous voulons vivre. Ces valeurs sont celles de notre devise nationale : la liberté – de critiquer, de manifester, de penser autrement, de proposer des alternatives – ; l’égalité – bien réelle entre toutes et tous, face à l’emploi, aux aides sociales, à l’accès aux soins et au socle de droits – ; et la fraternité – c’est-à-dire la générosité et l’humanité envers tous comme le respect de notre environnement partagé.

Nombre d’entre nous, nombre d’entre vous observent avec effroi la mise à mal croissante des solidarités. Si la protection sociale assure toujours pour partie les solidarités à tou(te)s, elle ne permet plus à certains d’accéder à l’indispensable.

Beaucoup se voient bafoués, ici, de leurs droits à l’emploi, au logement, à l’éducation, à la santé… Et, plus loin, d’autres endurent la famine, la guerre, les dérèglements climatiques dans l’indifférence que nos solidarités internationales contribuent à combattre.

Notre société n’assure pas une vie digne à tou(te)s.

Nos organisations côtoient toutes celles et tous ceux qui peuvent être tentés par le découragement, la colère, l’indifférence ou l’opposition aux politiques qui n’ont pas répondu aux inégalités et à l’injustice que beaucoup ressentent. Elles constatent le foisonnement des initiatives, des propositions et alternatives que portent les citoyennes et citoyens, une citoyenneté active à laquelle elles participent pleinement.

C’est pour nous, organisations de la société civile, autant de raisons de repenser lors du prochain quinquennat nos interventions pour mieux interagir avec toutes celles et tous ceux qui ne croient plus à l’action collective et à la défense de nos idéaux. Protéger les valeurs universelles – liberté, égalité, fraternité -, c’est agir pour nos combats quotidiens, c’est choisir un modèle de société auquel le plus grand nombre aspire. C’est aussi promouvoir et accompagner la transition vers un autre modèle de développement, plus respectueux des impacts sociaux et environnementaux : un modèle de développement qui ne laisse aucune partie de la société au bord de la route.

Avec l’expérience des dernières décennies, la tentation est forte de considérer que nos combats ne se gagneront pas par le vote, qu’il n’y a pas grand-chose à attendre de ce qui sortira des urnes.

Pourtant, si le meilleur n’est pas forcément garanti, le pire reste malheureusement possible. Le pire, ce sont nos valeurs mises à sac. Le pire, c’est une remise en cause des droits qui ne seraient pas les mêmes pour tou(te)s, de la solidarité qui ne s’appliquerait pas à tout le monde et, pour garantir notre sécurité, le renoncement à nos libertés et l’affaiblissement de notre démocratie.

Nous ne pouvons pas rester spectateurs. Mobilisons-nous face à celles et ceux qui prônent le rejet de l’autre et le repli sur soi. Il y va de la défense de nos valeurs les plus universelles, un enjeu majeur de cette élection.

 

Par 61 associations et ONG

ActionAid France – Peuples Solidaires, Aides, Alofa Tuvalu, Alternatiba, Animafac, ANVCOP21, Association des paralysés de France, Attac, CCFD Terre solidaire, Centre Primo Levi, Ceras, Concordia, Coordination SUD, Crid, Emmaüs France, Étudiants et Développement, Fadear, Fédération des acteurs de la solidarité, Fédération des associations de Marocains en France, Fédération Loisirs solidarité retraités, Fondation Abbé-Pierre, Fondation Énergies pour le monde, Foodwatch, Forim, France Libertés, France Nature environnement, France Terre d’asile, Générations futures, Greenpeace France, Hôtel social 93, Jeunesse ouvrière chrétienne, L’Auberge des migrants, Cimade, Ligue de l’enseignement, La Main tendue, Les Amis de la Terre France, Ligue des droits de l’homme, LVN – Personnalistes et citoyens, Maison des potes, Médecins du monde, Miramap, Mountain Wilderness France, MRJC, Noé, OMPE, ONE, Osez le féminisme !, Oxfam France, Pas sans nous, Place to B, Planning familial, Refedd, Réseau Action climat, Réseau Civam, Secours islamique France, Sherpa, Solidarité laïque, SOS Racisme, Utopia 56, WWF, Zero Waste France.

 

http://www.lejdd.fr/politique/nous-ne-pouvons-pas-rester-spectateurs-lappel-de-61-associations-et-ong-avant-le-second-tour-3315446

Poster un commentaire

Communiqué Ligue des droits de l’Homme : « Le 1er Mai, faire barrage à l’extrême droite »

Communiqué Ligue des droits de l’Homme

 

Paris, le 28 avril 2017

Le 1er Mai, faire barrage à l’extrême droite

 

Comme tous les ans, le 1er Mai sera l’occasion pour nos concitoyen-ne-s de faire entendre leurs préoccupations en matière de priorités sociales et d’emploi. Face à la montée des inégalités et de la précarité, ils réaffirmeront aussi leur attachement à une société construite sur les solidarités et la défense des libertés publiques et individuelles.

Pourtant, cette année, et comme en 2002, les manifestations du 1er Mai auront une dimension particulière puisqu’elles s’inscrivent dans un contexte qui risque d’amener l’extrême droite au pouvoir. Une telle éventualité est porteuse de lourds dangers pour la démocratie, et verrait la mise en place de politiques toutes entières tournées vers la haine de l’Autre, la stigmatisation de l’étranger.

Tout en regrettant profondément  la division des forces progressistes face au danger qui menace la France, la LDH appelle chacun-e  d’entre nous à participer aux différentes initiatives qui visent à faire barrage au FN.

Poster un commentaire

Rassemblements ET défilés – Contre le FN – Pour les droits

SNES-FSU, section académique de NantesLa section académique
aux

adhérents de l’académie

SNES
                  national FSU
                  site national
FAIRE DU 1er MAI UNE GRANDE JOURNÉE DE MOBILISATION ET DE RASSEMBLEMENT
contre le Front National, pour faire avancer les droits sociaux, promouvoir la paix, la justice sociale, l’éducation et la démocratie.

DPT Rassemblement Appel
44 Ancenis – Jardin de l’Eperon – 10h site de la FSU 44
Châteaubriant – devant l’Union locale CGT (1, rue de la Gare) – 11h
Nantes – Place de la République – 10h meeting Intersyndical (CGT, FO, FSU, Solidaires) suivi d’un défilé (CGT, FSU, Solidaires)
Saint-Nazaire – Place de l’Amérique Latine – 10h
49 Angers – Place Imbach – 10h30 CGT – FO – FSU – Solidaires – UNEF – UNL
Cholet – Place Travot – 10h30
Saumur – Place Bilange – 10h30
Segré – Place du port – 10h30
53 Laval – Place du jet d’eau – 10h30 CGT – FSU – Solidaires
72 Le Mans – 10h30 – Place de la République CGT – FSU
85 Fontenay le Comte – 10h – Place Verdun CGT – FO – FSU – Solidaires
La Roche sur Yon – 10h30 – square Paul Arnaud (boulevard Rivoli)
Les Sables d’Olonne – 10h – Place de la Liberté

Le secrétariat académique

SNES-FSU
Section académique de Nantes

15, rue Dobrée
44100 Nantes
02-40-73-52-38

site : www.nantes.snes.edu
Page Facebook du SNES Nantes compte
                  Twitter du SNES Nantes
Ce message est envoyé aux adhérents (à jour et non à jour) du SNES ayant fourni leur adresse électronique.
Cette adresse ainsi que les données personnelles communiquées au SNES sont accessibles et modifiables en ligne avec le numéro d’adhérent et le mot de passe qui figurent sur la carte syndicale.

Poster un commentaire

Projection Retour à Forbach, débat Agir face aux idées d’extrême droite : pourquoi, comment ? 1er mai – 20h45 – Le Concorde

Une PROJECTION-DÉBAT du film de Régis Sauder RETOUR À FORBACH a lieu le lundi 1er mai à 20h45 au cinéma Le Concorde – 79, bd de l’Égalité – Nantes

Régis Sauder revient dans le pavillon de son enfance à Forbach. Il y a 30 ans, il a fui cette ville. Entre démons de l’extrémisme et déterminisme social, comment vivent ceux qui sont restés ? Ensemble, ils tissent mémoires individuelles et collectives pour interroger l’avenir où la peur semble plus forte que jamais…

Le débat sera animé par la Ligue des droits de l’Homme : Agir face aux idées d’extrême droite : pourquoi, comment ?

La Ligue des droits de l’Homme est partenaire du film-documentaire Retour à Forbach – France – Durée : 1h18 – Réalisation Régis Sauder – Production et distribution DOCKS 66

 

Poster un commentaire

Manifs lycéennes « Ni Le Pen, ni Macron »

Quelques centaines de lycéens à Paris, un millier à Rennes, la journée du 27 avril a été marquée par des manifestations qui ont dégénéré. A Paris, une vingtaine de lycées ont été concernés selon l’académie et 4 lycées ont été bloqués. Il s’agit de lycées parisiens de centre ville , comme Voltaire. Un cortège s’est réuni entre Bastille et République.

 

Sur les manifs

Poster un commentaire

Appel au 1er Mai, communiqué

Ensemble!44, mouvement pour une alternative de gauche, écologiste et solidaire, appelle à participer aux quatre manifestations organisées dans le département par les unions départementales syndicales CGT, FSU, Solidaires : à Nantes, Place de la République à 10h, à Saint-Nazaire, Place de l’Amérique Latine à 10h, à Châteaubriant, devant l’union Locale CGT à 11h et à Ancenis, Jardin de L’Éperon à 10h.

Ensemble! 44 appelle à la mobilisation pour écraser l’extrême-droite et empêcher son arrivée au pouvoir : « Le 7 mai, on dégage Le Pen, dès le 8 mai, on s’occupe de Macron ».

Pour Ensemble!44, « utiliser le vote Macron pour faire barrage à Le Pen, ce n’est pas croire que Macron devient un allié, ce n’est pas une adhésion, c’est une nécessité vitale ».

Nantes, le 28 avril 2017.

Ensemble!44
http://www.ensemble44-fdg.org

Poster un commentaire

1er mai

Parce que le 1er mai est la fête du travail,

Mobilisons nous lundi en Loire Atlantique et en France
pour réaffirmer les valeurs de solidarité qu’il véhicule
et pour la République

COMMUNIQUE DE LA FSU DE LOIRE ATLANTIQUE

1er mai 2017

NON À L’EXTRÊME DROITE
NON À TOUTE RÉGRESSION SOCIALE

Pas une voix pour le front national !

Les résultats du premier tour de l’élection présidentielle indiquent que la représentante du Front national et un candidat incarnant des valeurs ultralibérales sont qualifiés pour le second tour.

La FSU, porteuse de valeurs de solidarité, de justice sociale, d’égalité et de paix veut affirmer en ce 1er mai la continuité de sa lutte contre des voies politiques qui aggravent le chômage et la précarité, fragilisent les services publics et la protection sociale, amenuisent l’égalité de toutes et tous face aux droits élémentaires, et renforcent les inégalités sociales.

Pour faire entendre notre refus d’une société de rejet et d’exclusion et faire avancer nos propositions alternatives pour une société plus juste et plus solidaire, la FSU de Loire Atlantique appelle à un 1er mai unitaire

A NANTES – PLACE DE LA REPUBLIQUE à 10 H : MEETING INTERSYNDICAL
CGT, FO, FSU, SOLIDAIRES, suivi d’un DEFILE CGT, FSU, SOLIDAIRES

A SAINT-NAZAIRE – PLACE DE L’AMERIQUE LATINE à 10 H

A CHATEAUBRIANT – DEVANT L’UNION LOCALE CGT à 11 H

A ANCENIS – JARDIN DE L’EPERON à 10 H

SNES-FSU
Section Départementale de Loire Atlantique
8 place de la gare de L’Etat
case postale 8
44276 Nantes cedex 2
02.40.35.96.71
https://www.facebook.com/groups/128586234141781/

Poster un commentaire

Election : le Snuipp et la Ligue mobilisent contre le FN

Béziers : le maire soutenu par le FN compte le nombre d’écoliers musulmans. Villers Cotterêts : le maire impose aux enfants des écoles un poème de Charles Péguy alors qu’ils avaient opté pour Rimbaud. Marseille : le représentant FN menace publiquement des enseignants lors d’un conseil d’école. Bollène : la mairie sabre dans les associations et réduit le nombre d’Atsem. Ces quatre exemples de gestion locale par l’extrême droite sont publiés dans un quatre pages édité par le Snuipp pour dénoncer « les vieux démons » du FN. Le Snuipp interroge Claude Lelièvre.

La Ligue de l’enseignement prend position contre l’élection de M Le Pen en appelant « à faire battre M Le Pen au 2d tour en repoussant toute tentation d’abstention ou de vote blanc ». La ligue appelle également à un « 1er mai républicain ».

Le quatre pages

A Béziers la résistance passive des profs face à Menard

Poster un commentaire

Communiqué LDH : « Contre l’extrême droite, votez ! »

Ligue des droits de l’Homme
Contre l’extrême droite, votez !

Paris, le 25 avril 2017

Pour la deuxième fois de ce siècle, l’extrême droite est présente au second tour de l’élection présidentielle.

La battre relève d’une urgence démocratique. Son accession à la plus haute responsabilité de la République serait une hypothèque sur nos vies et un empêchement pour l’avenir. Sa haine remplacerait la fraternité, son pouvoir tuerait nos libertés et sa domination interdirait toute égalité.

Nous ne l’acceptons pas et nous appelons nos concitoyens à voter en conséquence.

Poster un commentaire

Communiqué FSU Élections présidentielles : pas une voix pour le Front national !

Communiqué FSU

Les Lilas le 24 avril 2017

Élections présidentielles : pas une voix pour le Front national !

Les résultats du premier tour de l’élection présidentielle indiquent que la représentante du Front national est qualifiée pour le second tour.

La FSU considère avec une extrême gravité la montée de l’extrême droite dans notre pays.

Depuis des années, la FSU prend une part active pour la combattre. .Elle s’est encore récemment adressée à toutes et tous les agent-es de la Fonction publique pour les alerter sur la dangerosité du Front national pour notre démocratie.

Une arrivée au pouvoir du Front national est inenvisageable pour la FSU.

Outre les replis nationalistes, les discours de haine et de racisme, le programme du Front National est contraire aux objectifs et valeurs de solidarité, justice sociale, égalité et de paix que porte la FSU. Compte tenu des pouvoirs octroyés au président de la Vème République, la prise de pouvoir du Front national serait une catastrophe pour notre pays : préférence nationale et racisme d’État aggraveraient encore les fractures de notre société. Les plus fragiles de nos concitoyens seraient les plus touchés. La FSU ne peut l’envisager.

Contrairement à un affichage anti-système, là où il est en responsabilité, le Front national déploie une organisation clientéliste et discriminatoire. Il dit parler «au nom du peuple» et des «petits», mais brise les solidarités en s’attaquant par exemple au milieu associatif et culturel. Pour réduire les impôts, il fragilise le service public. Et il n’hésite pas à exercer des pressions sur les agent-es, en utilisant honteusement les réseaux sociaux comme moyen d’intimidation.

Mais lutter contre les idées d’extrême droite implique de lutter contre les inégalités et les injustices, les politiques libérales en œuvre qui font le lit de l’extrême-droite depuis des années. Il s’agit de les combattre et de faire avancer nos revendications.

Continuer sur la voie des politiques libérales ne fera qu’aggraver le chômage et la précarité, fragiliser les services publics et la protection sociale, amenuiser l’égalité de toutes et tous face aux droits élémentaires, renforcer les inégalités sociales…

La FSU porte et continue de porter des propositions alternatives pour une société plus juste et plus solidaire : partage du temps de travail, autre répartition des richesses et réforme fiscale, mesures pour une transition écologique pour préparer l’avenir, renforcement des services publics et de la protection sociale pour lutter contre les inégalités, réussite scolaire et élévation d’un niveau de qualification pour tous les jeunes … Elle les portera également lors de la campagne des élections législatives et au-delà.

C’est cette orientation qu’elle continuera de porter et de défendre avec les personnels. Elle construira, chaque fois que nécessaire, avec les salariés, les mobilisations dans l’unité la plus large.

La FSU s’y emploie dès aujourd’hui en appelant à faire du 1er mai un grand rassemblement revendicatif, dans l’unité la plus large, pour une société plus juste, plus égalitaire et plus solidaire, et pour dénoncer l’idéologie du Front National présent au second tour des élections.

Le vote Front national n’est pas la solution pour répondre aux crises et difficultés que connaît notre société.Nous sommes toutes et tous concerné-es. Pas de vote pour le Front national !

Poster un commentaire

appel de l’intersyndicale CGT, FO, FSU, Solidaires pour un 1er mai revendicatif.

Télécharger le tract.

En ce 1er mai 2017, situé dans un contexte d’entre deux tours de l’élection présidentielle,  les
Unions  Départementales  CGT,  Force-Ouvrière,  FSU  et  Solidaires  de  Loire-Atlantique
réaffirment leur attachement à l’action revendicative indépendante.
« Moderniser »  n’est  pas  détruire  le  « modèle »  social  français.  En  direction  de  tous  les
candidats  à  l’élection  présidentielle,  nous  réaffirmons  notre  attachement  à  tout  ce  qui  a  été
construit après-guerre en termes de services publics, garanties collectives et sécurité sociale.
Pour  abaisser  le  coût  du  travail,  le  MEDEF  exige  du  futur  Président  de  la  République  qu’il
poursuive l’œuvre de démolition de toutes ces conquêtes sociales, déjà appliquée depuis des
années par les gouvernements, qu’ils se revendiquent de « gauche ou de droite ».
Dans  la  continuité  de  leur  engagement  contre  la  loi  travail,  dont  elles  revendiquent  toujours
l’abrogation,  les  Unions  Départementales  CGT,  Force  Ouvrière,  FSU  et  Solidaires  de
Loire-Atlantique lancent un appel à l’action, à la résistance et à la reconquête des droits :
– résistance face à tous ceux, Medef et ses alliés en tête, qui voudraient tout voir
disparaître,
– résistance face à la volonté de certains de supprimer  des centaines de milliers de postes
de fonctionnaires,
– résistance face à ceux qui veulent détruire l’hôpital et privatiser tous nos services
publics,
– résistance face à ceux qui veulent remettre en cause le principe républicain d’égal accès
aux soins pour toutes et tous, principe qui récuse toutes formes de discriminations et de
ségrégations,
– résistance face à ceux qui veulent reculer l’âge de départ à la retraite et remettre en
cause notre régime par répartition en le remplaçant par un système à points qui remet en
cause l’élément essentiel qui est celui de la solidarité intergénérationnelle,
– résistance face à ceux qui ont décidé de faire disparaitre les régimes spéciaux et le code
des pensions civiles et militaires,
– résistance à l’égard de tous ceux qui ont détruit l’industrie en France, et veulent liquider
le code du travail et les conventions collectives.
Ce  1er  mai  sera  aussi  celui  du  combat  contre  le  pacte  de  responsabilité,  le  CICE  et  les
56 milliards d’euros de dividendes versés aux actionnaires du CAC 40. 56 milliards pour une
minorité, le chômage et la précarité pour la majorité.
Les Unions Départementales CGT, Force Ouvrière, FSU et Solidaires de Loire-Atlantique
affirment  en  pleine  indépendance  face  aux  politiques,  leur  attachement  aux  valeurs  de  la
république, liberté, égalité, fraternité, laïcité. Elles rejettent le racisme et la xénophobie opposés
aux  principes  de  solidarité  internationale  des  salariés,  ouvriers  et  privés  d’emploi.  Les  droits
sociaux ne sont pas solubles dans l’intérêt général.
Sur ces bases, elles tiendront meeting à

  • Nantes à 10 h Place de la République
  • St Nazaire – Place de l’Amérique latine – 10h
  • Chateaubriant – devant l’UL CGT 1 rue de la gare – 11h
  • Ancenis – jardin de l’éperon – 10h

3 Commentaires

Battre Le Pen le 7 mai, construire une gauche digne de ce nom

Battre Le Pen le 7 mai, construire une gauche digne de ce nom

Emmanuel Macron et Marine Le Pen sont les seuls candidats restant en lice au second tour le 7 mai. La gauche est éliminée, et malgré l’espoir soulevé par la campagne populaire et massive de JL Mélenchon, dans laquelle était impliqué le mouvement Ensemble !, JL Mélenchon ne sera pas présent au second tour. 

Le score de Jean Luc Mélenchon avec 19 % des voix constitue évènement considérable. Il démontre la vitalité, à gauche, des aspirations au progrès social, à la préservation de l’environnement, au renouveau démocratique et notamment au passage à la 6ème République pour en finir avec le présidentialisme. 

Il faut désormais empêcher une victoire de l’extrême-droite qui ferait courir un grave danger aux libertés fondamentales, aux droits démocratiques et sociaux, ce d’autant plus que la constitution de la cinquième République donne des pouvoirs considérables au président. 

Pas une voix pour Le Pen. 

Le projet de Marine Le Pen est celui d’une société où les privilèges des puissants sont préservés ; le projet raciste d’une soi-disant « préférence nationale » sert à détruire les acquis sociaux et les solidarités de toutes et tous, quelles que soient leurs origines. Les étranger-es, les réfugié-es, les femmes, les syndicats, le mouvement social sont pour elle autant de cibles. Moins que jamais, elle ne veut s’en prendre aux véritables responsables de la crise actuelle, la classe dominante, les puissances de l’argent… Elle promet une société de divisions et de violences. 

Barrer la route du pouvoir au Front National… 

Quand l’extrême-droite gagne le pouvoir, elle détruit la démocratie, les droits sociaux et l’égalité entre toutes et tous. Nous ne pouvons laisser faire dans notre pays ce qui arrive aux USA avec Trump, en Hongrie avec Orban ou avec d’autres extrémistes de droite au pouvoir en Europe, qui dès leur arrivée au pouvoir ont ouvert la chasse aux étrangers et détruisent les droits sociaux. 

Dans l’immédiat, faisons du 1er mai, une grande journée de mobilisation contre l’extrême droite et pour les droits sociaux et démocratiques, et multiplions les initiatives de mobilisation citoyennes contre les dangers qui menacent. 

Le mouvement Ensemble! appelle à la mobilisation, dans la rue le 1er mai, en votant contre Le Pen le 7 mai, pour empêcher l’arrivée au pouvoir de l’extrême droite. Dans le même temps, il combattra le projet d’Emmanuel Macron. 

Une fois Le Pen éliminée, il faudra empêcher Macron de constituer une majorité à l’assemblée nationale avec une partie de la droite et la droite du Parti Socialiste, sur son orientation ultra libérale, aggravant les politiques du quinquennat de Hollande 

Rassembler une « gauche debout ! » 

La dynamique de la campagne autour du candidat JLM doit s’amplifier mais aussi s’élargir. 

Rassembler une nouvelle gauche, « une gauche debout », c’est la seule manière de battre immédiatement et durablement le FN et les politiques réactionnaires, qui ont été alimentées par les renoncements de la gauche gouvernementale. 

Aux élections législatives de juin, nous appelons à des candidatures de rassemblement de toutes les forces de gauche et écologistes qui se sont opposées à la politique des gouvernements Hollande, pour une nouvelle majorité autour d’une alternative politique au social-libéralisme, pour faire front contre l’extrême droite et contre les droites. 

La question de la reconstruction d’une gauche digne de ce nom est aujourd’hui posée. Les forces existent. C’est un défi crucial à relever dès maintenant. 

Nantes, le 23 avril 2017, 22h.

Poster un commentaire

Les stagiaires de Grenoble souhaitent l’extension de leur mouvement

Soutenus par le Snes, le Snalc, la Cgt , FO et Sud , les professeurs stagiaires de l’espe de Grenoble en grève depuis début avril, souhaitent une extension de leur mouvement. Les professeurs stagiaires dénoncent al surcharge de travail en année de stage. Ils dénoncent aussi une formation trop théorique et demandent la fin des listes d’émargement qui attestent de leur présence.

 

Article Grenet

Poster un commentaire

Communiqué LDH : « Solidarité avec les homosexuels tchétchènes victimes de la violence d’Etat », rassemblement le 13 avril 2017 à 19h, à Paris, place de la Colombie

Solidarité avec les homosexuels tchétchènes victimes de la violence d’Etat

Paris le 13 avril,

La presse russe et internationale, de nombreuses associations et ONG se font l’écho d’informations inquiétantes relatives à des mesures particulièrement violentes prises par le gouvernement de la république de Tchétchénie à l’encontre des personnes homosexuelles, ou soupçonnées de l’être, sur son territoire.

En effet, ces dernières seraient l’objet de véritables traques, arrestations, enfermements dans des prisons dédiées ; cette vague de répression intolérable aurait même abouti à des meurtres.

La Ligue des droits de l’Homme rappelle que, comme l’origine, le sexe, l’appartenance religieuse ou encore le handicap, l’orientation sexuelle ou l’identité de genre ne peuvent justifier ni violence, ni rejet. Elle dénonce vigoureusement la politique et les mesures prises par le gouvernement tchétchène, et exprime sa solidarité à l’égard des victimes.

Elle appelle à se joindre aux initiatives prises par la société civile dans notre pays, et au rassemblement inter associatif en soutien aux homosexuels de Tchétchénie, jeudi 13 avril 2017 à 19h, place de Colombie à Paris.

Poster un commentaire

La Sociale N°26 : bientôt 150 000 spectateurs et un appel pour la Sécu!


Un appel à la création de comités « La Sociale » dans tous les départements !

Chères amies, chers amis,

5 mois après sa sortie en salle, la diffusion de La Sociale se poursuit avec succès, alors que des dizaines de salles et des milliers de spectateurs s’ajoutent encore au nombre des citoyens sensibles à la sauvegarde de nos conquis sociaux et des valeurs du CNR. Leur nombre approche les 150 000. Parallèlement, de très nombreux collectifs et syndicats nous sollicitent pour organiser des projections et porter le débat au sein des entreprises, des administrations, des écoles. Ce n’est donc pas l’heure du bilan. La grande nouvelle de cette semaine, c’est qu’à l’approche d’élections cruciales pour l’avenir de notre modèle, nous relayons un appel à la création de comités citoyens, afin qu’au delà du film, ce sursaut citoyen soit garant de notre futur solidaire. Vous le retrouverez ci-dessous.

Vive le cinéma, vive La Sociale!

L’équipe de La Sociale


Appel à la création des comités  » La sociale »

Plus de 150.000 spectateurs ont vu le film réalisé par Gilles Perret. Plus de 500 débats ont eu lieu à l’issue d’une projection du film. Ce film démontre que la Sécurité sociale doit être défendue face à ses prédateurs, mais aussi développée comme pivot indispensable pour passer des droits formels aux droits réels de tous les assurés sociaux. Cette mobilisation cinématographique ne peut pas rester sans lendemains. Nous appelons donc à créer partout, dans les 101 départements français autant de comités locaux « La Sociale » que possible. Ces comités auront deux fonctions. D’abord de continuer à faire vivre le film en le programmant partout où il ne l’a pas été(1). Puis, le débat citoyen pour continuer l’œuvre d’Ambroise Croizat et des « poilus »(2) de la Sécurité sociale. Nous devons impulser la Sécurité sociale du 21ème siècle en allant encore plus loin sur le chemin de l’émancipation et de la solidarité.

La menace aujourd’hui est moins les maladies infectieuses que les maladies chroniques ce qui doit nous porter à passer d’une logique de soins à une logique de santé incluant la prévention et la préoccupation de la santé environnementale. Les problèmes d’éthique et de démocratie sociale doivent être réévaluées. Les inégalités sociales grandissantes de santé, de retraite, de logement, de la petite enfance, d’espérance de vie deviennent inadmissibles. Le sursaut citoyen doit devenir un impératif catégorique.

Le Réseau Education Populaire (REP), partenaire du film « La sociale », assurera la mise à jour régulière de la liste des comités locaux « La sociale » dès que vous aurez adressé ses coordonnées sur le courriel du REP : reseaueducationpopulaire@gmail.com

Assurons le combat pour la Sécurité sociale du 21ème siècle!


Où voir « La Sociale » cette semaine du 5 au 12 avril ?

Pour trouver la séance la plus proche de chez vous:
http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=249160.html

Annemasse, Auray, Avignon, Axiat, Bordeaux, Bourdeilles, Bourg St Maurice, Buis les Baronnies, Chazelles sur Lyon, Clermont-Ferrand, Corbas, Durban Corbières, Ferrals les Corbières, Florac, Frontignan, Gruissan, Haute Rivoire, Heric, Issoire, La Chatre, Laroque Timbaut, Les Déserts, Lezignan Corbières, Limoux, Meythet, Montpellier, Montreuil, Montrottier, Paris (Espace St Michel), Paziols, Quillian, Rodez, Sallanches, Semure en Auxois, St Jean du Gard, Thiers, Thonon, Toulouse, Val de Reuil.


(cette liste n’est pas exhaustive car il y a aussi des projections organisées hors des salles de cinéma. Renseignez-vous…)

Carte des projections de La Sociale

Pour nous contacter:

Rouge Productions

Camille Gillet
7 rue Ambroise Thomas
75 009 Paris
mail: rouge@rougeprod.fr
tel: 01 47 70 04 33

Pour organiser des projections
Jérémie Pottier-Grosman
Réseaux et partenariats
jerem.pottier@lasociale.fr
06.50.40.24.00

Marion Pasquier
Programmation salles
mpasquier.prog@gmail.com
06 79 21 84 67


Facebook Twitter Google

Poster un commentaire