Archives de la catégorie Education

Classes à horaire aménagé et ségrégation scolaire

« Les élèves de milieu favorisé sont surreprésentés dans les dispositifs d’horaires aménagés CHAM et CHAD (soit 21 000 des 24 000 élèves de ces classes). Ainsi, plus de 4 élèves sur 10 sont issus d’un milieu social très favorisé (contre 23,0 % en moyenne pour l’ensemble des collégiens). De même, les élèves de milieu défavorisé représentent moins de 25 % des effectifs de ces classes à horaires aménagés alors qu’ils représentent près de 40 % des effectifs de collège », note la Depp dans une nouvelle publication.  » Dans les collèges qui proposent un enseignement artistique, les disparités de milieu social sont importantes entre les élèves concernés et les autres élèves de l’établissement : la part de PCS très favorisées varie du simple au double (42 % contre 20 %)  selon que les élèves sont inscrits ou non dans une classe à horaires aménagés ». Cette mise à l’écart sociale est tempéré par le mélange des élèves dans les classes. « Mais ces différences sociales ne se retrouvent pas dans les divisions où ces élèves sont scolarisés. En effet, dans ces divisions, 18,4 % des collégiens non inscrits en CHA sont issus d’un milieu très favorisé ; 45 % sont issus d’un milieu défavorisé ». Ainsi le dispositif est un marquer social qui dans les collèges publics ordinaires signale des élèves au parcours particulier. Marqueur social qui se retrouve ensuite dans un parcours scolaire différent de celui de leurs camarades. Ces classes sont peu développées dans le privé qui n’a pas besoin de ce marqueur.

La note

Poster un commentaire

TRIBUNE DE SOUTIEN PARENTS À LA GRÈVE DU BAC PUBLIÉE DANS MEDIAPART « À nos enfants » : « Nous, parents donnons raisons aux profs en grève pour les examens de fin d’année. »

https://blogs.mediapart.fr/louise-thierry/blog/170619/nos-enfants

TRIBUNE DE SOUTIEN PARENTS À LA GRÈVE DU BAC PUBLIÉE DANS MEDIAPART « À nos enfants » : « Nous, parents donnons raisons aux profs en grève pour les examens de fin d’année. »

Tribune d’un Collectif de parents d’élèves de Paris mobilisés contre la Loi Blanquer publiée dans Mediapart
« Il n’y aura pas de loi Blanquer, j’en serai fier », Jean-Michel Blanquer, Avignon, 25 mai 2017 – Paris, 19 février 2019 : Adoption en première lecture, après engagement de la procédure accélérée, du projet de Loi « Pour une école de la confiance » – Nous, parents donnons raisons aux profs en grève pour les examens de fin d’année.
« Il n’y aura pas de loi Blanquer, j’en serai fier », Jean-Michel Blanquer, Avignon, 25 mai 2017
Paris, 19 février 2019 : Adoption en première lecture, après engagement de la procédure accélérée, du projet de Loi « Pour une école de la confiance »
Paris, 17 juin 2019
Parents d’enfants scolarisés dans des établissements publics parisiens – élus ou non dans les conseils d’écoles ou conseils d’administration des collèges et lycées, regroupés ou non en associations – nous souhaitons réaffirmer, comme nous l’avons fait à maintes reprises et sous diverses formes, depuis plusieurs mois, notre opposition au projet de loi « Pour une école de la confiance ».
Depuis l’adoption de ce texte en première lecture par  l’Assemblée nationale, les actions des parents d’élèves se sont en effet multipliées : distributions de tracts, rassemblements, défilés, manifestations, occupations, réunions, assemblées générales, réalisations d’affiches et de banderoles visibles sur les façades des établissements… De nombreuses opérations « écoles et collèges déserts » ont été menées au cours desquelles les taux d’absence des enfants ont oscillé entre 50 et 80% dans les écoles maternelles et élémentaires et dépassé les 90% dans les collèges : ces chiffres, à eux seuls, donnent la mesure du rejet massif de cette loi par les parents d’élèves.
Au cours de ces mois de mobilisation, les différents points de vue échangés en assemblées ou sous forme d’écrits convergent immanquablement vers le même constat : ce texte constitue une atteinte d’une gravité inédite aux principes fondamentaux qui structurent l’éducation publique. Le premier est celui d’une enseignement qui soit le mêmes pour tous, seul garant d’une égalité de traitement, quels que soient les territoires et les milieux sociaux dont les élèves sont issus. On nous rétorque que la société est de fait profondément inégalitaire : raison de plus pour ne pas creuser davantage les inégalités au sein du système éducatif par une mise en concurrence des établissements, doublée d’une mise en compétition sans cesse accrue des enfants et adolescents (création d’étalissement ultra-sélectifs et multiplication des évaluations dès la maternelle, mise en place de plateformes organisant le tri et l’exclusion sous couvert d’orientation à l’issue du collège et du lycée, etc.). L’éducation que nous souhaitons pour nos enfants n’a pas pour finalité de produire efficacement des « compétences » quantifiables pour le marché du travail, mais de former des citoyens, d’éveiller leur conscience critique. La concurrence ne doit pas tenir lieu de politique éducative : cette orientation constitue une entorse criante au principe constitutionnel d’égalité entre les humains, gravé au frontispice de nos établissements.
De nombreux aspects de la loi (mutualisation des services et des personnels, mise en situation professionnelle de personnels peu qualifiés et précarisés, inclusion et absence de traitement spécifique pour les élèves en situation de handicap…) concourent à une diminution des moyens financiers et humains préoccupante, dont on conçoit mal qu’elle puisse concourir en quoi que ce soit à améliorer les conditions d’enseignement alors que de nombreux établissements sont au bord de la rupture (faire plus et mieux avec toujours moins…).
Réunis en commission paritaire le 13 juin, les députés et sénateurs se sont accordés sur un texte très légèrement remanié qui ne modifie en rien l’esprit de la loi. Le maintien du rappel du devoir d’exemplarité à l’article1, largement dénoncé comme contrevenant à la liberté d’opinion, sonne  bien plutôt comme une menace …
Pour toute réponse, face à cette mobilisation inédite des parents d’élèves et de l’ensemble de la communauté éducative, Jean Michel Blanquer s’est déclaré, le 31 mai dernier, « serein », autant dire sourd et aveugle. Parents d’élèves mobilisés à Paris pour la défense de l’enseignement public, nous soutenons l’appel à la grève des examens lancé par la quasi-totalité des syndicats enseignants le 6 juin dernier, relayé par les principales organisations lycéennes.
    Paris – Collectif de parents d’élèves mobilisés contre la Loi Blanquer
    Contact : parentspasconfiants[at]gmail.com
https://blogs.mediapart.fr/louise-thierry/blog/170619/nos-enfants

Poster un commentaire

Décisions de l’AG Éducation IDF du 18 juin : la grève continue, temps fort ce jeudi 20 juin

Malgré les délais extrêmement courts de convocation depuis hier soir, l’AG Éducation Île-de-France a réuni environ 70 collègues en provenance de 45 établissements ou regroupements d’établissements (AG de villes ou de bassins), de scollègues ayant participé aux AG de philosophie des trois académies, ainsi que des représentants des Stylos Rouges et de Bloquons Blanquer.

L’AG a donné lieu à des débats riches et pointus sur les prochaines échéances, et a adopté les trois motions suivantes.


1) « L’AG Éducation Île-de-France interdegrés qui s’est réunie ce jour appelle à reconduire le mouvement de grève pendant la période des examens (Bac, Bac pro, Brevet), et appelle à un nouveau temps fort de grève ce jeudi 20 juin, avec manifestation commune à l’Île-de-France et AG le soir. »

(Unanimité moins 2 abstentions et 1 NPPV.)

L’AG a mandaté quelques collègues pour déposer le parcours de manifestation et réserver la salle. Nous vous tiendrons informés dès que nous aurons confirmation pour la manif et pour l’AG.



2) « L’AG Éducation Île-de-France salue la grève majoritaire des corrections de BEP en Seine-Saint-Denis, et les décisions des AG ayant lieu à l’occasion des réunions d’entente de philosophie d’Île-de-France (non-retrait reconductible des copies à Versailles, rétention des notes à Créteil, et appel à toutes les disciplines à agir sur les opérations de Bac à Paris).

L’AG Éducation IDF appelle à suivre leur exemple et à étendre notre mouvement à des actions sur les opérations du Bac dans toutes les disciplines (non-retrait des copies, rétention des notes, action sur les jurys et la notation, etc.).

À cet effet, l’AG Éducation IDF appelons :

– à des piquets de grève lors des corrections du Bac pro (24-25 juin), à l’exemple des corrections de BEP en Seine-Saint-Denis

– à une AG interdisciplinaire des correcteurs et correctrices d’Île-de-France le lundi 24 juin à partir de 18h à Paris (salle en cours de réservation), pour discuter et décider de nos actions sur les opérations du Bac (corrections, notation, jurys, etc.). La réussite de cette AG nécessite les efforts de toutes et de tous pour mobiliser nos réseaux personnels, les syndicats et les associations disciplinaires à tous leurs niveaux. »

N’hésitez pas à diffuser cette information au plus vite, sans attendre la confirmation du lieu de l’AG, qui vous sera communiqué dès que possible !

La date et l’heure précises de cette AG ont donné lieu à une discussion minutieuse, et la date du lundi 24 juin à partir de 18h a été choisie afin d’inclure les collègues de lycée pro qui seront en grève de correction ce jour et les collègues de lycée GT de toutes les disciplines (notamment ceux de lettres, avec leurs épreuves anticipées de français, etc.), et pour se laisser un délai raisonnable pour assurer le succès de cette AG (communication vers les syndicats et associations disciplinaires, travail sur le cadrage juridique, etc.).



Nous rappelons que l’intersyndicale nationale d’hier lundi 17 juin appelle « les personnels à continuer à se réunir en assemblées générales et à poursuivre la grève là où elle a été ou sera décidée collectivement. (…) Des préavis de grève sont déposés sur toute la période des examens et concours. »

La grève du Bac a démarré le 17 juin, elle a continué aujourd’hui : maintenant le bras de fer est vraiment engagé avec le ministère.

Poster un commentaire

Bac : en grève sans «déranger les élèves»,Par Marie Piquemal , Sarah Finger, (à Montpellier) et Marlène Thomas Libé

Le faible taux de grévistes affiché par le ministère de l’Education lundi a pu atteindre 50 % dans certains lycées, les profs se refusant toutefois à perturber réellement l’épreuve.

Le scénario était écrit à l’avance. Pour le ministre de l’Education, l’appel à la grève des enseignants pour le premier jour des épreuves du bac devait se solder par un fiasco. Jean-Michel Blanquer l’avait répété en boucle, «les épreuves du bac se dérouleront sans difficulté». Résultat : «Pas une seule épreuve bloquée, tout va bien», a frétillé dès la mi-journée son entourage.

Légitimité

Les chefs d’établissement avaient, il est vrai, carte blanche pour mobiliser des surveillants supplémentaires, destinés à remplacer les profs grévistes… Les plans B (de tout genre) ont parfaitement fonctionné. Peut-être faudra-t-il les réactiver pour les prochains jours. Réunie en fin de journée lundi, l’intersyndicale devait déposer un préavis de grève pour les enseignants qui par endroits décideraient de poursuivre le mouvement. Un appel à la grève est par ailleurs lancé pour le premier jour du brevet, le 27 juin.

Le ministère parviendra-t-il à réitérer le sans-faute affiché lundi ? A dire vrai, les enseignants grévistes l’ont cette fois plutôt aidé. Aucun n’avait envie d’empêcher leurs élèves de passer cet examen final à forte portée symbolique. «Ce n’est pas facile d’être là et de ne pas surveiller. J’ai deux classes de terminale que je prépare au bac depuis un an», confiait Alain, prof de maths gréviste croisé devant son lycée Paul-Valéry, dans le XIIe arrondissement à Paris. Où le piquet de grève était assez original : pas de barrage, ni de blocage filtrant. Ni même slogan, ou coup d’éclat. «L’idée n’est pas de déranger les élèves pendant l’épreuve. On ne veut pas faire de bruit.» Autre situation peu commune : à Montpellier, le proviseur du lycée Jean-Mermoz était sur le perron de son établissement, dans un calme olympien au point de saluer la «responsabilité» des grévistes : «Ce matin, 846 élèves passent l’épreuve de philosophie sans problème de surveillance. On a convoqué plus d’enseignants, autrement dit on a surbooké. Les grévistes ont fait preuve de responsabilité, ils nous ont avertis.»

Au bas des marches, à l’ombre de quelques drapeaux SUD, les intéressés affichent un calme identique. Mais tous sont certains de la légitimité de leur mouvement. «C’est notre devoir de faire grève. On s’élève contre cette réforme Blanquer parce qu’elle entraîne une dégradation profonde des inégalités et de notre système scolaire», résume Françoise, prof de lettres, syndiquée au Snes-FSU (majoritaire dans le secondaire). A ses côtés, Eric, prof de philo et lui aussi adhérent au Snes, acquiesce : «La question des inégalités est centrale dans notre mouvement. On va se retrouver avec un bac à valeur locale, l’orientation des élèves se fera en fonction d’examens locaux… Un bac passé chez moi, à Lunel, n’aura pas la même valeur qu’un bac décroché à Henri-IV.» Marine Trégan, cosecrétaire académique de SUD, insiste quant à elle sur l’ampleur de ce mouvement : «Nous avons des profs mobilisés de la maternelle à l’université. La réforme Blanquer affecte en effet tout le parcours de l’éducation.»

Invisibilité

Les premières estimations de la mobilisation, communiquées par le ministère à la mi-journée, étaient de l’ordre de 5,3% d’enseignants grévistes dans le secondaire (englobant donc collèges et lycées). «On était 50% de grévistes à Van Dongen ce lundi. Ça ne veut rien dire 5 %, il avait annoncé ce chiffre avant ! peste Elizabeth, prof d’histoire-géo en Seine-et-Marne (lire page 5). Même si l’épreuve a eu lieu, c’est un succès qui montre bien qu’on a le sentiment que notre ministre ne nous écoute pas.» Ces derniers jours, plusieurs enseignants interrogés craignaient une invisibilité de leur mouvement, à l’image de leurs actions ces derniers mois. D’où cette grève le jour du bac, avec l’espoir que parce que c’est symbolique, les médias en parlent.

Des rassemblements étaient prévus dans plusieurs villes. A Paris, le rendez-vous était rue du Bac (le prof est blagueur), dans le VIIe arrondissement. Des bureaux de classe étaient installés dans la rue pour l’occasion. Ils étaient, selon l’AFP, quelques centaines de manifestants, à se convaincre que cette mobilisation était utile. L’ambiance était plutôt bonne, avec du soleil (rare), des chants («Même si Blanquer ne le veut pas, nous, on est là») et des pancartes («Avec tes économies Blanquer, le lycée prend cher»). Repérée aussi, à partir du sujet de philo du matin : «Les lois peuvent-elles faire le bonheur ? Pas la vôtre, monsieur Blanquer.» La mobilisation a failli tourner au vinaigre boulevard Raspail. Un cordon de policiers barrait la route du cortège. Célestine, membre du collectif Stylo rouge : «Ils nous ont placés loin, là où il n’y a personne, alors on essaie de se faire entendre.»

Poster un commentaire

CR AG 93 du mardi 18 juin

Bahuts présents:Utrillo 25 présents
Angela Davis 10 présents
Feyder 5 présents
Marcelin Berthelot 12 présents
Eluard 11 présents
Germaine Tillon 9 présents
Jean Zay 12 présents
Suger 8 présents
Rostand à Villepinte 18 présents
Jean Renoir (Bondy) 5 présents
Aubrac a Pantin 1 présent
Mozart au Blanc Mesnil 1 présent

Dans les établissements qui sont centres d’examen, même constat sur les conditions déplorables de surveillance:Plusieurs salles avec 40 candidats pour 1 seul surveillant.Nombreux surveillants non profs (proviseur/adjoint/secrétaires/AED/infirmiers/profs de collèges alentours, etc.)Peu ou pas de surveillants de couloirs.Des collègues non grévistes surconvoqués.
Dans certains bahuts, des collègues grévistes lundi convoqués aujourd’hui alors qu’il ne l’était pas initialement > Sanction.

Un résumé de l’AG d’hier matin à Saint-Denis et de l’Ag île de France d’hier soir ont été faits (voir CR).

Rappel des actions d’aujourd’hui:
3 megapiquets par zone pour faire venir les médias.
Manif cet aprèm depuis Necker à 15h > Refus de la préfecture, manif annulée et remplacée par un rassemblement au Sénat à 14h pour rejoindre les Psy EN.Proposition de faire la tournée urgences locales. 

—-

CR de l’Intersyndicale d’hier soir:
Dépôt d’un préavis + soutien à la reconduction aujourd’hui, difficile d’avoir plus en termes d’appel à la grève.
Freinage par le Snalc (pour appel clair à la grève du brevet).
Nécessité de faire pression sur les syndicats pour aller au tribunal administratif concernant les irrégularités de surveillance (SNES réticent).
Le 27 juin sera surement une journée de grève de la surveillance du brevet + journée fonction publique.


Suite mobilisation:- Caisse de grève longuement évoquée, une commission sera dédiée à ce sujet demain matin à partir de 9h30.- Vie scolaire: appel à se rapprocher des CPE et AED afin qu’ils ne pallient pas l’absence des collègues grévistes.- Rétention des notes: longs débats sur les modalités, les conséquences et les aspects légaux. Une autre commission sera dédiée à traiter ce sujet demain matin à 9h30.
Les collègues de philo de l’académie de Créteil réunis en réunion d’entente aujourd’hui ont voté la rétention des notes: 52 pour, 24 abstentions ,0 contre.L’AG a voté à l’unanimité le soutien aux collègues de philo et appelle les collègues de l’ensemble des autres disciplines à retenir les notes. Une troisième commission traitera des modalités demain matin à 9h30.La grève du jury du 04 juillet a été votée: 46 pour, 10 abstention, 0 contre (24 collègues de lettres, 22 collègues non convoqués, 1 CPE, deux profs doc n’ont pas participé au vote).La reconduction de la grève demain mercredi 19 juin a été votée: 65 pour, 36 abstentions (majoritairement collègues non convoqués demain).

Poster un commentaire

Pourquoi les vrais chiffres du brevet des collèges sont inquiétants

87% de réussite ? Non : 47% si l’on prend en compte les seuls résultats aux épreuves terminales.

Par Gurvan Le Guellec Publié le 24 octobre 2018 à 10h40

Tout le monde ou presque obtient son brevet ? Oui… mais grâce au contrôle continu ! Les 87.1% de collégiens lauréats de la session 2018, (dont 64.5% avec mention) cachent une réalité un peu plus inquiétante. Soit un taux de réussite aux épreuves finales du brevet de tout juste 47% ! C’est ce que révèle ce mercredi 24 octobre  la toute dernière étude du Conseil national d’évaluation du système scolaire (Cnesco), cette instance poil à gratter que le ministre Jean-Michel Blanquer a décidé – hélas – de supprimer.

Dans son « Panorama des inégalités scolaires d’origine territoriale dans les collèges d’Ile-de-France », le Cnesco est allé chercher un indicateur fiable du niveau des élèves en fin de 3e. Il a donc collationné les résultats bruts du brevet – que tout le monde connaît, et qui prennent en compte le contrôle continu à 50% – et ceux, jamais publiés, de l’examen à proprement parler, composé d’un oral et de quatre épreuves de maths, de français, de sciences et d’histoire-géo.

Schizophrénie

Et surprise : ces résultats ne coïncident aucunement ! Alors que le taux de réussite du brevet en Ile-de-France est officiellement de 87.3% (chiffres 2017), les candidats de l’enseignement public obtenant la moyenne aux épreuves terminales ne sont que 42.8% ! Ce qui témoigne, au choix, du peu d’implication des élèves dans cet examen sans enjeu ou de la schizophrénie des enseignants, capables de noter sèchement des copies anonymes, tout en surnotant leurs propres élèves tout au long de l’année.

Les chiffres du Cnesco, qui a opéré une analyse très fine des résultats, collège par collège, indiquent par ailleurs que les performances et les pratiques de notation varient considérablement selon les établissements. Si le contrôle continu ne permettait pas de redresser les notes, le taux de réussite aux épreuves atteindrait 57% dans les collèges favorisés de Paris ou des Hauts-de-Seine (ce qui est déjà très peu…), mais ne dépasserait pas 25% dans les territoires les plus défavorisés : 23% dans le Val-de-Marne et la Seine-Saint-Denis, 21% en Essonne, 19% dans le Val-d’Oise et même 15% dans les Yvelines !

Des élèves « redressés »

Est-ce à dire que 85% des jeunes habitants de Trappes, Mantes ou les Mureaux ne maîtrisent pas les connaissances et compétences de base du socle commun ? Non, puisque le contrôle continu permet de rattraper miraculeusement les choses.

Dans les territoires les plus défavorisés d’Ile-de-France, le taux de réussite au brevet, une fois l’ensemble des notes prises en compte, atteint ainsi les 83%. Cela représente un de bond de 60 points par rapport à la proportion d’élèves obtenant la moyenne aux épreuves ! Les élèves des banlieues favorisées, eux, ne sont redressés « que » de 38 points (90% de réussite au brevet pour 52% de réussite aux épreuves).

Et c’est ainsi que l’Education nationale, sans traiter au fond la question des inégalités scolaires au collège, parvient à produire chaque année un examen égalitaire. Abracadabra !

Poster un commentaire

Mobilisation contre la réforme Blanquer Grenoble

Petit récit sur les événements qui se sont déroulés à Grenoble hier et aujourd’hui
Nous avons été près de 300 hier à nous mobiliser au rectorat de Grenoble pour témoigner de notre indignation face à la loi Blanquer. A l’issue de l’AG nous avons voté à plus des 2/3 pour la reconduction de la grève aujourd’hui.  Nous nous sommes donc retrouvés à 12h au rectorat pour une AG afin de décider des moyens d’action et de la suite du mouvement.  Vers 13h, opération coup de poing : nous nous sommes introduits dans le rectorat et avons occupé les lieux jusqu’à 16h45. Nous avons demandé à rencontrer la rectrice pour faire part de nos revendications laissées aux oubliettes depuis des mois après plusieurs rencontres entre les différentes délégations et le rectorat.
L’objectif premier était de faire part de notre mécontentement sur les manipulations chiffrées, à savoir la minimisation du pourcentage de gréviste, estimé à 5%, voire 2,5%. Estimation peu crédible et incohérente lorsque le calcul se base sur l’ensemble du personnel, y compris ceux qui n’étaient pas convoqués à surveiller le DNB.
Après plusieurs minutes d’échanges avec le directeur du cabinet de Mme la rectrice, nous avons réussi à obtenir cet échange avec  la rectrice elle-même. Une délégation de 6 personnes était autorisée à rencontrer cette dernière. Nous avons d’abord proposé une rencontre avec 35 personnes. Proposition refusée. Mme la rectrice n’est-elle pas en mesure de communiquer avec 35 adultes ? On nous demande pourtant de la faire avec 35 adolescents tous les jours..
Finalement, afin de ne pas être décrédibilisés, nous avons accepté la rencontre avec une délégation de 6 personnes. Nous voulions être reçus et entendus, nous ne pouvions pas refuser le dialogue. 
Au terme de la discussion (nous n’espérions pas grand chose) la rectrice a « entendu » les revendications et stipule qu’elle n’a pas la main mise sur les résultats des grévistes. Soit. 
Nous avons obtenu ce que l’on souhaitait, à savoir un bruit médiatique. Plusieurs médias ont fait le déplacement après les force de l’ordre. Un court article est déjà paru dans le Dauphiné libéré, nous attendons la suite (france bleu isère, M6, etc..)
https://www.ledauphine.com/isere-sud/2019/06/18/isere-grenoble-operation-coup-de-poing-des-professeurs-sont-rentres-dans-le-rectorat
En tout cas, quel joie de voir et vivre ce mouvement qui est une vraie réussite !  La communication du ministre consiste à marteler que tout cela reste marginal mais la réalité est tout autre. Les difficultés rencontrées dans plusieurs établissements sont réelles, les conditions d’examen ne sont pas réunies. L’ampleur de la mobilisation d’hier et aujourd’hui témoigne également du contraire. 
Nous avons donc voté pour une autre AG demain à 12h30 qui aura lieu à Stendhal avec des casseroles ! Oui, nous comptons faire du bruit !  Nous espérons bien que ce sera relayé dans les médias et que notre ministre ne pourra plus se défiler. 
A été voté enfin un appel à la grève les 24 et 27 juin prochains. Nous espérons que la mobilisation sera forte pour le premier jour de surveillance du brevet des collèges. 
Nous ne sommes pas encore représenté médiatiquement et je pense que c’est enjeu de taille. Le ministre à une compétence qu’on ne peut lui enlever, elle s’appelle « communication », avec le mot « dialogue » c’est une autre question…A nous maintenant de poursuivre le combat, de faire parler de nous sur les réseaux sociaux, dans les journaux, et de faire comprendre au plus grand nombre que notre but n’est pas de perturber nos élèves actuels ou de leur faire payer quoi que ce soit mais qu’au contraire, nous nous battons pour préserver un baccalauréat national, bien moins inégalitaire que la loi Blanquer. 

Poster un commentaire

Grève des examens : prolongations locales

 » Les organisations syndicales représentatives du public et du privé, de l’enseignement agricole ainsi que les Stylos rouges et la chaîne des bahuts, appellent les personnels à continuer à se réunir en assemblées générales, et à poursuivre la grève là où elle a été ou sera décidée ». Réunie le 17 au soir, l’intersyndicale du second degré (Snes Fsu, Snuep Fsu, Snetap Fsu, Cgt, Cgt agricole, Sud éducation, Sud territoires, Snalc, Sundep, Cgc) à laquelle s’ajoutent les stylos rouges, la Chaine des bahuts et la CNT, couvre par des préavis les grèves locales.

 » L’appel intersyndical à la grève de la surveillance des épreuves ce lundi 17 juin a été bien suivi. En dépit de la communication lénifiante du ministre de l’Education nationale, les centres d’examens ont été obligés de faire des sur-convocations, des pressions, des appels à d’autres personnels. Les épreuves se sont déroulées, parfois au prix de conditions inacceptables », note l’intersyndicale.

Plusieurs assemblées locales ont pris les devants et décidé de prolonger la grève. C’ets le cas à Lyon où une assemblée de 300 grévistes a voté la prolongation de 24 heures de la grève. Dans l’académie de Toulouse, différents modes de prolongation ont été votés selon les départements.

Pour autant, l’intersyndicale n’appelle pas à continuer partout la grève. Elle s’en remet aux décisions locales. La grève annoncée pour le 27 juin est à confirmer.  » Déterminées à poursuivre l’action, les organisations appellent à mettre en débat la grève le jeudi 27 juin, premier jour de la surveillance du brevet des collèges et journée d’action interfédérale contre la loi Fonction publique et pour la revalorisation des salaires. »

Grève du bac : la stratégie du pire

Poster un commentaire

Grève du 17 : une contestation nationale

« Je dirais au ministre qu’on est plus sur un divorce que sur un mariage ». La petite phrase de Jean-Rémi Girard, président du Snalc, en réponse au « petit pli à la robe de la mariée » évoqué le matin même par JM Blanquer, donne le ton de la journée de mobilisation réussie du 17 juin même si les épreuves du bac ont eu lieu partout. En fin de journée l’intersyndicale du 2d degré appelle les enseignants à décider en assemblée générale la poursuite ou non du mouvement.

Une grève nationale

 » Cette grève est incompréhensible. Qu’elle soit le jour du bac n’est pas acceptable ». Sur France Inter, le 17 au matin, JM BLanquer dénonce « la prise d’otage du système » du fait de l’appel à la grève lancé par l’intersyndicale (Snes Fsu, Snuep Fsu, Snetap Fsu, Cgt, Cgt agricole, Sud éducation, Sud territoires, Snalc, Sundep, Cgc) pour le 17 juin, premier jour du grève. JM Blanquer ne comprend pas un mouvement alors que, selon lui « on a fait plusieurs mois de concertation ». Pour lui les syndicats feraient la fine bouche. « On dit « Il y a un petit pli a la robe de la mariée », explique t-il. Il se plaint d’une « agressivité décalée » de certains syndicats. Il annonce que les épreuves vont se passer normalement.

Pourtant ce qui ressort des dépêches c’est que la grève a une dimension nationale, avec des nombres de grévistes très variables d’un établissement à l’autre. A Toulouse, une AG des professeurs réunit un millier de personnes. A Pantin 70 enseignants sont réunis le matin devant le lycée Aubrac. Au lycée Bourdelle de Montauban, la surveillance est assurée par des étudiants, des inspecteurs et des personnels de direction, assure le Snes local. A Paris la manifestation réunit plus d’un millier de professeurs. Un groupe d’enseignants du collectif « Bloquons Blanquer » manifeste devant la victoire de Samothrace dans le musée du  Louvre. Parfois ça se passe mal comme au lycée agricole de Montauban où la police évacue des grévistes manu militari.

Quel taux de grévistes ?

Le ministère annonce finalement 5% de grévistes dans le second degré et 0.5% dans le premier. Des chiffres démontés par M Piquemal dans Libération. « Les proviseurs ont convoqué les professeurs les moins susceptibles de faire grève… Les professeurs en lutte depuis des mois n’avaient pas d’obligation de service ce lundi. Or comment faire grève quand on ne travaille pas ? ».

Le taux réel de grévistes est évalué à 25 à 50%. « Il s’est passé des choses à peu près partout », remarque Frédérique Rolet, secrétaire générale du Snes Fsu, interrogée par le Café pédagogique. « Le mouvement n’est pas le souci de quelques collèges. L’inquiétude est partagée », note-elle. Interrogé par le Café pédagogique, Jean-Rémi Girard, président du Snalc, estime que la majorité des enseignants est hostile à la réforme du lycée.

Un mécontentement plus vaste que la réforme du lycée

A Paris, dans la manifestation on distribue de faux sujets de philosophie du bac. « Communiquer est-ce dialoguer ? » ou « Peut-on économiser sur l’essentiel ? »…  Interrogé par le Café pédagogique, Pierre Jean-Luc, professeur de SES à Vendoeuvre (54) est venu manifester à Paris  contre le « plan social » qui frappe les ES du fait de la réforme du lycée. « Dans mon lycée on est trois . Quand je partirai en retraite l’année prochaine il n’y aura plus que deux professeurs de SES ». Pour lui la réforme « agrège les mécontentements liés au salaire, à la réforme de la fonction publique ». Le ministre « a tout fait pour en arriver là », à cette grève un jour de bac.

« Il va falloir que le ministre sorte de sa tour d’ivoire », nous dit F Rolet. « S’il ne fait rien on a des mouvements qui demandent la reconduction des actions ». Elle évoque la transformation du métier du fait du futur bac 2021 qui va transformer les enseignants en évaluateurs. « Le troisième trimestre sera utilisé que pour des évaluations », note-elle pour la 1ère et la terminale. « On voit tous les travers de la réforme dans les difficultés pour les élève à obtenir la spécialité demandée ». Du coup, pour elle, « le mouvement est durable. On ne peut pas continuer comme cela ».

Grève du bac : la stratégie du pire

Dans Libération

Poster un commentaire

Un milliard et demi pour le SNU

Dans un entretien accordé au Parisien, G Attal estime le cout du Service national universel à un milliard et demi quand il sera vraiment universel, c’est à adire pas avant 2026. Un coût important pour un dispositif rejeté par des organisations de jeunesse et dont les finalités semblent bien floues.

On parle « d’appelé », l’encadrement est en partie militaire, le service national universel semble ravir tous les nostalgiques du service militaire , c’est à dire des adultes plutôt agés. Lancé par G Attal le 17 juin pour 2000 jeunes volontaires, le SNU comprend 12 jours de vie en collectivité avec lever du drapeau le matin, vie de chambrée , activités physiques et stage de défense.  Ces deux semaines sont suivies de deux semaines dans une association. L’utilisation du portable et du tabac sont proscrits.

Présenté comme un stage éducatif et inscrit au budget de l’éducation nationale, le SNU échappe pourtant largement à l’éducation. Les 4 modules de formation obligatoires l’attestent : défense , sécurité, code de la route et promotion de la santé, tous relèvent d’un autre ministère. L’encadrement fait largement appel à d’anciens militaires. Le coût est évalué à 2000 euros par « appelé ». A terme il devrait couter , selon G Attal dans Le Parisien, 1.5 milliard.

Ce projet voulu par le président de la République est activé au moment où celui ci vise les voix de la droite. Il oppose vieux et jeunes. Dès 2018,14 organisations de jeunesse (Fage, Unef, SGL, UNL, JOC, Jets d’encre, Animafac etc.) ont pris position contre le SNU. Pour ces associations, la mixité sociale se construit et se décrète pas. Elles sont aussi contre l’obligation faite de participer au SNU et suggèrent au gouvernement d’utiliser cet argent à l’accompagnement des jeunes en difficulté, à la prévention des risques ou encore au passage du Code de la route. Alors que l’éducation nationale a abandonné les programmes de mixité sociale dans les collèges, croire que celle ci va exister en chantant la Marseillaise 15 jours est aventuré. Le service national ne visait pas la mixité sociale mais la défense du pays.

Document ministériel

Appel 14 organisations de jeunesse

Poster un commentaire

Les lois Blanquer et de Fonction publique votées avant les vacances

Un décret présidentiel convoque le Parlement à partir du 1er juillet pour l’adoption finale d’une trentaine de textes dont la loi Blanquer et la loi de transformation de la fonction publique. Ces deux textes devront être adoptés avant le départ en congé des parlementaires.

Au JO

Poster un commentaire

Les agrégés contre les réformes du bac et du lycée

En assemblée générale, la Société des agrégés prend position contre la réforme du bac  » qui transforme les établissements en centres d’examen permanents et risque de susciter des litiges et des disparités entre établissements ». Elle est jugée  » dangereuse pour les disciplines dont certaines sont confondues sous des intitulés flous et d’autres vouées à disparaître sans considération de leur apport à la formation intellectuelle des élèves ». La société des agrégés demande  » la poursuite en terminale des trois spécialités choisies en première » et  » le paiement de la deuxième heure supplémentaire obligatoire à un tarif majoré ».

Communiqué

Poster un commentaire

Communiqué intersyndical et inter-collectifs à diffuser largement

Le communiqué intersyndical et inter-collectifs adopté aujourd’hui, appelle « les personnels à continuer à se réunir en assemblées générales, et à poursuivre la grève là où elle a été ou sera décidée collectivement ». Un point d’appui pour tou.te.s les collègues qui ont décidé de reconduire la grève ou décideront de le faire demain !

Poster un commentaire

Décisions de l’AG Éducation Île-de-France du lundi 17 juin : demain on reconduit !

L’AG Éducation Île-de-France s’est réunie ce lundi 17 juin au soir dans la grande salle historique de la Bourse du Travail de Paris, après avoir dû changer de salle devant l’affluence massive.

Environ 250 collègues étaient présents, en provenance de 125 établissements et écoles de toute la région parisienne, un chiffre inégalé jusque là (maximum 80 établissements et écoles).

Les bilans des chiffres de grève et des décisions d’AG présentés par l’ensemble des départements sont extrêmement réjouissants (jusqu’à 84 % ce matin au LP Gaston Bachelard à Paris 13ème).

L’AG Éducation IDF se félicite de la réussite de cette première journée de grève des examens, qui est d’ores et déjà historique et au-delà de toute attente, et du rassemblement francilien qui a réuni environ 2000 collègues. Nos cortèges sont partis en manifestation déterminée dynamique en direction du ministère.

L’AG Éducation IDF s’est prononcée ce soir sur plusieurs motions :

1) « L’AG Éducation IDF, réunie le lundi 17 juin en présence de 250 collègues provenant de 125 établissements et écoles de toute la région parisienne, appelle à reconduire la grève le mardi 18 juin. »

Adoptée à l’unanimité des 250 présents, moins 16 abstentions et 11 NPPV.
Par ailleurs, un décompte a été fait des mandats d’AG (d’établissement, de ville ou de bassin) qui avaient déjà décidé de reconduire la grève : 17 avaient d’ores et déjà décidé de reconduire la grève, contre 1 mandat s’abstenant.

2) Pour le programme de la journée du mardi 18 juin, l’AG Éducation IDF appelle :
– à organiser et se rassembler à 7h30 sur deux ou trois piquets de grève par département de la région parisienne, dans le respect des décisions d’AG, afin de permettre aux collègues (de LGT, LP, collège et premier degré) de se rassembler.
Il revient aux départements de s’organiser pour décider des piquets de grève qui leur paraîtront les plus judicieux, et à utiliser les mailing-lists locales ainsi que rp-bahuts-en-lutte@fautvoir.com
(Unanimité moins 14.)

– à organiser des tournées dans les centres d’examen sur le temps du midi, afin de visibiliser et d’étendre la grève, et / ou à développer des convergences avec les services d’urgences hospitalières en lutte.
(Unanimité moins 40.)

– à participer massivement à une manifestation à 15h de l’hôpital Necker au ministère de l’Éducation Nationale.
C’est dans le souci de construire concrètement la convergence de tous les services publics en lutte que le départ de la manifestation est fixé à l’hôpital Necker.
(Parcours en attente de confirmation, restez à l’affût !)
(Unanimité moins 20.)

– à se réunir en AG Éducation IDF à 17h30 à la Bourse du Travail de Paris.
(Réservation de la salle en cours, probablement en salle Hénaff à l’annexe de la Bourse du Travail, au 85 rue Charlot.)
(Unanimité moins 14.)

3) « L’AG Éducation IDF appelle à décider en Assemblée Générale, à chaque occasion possible, de la poursuite des mobilisations durant les opérations du Bac, du Bac pro et du Brevet, notamment lors des réunions d’entente, des corrections du Bac pro et du Brevet, des jurys d’examen, et par la rétention des notes. »
(Unanimité moins 3.)

Un compte-rendu rapide des AG tenues dans les départements et de leurs décisions suivra dès que possible.

Le bras de fer s’est engagé avec Blanquer, faisons-le plier !

Poster un commentaire

La coordination nationale des collectifs contre les réformes et l’intersyndicale

L’appel intersyndical à la grève de la surveillance des épreuves ce lundi 17 juin a été bien suivi. En dépit de la communication lénifiante du ministre de l’Education nationale, les centres d’examens ont été obligés de faire des sur-convocations, des pressions, des appels à d’autres personnels. Les épreuves se sont déroulées, parfois au prix de conditions inacceptables.

Une fois de plus, le gouvernement a campé sur ses positions méprisantes et autoritaires. Il a refusé le dialogue social et toute réponse au préavis de grève, mais s’est vu obligé de défendre ses réformes, et de renoncer à certaines mesures de la loi Blanquer.

La grève de la surveillance des épreuves a été majoritaire dans bon nombre d’établissements.

Elle a aussi mobilisé en collège.

Les organisations syndicales représentatives du public et du privé, de l’enseignement agricole ainsi que les Stylos rouges et la chaîne des bahuts, appellent les personnels à continuer à se réunir en assemblées générales, et à poursuivre la grève là où elle a été ou sera décidée collectivement, pour :

une revalorisation significative des rémunérations ;

le retrait des réformes des lycées et du baccalauréat ;

le retrait du projet de loi « Fonction publique ».

Des préavis de grève sont déposés à cet effet sur toute la période des examens et concours.

Les organisations dénoncent toutes les formes de pressions et de répressions touchant les élèves et les personnels. Elles soutiendront toutes celles et ceux qui en sont victimes.

Déterminées à poursuivre l’action, les organisations appellent à mettre en débat la grève le jeudi 27 juin, premier jour de la surveillance du brevet des collèges et journée d’action interfédérale contre la loi Fonction publique et pour la revalorisation des salaires.

Poster un commentaire

Clip pour sauver l’école

Poster un commentaire

Grève du bac : la stratégie du pire ?

La grève du bac peut-elle réussir ? Si globalement la plupart des 1 280 000 candidats des 4 635 centres d’examen peuvent composer le 17 juin, le mouvement s’annonce plus important que prévu. En refusant tout dialogue avec les syndicats et en tenant des propos provocants, le ministre pousse une partie des enseignants vers la radicalisation. Au final ce sont bien les candidats qui vont payer le prix de cette politique.

Le refus des réformes des lycées

 Lundi 17 juin , plus d’un million de jeunes entament les épreuves du bac. Plus précisément on compte 743 594 candidats de terminale auxquels s’ajoutent 536 724 élèves de première passant les épreuves anticipées de français. Pour les premiers, les épreuves écrites s’étendent du 17 au 24 juin. Elles sont suivies (et précédées) d’épreuves orales dont le calendrier est décidé localement.  Le 17 juin, des enseignants sont aussi convoqués pour corriger des épreuves qui ont déjà eu lieu. C’est le cas par exemple pour celles du bac agricole STAV.  

A l’origine de la grève du bac, onze syndicats (Snes Fsu, Snuep Fsu, Snetap Fsu, Cgt, Cgt agricole, Sud éducation, Sud territoires, Snalc, Sundep, Cgc) et 3 mouvements (Stylos rouges, Cnt, Chaine des bahuts). Ils appellent à la grève les premiers jours du bac (17 juin) et du brevet (27 juin).  Ils protestent contre  » les pressions et les méthodes de gestion autoritaires ». Mais ce sont surtout les réformes des lycées (général, technologique et professionnel) qui motivent le mouvement. « Les inégalités d’implantation des enseignements de spécialité et des options de la réforme du lycée, les difficultés d’emploi du temps, tant pour les enseignants que pour les élèves, le rythme effréné des évaluations et un baccalauréat à valeur locale ; les familles de métiers et la promotion du tout apprentissage en voie professionnelle ; jusqu’aux incidents récents qui ont marqué Parcoursup ; les sureffectifs des classes et les suppressions de postes en collège : tout concourt à accroître les inégalités », disent les organisateurs.

Ainsi un collectif des lycées publics de Besançon, pointe les économies réalisées sur le dos des élèves avec la réforme du lycée. « L’intérêt des lycéens n’est pas une priorité. Les chefs d’établissement tentent de mettre en oeuvre cette réforme sans considérer les aspirations des jeunes et de leurs familles ». Le collectif montre comment dans chaque lycée des élèves sont invités à changer leurs voeux. Il souligne aussi l’impact des classes à 35 élèves. A cela s’ajoute  les nouveaux coûts opérés par la réforme que la région ne peut pas prendre en charge : manuels , nouveaux créneaux de transports. Tout cela justifie le rejet de la réforme.

Des centres préparés à la grève ?

Pour autant la plupart des centres d’examen devraient fonctionner le 17 juin. Les rectorats  ont invité les chefs d’établissement à prévoir large le nombre de surveillants. Certains chefs d’établissement ont envoyé aux enseignants des ordres de réquisition. Tous mobilisent leur personnel administratif. Dans plusieurs centaines de centres on a prévu un tiers de surveillants en plus. A beaucoup d’endroits on a aussi pré-recruté des vacataires et on demande aux surveillants de venir très tôt pour pouvoir adapter le dispositif. Globalement il faudrait une grève extrêmement suivie pour bloquer le fonctionnement des centres. Or , ça n’a pas été le cas des grèves cette année dans le second degré. Et des syndicats n’appellent pas à la grève du bac (Unsa et Sgen Cfdt par exemple).

Pour autant l’impact de la grève devrait être plus grave qu’annoncé. D’abord parce que certains centres pourraient être en difficulté dès le 17 juin. Ce devrait être le cas de quelques  lycées en Ile de France et dans les académies de Toulouse, Montpellier, Aix Marseille et Lille.  Des corrections du BEP ont déjà été bloquées par des piquets de grève dans la Seine Saint Denis. La correction du bac STAV devrait l’être également le 17 juin. Là c’est l’ensemble des syndicats de l’enseignement agricole qui appellent à la grève des examens.

Le risque d’un mouvement long

Car ce que risque le ministère c’est que le mouvement continue. Les réformes des lycées ont été massivement rejetées par les syndicats en conseil supérieur de l’éducation. Le mécontentement envers elles est profond chez les enseignants qui constatent qu’elles servent surtout à réaliser des économies sur le dos des élèves. A cela s’ajoute le refus de toute discussion avec les syndicats et des propos ministériels sur les médias qui jettent de l’huile sur le feu. « Je prends très clairement l’engagement qu’aucune épreuve du bac ne sera annulée » , dit JM Blanquer sur Europe 1 le 31 mai, propos réitérés depuis. Il précise : « le dialogue social est nécessairement dans la durée. Je ne travaille pas sous la  pression encore moins avec un quelconque chantage ».

Au lieu de tenter l’apaisement, le ministre choisit de pousser des enseignants vers la radicalisation. Ainsi les stylos rouges demandent 40% d’augmentation et l’arrêt des réformes. Résultat, les syndicats s’opposent sur la question du bac. Les organisations de lycéens aussi , avec l’UNL et la FIDL d’un coté, Avenir lycéen et le SGL contre la grève du bac. Les parents sont divisés également, la Peep exprimant son opposition ferme à la grève des examens.

La politique du pire

On a l’impression que la  priorité est à affaiblir les syndicats, si ce n’est à les briser plutôt qu’à chercher une issue. Impression renforcée par la loi de transformation de la fonction publique. On a aussi l’impression que le ministre croit ainsi pouvoir imposer ses réformes et supprimer toute résistance.

Mais si c’était le contraire ? A force de se sentir méprisés, une partie plus importante que prévue des enseignants est probablement prête à bloquer les corrections et les oraux. Les blocages qui ont déjà eu lieu sont déjà bien plus importants que tout ce qu’on a vu ces dernières années. La grève pourrait bien continuer après le 17 juin.

Aussi, JM Blanquer travaille lui-même à la mise à mal de ses réformes. En cherchant à les imposer sans concertations, JM Blanquer affecte de croire qu’il suffit d’ordonner pour que les réformes se mettent en place réellement sur le terrain. Le colloque réuni du 12 au 14 juin par la Revue internationale d’éducation de Sévres montre que pour réformer il faut associer les acteurs. A défaut on a une application purement formelle de ce qu’on a vraiment voulu sans mise en oeuvre réellement effective. Avec 6% d’enseignants approuvant sa politique, en réformant sans le budget suffisant, et maintenant en provoquant les enseignants, JM Blanquer semble dans l’impasse. Il s’est engagé dans le jeu bien français de la réforme descendante et de la résistance à un niveau encore plus élevé que la réforme du collège. Il joue la carte du pire. Elle est rarement gagnante.

L’éducation nationale dans l’attente de la grève

Nouveau bac : le Snes dénonce la complexité des épreuves

Dans la Mayenne

A Toulouse

Poster un commentaire

Formation : le ministère relance les formations obligatoires durant les congés

On les croyait définitivement enterrés. La loi Blanquer modifiée lors de la CMP du 13 juin avait supprimé l’article ajouté par le Sénat qui installait la formation continue des enseignants, devenue obligatoire pour tous les professeurs, durant les congés. C’était sans compter avec le ministère de l’Education nationale. Un projet de décret, présenté en comité technique ministériel le 12 juin, prévoit 5 jours de formation continue rémunérés sur les congés scolaires.

Le projet de décret

« Une allocation de formation est attribuée aux personnels enseignants de l’éducation nationale qui bénéficient lors des périodes de vacance des classes, à l’initiative de l’autorité compétente ou après son accord, d’actions de formation professionnelle relevant du 2°, du 3°, du 4° et du 5° de l’article 1 du décret du 15 octobre 2007, et qui ont été approuvées par le recteur. Dès lors qu’elles sont réalisées à l’initiative de l’autorité compétente, ces actions de formation n’excèdent pas, pour une année scolaire donnée, cinq jours lors des périodes de vacance de classes ».

Présenté au CTM du 12 juin, ce projet de décret instaure 5 journées de formation pour les enseignants sur les vacances, sans d’ailleurs préciser à quel moment précis elles pourraient avoir lieu.  Le texte ne prévoit pas non plus de délai pour prévenir les enseignants, ceux ci étant censés être à la disposition de l’administration.

Pourquoi ce texte ?

Deux réalités guident ce texte. La première, accidentelle, c’est que le ministère organise déjà des formations sur les congés, par exemple pour les nouveaux enseignement de la réforme du lycée. La seconde, chronique, c’est que le ministère doit remplacer les enseignants si la formation a lieu sur le temps scolaire, ce qu’il est bien incapable de faire. D’où l’idée de rendre la formation obligatoire hors temps scolaire. Une idée bien pratique pour un ministre  qui veut dicter de nouvelles méthodes pédagogiques sans avoir le budget lui permettant d’organiser des formations avec remplacement.

Le volume de formation continue des enseignants français est nettement en dessous de celui des autres pays développés. Et les enseignants français sont fortement demandeurs de formation, comme le montre l’enquête Talis de l’Ocde. Le succès des formations proposées en Rep+ à la demande des enseignants en atteste.

Mais pas dans n’importe quelles conditions ! Les enseignants français sont peu satisfaits des formations qui leur sont imposées. On se rappelle la contestation des formations liées à la réforme du collège.  Or le décret parle de formations  » à l’initiative de l’autorité compétente ». Mettre des formations obligatoires (avec la loi Blanquer) sur les congés veut dire allonger le temps de travail. Non seulement cela implique une rémunération à la hauteur. Mais les formations doivent forcément être cadrées pour pouvoir maintenir un minimum de vie familiale.

Le texte refusé par les syndicats revient le 20

Lors du CTM du 12 juin, quatre syndicats ont déposé des amendements en ce sens. Le Snalc, la Fsu et l’Unsa ont proposé d’ajouter que les formations sur les congés auraient lieu avec l’accord des enseignants concernés. Le Sgens Cfdt parle de « volontaires » et demande que « l’autorité compétente informe les personnels, dès le début de l’année scolaire, des périodes de vacance de classes qui pourraient être l’occasion d’actions de formations professionnelles ».

Tout cela a été refusé par l’administration. Le projet de décret a obtenu un vote défavorable unanime. Un nouveau CTM est convoqué le 20 juin pour un nouvel examen du texte. Alors que la majorité parlementaire semble avoir pris la mesure du mécontentement des enseignants et a modifié le texte de la loi Blanquer en ce sens, c’est le ministère de l’éducation nationale qui prend l’initiative de chercher un nouveau sujet d’affrontement avec les enseignants.

Le projet de décret

La loi BLanquer

Poster un commentaire

Loi Blanquer : les syndicats restent vigilants (wahou, super….ça va mieux tout de suite…)

Alors que le texte de la loi Blanquer issu de la commission paritaire du 13 juin est publié, les syndicats enseignants manifestent à la fois un certain soulagement et maintiennent leur vigilance. Plusieurs restent dans l’opposition à la loi.

 » La suppression de l’article créant les établissements publics locaux d’enseignement des savoirs fondamentaux (EPLESF) en est un résultat De même, de nombreux amendements sénatoriaux de nature à modifier en profondeur le fonctionnement de l’école comme l’article 6 ter plaçant les enseignants et les enseignantes sous l’autorité de la directrice ou du directeur devant les évaluer ou encore l’interdiction faite aux mamans voilées d’accompagner les sorties scolaires ne figurent pas dans le texte final. Le compromis trouvé entre les sénateurs et les députés a dû aussi tenir compte de cette forte mobilisation », explique le Snuipp Fsu. Mais pour le premier syndicat du primaire,  » tous les dangers n’ont pas été écartés. Ainsi, la volonté de limiter la liberté d’expression des enseignants, les cadeaux faits à l’école privée, la création d’établissements locaux d’enseignement international réservés aux classes sociales favorisées et actant une école à plusieurs vitesses, la porte ouverte aux remplacements assurés par des étudiants sans concours ni formation, la suppression de l’organisme indépendant d’évaluation des politiques éducatives (Cnesco)… demeurent. Les enseignantes et enseignants des écoles se sont mobilisés et se mobiliseront encore pour réclamer un autre projet ».

 » Dans la version finale du projet de loi pour une École de la confiance ne figurent plus les dispositions les plus dangereuses qui avaient été ajoutées par l’Assemblée nationale puis le Sénat. Néanmoins, la loi reste une loi fourre-tout qui ne s’attaque pas aux inégalités de réussite et pourrait même contribuer à les creuser », estime le Se Unsa.  » Certes, le pire a été évité mais la loi Blanquer n’en devient pas pour autant une « bonne » loi : les EPLE internationaux, établissements au recrutement social favorisé, sont maintenus.  Le Cnesco disparaît, remplacé par le Conseil d’évaluation de l’École dont la mission essentielle sera l’évaluation des établissements. Les Espé deviennent toujours des INSPE, étroitement contrôlés par le ministre. Quant à l’article 1 accusé de vouloir bâillonner les opposants à la politique Blanquer, il n’a pas disparu non plus. »

Le Sgen-CFDT « salue les évolutions décidées par la Commission mixte Paritaire (CMP) sur la Loi pour une Ecole de la Confiance. Il acte positivement la suppression de mesures discriminantes et inacceptables ». Mais  » Le Sgen-CFDT souhaite que l’abandon logique des établissements publics locaux d’enseignement des savoirs fondamentaux (EPLESF) ne signe pas l’enterrement des dossiers relatifs à la direction d’école et aux conditions de travail des directeurs et directrices d’école. La question d’un fonctionnement des écoles donnant plus de pouvoir d’agir aux personnels du premier degré reste entière, et ne doit pas être oubliée. »

La CGT réaffirme son opposition à la loi Blanquer.  » La CGT Educ’action considère surtout que ce compromis trouvé entre le Sénat et l’Assemblée permet au ministre de protéger la matrice de son projet et qu’il peut en même temps se targuer d’avoir désormais le soutien des parlementaires, l’article 1 instaurant un devoir d’exemplarité et de silence aux personnels est maintenu. Les établissements d’excellence, le financement de l’école privée par fonds publics, la suppression du CNESCO chargé de l’indépendance de l’évaluation du système, la transformation dangereuse de la formation initiale, le pré-recrutement, la mise en place des PIALs et le développement de la précarité sont bel et bien toujours dans le texte. Dans ces conditions, la CGT Educ’action considère que le projet de loi Blanquer reste dangereux pour notre École. Nous persistons à dire qu’il a pour principal objectif d’affirmer l’autorité du ministre sur les personnels et de constitutionnaliser le tri et la sélection ».

La loi Blanquer après la commission mixte paritaire

Le texte issu de la commission mixte paritaire

Snuipp Fsu

Se Unsa

Sgen Cfdt

Cgt Education

Sud éducation

Poster un commentaire

Réforme du lycée : l’Allemand en régression selon l’Adeaf

« Je désespère d’avoir un poste fixe. je suis frustrée et fatiguée de ne pouvoir mener des projets au sein d’un ou deux établissements. Frustrée de me sentir de passage en permanence(…) . Je réfléchis à un plan B au cas où la situation ne se détériore encore. Je ne suis pas prête à tout accepter : 3 , 4 établissements, le mépris des supérieurs ». Ce témoignage d’un professeur d’allemand est tiré d’une enquête qualitative menée par l’ADEAF, association des professeurs d’allemand, auprès d’une centaine d’enseignants.

Selon elle, « le nombre d’heures d’allemand va diminuer dans de nombreux établissements. Les causes : regroupement des élèves dans les matières du tronc commun, horaires du tronc commun inférieurs aux horaires dans le séries ES et L, fragilisation des sections européennes, manque d’attractivité de l’enseignement de spécialité LLCE-allemand. Ces diminutions horaires remettent en cause les postes et entrainent des compléments de service dans un autre établissement… Loin de « s’épanouir » avec la réforme du lycée et la nouvelle organisation du cycle terminal, l’enseignement de l’allemand est fragilisé, voire dégradé. La tendance est à la baisse pour tous les indicateurs qualitatifs. Les dispositifs permettant aux élèves d’approfondir leurs compétences ne sont pas développés mais tendent à régresser. La perception négative des enseignants de leur situation et de leurs conditions de travail à la rentrée 2019 est en cohérence avec cette évolution. »

L’enquête

Poster un commentaire