Un été et une rentrée d’Attac !

Un été et une rentrée d’Attac ! Lettre d’information — 7 août 2018

Bonjour Sébastien,

Ne ratez pas les rendez-vous d’Attac de l’été et de la rentrée !

Rejoignez-nous dès mercredi 22 août pour l’Université d’été « solidaire et rebelle » sur le campus de Grenoble ! Retrouvez toutes les informations en ligne en cliquant sur ce lien.
Vous êtes jeune et souhaitez participer à la relance d’Attac Campus ? Un atelier y sera consacré pendant l’Université d’été, dont voici les détails.

A la rentrée, on se mobilise pour prendre le contrôle sur la finance et notre avenir !

Le 8 septembre, une mobilisation internationale est en préparation pour exiger la fin des énergies fossiles et un futur avec 100% d’énergies renouvelables.
Le 15 septembre nous repasserons à l’action partout en France, en Europe et dans le monde, pour exiger des banques et des institutions financières qu’elles arrêtent de financer les dérèglements climatiques et l’évasion fiscale avec notre argent.

Campagne « #PasAvecNotreArgent »

Impliquez-vous dans la campagne « #PasAvecNotreArgent »

vendredi 13 juillet 2018, par Attac France

Aujourd’hui, nous ne voulons plus que notre argent se retrouve dans une banque, un placement, une institution financière ou une collectivité dont les pratiques sont contraires à nos valeurs et qui mettent en péril notre avenir. Nous réclamons des emplois et des revenus décents pour les travailleur.euse.s, ainsi que justice et dignité pour les communautés qui sont en première ligne, durement touchées par les conséquences de l’industrie fossile et du dérèglement climatique.

lire en ligne

Webinaire : Isabelle Bourboulon « 10 ans après la crise, prenons le contrôle de la finance »

vendredi 13 juillet 2018, par Attac France

A l’occasion de la sortie du livre « 10 ans après la crise, prenons le contrôle de la finance », publié par Attac, Isabelle Bourboulon, la principale rédactrice du livre, nous livre des clés pour comprendre les enjeux de la finance contemporaine et envisager les réformes nécessaires à la régulation de la finance.
En 2008, une crise financière ébranlait les économies du monde entier, révélant la toxicité de la finance non régulée. Dix ans après, l’époque est toujours aussi favorable à la finance et aux (…)

lire en ligne

Carte et liste des mobilisations #PasAvecNotreArgent

vendredi 3 août 2018, par Attac France

Joignez-vous aux actions dans votre région, les actions se dérouleront du 8 au 15 septembre, les dates peuvent varier selon l’organisation des groupes d’action !
Toutes les actions sont en préparation d’ici à la rentrée, Nous vous invitons revenir sur la page fin août pour plus d’informations ou à prendre contact avec les adresse électroniques référencées dans dans vos villes ci-dessous dans la carte et dans la liste Cartographie de toutes les actions en (…)

lire en ligne

Visuels de la nouvelle campagne #PasAvecMonArgent

vendredi 3 août 2018, par Attac France

Leurs investissement dans des projets toxiques et leur présence dans les paradis fiscaux… les pratiques des banques ne sont plus tolérables et encore moins avec notre argent !

lire en ligne

Université d’été

Les activités d’Attac à l’Université d’été

jeudi 2 août 2018, par Attac France

Retrouvez dans cet article l’intégralité des activités dans lesquelles Attac est impliquée pendant l’Université d’été « solidaire et rebelle ».

lire en ligne

Pour la relance d’Attac campus !

mercredi 1er août 2018, par Attac Campus

Pour relancer collectivement Attac Campus, nous vous invitons à un atelier lors de l’Université d’été, vendredi 24 août, de 12h à 14h.

lire en ligne

Agenda militant

Soirée de rentrée : présentation de L’abécédaire engagé et perspectives de mobilisation

mercredi 1er août 2018, par Attac France

A l’occasion de la sortie du livre « L’abécédaire engagé, d’altermondialisme à zapatisme », Attac et Les liens qui libèrent organisent une grande soirée de rentrée le 6 septembre.

lire en ligne

12 septembre – Soirée publique : Reprenons le contrôle sur notre avenir

mercredi 1er août 2018, par Collectif

Qu’il s’agisse du climat ou de la finance, l’action citoyenne joue un rôle stratégique.

Le 12 septembre, rejoignez-nous au Théâtre de la République pour une soirée riche en échanges : nous dessinerons ensemble des pistes pour reprendre le contrôle sur la finance et notre avenir. Lors de cette soirée, 350.org, Attac, le CRID, Energie Partagée, Finance Watch, et beaucoup d’autres témoins poseront un diagnostic sans appel et ouvriront des perspectives de mobilisations communes.

lire en ligne

15 septembre : journée de mobilisations #PasAvecNotreArgent

mercredi 1er août 2018, par Attac France

Samedi 15 septembre des dizaines d’actions seront organisées partout en France, en Europe et même à New York.
L’objectif ? dénoncer l’inaction des gouvernements et l’irresponsabilité des banques car 10 ans après la crise financière, rien n’a été fait pour limiter le pouvoir toxique de la finance !

lire en ligne

Je fais un don

Je fais un don

lundi 4 novembre 2013

Souscription 2018
Campagne de dons
Plus encore aujourd’hui qu’hier, vos dons sont la condition de notre action et de notre indépendance.
Attac fête ses 20 ans en 2018 !
Association d’éducation populaire tournée vers l’action, Attac a la conviction que l’action citoyenne et le mouvement social ont un rôle central à jouer, multipliant les grains de sable dans la mécanique bien huilée de la mondialisation néolibérale.
Ainsi, en février 2018, Attac a gagné face à la multinationale Apple, la justice (…)

lire en ligne

Boutique en ligne : dernières publications

10 ans après la crise : Prenons le contrôle de la finance

Dix ans après la crise financière de 2008, l’époque est toujours aussi favorable à la finance, aux fonds d’investissement et aux banques. Les timides réformes engagées depuis n’ont pas réussi à ébranler (…)

juin 2018
Attac France

acheter en ligne

L’imposture Macron

L’illusion d’une sortie de la crise actuelle par des politiques néolibérales est-elle nouvelle ? C’est ce que prétend incarner Emmanuel Macron, en voulant créer une mystique salvatrice via ses réformes (…)

avril 2018
Attac France

acheter en ligne

Attac France — 2018
Twitter |  Facebook |  Viméo
Adhérer à Attac |  Faire un don


Attac France

21 ter rue Voltaire
75011 PARIS
France

Poster un commentaire

Communiqué FSU Halte au blocus de Gaza : la Flottille de la liberté doit passer !

Communiqué FSU

Les Lilas le 2 août 2018

Halte au blocus de Gaza : la Flottille de la liberté doit passer !

Ce dimanche 29 juillet, l’Awda, navire amiral de la flottille partie cette année de Suède et de Norvège, a été intercepté par la marine israélienne, et détourné vers le port israélien d’Ashdod. Son équipage et ses passagers ont été arrêtés et sont actuellement détenus en Israël.

Après Salah Hamouri détenu sans procès depuis de nombreux mois, c’est Sarah Katz, membre de l’équipage de l’Awda, citoyenne française également, qui a été emprisonnée en Israël, et depuis peu libérée. Pour ces deux situations, le silence du gouvernement est assourdissant et la protection consulaire absente.

La Flottille doit passer. l’Awda doit être restituée pour pouvoir aller à Gaza, et son équipage et ses passagers doivent être libérés.

Et la « Freedom », le voilier qui va la suivre dans quelques heures, ne doit pas faire l’objet d’un acte similaire.

La FSU, membre du collectif pour une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens, demande au gouvernement français d’agir dans ce sens, de toute urgence et publiquement, en prélude à une indispensable intervention, ferme et assortie de sanctions, pour la levée du blocus de Gaza.

Le gouvernement français doit agir pour que cesse le scandale que constitue ce blocus.

Il est temps que la communauté internationale s’exprime avec force et rappelle Israël à ses devoirs. Elle ne doit pas laisser indéfiniment son gouvernement et son armée agir et violer le droit international en toute impunité. Cela passe aussi par l’arrêt de toute coopération économique jusqu’à ce qu’Israël respecte enfin le droit international et s’y soumette.

Poster un commentaire

Communiqué LDH : « Loi asile immigration, il est encore temps d’écouter la société civile »

Loi asile immigration, il est encore temps d’écouter la société civile

Communiqué LDH

Après son examen par le Sénat le projet de loi asile immigration vient de repasser à l’Assemblée nationale. Il a été confirmé par 43 votes favorables, avec 77 présents sur 577 députés. Visiblement, au sein même de la majorité parlementaire, il convainc de moins en moins. Et pour cause, il est condamné par l’ensemble du monde associatif engagé sur ces questions. Il s’est attiré de sévères critiques de toutes les instances compétentes consultées, Défenseur des droits, Commission nationale consultative des droits de l’Homme, Contrôleure générale des lieux de privation de liberté…

Il réduit encore l’accès réel au droit d’asile comme au droit au séjour, porte atteinte au droit au respect de la vie privée et familiale, au droit à l’hébergement, généralise les possibilités d’enfermement de personnes n’ayant commis aucun délit.

Il ignore les vrais problèmes, notamment le drame du refus de l’accès à la demande d’asile qui cause des milliers de morts chaque année en Méditerranée. Il nie tout l’apport des migrants à notre société en jouant sur la peur et l’ignorance.

Les Etats généraux des migrations regroupant plus de 500 associations nationales et locales dans toute la France ont travaillé à l’élaboration de propositions pour une politique de l’asile et de l’immigration respectueuse des droits de l’Homme, partant des réalités et non des fantasmes xénophobes. Cette démarche, comme ces propositions, ont été malheureusement jusqu’ici totalement ignorées.

Aussi, nous demandons solennellement au gouvernement de prendre enfin le temps d’un dialogue réel avec la société civile.

Paris, le 30 juillet 2018

Télécharger le communiqué au format PDF

Poster un commentaire

Communiqué commun : « Sauvetage des migrants en mer : lettre ouverte à Emmanuel Macron sur le rôle des ONG »

 

Sauvetage des migrants en mer : lettre ouverte à Emmanuel Macron sur le rôle des ONG

Lettre ouverte de plusieurs organisations françaises au président de la République

Monsieur le Président,

Le 26 juin, vous avez notamment déclaré, à propos des ONG qui sauvent en mer des migrants, qu’elles « font le jeu des passeurs ». Nos organisations, et l’ensemble de la communauté des ONG françaises, nos 250.000 militants bénévoles, salariés et volontaires, et les millions de citoyens qui soutiennent nos actions, ont été heurtés par vos propos.

Monsieur le Président, le premier rôle d’une ONG humanitaire est de sauver toute vie lorsque celle-ci est en péril, sans aucune distinction et cela ne peut se négocier. La solidarité ne se divise pas. Elle ne peut sélectionner les personnes auxquelles elle se doit de porter secours. Ou alors, ce n’est plus de la solidarité.

C’est en revanche le rôle des États d’assurer des voies légales et sûres pour la migration et l’accueil des personnes en danger. C’est le rôle de notre pays que de continuer à porter une parole courageuse en faveur des réfugiés. C’est le rôle de notre pays enfin que de porter une voix généreuse et solidaire.

Et nul ne peut faire porter sur les ONG la responsabilité des échecs tragiques de la communauté internationale à rétablir la paix au Moyen Orient ou en Afrique. Nul ne peut faire porter aux ONG la responsabilité de la pauvreté endémique qui continue de miner des territoires entiers en Afrique subsaharienne ou l’accroissement abyssal des inégalités partout dans le monde y compris dans nos territoires. Les ONG ne sont pas responsables du volume scandaleux de l’évasion fiscale qui mine le développement de nombre de pays. Elles ne sont pas plus responsables de l’accroissement du réchauffement climatique qui met sur les routes de l’exil forcé nombre d’hommes et de femmes dont les territoires de vie deviennent proprement invivables.

Monsieur le Président, nos organisations militent et agissent au quotidien et dans des conditions de plus en plus difficiles, pour apporter assistance aux personnes en danger, pour tisser des liens de solidarité et de coopération entre nos territoires et des territoires du monde. Elles portent et appellent sans cesse à la responsabilité collective pour réduire les inégalités et la pauvreté, engager les transitions écologiques et démocratiques nécessaires et investir dans le dialogue entre les peuples. Ces actions permettent le plus souvent de réduire les fractures, d’apaiser les tensions, de faire renaitre l’espoir et de contribuer à la paix au moment où les discours de haine, de peur et de défiance envahissent les relations internationales.

Nous sommes entrés depuis quelques années dans un contexte européen et mondial qui voit, mois après mois, le basculement de pays lointains et bien plus proches vers des régimes de plus en plus autoritaires et liberticides. Dans un nombre croissant de pays, tous les jours des lois sont votées, des directives données pour réduire la liberté de parole de la société civile, pour restreindre le droit d’association, voire pour criminaliser tout engagement associatif. Ainsi le recul des droits humains s’accentue et celui de la capacité à s’en indigner régresse tout autant. Chaque pouce perdu sur ce terrain est un revers pour tout ce qui a fait notre histoire et pour les valeurs qui fondent nos propres institutions.

C’est une lame de fond qui nous alerte au plus haut point, et oblige tous les démocrates convaincus que l’heure désormais doit être à la résistance et à la fermeté sur le terrain des droits humains et de l’aide humanitaire parce que c’est un impératif consubstantiel de ce que sont nos sociétés. La France peut et doit porter cette voix dans le monde, et éviter d’ajouter par des déclarations intempestives, de la confusion à la confusion. Faute de quoi, cette tendance risque également de nous emporter.

Monsieur le Président, nos causes sont justes et attendent de vous un soutien sans ambiguïté, plein et entier.

Paris, le 26 juillet 2017

 

Signataires : Acting for life Bertrand Lebel, directeur ; Action contre la faim Thomas Ribémont, président ; Action contre la faim Véronique Andrieux, directrice générale ; Action santé mondiale Patrick Bertrand, directeur ; Action-Aid France Birthe Pedersen, présidente ; ADTTF Abdoulaye Bah, président ; Agrisud international Yvonnick Huet, directeur ; Agronomes et vétérinaires sans frontières – AVSF Frédéric Apollin, directeur ; Aide et action France-Europe Charles-Emmanuel Ballanger, directeur ; Aides Aurélien Beaucamp, président ; ASAH Yves Knipper, directeur ; Asmae-association sœur Emmanuelle Alain Barrau, président ; Asti Christian Bulot, bénévole ; Avocats sans frontières France Vincent Fillola, co-président ; C4D Sophie Nick, directrice ; Care France Philippe Lévêque, directeur ; cartONG Charlotte Pierrat, présidente ; CCFD-Terre Solidaire Benoît Faucheux, délégué général ; Ciedel Catherine Delhaye, directrice ; CNAJEP François Mandil, président ; Collectif des associations citoyennes (CAC) Jean Claude Boual, président ; Comede Didier Fassin, président ; Comité d’accueil 72 Amélie Polachowska, membre ; Comité français pour la solidarité internationale Yves Le Bars, président ; Commerce équitable France Julie Stoll, déléguée générale ; Coordination humanitaire et développement Xavier Boutin et Thierry Mauricet, co-présidents ; Coordination SUD Philippe Jahshan, président ; CRID Emmanuel Poilane, président ; ECPAT France Emilie Vallat, directrice ; Electriciens sans frontières Hervé Gouyet, président ; Entraide médicale internationale, EMI Alain Roussel, président délégué ; Etudiants et développement Vincent Pradier, délégué général ; Fédération artisans du monde Anne Chassaing et Daniel Beauchêne, coprésident-e-s ; Fondation Danielle Mitterrand France libertés Emmanuel Poilane, directeur général ; Fondation GoodPlanet Henri Landes, directeur général ; Forim Thierno Camara, président ; Frères des Hommes Bernard Cabut, membre du Conseil d’administration ; Frères des Hommes Luc Michelon, président ; GERES (Groupe Energie Renouvelable environnement et solidarité) Laurence Tommasino, déléguée générale ; Gevalor Jean-Michel Royer, président ; Grandir dignement Hélène Muller, directrice ; GREF Agnès Riffonneau, présidente ; Gret – Professionnels du développement solidaire Olivier Bruyeron, directeur ; Groupe initiatives Pierre Jacquemot, président ; Habitat-cité Annabella Orange, directrice ; Handicap international/humanité et inclusion Manuel Patrouillard, directeur général ; IECD Tobias Hartig, directeur ; Ingénieurs sans frontières Sébastien Gondron, président ; La Chaîne de l’espoir Jean-Roch Serra, directeur général ; Ligue des droits de l’Homme Malik Salemkour, président ; Maison des citoyens du monde de Loire-Atlantique Jean-Clair Michel, président ; Medair France Annick Balocco, directrice ; Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples – Mrap Jean-François Quantin, co-président ; Oxfam France Cécile Duflot, directrice ; Partage Nicolas Lenssens, directeur général ; Peuples solidaires – Action aid (groupe Le mans-la Suze) Patrick Brossard, président ; Plateforme d’associations franco-haitïennes Jimitry Annexile, chargé de missions ; Première urgence internationale Thierry Mauricet, directeur général ; Ritimo Danielle Moreau, co-présidente ; Secours islamique France Rachid Lahlou, président ; Sherpa Sandra Cossart, directrice ; Sidaction Florence Thune, directrice générale ; Solidarité laïque Roland Biache, délégué général ; Solidarités international Alexandre Giraud, directeur général ; SOLTHIS Louis Pizarro, directeur général ; SOS Villages d’enfants Isabelle Moret, directrice générale ; SOS Villages d’enfants France Gilles Paillard, directeur général ; Vision du monde Camille des Boscs, directrice générale.

Poster un commentaire

[LDH] Communiqué de presse – Collectif Romeurope


Communiqué de presse

Nantes, le 28 juillet 2018

Eté 2018 : la valse des expulsions reprend.

Hier matin, le bidonville de la prairie des Mauves a été vidé de ses 
caravanes, déplacées sur le bord de la route, les autres biens, 
précieux en cette période de canicule, ont été détruits (frigidaires 
avec nourriture, auvents pour préserver du soleil...).

Un grand nombre d'adultes, en contrat de travail, n'ont pu aller au 
travail et ont maintenant a choisir entre mettre leurs familles a l'abri 
ou préserver leur emploi.

Les expulsions sans solutions continuent, depuis plus de 10 ans 
maintenant. Elles touchent les familles, sans aide ou presque, qui 
s'insèrent peu à peu, et ces expulsions anéantissent tous leurs efforts 
concernant la scolarité, la santé et le travail.

Le Collectif Romeurope de l'agglomération nantaise se réjouit du projet 
de la Maîtrise d'œuvre Urbaine et Sociale en cours, mais constate 
qu'elle ne concernera pour la première année qu'un petit nombre de 
familles et laisse les autres à la merci d'expulsions et de destructions 
de leurs lieux de vie, si précaires pourtant, de façon répétées, sans 
aucune considération pour leur parcours.


Collectif Romeurope de l’agglomération nantaise.

Poster un commentaire

Un collège-lycée contraint illégalement des enfants à être traçables en permanence

30 juillet 2018 – Il y a dix jours, une lycéenne de l’établissement scolaire privé Rocroy Saint-Vincent de Paul, à Paris, a révélé un changement du règlement intérieur de l’établissement. À compter de la rentrée, chaque collégien et lycéen devra porter sur lui un porte-clef fourni à l’établissement par la start-up française New School et qui permettra de localiser l’élève via une puce Bluetooth intégrée. Voici le résultat de notre analyse juridique et technique de ce système, concluant à son illégalité.

Fonctionnement du porte-clef

L’établissement scolaire a expliqué que le porte-clef obligatoire lui sera fourni par New School, une start-up française soutenue notamment par Apple1 et mise en avant en 2016 par Qwant2.

Le porte-clef intègre une puce Bluetooth, gérée par un logiciel fourni par une autre start-up française, Ubudu, qui a annoncé sa collaboration avec New School depuis 2016.

Sur son site, Ubudu se décrit ainsi : « Ubudu est la solution RTLS de prochaine génération, qui piste, analyse et détecte biens et personnes sur des lieux industriels ou de services : aéroports, usines, hôpitaux, magasins, centres sportifs ou de loisir, etc. Ubudu fonctionne uniquement avec des petits tags ou smartphones échangeant des signaux radio avec des capteurs fixes, et un serveur de localisation qui calcule et traite la position »3.

Dans sa documentation technique, Ubudu décrit un de ces tags, le tag BLE (Bluetooth Low Energy) : « utilisez des tags BLE si vous avez de nombreux biens à pister et n’avez pas besoin d’une précision en deçà de 1-2m. […] Des exemples de mise en œuvre comprennent la solution de service en salle de McDonalds ou le badge étudiant New School (voir photo). Vous pouvez aussi utiliser des équipements iBeacon standards, dont nous recommandons ceux de haute qualité, tels que ceux de EM Microelectronics »4.

Parmi les puces EM Microelectronics auxquelles renvoient Ubudu se trouve la puce EMBC01. La fiche technique de cette puce indique qu’elle peut signaler sa présence (en émettant un message radio) une fois par seconde, et qu’elle a alors une portée de 75 mètres et une durée de vie de 12,5 mois.

Nous pensons que cette puce (recommandée par Ubudu, partenaire de New School), ou une puce similaire, est celle intégrée dans le porte-clef New School. En effet, la documentation commerciale de New School indique que « la durée de vie de nos porte-clés connectés est d’environ 13 mois », ce qui correspond à la durée de 12,5 mois de la puce EMBC01. De même, après prise de contact avec New School, NextInpact explique que, « à en croire ses développeurs, cette clef […] dispose d’une portée de 15 à 25 mètres en intérieur, et même 75 mètres à l’extérieur » – la même portée que la puce EMBC01.

Enfin, la puce qui apparait sur plusieurs photo du porte-clef New School (ici, en bas, une photo de 2016 tirée de l’article de Qwant en soutien à la start-up) est identique à l’image de la puce EMBC01 diffusée par EM Microelectronics dans sa documentation (ici, en haut).

Le porte-clef New School émet donc constamment, une fois par seconde et pendant 13 mois, un identifiant unique, propre à chaque porte-clef et, ainsi, à chaque enfant. Cet identifiant peut être capté par les smartphones situés dans un rayon de plusieurs dizaines de mètres.

Dans son règlement intérieur, l’établissement Rocroy explique que le port constant du porte-clef par les enfants permettra « de s’assurer de la présence de chacun d’eux en classe, sur les installations sportives, au CDI et lors des sorties mais aussi au cours des exercices de sécurité ». Comme le détaille New School dans sa documentation, les professeurs et encadrants, munis de smartphone, pourront recevoir l’identifiant unique émis par chaque porte-clef et, ainsi, contrôler la présence des porte-clefs environnants (et, par là, en théorie, de chaque enfant dont le nom et la photo sont associés à chaque identifiant Bluetooth dans la base de données New School).

Charlemagne/EcoleDirecte

Dans sa documentation, New School explique que « tous les outils édités par NewSchool sont conçus avec un souci permanent de protéger les données : […] chacun accède uniquement aux données auxquelles le chef d’établissement lui donne accès, le niveau de sécurité des mots de passe est celui dépendant du logiciel Charlemagne/EcoleDirecte ».

Charlemagne/EcoleDirecte est un logiciel de suivi de scolarité développé par l’entreprise française STATIM. Cette entreprise fournit en ligne la documentation du logiciel. On y découvre les fonctionnements d’une sécurité d’un autre âge…

Pour la création d’un nouveau profil, c’est l’administrateur qui choisit lui-même le mot de passe pour chaque utilisateur. Pour qu’un utilisateur récupère son mot de passe, celui-ci lui est alors envoyé en clair par email. Si le mot de passe peut lui être envoyé de la sorte, c’est manifestement qu’il est conservé en clair sur le serveur… contrairement aux recommandations élémentaires de la CNIL5.

Faire reposer l’identification de données de localisation d’enfants sur un système aussi peu sécurisé, initialement développé pour un usage très différent, est impensable. C’est pourtant ce qu’explique faire New School.

De fausses affirmations

Dans un communiqué réagissant à la polémique naissante, l’établissement Rocroy explique, tentant d’être rassurant, que « le bluetooth ne s’active que lorsque l’enseignant fait l’appel. Le reste du temps, les porte-clés s’éteignent automatiquement ».

Cette affirmation rend absurde la durée de vie de 13 mois du porte-clef annoncée par New School dans la documentation. Au regard de l’état de l’art des puces Bluetooth (tel qu’il en ressort des caractéristiques de la puce EMBC01), une puce qui serait activée une poignée de minutes seulement par jour (le temps de faire l’appel) aurait une durée de vie de plusieurs années et n’aurait pas besoin d’être renouvelée tous les 13 mois.

Ce renouvellement de la puce aurait pu être justifié par le passage d’une année à l’autre par chaque enfant, mais le délai de renouvellement aurait alors été de 12 mois et non de 13. Le renouvellement de la puce n’est donc justifiable que par une seule raison : la puce est activée de façon constante, 24h/24, même en dehors des 8 heures de classe quotidiennes (sans quoi la durée de vie annoncée serait triple, de l’ordre de 39 mois).

Par ailleurs, l’idée que la puce n’émette qu’au moment de l’appel est inconciliable avec la détection des enfants en CDI (en bibliothèque) : ce lieu pouvant être accédé n’importe quand, il n’y a pas d’appel à y faire à un instant déterminé. La puce doit émettre régulièrement pour signaler une présence au du CDI.

L’affirmation de l’établissement Rocroy semble donc fausse. Les conséquences seraient lourdes. Certes, l’identifiant unique émis par le porte-clef n’indique pas directement le nom d’un élève. Mais qu’importe : activé en permanence, il permettrait de suivre à la trace chaque enfant de façon individualisée (l’identifiant étant unique), au simple moyen d’un smartphone (EM Microelectronics fournit même une application à cette fin), n’importe où, même en dehors de l’école, pour peu qu’on se trouve dans un rayon de 75 mètres de l’enfant.

Si l’établissement ne fournit pas d’informations nouvelles permettant de contredire cette hypothèse, nous viendrons la vérifier en pratique à la rentrée devant son lycée, qui n’est pas très loin de nos locaux.

Par ailleurs, dans son communiqué de presse, l’établissement prétend que le porte-clef « n’utilise pas la géolocalisation, et ne permet donc pas de connaitre la position ou les déplacements des élèves ».

Ce n’est pas ce que révèle la fiche de l’application New School qui sera utilisée sur smartphone par le personnel de l’établissement afin de détecter les porte-clefs à proximité. Au moment de son installation, l’application demande de pouvoir transmettre à New School la géolocalisation précise du smartphone, notamment par GPS. Or, la géolocalisation du smartphone permettra aussi de géolocaliser les portes-clefs détectés qui, par définition, seront situés dans une proximité directe. L’affirmation de l’établissement est donc fausse : le porte-clef permettra d’indiquer à New School la position des enfants dès lors qu’ils se trouveront à proximité d’un smartphone utilisant l’application New School.

Enfin, dans son communiqué, l’établissement a cru bon de prétendre que « les données personnelles (nom de l’élève, emploi du temps) sont protégées et cryptées, en accord avec la CNIL ». Or, comme on l’a vu, le système Charlemagne/EcoleDirecte sur lequel repose New School ne satisfait aucune des recommandations de la CNIL élémentaires en matière de sécurité. Ainsi, contactée par Le Point sur cette affaire, la CNIL a déclaré mardi dernier « ne pas avoir eu d’échange avec le lycée Rocroy sur le dispositif ».

Un système illégal

Le port obligatoire du porte-clef New School par chaque enfant semble illicite du simple fait que l’information fournie par l’établissement sur l’interruption automatique du porte-clef serait fausse, alors que le règlement général sur la protection des données (RGPD) exige une information loyale.

De plus, quand bien même cette information serait juste (si le porte-clef n’émettait pas constamment), le système serait illicite pour d’autres raisons.

D’abord, le RGPD exige que tout traitement de données personnelles soit fondé sur une base légale : le consentement, la nécessité de fournir un service public ou la nécessité de poursuivre un « intérêt légitime ».

Ici, les enfants ne peuvent donner aucun consentement valide au traçage : ils n’ont pas le choix de l’accepter pour aller en cours et ne peuvent l’accepter qu’en même temps qu’ils acceptent l’ensemble du règlement intérieur. Leur consentement, qui ne serait ni libre ni spécifique, ne serait jamais reconnu comme valide par la CNIL (au sujet du caractère libre du consentement, voir l’analyse détaillée développée dans nos plaintes collectives contre les GAFAM).

S’agissant de la nécessité de fournir un service public ou de poursuivre un intérêt légitime (tel que faire l’appel des élèves), il faut d’abord démontrer que le système est « nécessaire ». En droit, ceci implique notamment qu’il n’existe aucun autre système alternatif qui, atteignant les mêmes objectifs, cause des risques moins élevés en matière d’atteinte aux libertés fondamentales. Ici, l’appel des enfants à l’oral remplit les mêmes objectifs sans poser de risque pour la vie privée. Le fait que le traçage par localisation automatique des enfants simplifie l’appel des élèves ne saurait le rendre « nécessaire », surtout au regard des risques importants qu’il cause quant à la traçabilité constante de la position de chaque enfant.

Toutefois, ce débat sur la « nécessité » a déjà été tranché par le groupe de l’article 29 (G29, l’institution qui réunissait les CNIL des 28 États membres de l’Union européenne et qui est devenu le Comité européen de la protection des données depuis le 25 mai 2018).

Depuis 2011, le G29 considère que, dans les cas où des personnes pourraient être localisées au moyen de signaux émis par un dispositif qu’elles transportent, et dans le cas où cela serait possible non pas sur la base de leur consentement mais sur celui d’un « intérêt légitime », il faut systématiquement que ces personnes puissent librement et facilement s’opposer à un tel traçage, à tout moment.

Dans notre cas, à l’inverse, l’établissement Rocroy sanctionne les enfants qui s’opposerait au pistage en refusant de porter le porte-clef. L’obligation de le porter est donc illicite de ce seul fait.

Par ailleurs, peu importe la base légale du traitement de données personnelles, le RGPD exige que celui-ci soit accompagné d’un certain nombre d’informations. Le responsable de traitement doit indiquer :

  1. son identité et ses coordonnées ;
  2. les finalités poursuivies ;
  3. l’étendue des droits de la personne concernée ;
  4. si les données sont transmises à des tiers, l’identité de ces destinataires ou la catégorie de ces destinataires ;
  5. la condition de licéité remplie par le traitement – en précisant, selon le cas, l’intérêt légitime défendu ou la possibilité de retirer le consentement donné ;
  6. la durée de conservation des données ;
  7. l’existence d’un transfert de données en dehors de l’Union, en précisant les garanties encadrant ce transfert ;
  8. l’existence d’une prise de décision automatisé.

Dans notre cas, l’établissement n’a fourni aucune de ces informations, si ce n’est, éventuellement, certaines des finalités envisagées (s’agissant des élèves, « s’assurer de la présence de chacun d’eux en classe, sur les installations sportives, au CDI et lors des sorties mais aussi au cours des exercices de sécurité »), sans qu’on ne sache toutefois si ces finalités sont exhaustives.

Les autres informations sont simplement absentes, rendant le système illicite de ce seul fait.

Enfin, comme vu plus haut, les obligations de sécurité imposées par le RGPD ne sont pas respectées puisque le système New School repose sur le système complètement obsolète de Charlemagne/EcoleDirecte.

Et maintenant ?

Nous invitons les élèves et parents d’élèves de l’établissement Rocroy à se saisir des éléments développés ici pour saisir la justice en référé afin de faire changer le règlement intérieur avant la rentrée.

De façon plus générale, nous appelons la CNIL à enquêter sur la start-up New School avant que celle-ci ne démarche d’autres établissements. La situation est des plus inquiétante puisque, dès 2016, d’après Le Figaro Madame, « le cabinet de Valérie Pécresse lui fait savoir qu’ils aimeraient utiliser l’application pour toute la région Île-de-France ».

Politiquement, le cas de New School révèle un mouvement plus profond et plus grave : les puces choisies par New School ont initialement été pensées et sont normalement utilisées pour localiser des objets fixes (des murs) ou mobiles (des marchandises) afin qu’un humain muni d’un smartphone puisse se repérer parmi ces objets. Cette situation s’inverse ici : la puce n’est plus attachée à des objets mais à des enfants ; le smartphone ne sert plus à se repérer dans l’espace mais, immobile au poste du surveillant, à définir l’espace dans lequel les humains peuvent évoluer. L’humain ne se déplace plus parmi les choses : il est une chose comprise par d’autres.

  • 1. En janvier dernier, La Tribune explique, au sujet de la créatrice de New School, après que celle-ci a remporté un prix pour jeune startupeux :
    Quelques mois plus tard, Apple entre en contact avec elle et lui demande de pitcher deux jours plus tard dans ses bureaux londoniens. « J’étais déjà sur place, à croire qu’ils m’avaient tracée… » Dans le développement de NewSchool, la marque à la pomme a joué un rôle important, notamment dans la conception de l’application mais aussi dans la commercialisation : « Le marché de l’éducation en France est assez impénétrable, nous avons échangé beaucoup d’informations ».
    […]
    Le coaching by Apple est toujours d’actualité. La jeune entrepreneure participe à de nombreux événements et voit régulièrement des développeurs, français et anglais, pour avancer sur l’application. Elle a même eu le privilège de rencontrer Tim Cook, en février dernier. Au tout début, il était question de faire de NewSchool une application préintégrée sur les appareils vendus aux établissements scolaires, mais « à l’époque nous n’étions pas assez développés, ni commercialement ni au niveau des fonctionnalités. Il nous faut encore grandir pour espérer un jour avoir une application commune », explique-t-elle. Et le travail en famille est toujours valable. « Ma mère est directrice commerciale, elle travaille beaucoup. Nous avons fait le salon de l’éducation la semaine dernière, c’est elle qui a tout géré », s’enthousiasme la jeune femme.
  • 2. Qwant semble avoir dé-publié son article en soutien à New School, mais nous en avions fait une copie. En réaction au présent article, Qwant a précisé que « Nous avons été invité à remettre un prix étudiant à la fondatrice pour son projet entrepreneurial (elle était la plus jeune entrepreneuse de France) mais notre lien avec l’entreprise n’a pas été au-delà de ce concours. »
  • 3. Notre traduction de « Ubudu is a next-generation RTLS solution, which tracks, analyses and detects assets and people in industrial or service sites: airports, factories, hospitals, retail, sport & leisure venues, etc. Ubudu simply works with small tags or smartphones exchanging radio-signals with fixed sensors, and a location server that computes and processes the position. »
  • 4. Notre traduction de « Use BLE Tags if you have many assets to track and do not need accuracy below 1-2m. (…) Examples of realizations include McDonald’s table service solution and New School student tokens (include pictures). You can also go with standard iBeacon devices, for which we recommend those of high quality, such as EM Microelectronics ».
  • 5. De bon sens, la CNIL exige que « le mot de passe ne doit pas être communiqué à l’utilisateur en clair par courrier électronique » et que « le mot de passe ne doit jamais être stocké en clair ».

Poster un commentaire

Le rapport sénatorial sur le métier enseignant reprend les objectifs de Cap 22

26/07/2018 – 03h00– « Ce ne sera pas un rapport comptable ». Les propos du sénateur Max Brisson (LR), auteur avec la sénatrice Françoise Laborde (RDSE), du rapport sur le métier d’enseignant, sont pourtant démentis par le contenu du rapport qui évoque des modifications de statut , de recrutement, d’affectation qui reprennent largement les recommandations du rapport Cap 22 : annualisation des services, révision du temps de travail, obligation de remplacement, personnalisation des affectations et reconnaissance du « mérite ». On notera deux apports. D’abord l’idée de varier la formule des concours de recrutement des enseignants entre 1er degré et 2d degré. Ensuite la reconnaissance d’un point que le Café pédagogique avait établi en juin : derrière la question du concours d’admissibilité en L3 il y a celle de la récupération des 25 000 postes de fonctionnaires stagiaires.

« Ce ne sera pas un rapport comptable. Ce ne sera pas non plus un rapport de dénigrement. On veut jeter un regard bienveillant sur la profession ». Max Brisson, agrégé, inspecteur général, et Françoise Laborde, professeure des écoles, publient le 25 juillet un rapport attendu sur le métier enseignant, réalisé pour la commission de l’éducation du Sénat,. Et il est peu en accord avec ces engagements. Si le rapport aborde les questions de recrutement, d’affectation, de statut et de carrière, ses préconisations sont toujours très proches des idées ministérielles et du rapport Cap 22, qui, lui au moins, annonce clairement la couleur sur son obsession budgétaire.

Recruter en L3

Le rapport Brisson – Laborde veut construire « un cadre rénové pour renouer avec l’attractivité » du métier enseignant. On sait que la crise de recrutement est réelle. Elle touche plusieurs académies pour le premier degré et plusieurs disciplines pour le second. Pour répondre à cette crise, le rapport fait des préconisations sur les concours de recrutement, l’affectation des enseignants, leur statut et leur rémunération.

Sur les concours, le rapport distingue entre 1er et 2d degrés.  Pour le second degré il propose peu de modifications. L’admissibilité aurait lieu plus tard au milieu de l’année de M2 de façon à assurer « une formation plus disciplinaire ». La formation professionnelle aurait lieu au  second semestre de M2, avant le concours d’admission, et jusqu’en T3 (3éme année d’exercice) au moment où les lauréats du concours sont en charge de classes. Les rapporteurs ont une conception très traditionnelle du métier mettant l’accent sur la formation disciplinaire. Toutefois les rapporteurs recommandent un pré recrutement dès L1 auprès des assistants d’éducation, solution proposée aussi par le ministre.

Pour le premier degré par contre, ils préconisent le concours d’admissibilité en fin de L3 et l’admission en fin de M2. C’est ce que recommandent aussi JM Blanquer et le rapport Cap 22 mais pour tous les enseignants.

Supprimer 25 000 postes de professeurs stagiaires

Interrogé sur le statut des candidats entre L3 et M2, M Brisson reconnait que « financièrement ils ne pourront pas être fonctionnaires stagiaires ». Ce statut court aujourd’hui sur l’année de M2 et la solution proposée par le rapport pour le premier degré la ferait courir sur deux années. Les deux sénateurs disent ce que JM Blanquer n’a pas dit dans son projet de réforme de la formation et que le Café pédagogique avait expliqué en juin. Le principal effet du déplacement du concours en L3 c’est de supprimer les 25 000 postes de fonctionnaires stagiaires.

C’ets exactement le nombre de postes que Bercy devrait réclamer à l’Education dans le cadre de la suppression des postes de fonctionnaires. Et c’est aussi refaire ce que X Darcos avait fait en 2008 dans une situation politique identique. Au lieu d’être fonctionnaires stagiaires, les lauréats des concours d’admissibilité sont des étudiants éventuellement boursiers ou des apprentis.

Le rapport recommande aussi une reprise en main des Espe avec un affaiblissement du tronc commun et surtout une chasse aux sorcières envers les formateurs qui devraient être tous remplacés par des enseignants en exercice et quelques universitaires « de  très haut niveau »…

Changer les règles d’affectation

Le rapport veut aussi revoir les règles d’affectation après concours. Il s’agit d’en finir avec « le bizutage institutionnel » des néo profs. Mais aussi de modifier les règle d’affectation pour donner plus de pouvoirs aux recteurs et chefs d’établissement. Là aussi on est dans la logique de Cap 22.

Les rapporteurs proposent de garantir une affectation dans la même académie pour les néotitulaires que pendant leur année de stage. Ils proposent aussi « un calibrage académique » des concours du 2 degré de façon à ce que les lauréats puissent choisir une académie. Pour celles qui ont du mal à recruter, les rapporteurs imaginent de donner aux recteurs le droit de définir des zones où ils pourraient déroger aux règles d’affectation ordinaire. A cela s’ajoute  une obligation de mutation tous les 10 ans pour les enseignants et la multiplication des postes à profil.

Annualiser le temps de travail

Les rapporteurs veulent aussi modifier le statut des enseignants. Et d’abord d’imposer l’annualisation des services. Pour eux il ne s’agit pas de faire travailler gratuitement davantage les enseignants. Mais un rapport de la Cour des comptes, favorable elle aussi à cette mesure, montre bien qu’elle permettrait d’augmenter de 20% environ le temps de travail sans bourse délier. Les rapporteurs veulent aussi imposer deux heures supplémentaires dans le second degré, rendre les remplacements obligatoires et imposer 5 jours de formation obligatoires en dehors des heures de service. Toutes idées qu’on trouve aussi dans Cap 22.

Enfin les rapporteurs reconnaissent que les salaires des enseignants sont bas, mais surtout en début de carrière. Le rapport mentionne quand même que, selon le ministère de l’éducation nationale, les enseignants ont perdu 10% de revenu depuis 2000. Pourtant ils ne demandent pas de revalorisation sauf pour les débutants. On retrouve là une idée émise sous Sarkozy en plein gel des salaires. Le rapport défend aussi l’idée de la personnalisation du revenu « selon le mérite ». Enfin le rapport recommande aussi de donner aux directeurs d’école un pouvoir d’évaluation des enseignants.

Rendre le métier plus pénible pour le rendre plus attractif ?

Avec tout cela peut on rendre le métier d’enseignant plus attractif ? Evidemment ce n’est pas en aggravant les conditions d’exercice, en rendant l’accès au métier plus couteux et en maintenant des salaires bas qu’on améliore l’attractivité. Celle ci apparait donc comme un prétexte. L’objectif réel de ce rapport c’est de matérialiser le soutien de la Commission de l’éducation du Sénat au projet ministériel et gouvernemental.

Le rapport

Sur les concours

Sur Cap 22

La Cour des comptes demand el’annualisation

Poster un commentaire

Parcoursup : fin juillet seulement 56% des lycéens inscrits dans le supérieur

ntanément de 119 456 à 18 390… Il n’en reste pas moins que seulement 463 846 jeune sont une place dans le supérieur (56%). 142 430 ont quitté la plate frome soit 23 000 de plus en 4 jours, soit nettement plus que le nombre de recalés du bac (90 000). Le reste, soit 205 774 jeunes n’ont toujours pas de proposition acceptable. Parcoursup vient d’inventer la catégorie « candidats inactifs » avec 56 048 personnes  : les futurs nouveaux radiés de Parcoursup ? A noter que l’Unef, l’Unl, la Cgt, la Fcpe, le Snesup Fsu et le Snptes ont saisi le Défenseur des droits  pour obtenir la publication des algorithme locaux. C’est aussi l’objectif d’une proposition de loi déposée par le député Denis Fasquelle qui demande la communication de tout algorithme lorsque l’outil informatique a pour but de prendre une décision d’affectation.

 

Les statistiques de Parcoursup

Parcoursup : pas mieux qu’apb (Le Progrès)

Parcoursup un choix idéologique

Poster un commentaire

Deux adultes par classe en maternelle en Rep+ ?

Le conseil des ministres du 18 juillet annonce que  » le dispositif « deux adultes par classe » dans les écoles maternelles classées en REP + sera mis en œuvre dans les quartiers les plus en difficulté ». Une annonce déjà revue à la baisse par JM Blanquer dans un entretien accordé au Journal du dimanche du 22 juillet. Le ministre déclare : « nous allons aider les communes pour qu’il y ait deux adultes par classe dans les écoles maternelles de 60 quartiers prioritaires ». En 4 jours la mesure a été nettement revue à la baisse. La décision appartient de toutes façons aux communes. Le ministère n’a pas répondu à notre demande de clarification sur le budget consacré à ce projet…

 

Conseil des ministres

Poster un commentaire

L’école inclusive passée à la moulinette budgétaire

Une annonce peut en cacher une autre. Le 18 juillet, JM Blanquer et S Cluzel ont annoncé ensemble la création de 10 000 emplois d’AESH. En même temps ils annonçaient aussi des « poles d’accompagnement coordonnés » dans les établissements scolaires. Des pôles qui transfèrent l’attribution des accompagnants aux établissements scolaires ce qui semble bien être l’objectif principal de toute cette communication.

Comment faire face à la souffrance des enseignants ?

Le ministère a deux problèmes avec l’école inclusive. Le premier c’est la formation des enseignants et la qualité de l’accueil des enfants handicapés dans les classes. Le second c’est l’explosion des coûts liés à la croissance des demandes d’accompagnants. La communication ministérielle du 18 juillet apporte des réponses à ces deux questions. Mais c’est surtout la question budgétaire qui est en passe de trouver une solution, et pas forcément celle souhaitée par les familles.

Sur le premier point, les annonces ministérielles semblent légères. Le ministère promet « une formation effective sur la compréhension du handicap et les adaptations scolaires » mais c’est pour 2022… Avant cela il annonce 750 personnels formés , 100 postes d’enseignants ressources supplémentaires et surtout une plateforme numérique avec « accès en 3 clics aux adaptations pédagogiques ». Ce n’est pas cela qui apportera une réponse efficace aux enseignants qui doivent se débrouiller avec plusieurs enfants handicapés.

Des AESH attribués par les chefs d’établissement et non plus le personnel de santé

Le second point par contre est beaucoup plus développé. Le ministère annonce 10 900 AESH supplémentaires pour la rentrée 2018. Mais 20 000 contrats d’AVS seront supprimés. Pour le ministre les 10 000 pèseront plus lourds car ils travaillent 35 heures par semaine contre 20 heures pour les AVS. Si l’on prend les données ministérielles, cela fait quand même moins d’heures.  Pour le Collectif Citoyen Handicap, si les 20000 AVS représentent 400 000 heures les 10900 AESH ne travailleraient que 24 heures par semaine en établissement soit 240 000 h.

Mais cette annonce montre surtout que la maitrise du nombre des accompagnants  est vraiment la problématique principale du ministère en ce moment. Il dénonce d’ailleurs la croissance de leur nombre et annonce une expérimentation dès la rentrée de « pôles inclusifs d’accompagnement localisés » (PIAL) dans chaque académie. « L’organisation des moyens d’accompagnement au niveau des établissements ou des circonscriptions apparaît comme une modalité d’action intéressante qui engage toute la communauté éducative au service du processus inclusif », écrit le ministère.

Ce que met en place le ministère c’est la gestion des accompagnants au niveau des établissements. Cela avait d’ailleurs été annoncé lors d’une audition au Sénat fin mai. Philippe Thurat, directeur du budget a la Dgesco, avait montré la forte croissance du nombre des AESH, une croissance qui échappe au ministère car l’attribution d’un accompagnant est décidée par la MDPH sur rapport des personnels de santé et non l’Education nationale.

Le ministère veut aussi revoir la gestion des accompagnateurs en passant d’un gestion basée sur les élèves à une gestion par établissement, avait expliqué P. Thurat. Chaque établissement aurait un volume d’emplois qu’il affecterait selon les besoins. L’objectif étant de limiter les affectations personnelles des AESH au profit d’affectation collective.

Cette idée se retrouve dans le rapport de l’IGAS et de l’Inspection générale de l’Education nationale publié en juillet 2018. Ce rapport ne vise qu’à répondre au problème de la croissance des demandes d’aide humaine. Il déplore que « la demande d’une aide humaine est de plus en plus assimilée à un droit » et qu’elle est « fréquemment suscitée par les équipes éducatives ». Il propose que ce soient les chefs d’établissement scolaire qui affectent les AESH et non plus les MDPH (sauf dans les cas d’aide permanente). Ce serait effectivement une façon radicale de reprendre en main la gestion de ces moyens, chaque établissement ayant un nombre d’AESH attribué par l’administration.

C’est cette réforme là qui avance sous les oripeaux de 10 900 AESH supplémentaires. Une annonce peut en cacher une autre. En l’occurrence l’addition camoufle la soustraction.

Collectif Citoyen handicap

Audition au Sénat

Rapport de l’Inspection

Le dossier de presse ministériel

Poster un commentaire

Le ministère enterre SIRHEN

Selon Les Echos, la Direction du numérique éducatif du ministère de l’Education nationale annonce la mise en arrêt du projet Sirhen. Lancé en 2007 dans une optique de rationalisation, Sirhen (système d’information de gestion des moyens et des ressources humaines de l’éducation nationale) devait prendre en charge la paye du million de salariés de l’Education nationale. En principe il devrait déjà fonctionner depuis des années. Mais en fait, a révélé un rapport de G. Longuet sur le budget de l’Education nationale en 2016, seulement 18 000 fonctionnaires, sur le million de l’Education nationale, étaient gérés par Sirhen. La décision de mettre fin à ce projet, qui se démarque de la gestion précédente, est une bonne chose.  Sirhen devait permettre au final d’économiser 70 millions d’euros. Or il en avait déjà coûté 496 en 2016, estime le rapport Longuet qui demande d’arrêter l’opération. 496 millions cela représente le coût d’une armée de plus de 10 000 profs ou celui de la revalorisation PPCR en 2017…

 

Article des Echos

Sur Sirhen

Déjà en 2015

Poster un commentaire

Carrières enseignantes : deux mesures positives

Alors que les salaires sont gelés, le ministère a publié au JO du 20 juillet deux mesures positives. L’indemnité de sujétions particulières en faveur des professeurs documentalistes passe de 590 à 767,10 €. De plus l’application de cette mesure est faite au 1er septembre 2017 ce qui devrait donc valoir un rappel intéressant pour les enseignants concernés à cette rentrée. Cependant cette prime reste inférieure à l’ISOE que les professeurs documentalistes ne perçoivent pas. Un autre arrêté relève significativement les taux de promotion à la hors classe en application des accords PPCR. Ainsi celui des professeurs des écoles passe de 5.5% à 13.2 en 2018 et 15.1 en 2019, ce qui le rapproche de celui des certifiés. Pour ceux ci on passe de 7 à 17%. Même évolution pour les autres corps du secondaire.

 

Indemnité des profs documentalistes décret

Et arrêté

Taux de promotion 2018

Pour rappel la situation antérieure

Poster un commentaire

Blanquer accélère la réforme territoriale

Dans un entretien donné à l’AEF, le ministre de l’éducation nationale confirme qu’il va suivre les recommandations du rapport Weil pour « instaurer de véritables régions académiques ». La réforme territoriale sera terminée en 2020. A cette date, les académies actuelles seront remplacées par des nouvelles académies calquées sur les grandes régions, comme le rapport Cap22 le recommande. Le rapport Weil avait fixé l’horizon 2021 pour cette réforme mais le ministre a décidé d’aller plus vite.

Longtemps très centralisé, le système éducatif français s’est territorialisé depuis les lois de décentralisation, de 1982 jusqu’à la récente loi NOTR. En 2015, avec la naissance des nouvelles régions, l’Education nationale a fait exception en gardant ses anciennes académies. Mais elle les a chapeautées avec des « recteurs de région académique » correspondant aux 13 nouvelles régions métropolitaines. JM Blanquer a fait un pas supplémentaire. Un décret publié en novembre 2017 autorise un recteur de région académique à administrer plusieurs académies, légalisant une situation de fait en Normandie.

Un passage progressif vers 13 académies

Le rapport Weil estime que le passage vers les 13 nouvelles  académies  » doit se faire selon des scénarios différents selon les régions académiques concernées et en tenant compte des contraintes spécifiques à chacune ». L’originalité du rapport est justement de proposer des scénarios concrets et datés de passage de 30 à 13 académies, en distinguant 4 régions d’étendue modeste, 4 plus étendues et enfin l’Ile de France.

Dans les 4 régions d’étendue modeste (Bourgogne‐Franche‐Comté, Hauts‐de‐France, Normandie et Provence‐Alpes‐Côte d’Azur) , qui ne comptent que 5 ou 6 départements, le rapport considère que les personnels sont prêts à la fusion.  » La fusion des académies avait déjà été envisagée lors de la préparation du décret du 10 décembre 2015 ; elle avait alors provoqué des réactions hostiles de certains personnels et d’élus locaux. Aujourd’hui, même si certaines postures peuvent être inchangées, la mission constate… la grande majorité des acteurs de ces régions académiques ont admis l’idée que les académies auxquelles ils appartiennent sont appelées à fusionner à brève échéance. Les préoccupations des personnels se situent davantage maintenant sur les conditions et les conséquences de cette fusion que sur son principe ».

Le rapport Weil invite les recteurs des régions académiques à élaborer un projet de fusion pour 2019 ou 2020, le projet devant être remis fin 2018.  » Il ne s’agit, ni plus ni moins, que de reproduire à l’échelon régional l’organisation académique actuelle sur la base d’un réaménagement des services académiques dans leurs sites respectifs confirmés ».

Dans les 4 grandes régions (Auvergne‐Rhône‐Alpes, Grand Est, Nouvelle‐Aquitaine et Occitanie),  » la mise en oeuvre de ce principe implique la conception de nouveaux modes de gouvernance pour maintenir ou renforcer, dans le nouveau cadre, le fonctionnement et la qualité de suivi indispensables ». Les scénarios vont varier selon les régions. Le rapport demande la création d’un vice chancelier des universités et d’un adjoint chargé de l’enseignement scolaire auprès de chaque recteur. Pour mieux gérer les personnels il recommande la fusion des corps d’inspection.

En Ile de FRance,  » l’organisation de l’enseignement scolaire dans la région Île-de-France dépendra pour partie de la définition de la métropole du Grand Paris. Selon la configuration choisie, le recteur de la future académie de Paris-Île-de-France pourra prévoir de s’appuyer sur deux à trois adjoints, territorialisés ou non, qui pourraient être directeurs d’académie ou recteurs adjoints. La mission recommande que le recteur de la région académique soit, comme ses collègues, chargé d’élaborer un projet de fusion dont le calendrier pourra différer des autres régions académiques en fonction des annonces liées au Grand Paris, mais sans remettre en question le principe de la fusion ». Seul le territoire des 2 adjoints imaginés par le rapport changerait.

La gestion des enseignants au coeur de la question

Même si le rapport ne le dit pas, la principale justification de la réforme est bien dans les économies réalisée dans la gestion des personnels. Le rapport annonce une totale régionalisation des personnels.  » Il est clair que la nouvelle organisation territoriale repose la question de la déconcentration de la gestion des ressources humaines dans des termes nouveaux. Au terme du processus que la mission préconise, les recteurs devront voir renforcer leurs compétences en matière de gestion de personnels avec la déconcentration au niveau académique de tous les actes de gestion, ce qui permettra à l’administration centrale de se consacrer exclusivement à ses tâches de conception, pilotage et régulation ».

Mais les rapporteurs sentent venir les résistances. Ils conseillent « dans un premier temps, de ne pas remettre en question les circonscriptions académiques actuelles pour l’affectation des personnels » dans les grandes régions. Dans les petites l’intégration sera progressive.

La réforme aurait d’autres conséquences.  « Au niveau départemental, le principe d’organisation « un département – un IA-DASEN » pourrait évoluer », reprenant ainsi une idée émise par le rapport de l’Inspection. « Si, pour des raisons symboliques et politiques qu’il n’est pas nécessaire de développer, il paraît difficile, dans la mesure où chaque département demeure une circonscription administrative de l’État, de créer une inspection académique unique pour deux départements, la mission recommande, partout où les recteurs des nouvelles académies le proposeront et, dans un premier temps, sous forme d’expérimentation, de nommer le même inspecteur d’académie directeur académique des services de l’éducation nationale de deux départements, quand les effectifs d’élèves concernés ou la taille de ces départements le justifient… A l’intérieur des départements, la carte des circonscriptions du premier degré devra faire l’objet d’un réexamen généralisé ».

Les professeurs en première ligne

Ce qui est certain c’est que les enseignants sont au coeur du processus, même s’ils ne le souhaitent pas. C’est la gestion locale des ressources humaines qui permettrait par exemple d’affecter les enseignants au niveau des régions académiques et non plus des académies. Déjà des recrutements interacadémiques de contractuels se mettent en place. En changeant d’échelle la gestion des personnels devrait déjà permettre de réaliser des économies.

Mais elle serait aussi une étape pour une autre gestion. La fusion des corps d’encadrement permettrait de rapprocher le pilotage pédagogique jusqu’au niveau local. Car si la question territoriale a à voir avec la gestion des moyens, elle est aussi un outil pour contrôler et diriger davantage le travail dans la classe.

Pour les syndicats, reçus cette semaine par le ministre, voilà un nouveau sujet de discussion qui s’ouvre. L’Unsa Education a déjà fait savoir qu’il « partage le constat sur les difficultés de fonctionnement ». Mais il « exige que les transformations se construisent avec tous les personnels ».

L’Unsa éducation a immédiatement réagi à cet entretien pour déplorer la forme de communication du ministre qui  » n’apporte aucune garantie » aux personnels.

Entretien Blanquer

Le rapport Weil

Unsa

Poster un commentaire

Les nouveaux programmes applicables à la rentrée

Après la sortie le 17 juillet des réformes du bac et du lycée, le ministère publie le 21 juillet au Journal Officiel les nouveaux programmes de l’école et du collège en français, maths et EMC. Ils seront publiés au Bulletin officiel du 26 juillet. Ces trois programmes entrent en application à la rentrée 2018. La Dgesco devrait publier des repères annuels durant l’été. Les enseignants ont donc moins d’un mois pour revoir totalement leurs cours et leurs projets pédagogiques.

Malgré l’opposition des syndicats

Les « projets d’ajustement et de clarification » des programmes de la scolarité obligatoire ont été publiés fin juin par le Conseil supérieur des programmes. Ils ont ensuite été présentés au Conseil supérieur de l’Education du 12 juillet où ils ont été salués par un geste unique des syndicats : à l’exception du Snalc, de la CGC et du Snpden, tous les autres syndicats ont quitté la séance. Dans un communiqué commun, ils ont dénoncé « la méthode de travail, l’absence de concertation, de consultation comme  la politique autoritaire et la vision idéologique de l’école qui entre en contradiction avec l’école de la confiance ou le pragmatisme prôné dans les médias. Depuis un an la distance entre le discours et la manière de procéder de ce ministère constitue un empêchement à une évolution  de l’École qui permettrait d’enrayer les inégalités et de faire réussir tous les élèves. La communauté éducative réclame que l’école ne soit pas l’affaire de partis pris mais l’objet de débats appuyés sur les travaux de la recherche et la concertation avec ceux qui sont directement concernés ».

En maths

En maths, les changements semblent bien légers. Présentés bien différemment des autres, les programmes pour l’école et le collège en maths semblent copiés – collés des programmes de 2015. En apparence rien n’a changé. Une anomalie que Rémi Brissaud éclaire dans un article donné au Café pédagogique. Si les nouveaux programmes ne changent guère c’est que le changement est ailleurs, dans les « repères pour les mathématiques » que le ministère a aussi publiés déjà pour les CP. Pour R Brissiaud, ce document signe la fin des cycles et alourdit sérieusement les contenus en CP. R Brissiaud souligne « l’alourdissement irresponsable de ce qui est demandé aux élèves de CP ».  Roland Charnay , dans un article donné au Café pédagogique, distingue « des orientations générales maintenues, mais influencées par le rapport Villani-Torossian… L’une des inflexions, notamment pour le cycle 2, concerne la référence plus marquée au rôle des manipulations… La part à donner à l’institutionnalisation des connaissances est soulignée ainsi que l’importance à accorder aux traces écrites ».

En français

Les programmes de français suscitent beaucoup plus de réserves.  » Au premier regard, pas de bouleversement, des petites modifications par ci, par là… Un mot en moins, un mot en plus. Une structure qui rappelle celle des programmes de 2015.  Mais en y regardant de plus près, on remarque que ces petits riens changent beaucoup l’impression générale », note Lilia Ben Hamouda à la lecture des programmes pour l’école.

Viviane Youx, présidente de l’AFEF, est plus critique et mentionne « des programmes de grand père ».  » Au cycle 2, l’entrée Lecture et compréhension de l’écrit , malgré un titre conservé, change de manière assez radicale, comme on pouvait s’y attendre après les déclarations du ministre », note-elle dans un article donné au Café pédagogique. « L’injonction de la méthode syllabique entraine une insistance sur encodage et décodage, mais des détails nous laissent perplexes… Peu après, la disparition du « rappel de récit (racontage) » nous inquiète, tant cette activité est essentielle pour la compréhension. De même, dans l’entrée Écriture, la dictée à l’adulte a disparu, alors qu’elle constitue depuis longtemps maintenant une étape essentielle de l’entrée dans l’écriture… Certains énoncés précis sont remplacés par des lieux communs ou des mots-étiquettes appartenant à la tradition. Dans l’ Étude de la langue (grammaire, orthographe, lexique), des suppressions floutent les apprentissages ; pour le vocabulaire, on remplace « identifier  les relations entre les mots, entre les mots et leur contexte d’utilisation » et « s’en servir pour mieux comprendre » par « construire le lexique »…comme si cela allait se faire par magie… En ce qui concerne l’écriture, un lecteur peu averti pourrait n’y voir que du feu. Si ce n’est quelques suppressions… Dans l’introduction, au cycle 3, une phrase disparait : « les élèves affirment leur posture d’auteur et sont amenés à réfléchir sur leur intention et sur les différentes stratégies d’écriture. », et cette suppression modifie clairement la conception de l’écriture. Produire des écrits variés en s’appropriant les différentes dimensions de l’activité d’écriture  devient Rédiger des écrits variés. Or rédiger et produire des écrits variés ne renvoient pas à la même conception de l’écriture, dans un cas un texte préexistant que le scripteur rédigerait, dans l’autre un processus d’écriture au cours duquel le scripteur élabore et fait des choix. Même si le mot processus est conservé dans le tableau, il n’est pas sûr qu’il soit bien raccroché à la théorie de l’écriture de référence. »

En EMC

Quant aux programmes d’EMC ils ramènent à une conception presque risible de ce que doit être une instruction civique. L’exemple de la Marseillaise, découpée en tranches d’année en année presque couplet par couplet , montre à quel point la communication politique s’est emparée de ces programmes.

Une démarche populiste

Car rien ne justifie un tel recentrage. Les programmes de 2015 sont à peine entrés en vigueur. Aucune évaluation n’en a été faite et aucune critique sérieusement argumentée ne peut être dressée. Cette énième réforme ne s’appuie donc sur rien de sérieux. Le calendrier retenu la rend inapplicable pour cette rentrée. Il ne reste de toute cette agitation que des motifs de basse politique. Détricoter là aussi ce qui s’est fait avant pour le principe . Communiquer vers les parents en leur donnant à entendre qu’on va enfin vraiment enseigner sérieusement. C’est à dire entretenir la suspicion envers les enseignants. Une stratégie populiste déjà mise en oeuvre en 2006 par de Robien et son directeur adjoint de cabinet de l’époque, un certain Blanquer.

Au JO français et maths

Au JO EMC

Brissiaud sur les maths

R Charnay sur les maths

L Ben Hamouda sur les programmes de français

V Youx sur le français

Nouveaux programmes : Notre dossier

Poster un commentaire

Cap 22 : comment Macron va réformer l’Etat et l’Ecole

Rendu public par un syndicat, le rapport « Service public : se réinventer pour mieux servir » vise à réduire le coût des services publics. Pour cela les fonctionnaires sont aux premières loges des économies à réaliser et les enseignants en premier. Le rapport invite le gouvernement à créer une nouvelle catégorie d’enseignants qui travailleront plus et seront bivalents. Il les confiera à des chefs d’établissement managers ayant le pouvoir de les recruter et de décider de leur salaire. Dans la suite de la RGPP imaginée sous Sarkozy, ce rapport va plus loin dans le Nouveau Management Public pour conseiller des réformes dont les effets négatifs ont été constatés ailleurs.

Réduire la dépense publique

Remis au Premier ministre, ce rapport a été rédigé par des économistes et des spécialistes connus pour être proches du pouvoir comme Philippe Aghion, Jean Pisani-Ferry ou Laurent Bigorgne, le directeur de l’Institut Montaigne.

Le rapport fixe comme objectif la réduction de la dépense publique qui, pour les auteurs, « n’est pas soutenable ». « La réponse aux insuffisances du service public et son adaptation ne pourront pas passer par une hausse de la dépense publique, celle-ci étant en France très nettement supérieure à celle de ses voisins », estime le rapport. Il fixe comme horizon la moyenne européenne (47% du PIB) alors que la France est à presque 57%. C’est donc une baisse de 10 points qui est souhaitée par le rapport.

Pour cela il veut ‘ »refonder l’administration » en préconisant « un changement dans la gouvernance publique » avec des managers « intéressés aux économies ».

Changer le statut des fonctionnaires

Les économies à réaliser vont peser quasi exclusivement sur les fonctionnaires. La première recommandation du rapport c’est de passer « d’un pilotage des effectifs (plafond et schéma d’emploi) à un pilotage par la masse salariale ». Le rapport emprunte cette idée aux Républicains du Sénat qui depuis des années demandent de stabiliser la masse salariale. Il n’y a qu’un seul moyen pour y arriver : remettre en question les règles de l’avancement. D’où l’obsession sur les commissions paritaires dont la suppression tient une curieuse place dans le rapport.

Il s’agit donc de « bâtir un nouveau contrat social » dans la Fonction publique et pour cela « offrir davantage d’agilité et de souplesse aux employeurs publics et leur donner des marges de manoeuvre accrues dans leur politique de recrutement ». Le rapport recommande « d’assouplir le statut pour offrir la possibilité d’évolutions différenciées, notamment des rémunérations » et « d’élargir le recours au contrat de droit privé comme voie « normale » d’accès à certaines fonctions du service public ».  Il veut donner « la possibilité au management de recruter, faire évoluer et promouvoir les talents sans autres contraintes préalables que celles de droit commun ». En clair les chefs de service, comme les chefs d’établissement, doivent devenir des managers pouvant recruter et décidant de la paye.

Pour cela il faut en finir avec le paritarisme et la rapport recommande « de supprimer les commissions administratives paritaires (CAP) mobilité et promotion actuelles… Les CAP actuelles seraient repositionnées pour analyser et garantir la qualité de l’accompagnement managérial ».  Elle n’auraient plus de contrôle sur les mutations ou l’avancement qui seraient entièrement entre les mais des managers.

Un nouveau corps d’enseignants

Tout un chapitre est consacré à l’Ecole. Sous prétexte de « réduire les inégalités », le rapport ne traite en fait que la gestion des enseignants, comme s’ils étaient à l’origine du problème.

Le rapport invite à « responsabiliser davantage les chefs d’établissement notamment en leur donnant plus de marges de manoeuvre pour constituer leur équipe pédagogique ». Il leur promet « un déroulement de carrière plus attractif afin qu’ils jouent pleinement leur rôle de manager ».

La principale réforme consiste à créer un nouveau corps d’enseignants. L’objectif est « d’augmenter le temps d’enseignement des enseignants du secondaire actuels avec un recours à deux heures supplémentaires, ce qui conduira à améliorer leurs rémunérations, et créer pour cela un nouveau corps d’enseignants qui pourrait se substituer progressivement à celui de professeur certifié. Pour ce nouveau corps, que les enseignants pourraient rejoindre sur la base du volontariat, le temps d’enseignement serait supérieur à celui des professeurs certifiés mais la rémunération serait également supérieure… Ce corps serait soumis à des obligations supplémentaires (bivalence, annualisation d’une partie du temps d’enseignement, obligation de remplacement dans l’intérêt du service) qui offriraient plus de souplesse aux chefs d’établissement »

5 jours en plus dans les obligations de service

Il envisage une réforme de la formation des enseignants avec une formation initiale de deux ans à partir de L3 et des pré-recrutements étudiants.

La formation continue « doit elle aussi être repensée, en rendant certaines formations obligatoires, en laissant le choix aux enseignants pour les autres et en effectuant les formations en dehors des heures de cours tout en les valorisant pour que les enseignants qui s’y rendent… La proposition est donc d’intégrer un temps réservé à la formation, de 3 à 5 jours, pleinement intégrée aux obligations réglementaires de service ».

Pourtant les rapporteurs semblent avoir trouvé la solution aux congés de formation : « Le numérique constitue une solution temporaire pour assurer des formations de remplacement en cas d’absence d’un enseignant », dit le rapport. C’est simple…

Le rapport annonce aussi la réforme territoriale qui se met en place. Il veut « faire de l’académie l’échelon de décision stratégique pour la mise en oeuvre de la politique éducative. Par ailleurs, le périmètre des académies serait revu pour se rapprocher de la carte des services de l’Etat sur le format des nouvelles régions ».

De la RGPP au Conseil des ministres

Pour tous ceux qui suivent l’Ecole depuis des années, ce rapport éveille des réminiscences. Le rapport Cap 22 rappelle la Révision générale des politiques publiques lancée par N Sarkozy avec le même objectif entre 2007 et 2012. La RGPP affichait clairement son intention de réduire les postes d’enseignants. Cap 22 ne le dit pas mais tout ce dispositif réaliser cet objectif. C’ets ce que veut dire le pilotage par la masse salariale, ce qu’entrainera l’annualisation des services des nouveaux enseignants. Au final la RGPP s’est traduit par une nette détérioration de la qualité de l’enseignement particulièrement dans les zones d’éducation prioritaire. On se rappelle que Paris avait été relativement beaucoup moins touché par les suppressions de postes que Créteil par exemple.

Ce texte n’est pas qu’un rapport de plus. Plusieurs de ses préconisations ont été actées au Conseil des ministres du 12 juin. Celui ci a acté « l’élargissement du recours au contrat » dans la Fonction publique, la volonté « d’assouplir les contraintes qui pèsent sur les employeurs publics dans leurs choix de recrutement »,  » la refonte de la rémunération des agents publics, avec une remise à plat complète des modalités de rémunération des agents publics et la généralisation de la rémunération au mérite » et « l’allègement des commissions administratives paritaires ».

Un projet idéologique

Ce rapport n’invente rien non plus sur le fond en matière scolaire. Cette politique de gestion managériale avec la dilution des statuts et la mise à genoux des syndicats a déjà largement été expérimentée ailleurs. C’est tout simplement l’application, avec 20 années de retard, du New Public Management qui a gagné déjà les pays anglo-saxons et une bonne partie de l’Europe.

Le pays qui est allé le plus loin sur cette voie est celui qui connait l’échec le plus retentissant : la Suède. Dans les années 1990, la Suède a pris la tête des pays réformistes dans l’optique du New Management. Le pays est passé en quelques années d’un système éducatif étatique et centralisé à une décentralisation totale. Les enseignants sont devenus des employés communaux. Les établissements sont gérés par des chefs d’établissement qui ont une totale liberté de gestion sous tutelle de la municipalité et une large autonomie pédagogique. L’Etat attribue par contrat aux communes une enveloppe globale pour ses services en échange de services.

Vingt ans après la réforme, l’OCDE pointe le faible niveau de compétences des élèves suédois et la baisse régulière des performances en compréhension de l’écrit, en maths et en sciences dans les évaluations PISA depuis 10 ans. En détruisant le statut des enseignants, la Suède affronte une grave crise de recrutement qui l’amène à embaucher des personnels beaucoup moins qualifiés. Même les chefs d’établissement se sont fatigués d’être des managers. La crise de recrutement les concerne également.

Cet échec n’est pas propre à la Suède. On le retrouve aussi , comme l’ont montré Florence Lefresne et Robert Rakocevic (Depp) en Angleterre et aux Pays Bas. C’est la philosophie même du New Public Management qui est maintenant remise en question y compris par une organisation internationale comme l’OCDE. Mais ce rapport n’en tient aucun compte.

Il nous dit en fait deux choses importantes. La première c’est que les idées émises par JM Blanquer dans ses livres successifs sont celles de l’équipe présidentielle. Cela donne évidemment un poids très puissant à la politique  ministérielle. Le ministre est en accord et va appliquer le programme gouvernemental.

Le second enseignement c’est que cette politique est purement idéologique. Il n’y a aucun « pragmatisme » dans cette politique. La grande réforme de l’Education nationale est lancée et appliquée à bride abattue alors que les résultats néfastes sont clairement prévisibles.

Le rapport Cap 22

Le Conseil des ministres du 12 juin

La RGPP

Angleterre Suède Pays Bas

L’échec de la réforme éducative suédoise

Poster un commentaire

Université des mouvements sociaux du 22 au 26 Aout à Grenoble

Du 22 au 26 Aout 2018 à Grenoble, se tiendra la première université d’été des mouvements sociaux en France. Il est encore possible de s’y inscrire !

 A la suite du succès de l’université d’été des Attac d’Europe à Toulouse en 2017, qui a réuni plus de 1800 participant·e·s, Attac a fait le choix d’abandonner son université au profit d’une dynamique de convergences. Ainsi ce sont plus de 200 organisations syndicales, ONGs et associations représentants la diversité des mouvements sociaux (FSU, Solidaires, UGICT-CGT, Attac, Fondation Copernic…), écologistes (Greenpeace, Alternatiba…), de défense des droits humains (LDH, Mrap, Mouvement de la Paix, AFPS…), mais également des médias indépendants (Médiapart, Reporterre, Basta) qui s’associent pour ouvrir cet espace de débat, d’échange et de formation. 

 

L’ensemble du programme ici :

https://ue2018.org/spip.php?page=programme

Les informations pratiques ici :

https://ue2018.org/Informations-pratiques

Cette université d’été à également l’ambition d’être un moment de visibilité pour nos analyses, nos résistances et propositions d’alternatives. Ces 5 jours doivent enfin être l’occasion de reconstruire un espace convergence qui nous fait aujourd’hui défaut (suite à l’épuisement de la dynamique des Forum Sociaux), que ce soit entre mouvements ou avec les intellectuel.le.s, pour faire revivre l’espérance altermondialiste d’un autre monde possible face au libéralisme économique, incarné en France par Emmanuel Macron, dont les désastres sociaux deviennent de plus en plus visibles, et la xénophobie et le faux protectionnisme d’un Trump ou des droites extrêmes européennes.

Plus de 100 ateliers et séminaires rythmeront les journées, recouvrant des thématiques variées : enjeux économiques, écologiques, éducatifs, droits démocratiques, question internationale ou liée à l’information et aux lanceurs d’alertes, mais également des ateliers pratiques d’initiation aux techniques de l’éducation populaire ou réunion de rencontre de réseaux thématiques. Chaque journée se conclura par trois forums abordant les grands débats qui traversent nos mouvements tant sur les questions du travail, du féminisme, de l’antiracisme, des questions migratoires ou des enjeux écologiques. Enfin, les soirées sont l’occasion de découvrir des conférences gesticulées, d’assister à un concert ou de poursuivre les discussions entamées en journée.

Pour la FSU et ses syndicats cette université sera aussi l’occasion de renforcer ses liens avec d’autres organisations du mouvement social et de confronter ses analyses et propositions. Elle est à l’initiative de trois séminaires (une journée complète sur un thème) : un premier sur l’éducation, un second sur la défense des services publics face aux attaques d’E. Macron, et un troisième sur les enjeux des retraites.

La FSU à l’université des mouvements Sociaux :

 

Défense et alternatives pour les services publics

Les services publics, véritables laboratoires des idées libérales, sont des vecteurs de résistances et sont porteurs d’alternatives et de dynamiques de socialisation.

Co-organisé par : FSU / Union syndicale solidaires / Fédération CGT des Services Publics / Convergence nationale des collectifs locaux de défense et de promotion des services publics.

 

Penser l’école des savoirs, du regard critique et de l’émancipation pour changer la société.

Loin des logiques utilitaristes d’adaptabilité au monde capitaliste, il faut penser une école qui porte l’objectif de garantir à tous, grâce aux savoirs et à l’esprit critique, un rôle actif pour transformer la société.

Co organisé par FSU-Secteur Education / Revue N’autre école (Question de classe(s) ) / Revue Dialogue (GFEN) / Revue Carnets rouges ( Réseau écoles ) / Revue regards croisés ( Institut de recherches de la FSU ) / Copernic / Ferc-CGT / Sud Education

 

Les retraites au péril du libéralisme

La retraite par comptes notionnels, un système injuste et inefficace. Quel système de retraite pour une société solidaire ?

Co-organisé par FSU / CGT / Solidaires / Economistes attérés / Fondation Copernic / Attac.

Poster un commentaire

Communiqué du collectif J’y suis, j’y vote, dont la LDH est membre : « Réforme constitutionnelle et le droit de vote des étrangers aux élections locales »

 

Réforme constitutionnelle et le droit de vote des étrangers aux élections Locales

Communiqué du collectif J’y suis, j’y vote, dont la LDH est membre

Le collectif « j’y suis, j’y vote » qui regroupe les associations militant depuis de nombreuses années pour le droit de vote des étrangers aux élections locales constate et regrette que le président de la République et le gouvernement n’aient pas inscrit ce sujet dans la révision constitutionnelle en cours de débat au parlement.

Pourtant la vie locale est un lieu essentiel de la démocratie et il n’existe aucune raison pour que toutes celles et tous ceux qui résident dans nos communes n’y participent pas de façon égale.

Pourtant si le Brexit se confirme en 2019, les Britanniques résidant en France, dont 409 sont actuellement conseillers municipaux dans nos communes, perdront le droit de vote et d’éligibilité communale acquis par le traité de Maastricht, ce qui sera une régression démocratique que seule une révision constitutionnelle peut empêcher.

Les groupes de la France insoumise et Nouvelle gauche déposent chacun un amendement en faveur du droit de vote de tous les étrangers aux élections locales.

Le collectif espérait une proposition unitaire et non partisane. L’amélioration de la démocratie est un objectif largement partagé par nombre de nos parlementaires, l’occasion leur est donnée de faire preuve d’initiative et de courage.

Paris, le 17 Juillet 2018

Associations et organisations membres du Collectif JSJV au 17 Juillet 2018 : Assemblée Citoyenne des Originaires de Turquie (ACORT), Association Démocratique des Tunisiens en France (ADTF), Association Interculturelle de production, de Diffusion et de Documentation Audiovisuelles (AIDDA), Association des Marocains en France (AMF), Association Nationale des Elus Communistes et Républicains (ANECR), Association des Sahraouis en France, Association de Soutien à l’Expression des Communautés d’Amiens (ASECA-Lettre de la citoyenneté), Association des Travailleurs Maghrébins en France (ATMF), Association des Tunisiens en France (ATF), Assoociation des Tunisiens du Nord de France (ATNF), Association pour la Taxation des Transactions financières et pour l’Action Citoyenne (ATTAC), Avenir Jeunes Marseille, Cap-MED Marseille, Centre d’études et d’initiatives de solidarité internationale (CEDETIM), Collectif Culture, Création, Citoyenneté (Collectif 3C), Collectif pour l’avenir des foyers (COPAF), Collectif des Sans Papier de Paris ( CSP75 ), Conseil Représentatif des Associations Noires (CRAN), Coordination Internationale des sans Papiers et Migrants ( CISPM ), Droit au Logement (DAL), Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives (FTCR), Groupe d’Information et de Soutien aux Immigrés (GISTI), Justice et Liberté (Strasbourg), Les Amis du PIT-Sénégal, Ligue des droits de l’Homme (LDH), Maison des Potes, Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples (MRAP), No-Vox International, Réseau féministe Ruptures, Sortir du Colonialisme (SDC), Union des Tunisiens pour l’Action Citoyenne (UTAC), Union des Travailleurs Immigrés Tunisiens –IDF (UTIT-IDF), Anciens Appellés en Algérie et leurs Amis Contre la Guerre (4ACG), Confédération Générale du Travail 75 (CGT 75), Fédération Syndicale Unitaire (FSU), Syndicat de la Magistrature (SM), Union Nationale Lycéenne (UNL), Union Syndicale Solidaires, EELV, Ensemble !, Mouvement Ecolo, Mouvement des Jeunes Socialistes (MJS), NPA, PCF, PG, …

Télécharger en format PDF

Poster un commentaire

Communiqué LDH : « Affaire Benalla : l’Élysée ne peut impunément cacher un délit »

Affaire Benalla : l’Élysée ne peut impunément cacher un délit

Communiqué LDH

L’intervention violente et hors de tout cadre légal d’un collaborateur du président de la République lors d’une manifestation, le refus d’en saisir la justice et la succession de révélations qui mettent en évidence la volonté de dissimuler ces faits soulèvent de graves inquiétudes.

Le traitement réservé par la présidence de la République, le gouvernement et la préfecture de police de Paris aux faits portés à leurs connaissances confirment une succession de manquements au plus haut niveau de l’État. Il remet en cause le rôle et le fonctionnement régulier de chaque institution par le recours à des prérogatives prétoriennes et illégales.

Il revient à la justice, désormais saisie à l’initiative du parquet de Paris, de faire toute la lumière sur une chaîne de responsabilités qui ne peut en exclure aucune, hiérarchique et politique. L’institution judiciaire doit aussi faire la lumière sur la violence injustifiée des forces de l’ordre lors de cette manifestation du 1er mai que met en évidence une très récente vidéo.

La Ligue des droits de l’Homme s’inquiète de tels dysfonctionnements des plus hautes institutions de la République qui seraient restés inconnus sans les investigations de la presse.

Au-delà de la nécessaire saisine judiciaire en cours, les responsabilités politiques doivent être dégagées. La confiance dans l’État et dans ses forces de l’ordre obligent à la transparence, à l’exemplarité et à la sanction. La République ne peut être « irréprochable » et « inaltérable » que si ceux qui ont la charge du fonctionnement régulier des institutions en respectent l’esprit et la lettre.

Paris, le 20 juillet 2018

Télécharger en format PDF

Poster un commentaire

La présidence Macron face à sa part d’ombre 20 JUILLET 2018 PAR EDWY PLENEL Médiapart

L’affaire Benalla évoque un climat nauséabond de basse police et de cabinet privé au cœur de l’Élysée. Cette privatisation de la sécurité présidentielle, avec ses dérives barbouzardes, dévoile la part d’ombre du monarchisme macronien.


Voici donc deux collaborateurs de la présidence de la République, Alexandre Benalla et son acolyte Vincent Crase, surpris dans leurs méfaits : faux policiers mais vrais cogneurs de manifestants. Il n’est pas exclu que ces irréguliers abrités par l’Élysée soient plus nombreux, comme le suggère l’énigme d’un troisième homme, Philippe Mizerski, également présent le 1er mai. Il n’est pas exclu non plus que leurs méfaits soient eux aussi plus nombreux, comme le montre leur aisance à s’imposer aux forces de police sur le terrain, leur capacité de faire interpeller les manifestants victimes de leurs coups (lire là nos révélationset leurs relais au sein de la préfecture de police pour obtenir des informations.

La présidence Macron aura donc aussi privatisé le maintien de l’ordre. Premier défilé syndical de la Fête des travailleurs à avoir été démembré et empêché, au prétexte des casseurs près du pont d’Austerlitz, ce 1er mai aura aussi connu cette innovation : des personnels de l’Élysée, infiltrés sur ordre au cœur du dispositif policier, qui n’ont pas hésité à jouer les agents provocateurs. Et qui, malgré la connaissance presque immédiate de leur comportement en haut lieu, étaient protégés depuis plus de deux mois et demi par tout l’appareil d’État, depuis son sommet, la présidence, jusqu’à ses ministères, celui de l’intérieur, et ses administrations, la préfecture de police. Difficile de trouver un précédent, sinon le climat barbouzard de l’après-68, quand l’État lui-même organisait parfois la violence qu’il prétendait combattre.

Les images filmées le 1er mai place de la Contrescarpe, dans le Ve arrondissement de Paris, montrent en action des nervis et non pas des serviteurs de la République. Un nervi, du pluriel de l’italien nervo, qui signifie « vigueur », c’est un homme de main. De ceux qui font facilement le coup de poing et qui sont utiles aux coups de force politiques. Fascinés par la sécurité, ces amateurs sortis du rang singent les professionnels, sans en accepter les contraintes. Pour eux, l’ordre se passe aisément de la loi et le désordre leur sert souvent de marchepied. Fiers-à-bras se moquant des règles et des conventions, ambitieux passés sans transition des services d’ordre militants au palais présidentiel, bénéficiant dès lors de passe-droits, la protection élyséenne générant le raccourci administratif, ils illustrent cette voyoucratie nichée dans la part d’ombre d’une politique saisie par l’obsession du pouvoir.

Ce n’est pas la première fois, et ce ne sera pas la dernière, que la chronique fait-diversière met en évidence combien le pouvoir personnel qui caractérise l’absolutisme présidentiel français entraîne dans son sillage un monde interlope et improbable d’habiles et de parvenus, offrant au pouvoir leurs talents transgressifs et leurs audaces illégales. Mais il est plus inhabituel de découvrir ses protagonistes au cœur du dispositif et non plus à sa marge. Soudain mis en lumière, Alexandre Benalla se révèle en effet un personnage central de l’aventure présidentielle d’Emmanuel Macron. De la campagne électorale au palais élyséen, d’autres images le montrent omniprésent et indispensable, au plus près du candidat hier, du chef de l’État aujourd’hui. La raison en est simple : ce n’est pas n’importe quel collaborateur d’Emmanuel Macron.

Sous le titre anodin d’adjoint au chef de cabinet, Alexandre Benalla était le « Monsieur sécurité » du chef de l’État. Responsable de sa sécurité personnelle et privée, il avait la charge de protéger ses secrets et son intimité. Homme de confiance, il était logé quai Branly dans des dépendances de l’Élysée qui, sous la présidence de François Mitterrand, ont hébergé la vie privée qu’il dissimula si longtemps – sa fille Mazarine Pingeot et sa mère – et le fidèle qui en fut le gardien jusqu’à son suicide en 1994 – le fantasque François de Grossouvre.

Loin d’être relégué au second plan, Alexandre Benalla manifestait volontiers son importance dans le dispositif présidentiel, comme Mediapart put le constater au Palais de Chaillot, lors du repérage des lieux préalable à l’entretien avec Emmanuel Macron du 15 avril. Au prétexte de la sécurité, il entendait dicter la mise en scène, sans que quiconque de l’Élysée ne le remette à sa place.

La panique qui, aujourd’hui, s’empare de la cour macronienne et des députés LREM ne pourra aisément effacer cette vérité de fait : par choix et volonté du président de la République lui-même, Alexandre Benalla avait une place aussi démesurée qu’incompréhensible au vu d’une part de son parcours personnel et d’autre part du dispositif sécuritaire. Comment expliquer qu’un jeune homme n’ayant d’autres états de service que le S.O. du Parti socialiste puis de En Marche! puisse occuper avec une telle liberté doublée d’irresponsabilité un rôle si important ? Comment justifier sa fonction sécuritaire, bizarrement occultée dans l’organigramme officiel, alors qu’il existe une unité spécialisée, fortement dotée, le Groupe de sécurité de la présidence de la République (GSPR), composée de gendarmes et de policiers, tous professionnels expérimentés ?

Avant même que ses méfaits soient révélés, Alexandre Benalla était déjà hors de la loi commune, hors usage règlementaire, hors cadre administratif. C’est pourquoi ses actes personnels engagent la responsabilité politique de celui qui l’a choisi et nommé : Emmanuel Macron, et nul autre. Seul ce choix présidentiel, entre caprice monarchique et bon plaisir, peut expliquer la mansuétude et la protection dont a bénéficié son « Monsieur Sécurité » après sa virée du 1er mai. Alors même que plusieurs délits lui sont potentiellement imputables – coups et blessures volontaires (article 222-13 du code pénal), immixtion dans une fonction publique (article 433-12), exercice créant la confusion avec une fonction publique (article 433-13), etc. –, il a été couvert par l’appareil d’État.

Le précédent de la cellule de l’Élysée

Connu pour sa rigueur dans ses précédentes fonctions préfectorales, le directeur de cabinet Patrick Strzoda a pourtant dû se contenter d’une sanction bénigne, deux petites semaines de mise à pied. Le récit qui, aujourd’hui, par la voix du porte-parole de la présidence, tente de la justifier ne s’embarrasse guère de vraisemblance, affirmant qu’Alexandre Benalla était en congé le 1er mai, comme si un salarié posait des congés un jour férié… Non seulement il n’a pas été automatiquement licencié pour faute grave – il a été au contraire maintenu parmi le personnel élyséen –, mais de plus la justice n’a pas été saisie, alors que l’article 40 du code pénal obligeait à le faire : « Toute autorité constituée, tout officier public ou fonctionnaire qui, dans l’exercice de ses fonctions, acquiert la connaissance d’un crime ou d’un délit est tenu d’en donner avis sans délai au procureur de la République et de transmettre à ce magistrat tous les renseignements, procès-verbaux et actes qui y sont relatifs. »

Tandis que le ministère de l’intérieur ne bronchait pas, alors même que l’intégrité de la police est atteinte, le cabinet de l’Élysée faisait l’autruche, jouant la montre et l’oubli, en espérant, jusqu’aux révélations du Monde le 18 juillet au soir, que rien ne se sache pour que tout puisse continuer comme avant. Dans un système où les imprudences, les fautes et les erreurs du prince ligotent tous ceux qui le servent, la République a été de bout en bout bafouée. Seul le soutien aveugle du président lui-même peut expliquer que l’auteur de délits si manifestes ait été à ce point protégé.

L’affaire Benalla est bien plus que la sortie de route d’un collaborateur élyséen. Elle est une alerte sur la dérive de cette présidence vers un pouvoir encore plus sans partage du chef de l’État, dans une marche consulaire, avec coup de force permanent, en direction d’une présidentialisation accrue de la Ve République, ignorant les contre-pouvoirs, effaçant le premier ministre et soumettant le Parlement, humiliant les opposants et méprisant la société.

Car, dès que le pouvoir se veut personnel, la basse police est à son affaire. Protégeant ses secrets, où souvent se mélangent intérêt public et vie privée, elle impose sa propre loi qui, au prétexte de la raison d’État, échappe à la loi. On ne saura jamais ce qu’aurait été la suite de l’aventure élyséenne d’Alexandre Benalla et de la petite bande qui l’entoure, même si l’on devine qu’aucune règle éthique ou principe moral ne l’aurait entravé pour parvenir à ses fins, discréditer les oppositions politiques ou empêcher les curiosités journalistiques. Mais le peu que l’on en sait rappelle déjà un précédent, autrement professionnel dans son apparence, qui, faute d’avoir été débusqué à temps, eut le temps de faire bien des dégâts : la cellule de l’Élysée au tout début du premier septennat de François Mitterrand, véritable service privé de sécurité et de renseignement.

Rapidement converti au pouvoir personnel qu’il dénonçait dans l’opposition, le premier président élu à gauche de la Ve République prit prétexte d’arguments sécuritaires – le terrorisme déjà – pour créer sa propre garde rapprochée, un service spécial dévoué à la protection de ce qu’il voulait absolument cacher et, aussi, de ce qu’il voulait absolument savoir. Atteint d’un cancer peu de temps après son élection de 1981, François Mitterrand réussit ainsi à cacher sa maladie jusqu’aux toutes dernières années de sa longue présidence, qui dura 14 ans. De même, il réussit à protéger sa double vie, affichant publiquement sa famille officielle et dissimulant sa famille officieuse dans les palais de la République, jusqu’au jour, tardif, où il décida de mettre en scène lui-même la révélation de son existence.

Dans cette privatisation du pouvoir, la vie privée est toujours un bon prétexte. Sous couvert de la protéger, l’absolu du secret autorise l’abus de pouvoir. C’est ainsi que, détentrice des secrets intimes du Président, la cellule de l’Élysée mitterrandienne se rendit célèbre pour ses écoutes illégales d’opposants, de proches, d’avocats, de journalistes, etc., sans compter bien d’autres transgressions autorisées par son sauf-conduit présidentiel. Elle aussi mélangeait les genres, fréquentait les arrière-cours policières, jouait de son aura présidentielle pour s’imposer aux services, fédérait une bande de pieds-nickelés aussi néfastes que maladroits…

Dévoilant la tentation macronienne d’un service de sécurité privé à l’Élysée, l’affaire Benalla arrive heureusement à temps pour empêcher que cet abus de pouvoir prolifère. Mais elle révèle que ce président élu sur la promesse d’une « révolution démocratique profonde » en est la négation incarnée. Près de deux ans après que ces mots ont été imprimés dans un livre dont le titre, Révolution (XO Éditions), semble aujourd’hui sorti d’une nouvelle d’Orwell où le mensonge serait proclamé vérité, on peine à croire qu’y était écrit aussi que « la responsabilité est précisément ce qui peut contribuer à restaurer un peu de cette morale collective dont nous avons tant besoin ». Emmanuel Macron y affirmait que « l’ultime responsabilité est politique » et que, dans ce registre, « certaines fautes vous disqualifient radicalement ».

Parmi celles-ci, outre le financement politique,qui concerne tout particulièrement le prévenu et mis en examen Nicolas Sarkozy récemment invité dans son avion privé de retour de Moscou, l’actuel président de la République mentionnait les « atteintes à l’administration publique » et les « atteintes à l’autorité de l’État », fautes emblématiques de l’affaire Benalla. « Dans de tels cas, il faut avoir la décence de s’effacer », concluait l’homme qui refusa que son « Monsieur Sécurité » soit effacé de l’Élysée au lendemain de son escapade barbouzarde. Le florilège est inépuisable puisque, dans ce livre d’un autre temps, celui des promesses qui n’engagent à rien, on lit aussi que « la haute fonction publique ne doit pas être exempte d’une plus grande exigence ». Omnipotent secrétaire général de l’Élysée, Alexis Kohler médite à loisir cette prudente recommandation, alors que son conflit d’intérêts avec la puissante et mystérieuse compagnie maritime MSC ne lui vaut aucun embarras.

Éphémères, les lumières électorales sont toujours utiles pour souligner les ombres qui gagnent, une fois au pouvoir. « Certaines fautes vous disqualifient radicalement », écrivait donc le candidat Macron. Il n’est pas exclu que les fautes de son protégé disqualifient radicalement sa présidence.

Poster un commentaire

[ATTAC] Campagne de rentrée : impliquez-vous dès maintenant

Campagne de rentrée : impliquez-vous dès maintenant

Campagne 20 juillet 2018

Prenons le contrôle sur la finance et sur notre avenir !
Le 15 septembre 2018 marquera les 10 ans de la faillite de Lehman Brothers point d’orgue de la crise financière, une crise qui se conjugue aujourd’hui avec les crises climatiques, écologiques et géopolitiques. En 10 ans, de nombreuses promesses de régulation du secteur financier ont été faites par les différents gouvernements, mais peu ont été tenues. A l’heure actuelle, le spectre d’une nouvelle crise financière majeure plane et de nouvelles déréglementations sont prévues au sein de l’Union Européenne, tandis que les banques continuent d’utiliser l’argent qui leur est confié pour spéculer, pour investir dans les énergies fossiles ou créer des sociétés offshore dans des paradis fiscaux pour leurs riches client·e·s.

#PasAvecNotreArgent

Nous voulons profiter de ce triste anniversaire pour initier un vaste mouvement citoyen en signifiant aux banques et aux institutions financières que nous n’allons plus les laisser faire n’importe quoi avec notre argent et que nous voulons prendre le contrôle sur la finance et sur notre avenir avec un mot d’ordre appropriable par le plus grand nombre : #PasAvecNotreArgent.

Nous invitons toutes celles et ceux qui partagent ce souhait à passer à l’action avec nous dès le samedi 15 septembre prochain. De nombreux réseaux, mouvements et organisations y participeront, tous porteurs de la même indignation face à l’impunité du secteur de la finance, ainsi que de la volonté d’y mettre fin afin que nous tou·te·s, citoyen·ne·s puissions reprendre le contrôle de notre avenir*.

Après le 15 septembre, vous pourrez participer à une première campagne #PasAvecNotreArgent qui ciblera l’utilisation de l’épargne du livret Développement Durable et Solidaire collectée par les banques et dont une grande partie est centralisée à la Caisse de Dépôts et de Consignation. L’objectif est d’obtenir que plus un seul euro de cette épargne ne soit utilisé pour financer le réchauffement climatique et la destruction de la planète.


* Le 15 septembre des actions appelées par la coalition Change Finance auront lieu dans plusieurs capitales européennes. Une coalition française s’est également mise en place. Elle se donne pour ambition de faire le lien entre la crise financière et la crise écologique au cours d’une semaine d’action du 8 au 15 septembre prochain.


Un peu de lecture pour l’été ?

Prenons le contrôle de la finance

L’imposture Macron

Cette crise qui n’en finit pas : par ici la sortie

Attac France — 2018
Twitter |  Facebook |  Viméo


Attac France

21 ter rue Voltaire
75011 PARIS
France

Poster un commentaire