Education prioritaire : une circulaire renforce le pilotage

Ce sera une des dernières instructions de la ministre et elle concerne l’éducation prioritaire.  Une circulaire publiée au BO du 4 mai renforce le pilotage de l’éducation prioritaire en en détaillant le contenu aux niveaux national, académique et local.

Un pilotage affirmé

Au niveau national elle détaille le fonctionnement du comité de pilotage ministériel et du comité de suivi, le premier se réunissant deux fois par an, le second une fois. Au niveau académique le pilotage doit  » traduire la  priorité conférée à l’éducation prioritaire par l’encadrement de l’académie, notamment en ce qui concerne les moyens d’enseignement, l’animation et la formation ». La circulaire précise aussi que  » il est souhaitable que les modalités de travail collectif des inspecteurs référents et des collèges d’inspecteurs soient organisées au sein du programme de travail académique (PTA), afin de donner à l’éducation prioritaire toute sa place et de faire évoluer l’inspection vers un accompagnement du travail des équipes des réseaux ».

Au niveau local des réseaux,  » Les pilotes, le coordonnateur et les formateurs veillent à la mise en œuvre des orientations nationales, appuyées sur le référentiel, à une bonne focalisation des projets sur la réussite de tous les élèves, à la priorité donnée aux apprentissages dans le cadre de la classe. Ils sont garants du projet de réseau et de la priorité donnée à une action pédagogique de fond, étayée par les besoins identifiés par le diagnostic partagé du réseau et de ses résultats ». Le texte précise que les coordonnateurs doivent être déchargés d’au moins50% et bénéficier « d’une implantation claire ».   » L’accompagnement des pilotes des réseaux (IEN, chef d’établissement, IA-IPR référents assistés d’un coordonnateur) doit être conçu comme un soutien qui facilite le travail collectif. La mutualisation des expériences des pilotes est organisée au niveau du département ou de l’académie. »

L’OZP satisfaite, mais…

Marc Douaire, président de l’OZP, interrogé par le Café pédagogique, juge ce texte positif. « Un pilotage national est confirmé et non une coordination des recteurs. Un pilotage rectoral est institué or il n’existe pas partout. Cette publication correspond à une attente de l’OZP et va permettre de renforcer les collectifs sur le terrain ».

L’OZP suit aussi avec intérêt le débat électoral, notamment les annonces d’E. Macron. E Macron a promis de limiter le nombre d’élèves par classe en Cp CE1  à 12 élève . Il compte pour cela mobiliser les maitres surnuméraires en les nommant en CP à la rentrée.

Le cas des PDM

« On se félicite  que l’éducation prioritaire occupe autant de place dans les propos du candidat. Accorder des moyens au 1er degré et au CP CE1 est une illustration de pragmatisme pédagogique. Mais il nous semble important de continuer la réforme entreprise au moins jusqu’en 2019 et de confirmer le dispositif plus de maitres que de classes ».

« On peut voir dans la proposition Macron un risque de remise en cause de ce dispositif. On peut aussi considérer que en plaçant deux enseignants dans  une classe de 24 élèves on réduit de moitié tout en gardant les maitres surnuméraires. Il ne faut surtout pas déconstruire le programme de maitres surnuméraires avant d’avoir évaluer ses effets. Ce serait irresponsable de le faire avant un bilan ».

La circulaire

Le programme Macron

Publicités
  1. Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :