Archives de la catégorie Fonction publique

Les accès à la classe exceptionnelle et à la hors classe

Le JO du 11 mai établit la liste des lieux d’exercice donnant droit à l’accès à la hors classe. A coté de l’éducation prioritaire, on trouve  l’affectation dansle supérieur, directeur d’école, directeur de CCIO, directeur adjoint de Segpa, directeur Unss, conseiller pédagogique, formateur académique et maitre formateur, référent handicap, directeur délégué aux formations professionnelles et technologiques. Un autre texte fixe les taux d’accès à la classe exceptionnelle. Enfin un dernier texte augmente le taux d’accès à la hors classedes professeurs des écoles de 5 à 5.5% en 2017.

 

Accès hors classe des PE

Accès classe exceptionnelle

Lieux d’exercice pour accès à la classe exceptionnelle

Poster un commentaire

Les enseignants de l’enseignement adapté et spécialisé et les référents TICE revalorisés

Avant de partir, N Vallaud Belkacem conclue le PPCR en décidant pour les cas particuliers du système éducatif. Le Journal officiel du 11 mai publie une série de décrets et arrêtés qui revoient le système d’indemnisation des enseignants  de l’enseignement adapté et spécialisé et les référents TICE.

Un décret accorde le bénéfice de l’indemnité de suivi et accompagnement des élèves aux seuls enseignants du 1er degré exerçant en Segpa, EREA et ULIS. Un second décret restreint le bénéfice de l’indemnité spéciale aux enseignants du 1er degré affectés au Cned, écoles régionales et classes relais. Une indemnité est crée pour les enseignants exerçant en Segpa, Erea, Ulis, établissements médico sociaux. Son montant est fixé à 1765 €. Une indemnité est verés aux enseignants du 2d degré titulaires du Cappei ou 2CA SH exerçant en segpa, EEA, Ulis, pénitentiaires, classes relais, médicaux sociaux. Son montant est fixé à 844.19€ annuels. Enfin les référents Tice et handicap du 1er degré bénéficient d’une indemnité de mission  dont le montant annuel va de 1250 à 2500 €.

Décret enseignement spécialisé et adapté

IMP pour enseignants 1er degré (TICE par ex.)      

Indemnité de fonction pour enseignants 2d degré

ISAE pour enseignants du 1er degré

Indemnité spéciale enseignement adapté spécialisé

Montant indemnité IMP 1er degré

Montant indemnité fonctions particulièères 2de degré

Montant indemnité enseignants spécialisés et adaptés

Poster un commentaire

Lettre de l’Institut de Recherche de la FSU

Si cet email ne s’affiche pas correctement, vous pouvez consulter directement la page.
Newsletter Mai 2017
A LA UNE

Malaise dans la représentativité syndicale

Michel Noblecourt dans Le Monde parle d’un « séisme ».
En réalité, s’il fallait retenir quelque chose de la tectonique des plaques, c’est moins l’idée du tremblement de terre que celle des mouvements très progressifs et de long terme de la dérive des continents.
Loin d’être brutal ou surprenant, le score de la CFDT était prévisible et doit être relativisé.
Rapide mise au point par Karel Yon.

« Changer la loi de 2008 »

L’article « Changer la loi de 2008 » est publié sur le site Syndicollecif par Jean-Claude Mamet, administrateur du site. Il pose la nécessité de défendre une élection interprofessionnelle de représentativité, et notamment de rétablir les élections à la Sécurité sociale, mais aussi la nécessité d’une nouvelle donne syndicale unitaire. Cette proposition fait écho à la tribune de Jacques Julliard parue dans Le Monde (6 avril 2017), intitulée « La CFDT doit lancer une véritable refondation sociale ».

Les Français et le service public local

Ipsos a mené en février 2017 une enquête miroir auprès du grand public et des agents de la fonction publique territoriale pour l’Association des Administrateurs Territoriaux de France (AATF). L’objectif était de mesurer l’attachement de ces 2 populations au service public local, leur souhait de réformer les politiques publiques des collectivités locales ainsi que d’identifier les moyens de faire évoluer le statut de la fonction publique territoriale.
Une étude riche d’enseignements, y compris du coté des agents.

L’INSTITUT

Le billet de la présidente

« Si nous voulons que tout reste tel que c’est, il faut que tout change… »
Ainsi parle Tancrède dans Le guépard, le film de Visconti.
Au soir du deuxième tour de l’élection présidentielle, le nouvel élu revêt ses habits de président. On ne peut que saluer la performance de celui qui est parvenu à être élu alors même qu’il vient du gouvernement d’un François Hollande dont l’impopularité atteint des sommets. En apparence, Emmanuel Macron innove : il est jeune, n’est pas porté par un des partis traditionnels, et son discours répète en boucle la rhétorique de la nouveauté. Sans insulter l’avenir, on peut cependant douter que l’innovation soit ici autre chose que cosmétique. Lire la suite

Le printemps du Maitron Un riche débat entre historiens

Yves Baunay de Institut de recherche de la FSU a participé à cet évènement.
Les organisateurs avaient vu grand en réservant le grand amphi de la Sorbonne : 800 places et tout un symbole faisant écho à « l’ambition pédagogique et citoyenne du Maitron, à tous les niveaux de l’éducation ». Lire la suite

Le vote FN chez les enseignants

Par Laurent Frajerman
Quelques réflexions sur les aléas des statistiques du vote FN chez le enseignants. En complément de cet article : « Le vote FN des enseignants, une bulle médiatique ? »
https://theconversation.com/le-vote-fn-des-enseignants-une-bulle-mediatique-76182 Lire la suite

ON A VU

Mardi 16 mai à 20h50 sur Arte

Etudiants, l’avenir à crédit

Mardi 16 mai à 20h50 sur Arte un film documentaire de Jean-Robert Viallet
Dans le monde, les jeunes poursuivant des études supérieures étaient 13 millions au milieu des années 60. En 2015 ils étaient 200 millions. Dans 15 ans ils seront 400 millions. Un peu partout les jeunes s’endettent et le savoir devient une marchandise. De Shanghaï à New-York, de Paris à Berlin, prises au jeu de la compétition mondiale, les universités se transforment en gigantesques entreprises… Mais à quel prix… et au profit de qui ? Une effrayante descente aux enfers au cœur des universités et des dérives néolibérales. Lire la suite

Changer d’Avenir

Par le Collectif des Économistes atterrés, Éditions Les Liens qui libèrent, 160 pages, 17 euros, parution le 23 mars 2017.
Les politiques ne prennent pas la mesure de la profondeur de la crise et, surtout, de son caractère systémique. Cet aveuglement devient mortifère pour notre société et notre démocratie. Dans cet ouvrage, les Économistes atterrés appellent à une grande bifurcation. Lire la suite

Regards : Travailler c’est souffrir ?

P. 04 – Les faux-semblants de l’union
P. 10 – « Écrémage » en entreprise, la méthode RH qui tue (vraiment)
P. 14 – Comment éteindre l’incendie du burn-out ?
P. 18 – Marie-France Hirigoyen : « Le travail s’est déshumanisé, on a perdu le sens du travail bien fait »
P. 22 – Travail dissimulé : la face de moins en moins cachée de l’ubérisation
P. 26 – Julien Brygo et Olivier Cyran : « La merdification du travail concerne la majorité des secteurs »
P. 32 – Travail en France et en Europe : 12 graphiques
P. 36 – Amandine Mathivet : « Pour agir sur les conditions de travail, il faut repenser le système économique » Lire la suite

Construire l’université au XXIè siècle

Danielle Tartakowsky, qui a présidé l’université Paris 8 – Vincennes-Saint-Denis de 2012 à 2016 publie ce livre qui est le récit vivant de la présidence d’une grande université française dans un moment très particulier : celui de la mise en place des lois qui organisent l’autonomie des établissements d’enseignement supérieur – mais aussi le regroupement de ceux-ci et des tensions qui en découlent. Lire la suite

AGENDA
Mardi 16 mai à 20h50

Etudiants, l’avenir à crédit sur Arte un film documentaire de Jean-Robert Viallet

Mercredi 31 mai, amphithéâtre François Furet, EHESS 105 boulevard Raspail, 75 006 Paris,

Rencontre autour de Pour que vive l’histoire, écrits de Madeleine Rebérioux

Du 23 au 27 août

Université d’été européenne des mouvements sociaux, Toulouse, Université Toulouse – Jean Jaurès

PUBLICATIONS

Regards Croisés N°21

ARTS
Boulangerie Utopie
DOSSIER
Démocratie et populisme
ENTRETIEN
Leila Slimani Lire la suite

En finir avec les idées fausses propagées par l’extrême droite

Nouvelle édition 2017 revue et augmentée.
La banalisation des idées d’extrême droite est un danger pour la démocratie, pour les droits sociaux, pour les libertés. Répliquer à leur propagation là où on travaille, là où on vit suppose de se doter d’arguments solides. Le livre En finir avec les idées fausses propagées par l’extrême droite contrecarre près de 80 de ses slogans en s’appuyant sur des données solides. Lire la suite

IR-FSU

Poster un commentaire

Les grilles d’évaluation des enseignants publiées

C’est un des éléments clés des accords PPCR.  L’évaluation des enseignants du 1er et du 2d degré ne se fera plus lors d’inspections au hasard mais lors de 3 « rendez vous de carrière » établis à date fixe, prévisibles et annoncés un mois à l’avance. Mieux les grilles d’évaluation, généralement inconnues, sont maintenant publiées au JO. Le JO du 10 mai publie les grilles générales des enseignants ainsi que celles des professeurs documentalistes et des CPE.

Dorénavant les enseignants seront évalués sur la maitrise des savoirs disciplinaires mais aussi sur la mise en oeuvre de situations d’enseignement, l’organisation du fonctionnement du groupe d’élèves et la capacité à coopérer dans une équipe d’établissement. C’est bien une nouvelle conception du métier qui est ainsi impulsée aussi bien pour les enseignants que pour les inspecteurs qui sont cadrés et dont l’intervention est prévisible. Enfin l’évaluation de carrière donne une place officielle au chef d’établissement dans le second degré.

Toutes ces modifications ont été annoncées dans le cadre du PPCR. Retrouvez les grilles officielles d’évaluation.

Téléchargez les grilles

Au JO

Dans le Café

Poster un commentaire

Présidentielle : comme une menace sur l’Ecole….

Peut-on être enseignant et au FN ? L’élection présidentielle qu’est ce que ça change pour l’Ecole ? Jamais une élection a vu s’affronter des projets aussi opposés pour l’avenir du pays. Et cette opposition concerne bien évidemment aussi l’Ecole avec des visions de l’enfant et de l’éducation totalement opposées. Alors que les simulations de vote montrent que le résultat pourrait être très serré, quelques raisons pour aller voter le 7 mai…

La résistance du monde enseignant aux idées FN

Peut-on être d’extrême droite et enseignant ? Pendant longtemps on ne s’est pas posé la question. Maintenant on sait que c’est possible car il y a des enseignants d’extrême droite. Certes le milieu enseignant est particulièrement résistant face à l’extrêmisme de droite. En 2015 aux départementales le FN avait présenté 150 candidats enseignants. Selon un sondage, 5% des enseignants auraient voté pour le FN au 1er tour de la présidentielle 2017. Un taux qui est très inférieur au résultat global de la candidate et surtout qui n’a pas augmenté depuis 2012. Apparemment les idées FN n’adhèrent pas au corps enseignant. Ca glisse.

Cela tient à l’incompatibilité des valeurs portées par le corps enseignant avec celles du FN. Les enseignants croient en l’éducabilité de tous. Ils croient en l’égalité et la fraternité et les mettent en pratique à leur niveau au quotidien. Ce sont les premiers combattants contre le racisme et les préjugés. Ce sont aussi les héros quotidiens de la solidarité et de la justice. Sur tous ces points il s’opposent aux idées d’extrême droite.

Enseignant et extrême droite sont-ils compatibles ?

Les enseignants qui se réclament du FN disent faire attention à bien distinguer leur conviction politique et leur enseignement. Mais il suffit de les écouter pour que l’intolérable apparaisse. Ainsi , dans un reportage de L’Express publié en 2015 sur les candidats FN enseignants aux départementales, Libie Cousteau raconte comment un professeur des écoles candidat FN, valide les propos de Le Pen sur « le détail » de l’extermination des juifs. A La Baule, un autre candidat FN, juge qu’il y a trop d’Islam. A Créteil, une candidate dénonce l’immigration clandestine.

Comment un professeur peut-il s’adresser à un élève immigré qu’il souhaite voir expulsé ? Comment un enseignant accueille- t-il un enfant musulman qu’il juge en surnombre ? Comment confier un enfant  juif à un enseignant qui juge que la Shoah relève du détail ?

Un programme destructeur pour l’Ecole

Il faut bien aussi évoquer le programme éducation du Front national. Il reste très flou dans son application concrète. Visiblement le FN n’a pas préparé la gestion du ministère de l’éducation nationale comme nous l’avons montré dans un article. Ce programme tel qu’on le connait serait désastreux. Le FN promet le tri précoce des enfants avec l’envoi en apprentissage  dès 14 ans des enfants faibles c’ets à dire des familles populaires. Pour restaurer l’autorité des maitres il prévoit d’éloigner les élèves en les envoyant dans des internats qui deviendraient rapidement des centres de relégation. Il prétend aussi imposer ses idées dans les programmes , avec un nouvel enseignement « civique » et dans les méthodes, comme la méthode syllabique  qui deviendrait obligatoire au primaire.

Autour de l’Ecole, les collectivités territoriales gérées par le FN font la guerre à l’Ecole. A Béziers, des enseignants ont été insultés par le maire. Une tentative de fichage des écoliers musulmans a finalement été écartée. A Beaucaire le maire les a dénoncé dans un écrit distribué en ville. Au Pontet le maire a mis fin à la gratuité de la cantine pour les familles pauvres.

Dans toutes ces communes, les enseignants évoquent une atmosphère pesante. Leurs élèves entendent des propos haineux. Ils passent devant des affichages qui agressent une partie des familles et des camarades. Tout cela rejaillit sur l’ambiance des établissements.

Le score que fera Le Pen aura un impact dans nos écoles. Selon son importance cela libérera plus ou moins largement les pulsions et les paroles chez des collègues comme chez des élèves et des parents. Pour cette raison là aussi il faut aller voter le 7 mai.

A Béziers les profs et le FN

L’Express

Le programme de Macron

Le programme de Le Pen

Simulation du report des voix

Poster un commentaire

Radicalisation : un Conseil scientifique pour y voir clair

Le Journal officiel du 4 mai annonce la création d’un Conseil scientifique sur les processus de radicalisation réunissant des experts avec des représentants de l’éducation nationale, l’Intérieur, les affaires sociales et la Justice.

 

Au JO

Poster un commentaire

Violences : les enseignants dans les professions les plus touchées

On le savait déjà depuis les travaux d’Eric Debarbieux. Les enseignants font partie des professions exposées aux insultes et aux menaces.  Une enquête de victimation de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) permet de les comparer  à d’autres professions.

Selon cette enquête,  » pour une majorité ou plus des policiers, militaires et assimilés, des chauffeurs, des commerçants et assimilés, des professeurs des écoles, instituteurs et assimilés, la dernière atteinte décrite s’est déroulée dans le cadre de l’activité professionnelle.  Les taux de victimation sont également plus élevés pour ces catégories comparés au taux observé pour l’ensemble des catégories socioprofessionnelles qui avoisine 4 % ».

Les enseignants se situent après les policiers et les commerçants, les professeurs des écoles étant davantage insultés ou menacés que ceux du secondaire.

Ce que ne montre pas les travaux de l’ONDRP mais qu’avait mis en évidence ceux d’Eric Debarbieux c’est l’importance du harcèlement entre enseignants : 18% des enseignants du 93 déclaraient en souffrir. Une autre enquête de 2013 montrait les inégalités entre établissements.  » Les violences physiques sont rares (1% des enseignants ont été frappés, 5% bousculés) par contre les insultes pleuvent. Pour 5% des enseignants c’est très fréquent et pour 37% les injures tombent entre une et 4 fois par an. Mais si 70% des enseignants de LEGT ne sont jamais insultés cela tombe à 45% des PLP. »

L’étude ONDRP

Enquête Debarbieux

Poster un commentaire

Elections : le vote enseignant ne glisse ni à droite ni à l’extrême-droite

Les enseignants n’échappent pas à la tempête politique de 2017. Mais le vote enseignant garde une grande singularité par rapport à celui des autres français, montre un sondage Ifop. Si l’effondrement du PS est bien constaté il ne profite ni à la droite ni à l’extrême droite.

Réalisé sur un échantillon représentatif d’un millier d’enseignants juste avant l’élection, le sondage réalisé par l’Ifop sur le vote enseignant au premier tour des présidentielles souligne les particularités du vote enseignant. Un second sondage portant sur des choix pédagogiques y est associé mais il s’agit d’une autre enquête dont la fiche technique n’est pas donnée et que nous écartons.

Un bastion PS effondré

De 2012 à 2017 le vote socialiste-écologiste est passé de majoritaire à 15% seulement des suffrages. Il a en gros été divisé par 3. C’est un recul historique car jamais il n’avait baissé en dessous de 40% depuis le début du siècle.  A noter que cet électorat recule dans toutes les catégories d’enseignants. Il est un peu plus faible parmi les professeurs de collège, où B Hamon n’obtient que 12% des voix. Rappelons que le divorce entre enseignants et gouvernement est apparu dans le Baromètre Unsa depuis 3 ans de façon très claire.

Pas de percée de l’extrême droite

A la différence des Français, les enseignants, les enseignants sont très peu séduits par le Front national. Le parti de Le Pen n’obtient que 5% des voix enseignantes, autant que lors des 3 présidentielles précédentes et 4 fois moins que la moyenne nationale. Surtout le score Le pen se fait pour l’essentiel dans l’enseignement supérieur hors université, autrement dit les grandes écoles publiques et privées. Le Pen obtient aussi 11% de votes chez les PLP et 8% dans les écoles maternelles.

Les profs sanctionnent Fillon

L’effondrement du PS ne profite pas à la droite. Seulement 11% des enseignants ont voté pour F Fillon, soit deux fois moins que  le vote national et que les 3 élections précédentes. Un sondage Cevipof montrait que les enseignants étaient la catégorie sociale la plus en colère suite aux affaires de F Fillon. C’est confirmé par le sondage.

L’effondrement du PS profite à l’extrême gauche et au centre

Alors où sont allées les voix perdues par le PS ? Elles ont glissé vers l’extrême gauche qui recueille 26% des votes enseignants soit le double ou le triple du score habituel. 24% des enseignants ont voté Mélenchon, un peu plus que la moyenne nationale. A noter que le pourcentage de mélenchonistes est plus fort au Sgen qu’à la Fsu selon le sondage.

Les voix du PS se sont surtout reportées sur Macron qui recueille 38% des voix soit presque le double de la moyenne nationale et le double du vote centriste de 2012.  Ce vote est particulièrement fort chez les professeurs de collège où Macron est majoritaire et chez les adhérents Fsu et Sgen.

Mais tous les profs votent-ils ?

Avec 27% d’abstentionnistes, les enseignants se situent dans la moyenne nationale. L’abstention été plus forte chez les professeurs de collège qu’aux autres niveaux (40%). De tous les corps enseignants ce sont les agrégés qui se défilent le plus de leur devoir national. 39% des agrégés se sont abstenus contre 18% des professeurs des écoles.

Le sondage

Poster un commentaire

Présidentielle : quel choix pour l’Ecole ?

A l’issue d’un premier tour unique dans l’histoire de la 5ème République, les électeurs ont éliminé les partis traditionnels. Ce sont des candidats représentant des forces nouvelles qui se font face. Deux programmes pour l’Ecole s’affrontent, ceux d’Emmanuel Macron et de Marine Le Pen. Seul le premier semble conforme aux valeurs du monde enseignant. Pour autant des zones d’ombre entourent encore les intentions du candidat.

Le Pen : Un programme incompatible avec les valeurs de l’Ecole

Emmanuel Macron était dès les premiers sondages le chouchou des enseignants , crédité de 29% des intentions de vote par une enquête Cevipof (Sciences Po) loin devant Le Pen qui ne recueillait que 8% des voix. Il n’y a pas de raison de penser que la candidate du Front national ait sensiblement progressé dans le vote enseignant.

Cela tient d’abord à la nature de son mouvement qui est en contradiction avec les valeurs humanistes portées par les enseignants. Certes il y a des enseignants au Front National. Il n’empêche que les idées de l’extrême droite semblent incompatibles avec les valeurs professionnelles éducatives des enseignants. Comment participer de façon bienveillante à l’éducation de jeunes dont on conteste l’appartenance à la société française ? Comment aider et soutenir des élèves que l’on n’accueille pas spontanément ? Comment accepter, comme l’a suggéré la candidate, que l’on retire de l’Ecole les enfants qui ne seraient pas de nationalité française ?

Certes le système éducatif participe par ses mécanismes au tri ethnique qui existe dans notre société. Il n’en est pas épargné. Mais cette situation ne résulte pas de choix volontaires des enseignants mais de la perversion du système.

Quant au programme éducatif de M Le Pen, présenté dès septembre par les collectifs Racine, il additionne régression pédagogique et corporatismes. Le 22 septembre MM Le Pen elle même fustigeait « les folies pédagogistes » et appelait à supprimer le collège unique et rétablir la sélection à l’entrée de l’université. D’un coté le collectif Racine demandait des cours magistraux à tous les niveaux de l’Ecole, la proscription des « enseignements ludiques »,l’orientation en fin de 5ème vers l’apprentissage. De l’autre il militait pour la création d’un corps de « professeurs d’excellence » composé d’enseignants de CPGE, poussant l’élitisme jusqu’à  un strict numerus clausus en série S pour bien écrémer les vrais scientifiques du vulgum pecus.

Macron : Réduction du nombre d’élèves et formation continue

 » Je veux être… un président qui aide ceux qui ont moins, qui sont plus fragiles ou bousculés par la vie, à travers l’école, la santé, le travail, la solidarité », a déclaré E Macron au soir du 23 avril.

Le programme d’E Macron a été précisé par une Lettre aux enseignants publiée le 19 avril. La mesure phare du programme d’E Macron c’est l’autonomie des écoles et établissements. « Aujourd’hui : les chefs d’établissement et les équipes pédagogiques bénéficient de peu de latitude pour individualiser les parcours et s’adapter au contexte local… Demain : les chefs d’établissements et leurs équipes auront davantage de liberté dans l’élaboration de leur projet pédagogique, en contrepartie d’une responsabilisation accrue et d’une évaluation plus régulière ». Cette autonomie irait jusqu’à la capacité pour les communes d’organiser leurs rythmes scolaires, ouvrant la porte à un détricotage de la réforme des rythmes et à une sacrée pagaille.. Enfin E Macron promet de libérer l’expérimentation dans les établissements, une promesse non tenue de la Refondation.

E Macron annonce la limitation  à 12 élèves par classe des effectifs élèves dans les classes de CP et CE1 des écoles de l’éducation prioritaire. Il annonce l’embauche de 4 à 5000 enseignants supplémentaires sur le quinquennat. Il promet aussi un AVS pour chaque élève qui en aura besoin.

Sur le plan de la carrière des enseignants, E Macron annonce deux mesures importantes. La première c’est le droit à 3 journées de formation continue par an pour chaque enseignant du 1er et du 2d degré. « Cette formation continue devra être bien davantage qu’aujourd’hui organisée autour des besoins identifiés dans vos salles de classe », ajoute-il. On ne sait pas comment cette mesure, qui représente plus de 10 000 postes, sera financée.

Il promet aussi une révolution dans la carrière en n’envoyant pas en éducation prioritaire les débutants. « Plus aucun enseignant ne pourra être affecté e éducation prioritaire – hors choix motivé – s’il n’a pas au moins 3 années d’expérience ». Comment faire ? E Macron promet une prime supplémentaire de 3000 euros annuelle pour les enseignants exerçant en rep+. Il espère visiblement ainsi rendre ces établissements attractifs pour des enseignants expérimentés.

L’inconnu d’E Macron

Pourquoi parler de zones d’ombre autour d’E Macron ? C’est qu’on ignore encore la composition de son comité éducation. A chaque rencontre avec le Café ce sont des représentants qui sont apparus, les vrais responsables restant dans l’ombre car « hauts fonctionnaires encore en poste » nous a-t-on dit. Au détour d’éléments de programme on croit reconnaitre tel ou tel thinktank, tel ou tel ancien responsable ministériel… Cette opacité sur son équipe est un quelque chose de tout à fait nouveau dans une campagne et d’inquiétant. Il importe que le candidat lève un voile qui n’aurait jamais du exister.

Le poids du FN sur l’Ecole

Dans les jours qui viennent les enseignants vont devoir faire face à la montée importante du Front National et à sa campagne quotidienne. A l’issue du premier tour près de 8 millions de Français ont voté pour M Le Pen, c’est à dire le double qu’en 2002.

Cette incroyable progression ne sera pas sans effet dans les établissements. Le tabou du vote FN avait déjà commencé à être levé dans quelques salles des profs. On peut craindre que le succès du FN libère davantage la parole. Or les propos de l’extrême droite sapent les valeurs même de l’Ecole et l’autorité morale des enseignants. Dans les semaines qui viennent il va falloir être vigilant sur le terrain des valeurs dans les conseils de classe et les salles des professeurs.

Le programme d’E Macron

La lettre aux enseignants

Le programme du FN

Poster un commentaire

Le DVD de La Sociale est arrivé !


Le DVD de La Sociale est enfin arrivé !

Chères amies, chers amis,

Pour beaucoup d’entre-vous, vous avez souscrit ou pré-acheté le DVD de La Sociale il y a fort longtemps. Nous vous l’avions promis pour la mi-mars comme la loi nous l’imposait. Malheureusement l’aventure en salle de cinéma a été plus longue que prévue et nous l’avons terminé un peu tardivement. De plus, notre prestataire a pris presque 3 semaines de retard…
Vous allez donc recevoir ce DVD ces jours-ci. Il est agrémenté de plusieurs bonus et d’un livret de 16 pages. Nous espérons qu’il vous plaira et que vous en ferez bon usage.
Veuillez nous excuser pour ce retard même si nous sommes sûrs que cette belle histoire n’a pas pris une ride!
Vive le cinéma, vive La Sociale!

L’équipe de La Sociale


Pour commander votre DVD, c’est ici : http://www.lasociale.fr/dvd/


Pour nous contacter:

Rouge Productions

Camille Gillet
7 rue Ambroise Thomas
75 009 Paris
mail: rouge@rougeprod.fr
tel: 01 47 70 04 33

Pour organiser des projections
Jérémie Pottier-Grosman
Réseaux et partenariats
jerem.pottier@lasociale.fr
06.50.40.24.00

Marion Pasquier
Programmation salles
mpasquier.prog@gmail.com
06 79 21 84 67


Facebook Twitter Google

Poster un commentaire

Offensive Macron vers les enseignants

 Dans une lettre ouverte adressée aux enseignants, le candidat à l’élection présidentielle promet « un renforcement des moyens de l’Education nationale qui sera une priorité ». Le candidat rappelle ses deux mesures phares. D’abord la possibilité offerte à tous les enseignants de suivre 3 journées de formation continue par an, une formation « organisée autour des besoins identifiés dans vos salles de classe ». Ensuite l’appui à l’éducation prioritaire avec la limitation des CP etCE1 à 12 élèves par classe et l’octroi d’une prime supplémentaire de 3000 € nets annuels aux enseignants des Rep+. Cela devrait permettre de ne plus affecter systématiquement des débutants en Rep+. E Macron promet également d’augmenter le nombre des AVS. L’ensemble de ces mesures représente un volume important d’emplois E Macron avait annoncé la création de 4000 postes pour couvrir partiellement la réduction du nombre d’élèves en CP Ce1 des rep. La généralisation de la formation continue, une mesure proposée par Benoit Hamon, représente près de 15 000 postes. C’est donc finalement 20 000 postes que le candidat devrait alimenter.

Lettre aux enseignants

Le dossier élection 2017

Le programme Macron

Poster un commentaire

Postes : les mauvais comptes de F Fillon

Terra Nova décrypte le programme de réduction du nombre de fonctionnaires annoncé par F Fillon. Comment supprimer 500 000 postes ?  » Dans un contexte où l’on voudra renforcer l’armée, la police, la gendarmerie, la police, la justice et l’administration pénitentiaire, ces secteurs régaliens seront très probablement sanctuarisés et plus ou moins dispensés de contribuer à l’effort. Dans ces conditions, il faudra nécessairement solliciter les secteurs les plus lourds en effectifs, et parmi eux l’Education nationale qui pèse, à elle seule, un quart du budget de l’Etat et 44 % de ses agents… Or ce n’est certainement pas dans ce domaine qu’il faut réduire la voilure », écrit Terra Nova. Deux certitudes. La première c’est qu’augmenter le temps de travail des fonctionnaires à 39 heures ne compensera pas le départ de 500 000 agents. D’autre part ne pas renouveler un poste sur deux partant en retraite ne supprimerait que 250 000 postes. Il faudra trouver d’autres expédients comme la suppression de postes de contractuels.

 

Etude Terra Nova

Poster un commentaire

Education nationale, Terre d’inégalités…

Tous collègues  Certes. Mais pas pour la feuille de paie. La publication du Bilan social de l’Education nationale jette un coup de projecteur sur les rémunérations réelles des enseignants et de forts écarts solidement installés entre les corps et aussi entre les genres. Mais des lignes bougent aussi. On distingue concrètement la priorité au primaire.

Une progression des effectifs


Le premier enseignement du Bilan social c’est l’effort réalisé sur les effectifs enseignants sous le quinquennat Hollande. Et la priorité donnée au primaire n’est pas un vain mot.

De 2006 à 2012 on assiste à une nette chute des enseignants, plus forte dans le second degré que dans le premier. 2012 est bien une année de rupture avec un net redressement chez les enseignants à partir de 2013, alors qu’on atteint un plateau pour les non enseignants.

De 2012 à 2015 on passe de 378 000 à 393 000 enseignants du premier degré et de 480 000 à 499 000 pour ceux du second degré. En 2015 le premier degré a récupéré le niveau de 2006 (396 000). Ce n’est pas le cas du second degré où, malgré une nette hausse, 28 000  postes n’ont pas été recréés.

Des salaires plus faibles qu’à l’étranger

Certes, on le sait : les enseignants français sont mal payés par rapport à leurs homologues des autres pays développés. Eurostat et l’OCDE ont publié des données éclairantes à ce sujet. Si l’on s’en tient à l’Europe, exprimé en euros, 14 pays européens versent un salaire de débutant supérieur au salaire français. Alors que le salaire moyen annuel du professeur des écoles est de 24 724 € en France (2014), on, est à 42 891 en Allemagne, 25123 en Angleterre; 27 754 en Espagne, 30 335 en Belgique, 32 225 aux Pays Bas, 48 360 en Norvège, 31 699 en Finlande, selon Eurostat. Il atteint même 70 450 € au Luxembourg. Exprimé par rapport au PIB national ce n’est pas mieux. Le salaire du professeur des écoles français débutant représente 79% du PIB national. Or chez la plupart de nos voisins, il est supérieur au PIB. C’est le cas en Allemagne (126%), en Angleterre (100%), en Espagne (124%) ou au Portugal (138%).

Le rattrapage du primaire

Mais le Bilan social montre une progression des salaires du primaire en 2015, avant la décision de porter l’ISAE à 1200€ en 2016. Il montre que dès cette année les mesures gouvernementales avaient commencé à rapprocher des carrières historiquement bien différentes.

Bien sur l’écart entre les salaires du premier et du second degré reste important. Le salaire net moyen d’un professeur des écoles s’établit à 2221 €contre 2672 € en moyenne pour les enseignants du second degré. Mais de 2014 à 2015 on constate une augmentation de 24 € en moyenne dans le premier degré contre 3 € pour le second. « Le montant des primes reçues explique, comme en 2013 et avant, plus de la moitié de l’écart de salaire brut. La part des primes dans le salaire brut (dont les heures supplémentaires font partie) est de 5,3 % pour les corps du premier degré et de 14,0 % pour ceux du second. L’écart restant (soit 40 % de la différence totale) entre le salaire brut des enseignants du premier et du second degrés concerne le Traitement Indiciaire Brut, du fait, notamment, de la présence dans le second degré des corps d’agrégés et de professeurs de chaire supérieure, aux grilles indiciaires plus favorables », note le Bilan.

Un autre élément du rapprochement des carrières apparait en 2015. Le nombre des enseignants du premier degré accédant à la hors classe passe de 10 462 à 11 480, soit un bond significatif. Chez les certifiés il est stable avec 8153 promus.

Des écarts importants à l’intérieur du second degré


Des écarts importants demeurent par contre dans le second degré. La logique veut que plus les corps ont un indice élevé plus ils cumulent heures supplémentaires et primes. Ainsi le salaire moyen des certifiés s’établit à 2564 € dont 13% de primes et indemnités. Celui des agrégés est à 3471€ dont 17% de primes et indemnités. Pour les professeurs de chaire supérieur on monte à 5640€ grâce à 2337 € de primes et indemnités dont 1950 € d’heures supplémentaires par mois (les fameuses « colles »). De 2014 à 2015 le salaire net des certifiés a gagné 3 €. Celui d’un professeur de chaire supérieur 20€. Tout en bas de la pyramide on trouve les non titulaires avec un salaire net de 1900 €.

L’inégalité persistante entre femmes et hommes

L’écart entre les sexes reste important.  Globalement le salaire net moyen des enseignantes atteint 2371 € contre 2 664 pour les hommes. L’écart se retrouve dans toutes les catégories : 2190 et 2359 pour les P.E., 2534 et 2667 pour les certifiés. Il atteint même  300 € chez les agrégés et professeurs de chaire supérieure.


Le Bilan social explique cette situation par deux phénomènes. D’une part les hommes sont plus avancés dans leur carrière et ont donc un indice plus élevé. D’autre part le niveau et la part des primes sont également plus élevés pour les hommes. « Parmi les professeurs des  écoles du public, l’écart de primes est de 50 % entre hommes et femmes, en lien avec une relative surreprésentation des hommes dans les directions des écoles… Dans le second degré public, et plus encore parmi les professeurs agrégés et de chaires supérieures, les hommes perçoivent en moyenne 29 % de primes de plus que les femmes. Ces derniers ont en particulier une plus grande propension à effectuer des heures supplémentaires, percevant, en moyenne 52 % de rémunérations pour heures supplémentaires de plus que les femmes ».

L’écart avec le privé

Quelque soit le corps, les enseignants du privé sous contrat gagnent moins que leurs collègues du public. L’écart moyen est de 12%. Ainsi un P.E; du privé gagne 2016 € net en moyenne (contre 2221) , un certifié 2 403 (contre 2 564). Là où l’écart est le plus important c’est pour les non titulaires : en moyenne ils gagnent 1628 € contre 1900 € dans le public. Un mouvement syndical tente d’obtenir une égalité indiciaire entre public et privé pour cette catégorie.

Comment expliquer cet écart alors que enseignants du privé et du public sont sur les mêmes indices ? Trois phénomènes jouent selon le Bilan social. D’une part la carrière des enseignants du privé est plus courte : ils rentrent plus tard dans l’enseignement. Ensuite la création des concours de recrutement est récente et de nombreux enseignants sont restés longtemps sur des indices de maitre auxiliaire et ont une ancienneté plus faible dans leur corps de titulaire. Enfin els prélèvements sociaux sont plus élevés dans le privé (soumis au régime général de sécurité sociale et de retraite) que dans le public.

Que sait-on du salaire des cadres ?

Rien pour veux du privé qui sont versés par un organisme privé. Dans le public, le salaire net moyen des personnels de direction s’établit à 4026 €, celui des personnels d’inspection à 4163€. Les primes représentent un peu moins de 20% des revenus. Là aussi on retrouve l’écart entre femmes et hommes. Un inspecteur mâle gagne en moyenne 4  255€, une femme 4 044€. L’inégalité de traitement entre femmes et hommes est une colonne vertébrale de l’Education nationale…

Le bilan social 2015-2016

Poster un commentaire

Les stagiaires de Grenoble souhaitent l’extension de leur mouvement

Soutenus par le Snes, le Snalc, la Cgt , FO et Sud , les professeurs stagiaires de l’espe de Grenoble en grève depuis début avril, souhaitent une extension de leur mouvement. Les professeurs stagiaires dénoncent al surcharge de travail en année de stage. Ils dénoncent aussi une formation trop théorique et demandent la fin des listes d’émargement qui attestent de leur présence.

 

Article Grenet

Poster un commentaire

Affectation des stagiaires du second degré

Une note de service publiée au B.O. du 13 avril organise la procédure d’affectation des lauréats aux concours du second degré. Elle comprend notamment l’affectation des psychologues de l’éducation nationale, un nouveau corps créé à la rentrée. Autre nouveauté, les lauréats aux concours disposeront de deux boite de dialogue une fonctionnelle et une autre technique pour poser des questions à la DGRH du ministère. Parmi les autres rares nouveautés la possibilité pour les lauréates en état de grossesse de demander à être nommées stagiaires dès le 1er septembre quitte à prendre leurs fonctions à l’issue du congé de maternité.  Autre nouveauté on peut solliciter une nomination dans une académie limitrophe d’un pays étranger où travaille son conjoint.

 

Au BO

Poster un commentaire

La Sociale N°26 : bientôt 150 000 spectateurs et un appel pour la Sécu!


Un appel à la création de comités « La Sociale » dans tous les départements !

Chères amies, chers amis,

5 mois après sa sortie en salle, la diffusion de La Sociale se poursuit avec succès, alors que des dizaines de salles et des milliers de spectateurs s’ajoutent encore au nombre des citoyens sensibles à la sauvegarde de nos conquis sociaux et des valeurs du CNR. Leur nombre approche les 150 000. Parallèlement, de très nombreux collectifs et syndicats nous sollicitent pour organiser des projections et porter le débat au sein des entreprises, des administrations, des écoles. Ce n’est donc pas l’heure du bilan. La grande nouvelle de cette semaine, c’est qu’à l’approche d’élections cruciales pour l’avenir de notre modèle, nous relayons un appel à la création de comités citoyens, afin qu’au delà du film, ce sursaut citoyen soit garant de notre futur solidaire. Vous le retrouverez ci-dessous.

Vive le cinéma, vive La Sociale!

L’équipe de La Sociale


Appel à la création des comités  » La sociale »

Plus de 150.000 spectateurs ont vu le film réalisé par Gilles Perret. Plus de 500 débats ont eu lieu à l’issue d’une projection du film. Ce film démontre que la Sécurité sociale doit être défendue face à ses prédateurs, mais aussi développée comme pivot indispensable pour passer des droits formels aux droits réels de tous les assurés sociaux. Cette mobilisation cinématographique ne peut pas rester sans lendemains. Nous appelons donc à créer partout, dans les 101 départements français autant de comités locaux « La Sociale » que possible. Ces comités auront deux fonctions. D’abord de continuer à faire vivre le film en le programmant partout où il ne l’a pas été(1). Puis, le débat citoyen pour continuer l’œuvre d’Ambroise Croizat et des « poilus »(2) de la Sécurité sociale. Nous devons impulser la Sécurité sociale du 21ème siècle en allant encore plus loin sur le chemin de l’émancipation et de la solidarité.

La menace aujourd’hui est moins les maladies infectieuses que les maladies chroniques ce qui doit nous porter à passer d’une logique de soins à une logique de santé incluant la prévention et la préoccupation de la santé environnementale. Les problèmes d’éthique et de démocratie sociale doivent être réévaluées. Les inégalités sociales grandissantes de santé, de retraite, de logement, de la petite enfance, d’espérance de vie deviennent inadmissibles. Le sursaut citoyen doit devenir un impératif catégorique.

Le Réseau Education Populaire (REP), partenaire du film « La sociale », assurera la mise à jour régulière de la liste des comités locaux « La sociale » dès que vous aurez adressé ses coordonnées sur le courriel du REP : reseaueducationpopulaire@gmail.com

Assurons le combat pour la Sécurité sociale du 21ème siècle!


Où voir « La Sociale » cette semaine du 5 au 12 avril ?

Pour trouver la séance la plus proche de chez vous:
http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=249160.html

Annemasse, Auray, Avignon, Axiat, Bordeaux, Bourdeilles, Bourg St Maurice, Buis les Baronnies, Chazelles sur Lyon, Clermont-Ferrand, Corbas, Durban Corbières, Ferrals les Corbières, Florac, Frontignan, Gruissan, Haute Rivoire, Heric, Issoire, La Chatre, Laroque Timbaut, Les Déserts, Lezignan Corbières, Limoux, Meythet, Montpellier, Montreuil, Montrottier, Paris (Espace St Michel), Paziols, Quillian, Rodez, Sallanches, Semure en Auxois, St Jean du Gard, Thiers, Thonon, Toulouse, Val de Reuil.


(cette liste n’est pas exhaustive car il y a aussi des projections organisées hors des salles de cinéma. Renseignez-vous…)

Carte des projections de La Sociale

Pour nous contacter:

Rouge Productions

Camille Gillet
7 rue Ambroise Thomas
75 009 Paris
mail: rouge@rougeprod.fr
tel: 01 47 70 04 33

Pour organiser des projections
Jérémie Pottier-Grosman
Réseaux et partenariats
jerem.pottier@lasociale.fr
06.50.40.24.00

Marion Pasquier
Programmation salles
mpasquier.prog@gmail.com
06 79 21 84 67


Facebook Twitter Google

Poster un commentaire

Autorisation d’absence pour PMA

 » Oui, vous avez droit à des autorisations d’absence pour les actes médicaux nécessaires à l’assistance médicale à la procréation(PAM). De même l’agent public, conjoint de la femme qui reçoit une assistance médicale à la procréation, ou lié à elle par un pacte civil de solidarité (PACS), ou vivant maritalement avec elle, peut bénéficier d’une autorisation d’absence, pour prendre part à trois des actes médicaux nécessaires à chaque protocole d’assistance médicale ». C’est ce que soulève le Snuipp dans une circulaire du 24 mars du ministère de la Fonction publique.

 

Communiqué

Poster un commentaire

330 postes de psychologues de l’Education nationale

Le Journal officiel du 1er avril publie deux arrêtés fixant à 330 le nombre de postes de psychologues de l’éducation nationale mis aux concours. Soit 240 au concours externe (dont 125 education développement et apprentissage) et 40 à l’interne (dont 10 éducation développement et apprentissage). S’ajoutent 50 postes au concours réservé  spécialité « éducation, développement et conseil en orientation ».

 

Au JO

Poster un commentaire

Primaire : redéfinition des ORS des professeurs des écoles

Un décret publié au J.O. du 31 mars redéfinit les obligations des service des enseignants du premier degré. Il actualise le contenu des 108 heures annuelles de service, en y ajoutant les controversées activités pédagogiques complémentaires (APC) organisées dans le projet d’école. Le décret vise également à reconnaître la spécificité des missions et les obligations de service particulières des personnels en établissements pénitentiaires, ainsi que le principe des allègements de service.

 

Au JO

Poster un commentaire

Deux vitesses pour les salaires des fonctionnaires

Les salaires des fonctionnaires d’Etat ont augmenté moitié moins vite que ceux des autres fonctionnaires  publics en 2015, établit l’Insee. Selon l’Inse, les salaires de la fonction publique d el’Etat ont cru de 0.4% en 2015 contre 0.8 dans la fonction publique territoriale.

 

Insee

Poster un commentaire