Elections : le vote enseignant ne glisse ni à droite ni à l’extrême-droite

Les enseignants n’échappent pas à la tempête politique de 2017. Mais le vote enseignant garde une grande singularité par rapport à celui des autres français, montre un sondage Ifop. Si l’effondrement du PS est bien constaté il ne profite ni à la droite ni à l’extrême droite.

Réalisé sur un échantillon représentatif d’un millier d’enseignants juste avant l’élection, le sondage réalisé par l’Ifop sur le vote enseignant au premier tour des présidentielles souligne les particularités du vote enseignant. Un second sondage portant sur des choix pédagogiques y est associé mais il s’agit d’une autre enquête dont la fiche technique n’est pas donnée et que nous écartons.

Un bastion PS effondré

De 2012 à 2017 le vote socialiste-écologiste est passé de majoritaire à 15% seulement des suffrages. Il a en gros été divisé par 3. C’est un recul historique car jamais il n’avait baissé en dessous de 40% depuis le début du siècle.  A noter que cet électorat recule dans toutes les catégories d’enseignants. Il est un peu plus faible parmi les professeurs de collège, où B Hamon n’obtient que 12% des voix. Rappelons que le divorce entre enseignants et gouvernement est apparu dans le Baromètre Unsa depuis 3 ans de façon très claire.

Pas de percée de l’extrême droite

A la différence des Français, les enseignants, les enseignants sont très peu séduits par le Front national. Le parti de Le Pen n’obtient que 5% des voix enseignantes, autant que lors des 3 présidentielles précédentes et 4 fois moins que la moyenne nationale. Surtout le score Le pen se fait pour l’essentiel dans l’enseignement supérieur hors université, autrement dit les grandes écoles publiques et privées. Le Pen obtient aussi 11% de votes chez les PLP et 8% dans les écoles maternelles.

Les profs sanctionnent Fillon

L’effondrement du PS ne profite pas à la droite. Seulement 11% des enseignants ont voté pour F Fillon, soit deux fois moins que  le vote national et que les 3 élections précédentes. Un sondage Cevipof montrait que les enseignants étaient la catégorie sociale la plus en colère suite aux affaires de F Fillon. C’est confirmé par le sondage.

L’effondrement du PS profite à l’extrême gauche et au centre

Alors où sont allées les voix perdues par le PS ? Elles ont glissé vers l’extrême gauche qui recueille 26% des votes enseignants soit le double ou le triple du score habituel. 24% des enseignants ont voté Mélenchon, un peu plus que la moyenne nationale. A noter que le pourcentage de mélenchonistes est plus fort au Sgen qu’à la Fsu selon le sondage.

Les voix du PS se sont surtout reportées sur Macron qui recueille 38% des voix soit presque le double de la moyenne nationale et le double du vote centriste de 2012.  Ce vote est particulièrement fort chez les professeurs de collège où Macron est majoritaire et chez les adhérents Fsu et Sgen.

Mais tous les profs votent-ils ?

Avec 27% d’abstentionnistes, les enseignants se situent dans la moyenne nationale. L’abstention été plus forte chez les professeurs de collège qu’aux autres niveaux (40%). De tous les corps enseignants ce sont les agrégés qui se défilent le plus de leur devoir national. 39% des agrégés se sont abstenus contre 18% des professeurs des écoles.

Le sondage

Publicités
  1. Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :