Plusieurs dizaines de lycées de ZEP en grève – Le Monde

C’est une petite bombe à retardement qui explose. Un chantier que le ministère de l’éducation nationale a laissé en sommeil il y a deux ans, et qui se voit réveillé par une mobilisation croissante, celle des professeurs de lycées de ZEP. Craignant d’être rayés de la carte de l’éducation prioritaire, plusieurs dizaines d’établissements, rassemblés dans le collectif « Touche pas ma ZEP » – dont l’appel a été signé par 73 lycées de 11 académies –, seront en grève, jeudi 17 novembre. C’est la troisième fois après les journées d’actions du 29 septembre et du 11 octobre. Ils sont soutenus par la FSU, la CGT, FO et SUD.

Le dossier est pour le moins embarrassant pour un ministère qui s’est fixé comme priorité la lutte contre les inégalités à l’école. En 2014, c’est pour donner un nouveau souffle à l’éducation prioritaire qu’il entreprend une révision de la carte des ZEP. De nouveaux réseaux d’éducation prioritaire (REP et REP +) sont définis, comprenant chacun un collège et les écoles de son secteur. Des moyens leur sont alloués : prime, allégement de service, formations, soutien aux élèves…

Les lycées sont les grands absents de cette réforme. « A ce moment-là, il y avait du remous dans les collèges qui sortaient de l’éducation prioritaire. Politiquement, le ministère ne s’est pas senti d’ouvrir plusieurs fronts à la fois », souligne un syndicaliste sous couvert d’anonymat. Pour les lycées s’ouvre alors une période transitoire au cours de laquelle leurs moyens supplémentaires sont maintenus, en attendant des discussions. Sauf qu’en cette fin de quinquennat, la phase transitoire touche à sa fin, sans que le chantier de l’éducation prioritaire au lycée n’ait été lancé.

La clause de sauvegarde prolongée jusqu’en 2019

Au printemps, le flou laisse place à l’inquiétude. Dans une lettre adressée au député (PS) des Hauts-de-Seine Sébastien Pietrasanta, la ministre Najat Vallaud-Belkacem signale clairement que la « refondation de l’éducation prioritaire est axée sur la scolarité obligatoire, c’est-à-dire l’école et le collège ». Pas sur les lycées, qui font l’objet d’une « clause de sauvegarde » jusqu’en 2016-2017. Et après ? « On comprend alors que pour nous, c’est la sortie de l’éducation prioritaire », souligne David Pijoan, professeur au lycée Maupassant de Colombes (Hauts-de-Seine) et membre du collectif Touche pas ma ZEP. « Or, poursuit-il, nos lycées accueillent pour une bonne part des élèves venus de REP et REP +. Les difficultés scolaires et sociales ne s’arrêtent pas à la fin de la 3e ! »

La mobilisation démarre dans les Hauts-de-Seine, avant de s’étendre en Ile-de-France et dans d’autres régions. Les enseignants demandent une carte élargie des lycées de ZEP et des moyens pérennes. De son côté, le ministère tente de calmer le jeu. Fin septembre, il annonce le prolongement de la clause de sauvegarde jusqu’en 2019Devant les parlementaires, le 2 novembre, Mme Vallaud-Belkacem déclare que « les enseignants des lycées qui ont vocation à être dans l’éducation prioritaire ont raison de réclamer les mêmes moyens que leurs collègues de collèges. Il faudra faire cette réforme des lycées de l’éducation prioritaire », sous-entendu dans le prochain quinquennat. Un engagement réitéré le 15 novembre, lors des questions au gouvernement à l’Assemblée.

Maquis de sigles

Le chantier risque d’être lourd. Car pour l’heure, la carte des lycées de ZEP ressemble à un maquis impénétrable de sigles créés au fil du temps. Certains relèvent de l’éducation nationale (168 lycées « ZEP », 36 « Eclair »…), d’autres de la politique de la ville (comme les 58 lycées en « zones sensibles ») ; d’autres encore cumulent plusieurs dispositifs. Chaque label se traduit par différents avantages : heures en plus pour limiter le nombre d’élèves par classe ou travailler en demi-groupes, soutien scolaire, projets, indemnités, avantages pour les mutations et les carrières… « La situation est d’autant plus complexe que certaines appellations survivent alors qu’elles n’existent plus réglementairement »,observe Catherine Nave-Bekhti, du SGEN-CFDT.

En attendant, les enseignants défendent leur label, et avec lui leurs moyens en plus. « En cinq ans, on est passé d’un taux de réussite au bac de 60 % à 86 %. Si on est mobilisés, c’est parce qu’on voit que ce qu’on fait, ça marche, pourvu qu’on nous en donne les moyens », estime Teresa Cannavo, enseignante au lycée Joliot-Curie de Nanterre (Hauts-de-Seine). S’agissant de la prime ZEP, de 1 000 euros par an environ, « ce n’est pas une somme folle, mais ça compte, souligne Caroline Chevé, secrétaire académique adjointe du SNES et professeure au lycée Saint-Exupéry, à Marseille. C’est une reconnaissance du dévouement, de l’énergie, de l’inventivité pédagogique nécessaires en ZEP ».

Tous mettent en garde contre le risque d’une sortie de l’éducation prioritaire. Celui de « voir le niveau chuter aux examens, le climat scolaire se détériorer, la mixité sociale diminuer…, résume Clément Bigot, enseignant au lycée Branly à Dreux (Eure-et-Loir). A l’heure où les candidats entrent en campagne pour la présidentielle, on se saisit de cette mobilisation pour que tous prennent des engagements pour les lycées de ZEP ».

Aurélie Collas

Publicités
  1. Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :