[Réseau Salariat]Nouvelles et conférences gesticulées

reseauAprès les manifestations et autres luttes, nous espérons que vous avez pu reprendre, pendant l’été, de l’énergie pour continuer le combat et militer de plus belle.

Réseau Salariat ne s’est pas arrêté pendant les vacances… Ses adhérent.e.s se sont retrouvé.e.s nombreux.ses pour la première édition des Estivales de Réseau Salariat le weekend du 15 août en Corrèze. Ce moment d’échange, de rencontre et de formation a réuni près de 80 adhérent.e.s et fut riche en apprentissages.

Une nouvelle brochure a également été imprimée cet été : Caisses d’investissement et monnaie, si elle vous intéresse, vous pouvez l’acheter auprès des adhérent.e.s, sur nos stands lors de nos différents évènements ou en commander à l’adresse suivante : brochures@reseau-salariat.info .

Pour la rentrée, nous vous attendons nombreux à la Fête de l’Huma de Paris, qui aura lieu ce weekend, du vendredi 9 septembre au dimanche 11 à La Courneuve. Des adhérent.e.s du groupe Ile-de-France (et d’ailleurs) tiendront un stand, amicalement accueilli par Espace Marx. Bernard Friot y fera aussi deux interventions, une carte blanche « pour un droit politique au salaire » le samedi matin à l’Agora et un débat à 15h sur le stand de l’APEIS: « Chômage et loi travail, pas de code du travail sans droits pour les chômeurs ».

Mais Réseau Salariat, ce n’est pas qu’à Paris, des groupes locaux existent un peu partout en France, et même en Belgique et en Suisse… Un groupe est en cours de création à Saintes, un autre à Montpellier. Vous pouvez à tout moment contacter le groupe le plus proche de chez vous via les formulaires en ligne sur notre site.

Vous pouvez aussi retrouver toutes les initiatives, conférences, formations et autres sur notre agenda en ligne.

Pour ceux et celles qui seraient intéressé.e.s par l’idée d’organiser une soirée avec Réseau Salariat dans leur ville, leur village, avec leur association, leur syndicat,… nous avons regroupé pour vous quelques informations sur les différentes conférences gesticulées qui présentent les idées de Réseau Salariat. N’hésitez pas à prendre contact pour plus de renseignement ou pour organiser leur venue.

Conférences gesticulées

Une conf’ gesticulée, c’est quoi?
La conf’, c’est d’abord l’histoire d’une femme ou d’un homme, qui monte sur scène. Seul.e ou accompagné.e, acceptant le risque de se raconter afin de témoigner, d’analyser un processus complexe.
Gesticuler,  c’est  dévoiler  une  autre  version  des  choses,  une  contre-vérité argumentée et située. Il s’agit bien de transmettre un savoir, non pas pour instruire, mais pour subvertir.
Ou la mise en récit problématisée d’une histoire de vie articulée à un processus
de dévoilement visant à développer une argumentation à caractère critique et politique.
En clair, les confs gesticulées, ça nous aide à comprendre et transformer une réalité qui nous apparait trop souvent comme injuste et indépassable.

Le salaire à vie.
Si nous arrêtions de penser avec les mots de la droite pour sortir du chantage à l’emploi ?

Telle est la question à laquelle Réseau Salariat s’efforce d’apporter des éléments de réponse. Réseau Salariat, c’est une association d’éducation populaire qui défend un projet économique pour une société non capitaliste. L’une de nos propositions phares est le salaire à vie. Il s’agit de se réapproprier la cotisation et ses caisses en retournant à notre avantage ce qui fonde l’organisation économique actuelle. Pour cela, il est possible de prendre appui sur des choses existantes, ce que nous appelons le « déjà-là » (la cotisation, la qualification à la personne, par exemple), et de les étendre, au lieu de les laisser se faire réduire, voire supprimer.
Désireux de faire connaître ce projet au plus grand nombre, nous avons élaboré, à partir des thèses qui le développent, une conférence gesticulée. Qu’est-ce qu’une conférence gesticulée ? C’est un tissage de savoir froid (la thèse) et de savoir chaud (notre expérience personnelle, nos histoires de vie) assaisonné d’humour et d’autodérision qui propose un atterrissage politique (ce qu’on peut faire pour agir à ce sujet).

Vidéo: http://www.reseau-salariat.info/3306653a03b48c16fd1e3a90d00eca14
Contact : contact-conference-gesticulee@reseau-salariat.info

Fiche technique

Conférenciers : entre 4 et 8
Disponibilités : plutôt le week-end qu’en semaine.
Combien de temps à l’avance faut-il s’y prendre pour organiser la venue de cette conférence ? Il faut compter 2 mois pour s’organiser.
Besoins techniques : une salle avec une scène pas trop surélevée, au moins 4 micros (si possible sans fil), au mieux 1 par personne, un paperboard, 2 guéridons (facultatifs)

L’hébergement est à la charge des invitants (chez l’habitant ou à l’hôtel) ainsi que les frais de déplacement et le repas du soir de la conférence. Une entrée à prix libre peut permettre de couvrir tout ou partie des frais. Réseau Salariat peut éventuellement compléter la prise en charge.

A la demande, nous animons des ateliers après la conférence. Ces ateliers sont destinés à ce que les participant-e-s s’emparent des propositions, les approfondissent, formulent leurs objections, etc.

1945 : on continue !

Continuer quoi ? Qu’avons-nous démarré en 1945 ?

C’est la question qui va nous occuper dans cette conférence gesticulée. Car il y a maldonne chez beaucoup de celles et ceux qui veulent continuer le programme du Conseil National de la Résistance. En général, ils considèrent que ce programme, dit des « jours heureux » , mis en place à partir de 1945 introduit de la justice sociale, de la solidarité, un meilleur partage des richesses, en quelque sorte un peu de douceur dans un monde de brutes.

A travers trois innovations majeures de 1945 : la Sécurité Sociale, la Fonction Publique et les Comités d’Entreprises, cette conférence gesticulée propose une autre lecture de 1945: non pas un aménagement du capitalisme mais son dépassement …

Contact : contact-1945@reseau-salariat.info

Fiche technique

– démarrer tôt : la conférence, interventions du public incluses, dure trois heures sans interruption. L’idéal est d’accueillir le public dès 18h (avec des boissons et assiettes, c’est important vu l’heure et la durée, et aussi pour l’ambiance) pour un démarrage à 19h pile. A 22h, il n’est pas trop tard, ce qui évite la débandade, une partie du public reste pour discuter, boire un coup, acheter les bouquins et brochures et le tout se termine pour 23h. Donc, dans l’idéal, il faut une salle avec un bar et de la restauration possible, ouverte au public de 18h à 23h.

surtout pas de salle de spectacle ou d’amphi : comme nous demandons des témoignages non pas depuis la place des intervenants mais sur scène, il faut que la scène soit la moins haute possible et très facile d’accès, qu’il soit également très facile de se déplacer, d’autant que d’autres moments reposent sur des interventions depuis la place et supposent donc la circulation facile du micro baladeur. Les salles où les sièges sont fixes sont à exclure car elles rendent très malaisés ces déplacements. Le mieux est une grande salle vide genre gymnase où on peut installer les chaises avec des circulations faciles. Dans l’idéal, une scène de plain-pied avec le public ou une estrade basse, au milieu d’une des longueurs (et non pas sur une largeur, pour éviter que le public soit trop loin).

Accès à la salle en début d’après-midi pour préparation et répétition.

matériel : il faut une sonorisation (trois micros qui serviront aussi de micros balladeurs); par contre, un éclairage spécifique de la scène n’est pas nécessaire, c’est mieux que toute la salle reste normalement éclairée. Encore une fois, on n’est pas au spectacle, mais dans un moment d’échanges et d’éveil d’une parole d’espoir dans le public lui-même, qui doit être dans la lumière. Trois chaises, une table type guéridon de terrasse de café, un paperboard avec des feuilles faciles à manipuler et deux feutres, un paravent ou des coulisses, une amplification permettant de diffuser des fichiers MP3 depuis un ordinateur (important)

Tirage de la feuille du chant final pour chaque participant.

Table de presse avec les brochures de Réseau salariat et un dépôt d’ouvrages.

hébergement militant et prise en charge des frais de voyage de trois personnes

Conférence gesticulée bretonne

La conférence gesticulée bretonne a été créée au printemps 2015 par Chrystelle, Thierry et Loïc. Cette nouvelle conférence est une adaptation de la première conférence gesticulée de Réseau Salariat : «Le salaire à vie : Et si la gauche arrêtait de penser avec les mots de la droite pour sortir du chantage à l’emploi ? ».

De la sécurité sociale au salaire à vie – une conférence gesticulée de Réseau Salariat

En 1945, la sécurité sociale est conquise. Nous fêtons cette année ses 70 ans. C’est l’occasion de bousculer notre vision de la sécurité sociale, pour découvrir son potentiel révolutionnaire. Nous, les salariés et travailleurs indépendants, pouvons décider de notre travail et avoir un salaire à vie. Encore faut-il se le dire, remettre certains mots à l’endroit, et nous battre avec des armes déjà disponibles.

Si vous êtes en Bretagne pour faire venir la conférence ou pour toute autre info : contact-bretagne@reseau-salariat.info

Et si on émancipait le travail ?
Petites recettes pour sortir du chantage à l’emploi

Cette mini-conférence gesticulée est née suite d’une formation nationale. Notre groupe, composé de Agathe, William et Guillaume du groupe Nord-Pas-de-Calais-Picardie, Claire du groupe Midi-Pyrénées et Baptiste du groupe Bourgogne, a eu envie de continuer l’expérience commencée à cette formation et a décidé de partir sur une formule un peu originale d’une courte conférence gesticulée permettant d’introduire les idées du Réseau Salariat rapidement et d’ouvrir la porte à des discussions de fond lors d’ateliers succédant à la conférence.

Basée sur nos vécus, à la rencontre entre nos cinq expériences, nous avons essayé d’exprimer avec nos mots les problématiques rencontrées et les solutions proposées par le RS.

La conférence dure environ 40 minutes et les ateliers peuvent durer d’une à deux heures en fonction des envies et des demandes.

Contact : contact-midi-pyrenees@reseau-salariat.info

Comment j’ai découvert le travail ?
Dorian Minet du groupe local Midi-Pyrénées

D’un verger, d’une salle de classe jusqu’à la production de vidéos pour internet dans une chambre, je vous raconte ma découverte d’un monde commun à toutes et à tous, le travail. Malheureusement, dans un contexte de chômage de masse et où la question de la souffrance au travail devient publique, il est difficile de ne pas céder à un déni du travail, ne retenir que son étymologie, l’instrument de torture, et ainsi abandonner la réflexion citoyenne nécessaire pour l’émanciper des forces aliénantes qui pèsent sur nos vies. Cette conférence gesticulée propose d’entrevoir des possibilités d’une telle émancipation.

Contact : contact-midi-pyrenees@reseau-salariat.info

Attention, chasse au marché de l’emploi en cours
Cécile du groupe local Midi-Pyrénées

De la traque des cervidés au piège du marché de l’emploi, il n’y a qu’un pas et le bruit assourdissant d’un coup de carabine qui assassine nos rêves d’idéal.
Retraçant mon parcours de vie à travers l’emploi, l’éducation et l’insertion, la conférence se gesticule autour d’une boite de pâté faite maison, et propose d’abattre le marché de l’emploi pour arriver à la nécessité du salaire à vie.

Durée 1h30
contact :  contact-midi-pyrenees@reseau-salariat.info

 

A quoi je dis oui
Ou comment retrouver la dynamique de notre histoire populaire

Bernard Friot

Je suis né en même temps que le régime général de sécurité sociale, et cette coïncidence explique peut-être ma passion de chercheur pour la sécurité sociale. En tout cas, il m’a fallu près de quarante ans pour comprendre que les créateurs du régime général en 1946 luttaient en révolutionnaires contre une sécurité sociale capitaliste déjà très développée à l’époque. Pour cela, il a fallu que je me défasse de toute l’histoire officielle sur la prétendue naissance de la sécu en 1945 et sur sa fonction de justice sociale. Le gamin de milieu populaire que j’étais a dû changer complètement son rapport à la classe ouvrière, passer de son service à son école. Les travailleurs organisés ne sont pas des victimes dont le chercheur est solidaire. Ils ont commencé à se poser en classe en mesure de remplacer la bourgeoisie pour une production débarrassée de la propriété lucrative, du marché du travail, du crédit et de leurs conséquences funestes.  C’est à leur école que j’ai dû me mettre pour faire mon travail de chercheur en science sociale, à savoir épier l’émancipation en acte. Avec Aragon et Croizat, avec mémère Louise et Neruda, je raconte ce que j’ai découvert et j’invite à renouer avec la fierté d’une histoire populaire qui ne demande qu’à être poursuivie.

La conférence est présentée en deux séquences de 1h30 chacune séparées par un entracte qui peut être consacré à un buffet-buvette si la séance est en soirée. Prévoir un accueil vers 18h30 pour que la conférence démarre à 19h précises.

Matériel nécessaire : une table et une chaise, un pupitre pour la lecture des poèmes, l’amplification d’un morceau de musique, un écran et un vidéoprojecteur.

Prévoir avec un libraire un dépôt de mes ouvrages, surtout Emanciper le travail, livre d’entretiens avec Patrick Zech paru en 2015 à La Dispute. Prendre contact avec le groupe local de Réseau Salariat pour que l’information sur ses activités et la diffusion de ses brochures soient assurées.

Prévoir aussi un prix d’entrée, libre ou non, car la conférence est payante : je soutiens ainsi l’activité d’une entreprise qui est la propriété de ses salariés. Se renseigner auprès de administration@ardeur.net

Merci de prendre en charge mes billets de train et de prévoir un hébergement chez l’habitant.

L’organisation le lendemain de la conférence d’un atelier de trois heures avec les spectateurs intéressés par un échange est vivement recommandée.

A bientôt,

Réseau Salariat

Publicités
  1. Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :