Avec « SELFIE », l’Europe va évaluer les écoles et établissements scolaires

Alors que JM Blanquer annonce la suppression du Cnesco et son remplacement par une agence d’évaluation des écoles et établissements, la Commission européenne lance « Selfie », son propre outil d’évaluation. Tibor Navracsics, commissaire européen à l’éducation et ancien ministre de Viktor Orban, a présenté ce nouvel outil le 25 octobre à Varsovie. Questionné par le Café pédagogique, il fixe pour 2020 l’objectif d’un million d’élèves évalués grâce à cette application. Les stratégies des écoles et les pratiques des enseignants seront interrogées avec ses algorithmes.

Sur la base du volontariat

 « Les recherches montrent que de nombreuses améliorations peuvent être apportées avec le numérique… Les établissements sont-ils prêts à exploiter au maximum les technologies numériques dans les méthodes d’apprentissages ? », demande la vidéo de présentation de « Selfie », l’application d’évaluation des écoles et établissements de la Commission européenne. 

Disponible dans 24 langues, le questionnaire proposé par Selfie s’effectue « de manière anonyme et au moyen de courtes questions, de déclarations ou encore d’une échelle de like numérotée de 1 à 5 ». Après 30 minutes d’interrogation sur l’établissement, son projet et son rayonnement, Selfie rend son diagnostic et fixe des objectifs. Par exemple, les écoliers pourront répondre s’ils ont accès ou non à internet pour apprendre dans leur établissement. Les collégiens et lycéens sont invités à indiquer dans quelles disciplines ils utilisent les nouvelles technologies.

Côté enseignants, chacun pourra signaler s’il a la possibilité de « participer à des formations continues pour enseigner et apprendre avec les technologies numériques ». Les chefs d’établissements préciseront par exemple si les nouvelles technologies font l’objet de discussions au sein de l’école. « Chaque école peut également ajouter jusqu’à huit questions personnalisées », précise la commission. « Presque toutes les questions de Selfie reçoivent une réponse sur une échelle de 1 à 5, 1 représentant le moins et 5 le plus positif ».

Un plan pour l’éducation numérique

L’application fait partie des onze actions du plan pour l’éducation numérique proposé par l’Europe. « En collectant les points de vue des élèves, des enseignants et des chefs d’établissement, l’application peut jouer un rôle important dans l’adaptation du secteur éducatif en Europe à l’ère numérique. C’est indispensable pour construire des sociétés où les citoyens sont des utilisateurs des nouvelles technologies à la fois critiques et sûrs d’eux-mêmes plutôt que des consommateurs passifs.» déclare Tibor Navracsics, chargé de l’éducation, de la culture, de la jeunesse et du sport et ancien chef de cabinet du président hongrois Viktor Orban.

Trouver les axes d’amélioration des établissements

Stratégie d’apprentissages, infrastructures, pratiques des enseignants et expériences personnelles des apprenants sont autant de points qui intéressent la commission européenne. Cet « outil d’auto-réflexion pour les écoles primaires, secondaires et professionnelles » se veut modulable pour s’adapter aux différentes situations rencontrées, mais c’est bien un programme pour tendre vers une homogénéisation qui est mis en place. « Les rapports Selfie délivrés mettront en évidence les points forts, les points faibles et les domaines susceptibles d’être améliorés ».

Des questions sans réponses


Les mentions légales du site précisent que l’application « est hébergée sur un serveur détenu et géré par la commission européenne ». A noter que les écoles russes, géorgiennes et serbes auront aussi accès au programme.

Plusieurs questions sont encore sans réponses. Quels paramètres sont pris en compte par l’application pour poser le diagnostic ? En quoi le rapport fourni servira-t-il de base de discussion au sein de la communauté scolaire ? Des premiers bilans seront dressés lors de la conférence Selfie prévue à Madrid les 4 et 5 avril 2019.

Enfin, l’acronyme SELFIE, comme le monde éducatif en connait de nombreux, vaut le détour : « Self-reflection on Effective Learning by Fostering the use of Innovative Educational Technologies » ; que l’on peut traduire par « outil d’autoréflexion sur l’apprentissage efficace grâce à la promotion de l’utilisation de technologies éducatives innovantes ». Tout un programme !

Depuis Varsovie,

Julien Cabioch

Fiche d’information Selfie

Site de l’application

Dans le Café

A Paris, l’Europe lance un appel pour éduquer aux valeurs européennes

  1. Poster un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :