La revalorisation retardée à mars : panne administrative

« On ne voulait prendre aucun risque ». L’entourage de N Vallaud Belkacem explique ainsi le retard apporté par le ministère à faire passer dans les bulletins de paye de janvier la revalorisation décidée en septembre 2015 et actée en octobre 2016 dans le cadre des accords PPCR. L’Education nationale s’avère administrativement incapable de faire la nouvelle paye attendue par ses 800 000 enseignants. Ils devront attendre mars pour toucher les effets de la revalorisation. Un couac qui décrédibilise l’action ministérielle alors que 3 syndicats appellent à la grève contre le PPCR.

Ce n’est pas la première fois que l’Education nationale tarde à payer ses salariés. Les enseignants sont habitués à attendre plusieurs mois les changements qui concernent leur paye.  Mais c’est la première fois que le ministère s’engage sur un accord salarial et échoue finalement à le mettre en oeuvre à la date promise.

L’annonce de ce retard a été faite par le Snes le25 janvier.  » Le ministère indique que les mesures de revalorisation des salaires prévues pour janvier 2017 seront, en réalité, retardées jusqu’en mars 2017 avec effet rétroactif et rattrapage des sommes dues depuis le 1er janvier 2017″, affiche le site du syndicat.

Au ministère, l’entourage de la ministre confirme la situation au Café pédagogique. »Tout sera rattrapé en mars », nous dit-on. « Personne ne perdra rien ». Et on s’explique. « Face à un changement d’une telle ampleur, on a préféré ne prendre aucun risque. L’opération est complexe car elle porte sur de nombreux corps et échelons. On voulait sécuriser la paye et n’avoir aucun bug ».

Alors le ministère a trouvé une solution originale : presque tout arrêter et prendre 3 mois de plus pour s’y retrouver…

Il y a pire…

Disons le tout de suite. Il y a pire en terme d’erreur de paye au ministère de l’Education nationale. Le pire, le Café pédagogique l’avait signalé en décembre, c’est le fiasco de Sirhen.

Lancé en 2007 dans une optique de rationalisation, Sirhen (système d’information de gestion des moyens et des ressources humaines de l’éducation nationale) doit prendre en charge la paye du million de salariés de l’Education nationale. En principe Sirhen devrait déjà fonctionner. Mais en fait, révèle le rapport Longuet sur le budget de l’Education nationale, seulement 18 000 fonctionnaires, sur le million de l’Education nationale, sont gérés par Sirhen.

Les autres devront attendre, si tout va bien, 2020.  Mais personne ne sait si cet engagement sera tenu. D’année en année, de promesse en promesse, la date est repoussée. Et les frais montent. Sirhen doit permettre au final d’économiser 70 millions d’euros. Il en a déjà coûté496, estime le rapport Longuet qui demande d’arrêter l’opération. 496 millions cela représente le coût d’une armée de plus de 10 000 profs ou celui de la revalorisation PPCR en 2017…

Les fonds sont bien là

Précisons aussi que ce retard de paiement n’est pas du à un manque de fond. Le 4 décembre le Journal officiel a mentionné un versement spécial du Trésor de 600 millions à l’Education nationale pour faire face à la revalorisation.

Qu’est ce qui change sur le bulletin de paye ?

Concrètement quelles modifications auraient du être apportées à la paye des enseignants ? En janvier ils devaient bénéficier d’un ajout de points d’indice lié aux nouvelles grilles salariales et de la transformation de primes en points d’indice (les primes entrant alors dans le calcul de la retraite). En février ils devaient bénéficier de l’augmentation de 0.6%du point d’indice de la fonction publique.

En réalité ils ne recevront qu’une partie des points dus. Les certifiés et professeurs des écoles ne toucheront que 6 points supplémentaires fin janvier. Le reliquat ne sera effectué qu’en mars. Ce mois là, promis, il y aura un rattrapage des sommes dues depuis le 1er janvier.

Un message envoyé aux professeurs

Gêné aux entournures, le ministère a décidé d’envoyer aux enseignants un message explicatif avec le tableau de l’application  de la revalorisation.

Au lieu de reconnaitre le retard, le ministère dit sobrement :  » le protocole Parcours professionnels, carrières et rémunérations (PPCR) décidé par le Gouvernement le 30 septembre 2015, est progressivement mis en oeuvre ». Un euphémisme qui fait de l’ombre à la revalorisation.

Rendez vous en juin..

A la fin de l’année, le ministère doit affronter un autre rendez vous informatique, une autre première. En juin, le livret scolaire numérique devra lire et compiler pour la première fois les millions de bulletins trimestriels des élèves de France, qui suivent une multitude d’enseignements et d’options différents, pour en tirer le livret scolaire unique. Espérons que ce n’est pas plus compliqué qu’un bulletin de paye…

Communiqué Snes

Le versement fait en décembre

Sur Sirhen

Publicités
  1. Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :